EN REPONSE A L'ARTICLE :
La Nouvelle Revue d’Histoire

EN REPONSE AU MESSAGE :
> La Nouvelle Revue d’Histoire

Il faut savoir faire une différence entre les différentes phases d’invasion / colonisation : celle du XIXe siècle, et qui concerne entre autre la France, s’est faite dans un contexte de formation d’un Etat républicain, qui en parallèle à la constitution d’un empire colonial basé de fait sur une ségrégation raciale (utilisez le terme ethnique si le mot "raciale" vous gêne) soutenait à l’intérieur de l’espace métropolitain des valeurs d’égalité et de fraternité. Et quand en Europe au sortir de la guerre de 14-18 on découvrait et promouvait l’idée de "liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes" et de "droit des minorités" pour défaire les empires centraux, on faisait des colonies des régions annexées de fait à l’économie française. Sans nécessairement causer systématiquement des dégâts énormes, mais en oubliant les valeurs qu’on défendait ailleurs. Et comme, aujourd’hui, nous sommes les descendants directs de la IIIe République, parce qu’elle est très proche des valeurs qui sont les nôtres et parce qu’à l’échelle de l’histoire 100 ans est un temps très court, alors je pense que oui, il est nécessaire, sans honte mais sans mauvaise foi, de regarder son passé avec un regard critique. Et il ne s’agit pas d’ethnomasochisme comme on l’entend souvent. Si l’on critique les autres pays (les Français ont le jugement facile quand il s’agit des USA, mais aussi d’Israël ou de la Palestine, des pays du Maghreb et du Moyen Orient, des dictatures d’Amérique du Sud ou d’Afrique), il faut savoir également, par soucis d’honnêteté et d’équité, poser un regard critique sur soi-même. Et si ce regard est lourd, c’est peut-être simplement parce que notre propre passé a parfois été lourd...







TUTORIEL | Rocbo.net | PLAN DU SITE | ADMIN