rocbo menu


Je m’affiche donc je suis

samedi 11 mai 2002, par Gwen Pomares

Dans la même rubrique


QR codes
Google Maps sur votre site
I am happy
Wikipédia, l’encyclopédie libre et gratuite
Acrobat 3D
Élysée, site ? ouais beuh !!!
Du non romain dans les adresses Internet
Le Zune et ses mp3 gratuits
Pac-man doodlelisé
Valérie Pécresse et le Web 0.9
Le bestiaire de Sandisk
Firefox, alternative à IE
La dernière de Redmond
Quand madame Milka fait du tort aux marmottes
Google Sky
Windows Vista
Ne m’appelez plus jamais France
Mis<S><FONT COLOR="#AF0000">Num</FONT></S>éricable
Moteur de recherche multimédia français
La réserve numérique
Pigeon ? non... plutôt poisson !
Encarta (1993-2009)
Opera 8.5
Le futur du web
Firefox progresse encore
Google à tout va
Noms de fichiers & Web
La calculatrice Google
Candidats.fr
lestelechargements.com

Articles récents
vendredi 24 mars
Twitter : Actualisation de mes tweets
Tous mes tweets sont accompagés d’images en copyleft
lundi 20 février
Intelligence Artificielle & Robotique
Nous avons toujours rêvé de construire des machines intelligentes,
mardi 14 février
+ de 100 nouveaux tweets en ligne
Les images de mes tweets sont en copyleft
samedi 21 janvier
Actualisation du site de mes tweets
Plus de 500 tweets illustrés archivés.
mardi 3 janvier
Site des rubriques de mes tweets
Mise en ligne de mes tweets classés par rubriques
mercredi 23 novembre
Fillon, bien plus à droite que vous ne pensez
Primaire de la droite
mercredi 9 novembre
La France troublée par l’incertitude Trump
Élections américaines
samedi 8 octobre
Le jargon informe à tiques des politiques
Disque dur, logiciel, algorithme... on regrette le mulot
jeudi 16 juin
Le prix de la vie
Médecins du monde dénonce le prix exorbitant des médicaments
samedi 28 mai
Pour Cellou Diallo, contre son expulsion
Décision d’obligation de quitter la France (OQTF)


Il faut s’afficher sur la toile d’araignée mondiale, être un membre actif de la société de l’information. Au mieux, montrer que l’on fait ; au pire, montrer que l’on est. Montrer sa femme, son chien, ses vacances, son établissement. Montrer à qui ? Peu importe. Il y aura toujours quelqu’un pour voir donc pour valider. Le compteur, pilier de la page d’accueil au même titre que les boutons et les rubriques, en attestera. Pourquoi montrer ? Qui le demande ? Du moment qu’on est sur Internet, c’est bien qu’on a quelque chose à afficher, non ?

A l’heure où 3 w ont supplanté 3615 au coeur des spots de publicité, des journaux télévisés ou radiodiffusés, la tentation de rajouter un .com à son patronyme ou à ses compétences est grande. Qu’en est-il du danger que représente une telle démarche, où l’acte - techniquement accessible - précède presque toujours la réflexion, quand il ne la remplace pas ? Au final, on est en droit de se demander si les pages d’un site internet ainsi créé ont encore un quelconque rapport avec l’information et la communication dont se réclame notre société.
La communauté éducative n’est pas épargnée par le phénomène. Il ne s’agit pas de remettre en cause la bonne volonté et les meilleures intentions de ses contributeurs, enseignants, élèves, formateurs, membres des corps d’inspection.
D’autant que ceux-ci sont priés de suivre le mouvement, de faire leurs preuves en matière de TICE (1), de s’approprier les outils et les usages, de changer de méthode, d’enseigner pour certains ce qu’ils ne sont pas sûrs de maîtriser.
Si les directives ministérielles ne suffisent pas, il y a encore PPDA (2) et consorts pour leur servir l’antienne du mythique retard de la France en matière de nouvelles technologies, de l’urgence pour sa société à combler le vide.
Il est donc impératif pour ses membres de se positionner, d’occuper un espace, aussi virtuel soit-il, d’être là où ça se passe, sur Internet. Pour le reste, on verra après et c’est sûrement là que le bât blesse, dans cette précipitation à occuper sans se préoccuper.

Trois petits clics et puis s’en vont

Les exemples ne manquent pas pour illustrer cette « pathologie » que l’on pourrait décliner en autant de syndromes qu’il y a de requêtes décalées.
Le premier d’entre eux est celui de la rubrique sans contenu. « Je pense à faire un site. Il devrait être prêt dans six mois. En attendant, mettons un bouton, que mes collègues sachent que quelque chose se prépare ». L’interlocuteur formule cette demande avec le plus grand sérieux et accueille avec presque autant d’incompréhension que d’indignation le refus qui lui sera opposé. Comparons avec un journal, autre vecteur d’information. Cette personne imagine-t-elle en une de son quotidien préféré la promesse d’un article qui ne se trouve pas à la page annoncée ?

