rocbo menu


Gilgamesh, Enkidu, Ishtar et Cie
L’Épopée de Gilgamesh, texte fondateur

lundi 30 août 2010, par rocbo

Dans la même rubrique


Hommage à Heinrich Rudolf Hertz
Moi, mon colon, celle que je préfère ...
Victor Hugo, le bicentenaire
Commémoration du 8 mai 1945
The DreamTime
Rosa Luxemburg
Déchéance de la nationalité française
L’Épopée de Gilgamesh, texte fondateur
Maudite soit la guerre
Fusillés pour l’exemple
La bande de Gaza
Histoire du Monde, l’homme & l’histoire
Rue du Moulin de beurre, Paris 14e
Histoire des Techniques
Gilles de Rais, Barbe Bleue
Rodrigo Diaz de Vivar
Les 5 martyrs du lycée Buffon
Rue du moulin de beurre, suite.
Les caporaux de Souain

Thèmes connexes :
antiquité
Les Berceaux de l’Histoire
Quand l’homme invente l’Univers
La cité engloutie de Khambhat
Çatal Hüyük
Quand le clash me méduse
Perse : L’« Âge du fer »
L’Age d’or du cinéma de genre italien
Histoire
La grotte de Cussac
La Nouvelle Revue d’Histoire
Moi, mon colon, cell’ que j’préfère
Sir George Cayley
Des souris & des hommes
La grotte Cosquer
Histoire de l’informatique
Saartjie Baartman, la « Vénus Hottentote »

Articles récents
mardi 20 juin
Come on let’s tweet again
To hits, mise à jour au coup par coup
vendredi 16 juin
La MIGE, Monnaie Locale
Monnaie complémentaire du territoire creusois
dimanche 30 avril
Obsolescence d’un métier et de sa culture
Je suis tout juste bon à m’exhiber au cirque Pinder
dimanche 16 avril
Quand je ne tweet pas, je pouet !
Twitter et Mastodon sont dans un bateau ...
vendredi 24 mars
Twitter : Actualisation de mes tweets
Tous mes tweets sont accompagés d’images en copyleft
lundi 20 février
Intelligence Artificielle & Robotique
Nous avons toujours rêvé de construire des machines intelligentes,
mardi 14 février
+ de 100 nouveaux tweets en ligne
Les images de mes tweets sont en copyleft
samedi 21 janvier
Actualisation du site de mes tweets
Plus de 500 tweets illustrés archivés.
mardi 3 janvier
Site des rubriques de mes tweets
Mise en ligne de mes tweets classés par rubriques
mercredi 23 novembre
Fillon, bien plus à droite que vous ne pensez
Primaire de la droite


L’Épopée de Gilgamesh vient d’entrer au programme de 6e, à côté des textes patrimoniaux grecs et hébraïques. Esprit d’à propos ou coïncidence, la revue L’Histoire nous a concocté quelques articles sur le sujet :
Le plus vieux récit du monde, Bien avant la Bible, Entre désert et montagne,
Gilgamesh a-t-il existé ? Le petit monde de Sumer, La quête de l’immortalité, Tous fans de Gilgamesh

11e tablette de l'Épopée de Gilgamesh

Née à Sumer en même temps que l’écriture il y a plus de quatre mille ans, diffusée dans tout le Proche-Orient, l’Épopée de Gilgamesh est un récit fondateur, le premier mit par écrit. Après avoir fécondé le Proche-Orient, l’histoire de Gilgamesh a disparu de la mémoire des hommes.

Gilgamesh, revue l'Histoire

Exhumation en 1872 de douze tablettes en akkadien trouvées dans la bibliothèque d’Assurbanipal à Ninive. À la première lecture publique le succès est immense, le passage concernant le Déluge faisant sensation. De récents travaux rapprochent l’épopée de Gilgamesh des 12 travaux d’Héraclès, la légende babylonienne étant antérieure de près de 1 000 ans aux écrits d’Homère.
Aujourd’hui, l’Épopée de Gilgamesh est traduite dans toutes les langues et inscrite en France au programme des enfants des collèges comme texte fondateur de l’humanité.

L’Épopée

Un roi jeune et fougueux malmenait son peuple. Pour modérer son ardeur, les dieux suscitent Enkidu, une créature qui devra lui faire front. Celui-ci est un sauvage jusqu’au jour où une courtisane s’unit à lui, le nourrit comme un homme et l’habille. À Uruk, Enkidu est amené à se mesurer au roi. Constatant que chacun a trouvé un partenaire à sa taille, les deux héros deviennent amis. Voulant accomplir un exploit, Gilgamesh, accompagné de son nouvel ami, décide de se rendre sur la Montagne couper les cèdres qui y poussent.

