rocbo menu


BHL et le Kant à soi
Mis en boite, le botulisme conserve ... la preuve !

mardi 9 février 2010, par rocbo

Dans la même rubrique


Lewis Carroll
Eduard Douwes Dekker, dit Multatuli
Le rêve de Bismarck
A la dame qui demande des histoires gaies
Umberto Eco et SYLVIE
Textes en accès libre
Y a pas qu’Siné Hebdo ...
Enragez-vous !
Liste des culs aristocratiques
D’Aldiss à Zelazny
Fredric Wertham et les « Crime comic-books »
Conseils aux ouvriers
Écrits politiques, Textes, Revues

Thèmes connexes :
Alfred E. Neuman
Université : compromis, chose due ?
Hasta la vista Bilou
Sarko l’adobe
Arts Appliqués en péril
Ils ont osé clôner Alfred E. Neuman
DRM, mon amour X
Valérie Pécresse et le Web 0.9
Quand Fillon tance Eva
Le violon d’Ingres de Manuel Valls
Alfred E. Neuman

Articles récents
jeudi 21 septembre
Mes tweets font un tabac. Waarf, une fois.
1114 illustrations en copyleft
lundi 21 août
Vous niaisiez, j’en suis fort aise. Et bien twittez maintenant.
D’la mise à jour à l’appel
mardi 20 juin
Come on let’s tweet again
To hits, mise à jour au coup par coup
vendredi 16 juin
La MIGE, Monnaie Locale
Monnaie complémentaire du territoire creusois
dimanche 30 avril
Obsolescence d’un métier et de sa culture
Je suis tout juste bon à m’exhiber au cirque Pinder
dimanche 16 avril
Quand je ne tweet pas, je pouet !
Twitter et Mastodon sont dans un bateau ...
vendredi 24 mars
Twitter : Actualisation de mes tweets
Tous mes tweets sont accompagés d’images en copyleft
lundi 20 février
Intelligence Artificielle & Robotique
Nous avons toujours rêvé de construire des machines intelligentes,
mardi 14 février
+ de 100 nouveaux tweets en ligne
Les images de mes tweets sont en copyleft
samedi 21 janvier
Actualisation du site de mes tweets
Plus de 500 tweets illustrés archivés.


Sous quelles conditions sociologiques et anthropologiques, dans un pays de vieille et grande culture, un “auteur” peut-il se permettre d’écrire n’importe quoi, la “critique” le porter aux nues, le public le suivre docilement – et ceux qui dévoilent l’imposture, sans nullement être réduits au silence ou emprisonnés, n’avoir aucun écho effectif ?
Que cette camelote doive passer de mode, c’est certain : elle est, comme tous les produits contemporains, à obsolescence incorporée.
Cornelius Castoriadis

 

Il était bien optimiste le père Castor.

Dans son ouvrage intitulé De la guerre en philosophie (à paraître le 10 février), BHL cite, à l’appui de son argumentation La vie sexuelle d’Emmanuel Kant de Jean-Baptiste Botul.
BHL rappelle ainsi que Botul aurait définitivement démontré « au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans sa série de conférences aux néokantiens du Paraguay, que leur héros était un faux abstrait, un pur esprit de pure apparence ».

Apparemment Google et Wikipédia n’font pas partie des intimes de Bernard-Henri. Tapez simplement "Botul" dans la fenêtre de recherche de votre fureteur favori et contemplez le résultat.

 

Parions une des rondelles de saucisson du regretté jacovitti que Frédéric Pagès, dans Le canard enchainé, saura traiter l’affaire avec brio.

Au reste, contacté par le site rue89.com, Frédéric Pagès précise « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant raconte l’histoire farfelue d’une communauté d’Allemands de Königsberg (devenu Kaliningrad) ayant fui au Paraguay pour constituer une colonie strictement régie par la philosophie kantienne. Cela aurait dû l’alerter. Cela pose une question sur sa façon de travailler. »

Jean-Baptiste Botul
Le philosophe de tradition orale dont on ne connaît exactement ni la vie ni l’œuvre.

On doit au cercle botulien :
- Landru, Précurseur du Féminisme : la correspondance inédite, 1919-1922
- La Vie sexuelle d’Emmanuel Kant, (conférences « retrouvées » par F. Pagès)
- Nietzsche ou le démon de midi » (plaidoirie que Botul, accusé d’avoir détourné une jeune fille dans son taxi, aurait faite devant le tribunal professionnel des taxis parisiens)
- Métaphysique du mou (texte "exhumé" par Jacques Gaillard)

 

En juin 1979, Pierre Vidal-Naquet faisait parvenir au Nouvel Obs une lettre
qui commençait par :
« Votre publication a eu récemment l’occasion de faire écho de façon favorable au livre de Bernard-Henri Lévy « le Testament de Dieu » [...].
Je pense que votre bonne foi a été -surprise [...]. Je n’entends pas fournir ici une liste complète des erreurs de Bernard-Henri Lévy, cela demanderait un gros volume ; je me contenterai d’une simple anthologie de « perles » dignes d’un médiocre candidat au baccalauréat. [...]
 »

Je n’ai pu résister à mettre en ligne l’article et la réponse de BHL (lien ci-dessous).