Autre syndrome, dans la droite lignée du précédent : celui du clic de souris. La question est cruciale : « Combien de fois quelqu’un devra-t-il cliquer avant de parvenir à mon site » ? Deux fois et le sourire cordial disparaît. Au-delà de trois, c’est un tollé. En appeler à la hiérarchisation ou à la cohérence de l’information pour expliquer cette « relégation » ne suffit pas à calmer l’intéressé.
C’est peut-être dans cette logique d’économie de clics qu’il faut replacer la prolifération des portails, où tout le monde se situe au même niveau. Le portail, cette grande porte qui s’ouvre sur de plus petites, est généralement un patchwork de liens à peine hiérarchisés, la promesse d’aller partout pour finalement se retrouver nulle part... parfois devant un second puis un troisième portail.
Il faut donc être vu, et de préférence en premier.
Mais vu de qui, au fait ? Eh bien, du monde entier puisque Internet offre cette possibilité. Or, une fois le bouton vide créé, le nombre de clics réduit, qu’avons-nous à offrir à ce monde, qui n’attend évidemment que cela ? Des sigles, à n’en plus finir.
Les IUFM (3) succèdent aux CRDP (4) qui suivent les IPVR (5), etc. Quid de l’internaute anglophone ? Il n’a qu’à parler français, pourquoi devrions-nous systématiquement nous exprimer en anglais ? Et l’internaute francophone ? Ce n’est pas à lui que l’on s’adresse non plus. C’est au monde entier des membres de l’Education nationale française, seuls capables de déchiffrer ces sigles. Les autres peuvent circuler.
CQFD (6).

www.moi-education.com

Cette prédominance de la politique d’affichage s’exprime aussi de façon plus subtile. Les sites des établissements en disent souvent long sur les gens qui les conçoivent ou qui y contribuent.
Il y a d’abord le site que l’on doit à l’enseignant ou à l’aide éducateur chevronné, celui qui a tout compris aux nouvelles technologies bien avant tout le monde. Les élèves - et accessoirement les collègues - n’auront qu’à prendre exemple sur le résultat. Oui, c’est cela, une mise en ligne pour l’exemple. A moins que... la vérité soit ailleurs et moins louable. A moins qu’il soit juste question d’un besoin d’être admiré, reconnu, estimé pour sa modernité, son savoir-faire, sa maîtrise d’un langage que tout le monde devrait parler mais que personne ne comprend. Narcisse au pays des TICE.
Il y a le site dont la réalisation a été confiée aux bons soins d’un élève, également très au fait des nouvelles technologies. La page d’accueil aux couleurs psychédéliques clignote dans tous les sens, ce qui la rend à peine lisible. Le code rempli d’applets java pour la dynamiser, elle met un temps infini à se charger ; de quoi décourager ceux qui n’ont qu’un modem pour se connecter. Qu’importe, les images empruntées à d’autres sans vergogne et sans autorisation sont « fun » et les MP3 sont là pour fidéliser. Lui aussi a tout compris à l’ego soudain démesuré, au besoin d’occuper un petit bout de cet espace virtuel et infini où l’autre a la place et l’importance d’un faire-valoir.
Il y a le site où un enseignant et sa classe ont travaillé plus d’un an pour quelques pages. Le résultat est certes moins « fun » mais au moins procède-t-il d’une démarche authentiquement pédagogique. Reste au chef d’établissement à signer la prise en charge avant publication. Il signera parfois sans consulter le site ou alors pour vérifier qu’il y possède bien une rubrique illustrée d’une photo de lui.
Enfin, il y a les établissements qui n’ont pas de site. Ceux pour lesquels c’est un projet. Il faut encore réfléchir à quelques « détails » : le contenu, le public que l’on vise, une charte graphique, le respect de la loi, l’aspect pédagogique du « qui fera quoi ? ». Et les TICE dans tout cela ? Elles attendront, au moins le temps de la réflexion.
Réfléchir à quoi, au fait ? Au moins à l’idée que l’outil ne fait pas l’idéeau risque de voir les TICE changer de sigle en perdant une lettre et une notion.
 