La Montagne est gardée par un être monstrueux, Humbaba. Avec l’aide de Shamash, le dieu solaire, ils viennent à bout du démon et coupent les arbres sacrés. L’exploit a attiré l’attention d’Ishtar, déesse de l’Amour et de la Guerre. Celle-ci fait des avances à Gilgamesh qui l’éconduit. Ivre de rage, la déesse envoie sur Uruk une créature de cauchemar, le Taureau céleste. Gilgamesh et Enkidu en triomphent et ridiculisent la déesse en lui jetant à la figure le membre de la bête. Au faîte de la gloire, ils sont allés trop loin et les dieux vont condamner Enkidu.

Sumer au IIIe millénaire avant notre ère.

 

L'Épopée de Gilgames, le grand homme qui ne voulait pas mourir, trad. Jean BottéroEnkidu tombe malade et meurt dans les bras de son ami. Gilgamesh est effondré et prend conscience de la précarité de la vie. Il abandonne tout et se lance dans une quête sans espoir. Il a entendu dire qu’Utanapishtim avait autrefois échappé au Déluge qui devait anéantir une humanité et que les dieux lui avaient accordé l’immortalité. Gilgamesh part à sa recherche, bien décidé à lui arracher son secret.

Après une longue errance, il arrive aux portes du royaume enchanté. Une grotte qui s’enfonce dans la Montagne est gardée par deux hommes-scorpions. Sensibles à sa vaillance et émus par sa quête, ils laissent passer le héros. Gilgamesh débouche sur une sorte de monde intérieur où la végétation est pétrifiée. Une cabaretière, établie là, lui explique qu’Utanapishtim vit en reclus, au-delà des Eaux de mort, sur une île que seul Urshanabi peut atteindre dans sa barque. Ayant contraint le batelier à l’y conduire, Gilgamesh présente à l’immortel sa quête.

Devant l’insistance du héros, Utanapishtim accepte de le soumettre à l’épreuve du sommeil. C’est l’échec, et Gilgamesh s’apprête à retourner bredouille. Une seconde chance lui est donnée. Il obtient, au péril de sa vie, la plante de jouvence qui pousse au fond des mers. Il l’emporte avec lui. Mais, alors qu’il se baigne, un serpent la lui ravit et bénéficie de ses bienfaits. Les mains vides, il retourne à Uruk. Pourtant, ses efforts n’ont pas été vains. Ses longues années d’errance, les souffrances qu’il a endurées ont fait de lui un autre homme. Et c’est un sage qui remonte sur le trône d’Uruk.

La déesse Ishtar, terre cuite époque babylonienne
La déesse Ishtar, terre cuite époque babylonienne
vers 1700 av. J.-C. Musée du Louvre, Paris.

 

Liens
- Épopée de Gilgamesh sur Wikipedia
- Abbé Sauveplane : Une épopée babylonienne
- Arte, DailyMotion : L’épopée de Gilgamesh arte
- Le Monde : Gilgamesh l’immortel
- L’Épopée de Gilgamesh, le site

 



Les rubriques
7ieme art
Actualité & Société
Arts & Cultures
Arts graphiques
Comités de grève
Détente & Sorties
Droits
Économie Solidaire
Écrits & Textes rocboratifs
essai
Gestion des Droits Numériques DRM
Hadopi
Handicaps
Histoire
Histoire de la pédagogie
Histoire des techniques
Hoaxes, Spams, Virus & Cie
HTML & Cie
Hum[o/e]urs
Illustrateurs & auteurs de BD
Infonie
Informatique Alternative
L’Internet non marchand
Les Berçeaux de l’Histoire
Libertés immuables
Logiciels libres et/ou gratuits
LP Léonard de Vinci
Lutte
Macmania
Musique
Poleis
Productique
Réforme de l’orthographe
Requiescat in pace
Santé & Société
Sciences
Tester et utiliser Spip
Twitter
Typographie
Vie du Net

Hors Spip 
Astronomie, P.Bézier, L.Carroll 
Cinéma, Clio, Dessin de la lettre 
A.Gaudì, Graff à Marseille 
Géométrie secrète des peintres 
Hoaxes, HTML, Illustrateurs 
Le jeu de Marseille 
Joseph peintre, King-Kong 
Littératures, MacOs X 
Le musée de Rocbo 
Norton Commando W.M 
Science-Fiction, Sade, Siné 
Textes/Revues/Écrits politiques 
Typographie 

Vous avez dit blog ?
Ce site sous SPIP
n'est pas forcément  l'outil idéal
pour réagir à chaud 
à l'actualité. Un blog le permet. 
Héméralope phocomèle 
dites-vous ? en est le titre. 
C'est [ ICI


rocbo
Toc of Rocbo

Ex-enseignant déformateur


Flux RSS



5777 visiteur(s).
0 contribution(s).





LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442