Liens
- Bernard-Henri Lévy en flagrant délire
- 18 juin 1979, une lettre de Pierre Vidal-Naquet... et la réponse de BHL
- Jean-Baptiste Botul sur wikipedia

 



Les rubriques
7ieme art
Actualité & Société
Arts & Cultures
Arts graphiques
Comités de grève
Détente & Sorties
Droits
Économie Solidaire
Écrits & Textes rocboratifs
essai
Gestion des Droits Numériques DRM
Hadopi
Handicaps
Histoire
Histoire de la pédagogie
Histoire des techniques
Hoaxes, Spams, Virus & Cie
HTML & Cie
Hum[o/e]urs
Illustrateurs & auteurs de BD
Infonie
Informatique Alternative
L’Internet non marchand
Les Berçeaux de l’Histoire
Libertés immuables
Logiciels libres et/ou gratuits
LP Léonard de Vinci
Lutte
Macmania
Musique
Poleis
Productique
Réforme de l’orthographe
Requiescat in pace
Santé & Société
Sciences
Tester et utiliser Spip
Twitter
Typographie
Vie du Net

Hors Spip 
Astronomie, P.Bézier, L.Carroll 
Cinéma, Clio, Dessin de la lettre 
A.Gaudì, Graff à Marseille 
Géométrie secrète des peintres 
Hoaxes, HTML, Illustrateurs 
Le jeu de Marseille 
Joseph peintre, King-Kong 
Littératures, MacOs X 
Le musée de Rocbo 
Norton Commando W.M 
Science-Fiction, Sade, Siné 
Textes/Revues/Écrits politiques 
Typographie 

Vous avez dit blog ?
Ce site sous SPIP
n'est pas forcément  l'outil idéal
pour réagir à chaud 
à l'actualité. Un blog le permet. 
Héméralope phocomèle 
dites-vous ? en est le titre. 
C'est [ ICI


rocbo
Toc of Rocbo

Ex-enseignant déformateur


Flux RSS



2793 visiteur(s).
1 contribution(s).

BHL victime d’un auto-entartage, par rocbo




BHL victime d’un auto-entartage
10 février 2010, par rocbo   [retour au début des forums]

Il n’est pas dans les habitudes du « Canard » d’intervenir dans les questions de haute métaphysique. Mais l’affaire est d’importance. Nous apprenons que Bernard-Henri Lévy est victime d’un grave accident philosophique qui pourrait compromettre la suite de sa carrière. Dans son livre intitulé « De la guerre en philosophie » qui paraît ce mercredi en librairie, il cite, à la page 122, un certain Jean-Baptiste Botul, qui « a montré, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans sa série de conférences aux néokantiens du Paraguay, que leur héros [Kant] était un faux abstrait, un pur esprit de pure apparence ».

Des néokantiens au Paraguay en 1945 ? Mais de quoi Botul est-il donc le nom ? La vérité est que ce personnage n’a jamais existé. Mais BHL est tellement cultivé qu’il peut citer tous les philosophes, même ceux qui n’existent pas.

Lundi dernier, sur Canal Plus, il a reconnu son erreur, avouant même « un certain plaisir à [s]’être laissé piéger par une mystification aussi bien ficelée ». Mystification ? En deux clics sur Internet, chacun peut savoir que Botul est « un personnage fictif ». Quant à « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant », le livre a paru en 1999, il y a onze ans déjà, suivi par « Landru, précurseur du féminisme » et «  La métaphysique du mou », ouvrages débonnaires publiés sans intention de nuire. BHL s’est donc piégé tout seul, comme un grand. Il s’est même payé le luxe - chapeau, l’artiste ! - de féliciter Frédéric Pages, le président des Amis de Botul, journaliste au « Canard enchaîné », philosophe de formation et abonné au gaz, votre serviteur.

Une consécration ? Non, plutôt une tuile !

Car, une fois passés l’ovation et l’éclat de rire qui secouèrent lundi la rédaction du « Canard » sur le thème « habemus philosophum », il fallut se rendre à l’évidence : un brevet de « bon philosophe » décerné par BHL est un cadeau empoisonné, pire que la Légion d’honneur. Au « Canard », on a démissionné pour moins que cela...

BHL, lui, ne démissionne jamais. Même pris en flagrant délit de lecture hâtive ou de fiche mal digérée, il est fêté par les télés, choyé par les radios, encensé par les journaux. Cette année, enfin, grâce à Botul, nombre de confrères peuvent exercer leur droit à la rigolade. Cela n’empêche pas notre imperturbable philosophe de mouliner du concept, quitte à se prendre les pieds dans sa rapière. «  Je prends le parti de la flibuste », annonce-t-il fièrement dans « De la guerre en philosophie ».
Le public, qui prendra le parti d’en rire, se demande si, en tant que philosophe, Bernard-Henri Lévy existe vraiment.

Frédéric Pages

Le Canard enchaîné du 10 février 2010

LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442