rocbo menu

Typographie

caractère

Anatomie

Classification

regles typo

Glossaire

biblio

et le web ?

Codification ISO

Liens

Ecrire


Classification Vox ATypI

Groupe 1. Les Humanes
Les humanes rassemblent les premiers caractères romains créés au XVe siècle par les imprimeurs vénitiens, s'inspirant des manuscrits humanistes de l'époque. Ces polices, plutôt rondes en opposition aux gothiques du Moyen Âge, sont caractérisées par des empattements courts et épais, et un faible contraste entre pleins et déliés. Ces polices s'inspirent notamment de la minuscule caroline, imposée par Charlemagne dans son empire.


Groupe 2. Les Garaldes
Nommé ainsi en hommage à Claude Garamond et Alde Manuce (xvie s.). Les garaldes ont en général des proportions plus fines que les humanes, tout en ayant un plus fort contraste entre pleins et déliés. Les graisses des garaldes sont réparties selon un axe oblique. En France, sous François Ier, les garaldes ont été l'outil qui a favorisé la fixation officielle de la grammaire et de l'orthographe. La traverse du "e" prend la forme horizontale qu'elle ne perdra plus.


Groupe 3. Les Réales
Polices de caractères typiques de la période classique, incarnant l'esprit rationnel de l'époque des lumière, les Réales assurent la transition entre les Garaldes et les Didoness. Le contraste plein-délié est encore plus marqué que dans les deux premiers groupes, les graisses se répartissent maintenant selon un axe quasi-vertical.


Groupe 4. Les Didones
Elles doivent leur nom à celui de la dynastie d'imprimeurs français Didot et à l'imprimeur parmesan Bodoni.Elles sont reconnaissables à leur verticalité, au fort contraste entre pleins et déliés et à leurs empattements horizontaux et fins.


Groupe 5. Les Mécanes
Le nom évoque l'aspect très mécanique de ces polices contemporaines du développement de l'industrie (début XIXe s.). Les principales caractéristiques de ces polices sont un très faible contraste pleins-déliés et des empattements rectangulaires. Elles correspondent aux Égyptiennes de la classification Thibaudeau.


Groupe 6. Les Linéales
Ce groupe rassemble l'ensemble des caractères sans empattement (ou sans serif). Elles correspondent aux Antiques de la classification Thibaudeau.


Groupe 7. Les Incises
Elles évoquent la gravure des caractères dans la pierre. Elles ont des empattements petits et triangulaires, ce qui rend ce groupe proche des linéales. Un certain nombre de ces polices ne possèdent pas de minuscules.


Groupe 8. Les Scriptes
Polices évoquant le tracé d'une écriture à la plume, avec une forte inclinaison. Les lettres peuvent souvent être liées les unes aux autres. Les Anglaises font partie de cette famille.


Groupe 9. Les Manuaires
Les Manuaires s'inspirent de l'écriture dessinée au pinceau.


Groupe 10. Les Fractures
Correspondant aux caractères couramment appelés « gothiques », en référence aux écritures médiévales. Ces caractères se reconnaissent à leurs formes pointues et anguleuses.


Groupe 11. Les Non-Latines
Famille hétérogène regroupant, sans distinction de style, toutes les écritures non fondées sur l'alphabet latin : hébreu, arabe, chinois, russe, etc.

 


Il est à noter le fait qu'un caractère donné peut rarement être classé d'office dans l'une ou l'autre des catégories définies ci-dessus : il emprunte en général des caractéristiques à l'une ou l'autre des catégories types.

Perspectives

« Chaque famille de caractère, selon la classification de Lure possède son passé, son présent, son avenir. Chacune de ces familles correspond à la fois à un style graphique, à un moment de l'histoire, à un fait intellectuel. »
Vox, « Biologie des caractères d'imprimerie », Cahier Vox, Lure, 1975

roue vox

« Ces familles ont été déterminées d'un point de vue, c'est-à-dire selon les caractéristiques réelles présentées par les modèles de lettre employés en imprimerie, et en tenant compte du fait que chaque être vivant procède de deux parents et présente des traits héréditaires qu'il suffit de savoir reconnaître. Le défaut, à notre avis, des classifications trop savantes ou trop subtiles proposées jusqu'ici est de ne pas s'être appuyé sur cette notion essentielle de filiation ou de l'avoir réduit à une simple notion chronologique ou esthétique. »
Vox, Nouvelle classification des caractères, Estienne, 1954