Bob Siné : Ma vie, mon oeuvre, mon cul
Bob Siné : Ma vie, mon oeuvre, mon cul

Petite Bio

Après avoir fréquenté l'école Estienne, appartenu au groupe vocal des Garçons de la rue et exercé les fonctions de maquettiste dans une imprimerie, Siné a trouvé sa voie dans le dessin d'humour. Impressionné par le graphisme de Saül Steinberg, que les Français découvrent après la Seconde Guerre mondiale, Siné publia ses premiers dessins dans France-Dimanche en 1952. Après un premier album édité à compte d'auteur, il publie chez Pauvert des Complaintes sans paroles. Avec d'horribles détails et une préface de Marcel Aymé en 1956, qui lui vaut l'attribution du premier grand prix de l'humour noir Grandville créé en 1957. Ce succès enchaîne sur un autre avec Portée de chats (Pauvert, 1957) où il explore presque toutes les variations calembouresques auxquelles le mot chat est associé. De chat renton (un chat en camisole de force avec un entonnoir sur la tête) à chat rogne (un chat en uniforme de gardien de la paix), le calembour s'émancipe du simple jeu de mot pour introduire une représentation insolente sur fond de non-sens. Iconoclaste et anarchiste, comme le dernier exemple le laissait supposer, toute la carrière de Siné est sous le signe de la subversion. Avec Tim et Jean Effel, il fait partie de l'équipe des dessinateurs satiriques qui, dès 1958, vont dans L'Express combattre la politique gaulliste au nom de l'indépendance algérienne. Avec ces dessins virulents, Siné introduit de la dynamite dans un humour noir qui ne cesse de le caractériser. Il crée Siné massacre en décembre 1962, un journal qui, jusqu'en avril 1963, comptera neuf numéros et autant de procès. Il réédite et améliore cet exploit en mai 1968 avec L'Enragé, un périodique qui aura douze numéros et s'arrêtera en novembre de la même année.

Devant la postérité, ces initiatives lui vaudront d'avoir atteint le record des procès et inculpations pour outrages de toutes natures. Outre ses créations pour la presse satirique, Siné a illustré de nombreux livres parallèlement à la publication d'albums. Michel Polac a fait appel à sa verve décapante dans « Droit de réponse », une émission de télévision où des débats endiablés sur l'actualité étaient entrecoupés d'interventions vidéographiques avec Loup et Cabu (1981). Après l'arrêt de cette émission en 1987, le principe a été repris par L'Événement du jeudi dans « Rebuts de presse ».

Affiches, films publicitaires (Schweppes, Banania, Dunlopillo ...), chroniques de jazz (Jazz Hot, puis Jazz Magazine), décors de théâtre (Amédée, ou Comment s'en débarrasser, Le Nouveau Locataire de Ionesco) : la diversité des créations trouve son unité dans un graphisme concis et percutant. En 1977, trois millions de visiteurs découvrent « Siné et ses amis » dans une grande exposition à Tokyo, et ses dessins de chat sont édités et traduits en japonais (1982). Au fil des années 1990, Siné poursuit infatigablement son travail de dessinateur satirique pour Politis et L'Humanité dimanche, accompagné de textes dans Charlie-Hebdo. Ce maître de la satire libertaire a reçu le prix Honoré Daumier en 1984 pour l'ensemble de son oeuvre.

D'après Encyclopædia Universalis

Voir aussi wikipedia.org

et bien sûr le blog de Siné

Réalisé sous Spip
Hébergé par L'Autre.Net
Déclaré à la CNIL sous le n°1153442