Gwen Pomares

- 1 Technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement
-  2 Patrick Poivre d’Arvor
-  3 Institut Universitaire de Formation des Maîtres
-  4 Centre Régional de Documentation Pédagogique
-  5 Innovations Pédagogiques Valorisation Réussites
-  6 Ce qu’il fallait démontrer



Les rubriques
7ieme art
Actualité & Société
Arts & Cultures
Arts graphiques
Comités de grève
Détente & Sorties
Droits
Économie Solidaire
Écrits & Textes rocboratifs
essai
Gestion des Droits Numériques DRM
Hadopi
Handicaps
Histoire
Histoire de la pédagogie
Histoire des techniques
Hoaxes, Spams, Virus & Cie
HTML & Cie
Hum[o/e]urs
Illustrateurs & auteurs de BD
Infonie
Informatique Alternative
L’Internet non marchand
Les Berçeaux de l’Histoire
Libertés immuables
Logiciels libres et/ou gratuits
LP Léonard de Vinci
Lutte
Macmania
Musique
Poleis
Productique
Réforme de l’orthographe
Requiescat in pace
Santé & Société
Sciences
Tester et utiliser Spip
Twitter
Typographie
Vie du Net

Hors Spip 
Astronomie, P.Bézier, L.Carroll 
Cinéma, Clio, Dessin de la lettre 
A.Gaudì, Graff à Marseille 
Géométrie secrète des peintres 
Hoaxes, HTML, Illustrateurs 
Le jeu de Marseille 
Joseph peintre, King-Kong 
Littératures, MacOs X 
Le musée de Rocbo 
Norton Commando W.M 
Science-Fiction, Sade, Siné 
Textes/Revues/Écrits politiques 
Typographie 

Vous avez dit blog ?
Ce site sous SPIP
n'est pas forcément  l'outil idéal
pour réagir à chaud 
à l'actualité. Un blog le permet. 
Héméralope phocomèle 
dites-vous ? en est le titre. 
C'est [ ICI


Gwen Pomares


Flux RSS



6589 visiteur(s).
7 contribution(s).

Et moi aussi ! , par chris
Je m’affiche pour voir qui je suis, par sapinsapiens
> Je m’affiche donc je suis , par jccolom




Et moi aussi !
25 février 2003, par chris   [retour au début des forums]
Et moi aussi !

Effectivement on affiche pour se prouver qu’on existe. On a besoin que le monde voit notre existence. Un peu comme un objet on affiche notre image telle qu’on veut aparaitre, merveilleuse. Aujourd’hui presque tout le monde s’affiche avec leur portable inutile et leur grosse voiture ! Je me suis longtemps posé la question si je monterai ou non mon site. Je ne savais que mettre au départ. Puis j’ai laissé mon imagination créé sans jamais copié a droite a gauche. Résultat du sport et de la littérature avec des applets java partout. Est-ce que s’était nécessaire ? Non mais maintenant j’ai un passe temps la mise a jour...
Merci de m’avoir écouté.
Chris

ps ; j’ai pas encore passé le cap pour les portables et je suis tranquille le silence oui...

Je m’affiche pour voir qui je suis
14 juin 2002, par sapinsapiens   [retour au début des forums]
Le Sapin Sapiens

Pour les gens qui sont plutôt isolés et qui ont peu d’affinités avec leur entourage immédiat, ou peu d’entourage tout simplement, s’afficher sur la toile est une tentative pour trouver ou former un groupe (au pire,trouver une personne !)avec qui « exister ».

Les sites en construction s’expliquent très bien quand on sait tout le travail, donc le temps, que cela prend pour faire un site. C’est beaucoup plus long qu’écrire un article et l’envoyer à un journal déjà « monté ». Faire un site est une découverte, une aventure, un loisir et parfois une nécessité. Laissons les gens s’exprimer et laisser aller leur créativité, même si nous n’avons pas tous les mêmes goûts. Tout le monde a le droit d’avoir sa propre personnalité et de s’exprimer selon ses capacités.

Souvent, on doit essayer plusieurs styles avant de trouver ce qu’on veut vraiment (pour les pages persos en tout cas). Cela nous amène à nous découvrir en même temps, à nous créer même !

À NOUS DÉCOUVRIR, voilà la richesse que peut nous apporter le rapport avec l’autre, il me semble que c’est bien connu. Certaines personnes (comme moi !), ont un immense besoin de se découvrir, de se mettre au défi, de s’affirmer même dans l’adversité, parce que sans les autres, je ne suis pas certaine de savoir qui je suis !! Et même si le retour d’image ne serait pas très bon, je gagne plus que je ne perds...

Côté éducation, étant plutôt hors-norme, mais très impliqué, le réseau internet est vraiment une bouée de sauvetage.

Voilà, c’était un « court » témoignage.

Je vous laisse mon adresse de site web.

Prenez note qu’il est en construction

 :-)))

mais je ne l’ai pas encore indexé au moteurs de recherche (toujours bien !)

En espérant ne pas trop vous choquer par mon côté marginal...

Amicalement

> Je m’affiche donc je suis
12 mai 2002, par jccolom   [retour au début des forums]

un trés bon article sur les abus "volontariste" du net.
j’ai modestement eu cette reflexion face a des pages perso en chantier , ou avec moult clignotants, photo du toutou , de la mamie etc ... et je ne suis demadé l’interet de tel site ....

LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442