rocbo menu


Les caporaux de Souain
Maupas, Lefoulon, Girard et Lechat, fusillés pour l’exemple

vendredi 6 novembre 2009, par rocbo

Dans la même rubrique


Déchéance de la nationalité française
Rosa Luxemburg
Commémoration du 8 mai 1945
Gilgamesh, Enkidu, Ishtar et Cie
Rue du moulin de beurre, suite.
Victor Hugo, le bicentenaire
Histoire du Monde, l’homme & l’histoire
Maudite soit la guerre
Hommage à Heinrich Rudolf Hertz
La bande de Gaza
Histoire des Techniques
Rodrigo Diaz de Vivar
Moi, mon colon, celle que je préfère ...
Gilles de Rais, Barbe Bleue
L’Épopée de Gilgamesh, texte fondateur
Fusillés pour l’exemple
Les 5 martyrs du lycée Buffon
Rue du Moulin de beurre, Paris 14e
The DreamTime

Thèmes connexes :
Guerre et Paix
Le dessous des cartes
La tragédie de Gaza
Henri Alleg 1921 - 2013
Moi, mon colon, cell’ que j’préfère
Cristal rouge
Les « carnets de guerre » de WikiLeaks
Le manifeste de la jeunesse de Gaza

Articles récents
dimanche 30 avril
Obsolescence d’un métier et de sa culture
Je suis tout juste bon à m’exhiber au cirque Pinder
dimanche 16 avril
Quand je ne tweet pas, je pouet !
Twitter et Mastodon sont dans un bateau ...
vendredi 24 mars
Twitter : Actualisation de mes tweets
Tous mes tweets sont accompagés d’images en copyleft
lundi 20 février
Intelligence Artificielle & Robotique
Nous avons toujours rêvé de construire des machines intelligentes,
mardi 14 février
+ de 100 nouveaux tweets en ligne
Les images de mes tweets sont en copyleft
samedi 21 janvier
Actualisation du site de mes tweets
Plus de 500 tweets illustrés archivés.
mardi 3 janvier
Site des rubriques de mes tweets
Mise en ligne de mes tweets classés par rubriques
mercredi 23 novembre
Fillon, bien plus à droite que vous ne pensez
Primaire de la droite
mercredi 9 novembre
La France troublée par l’incertitude Trump
Élections américaines
samedi 8 octobre
Le jargon informe à tiques des politiques
Disque dur, logiciel, algorithme... on regrette le mulot


Le 10 mars 1915 à cinq heures du matin, après deux mois d’accrochages sans résultat dans le secteur et deux récentes attaques infructueuses, les poilus de la 21e compagnie du 336e régiment d’infanterie reçoivent l’ordre de reprendre les positions ennemies établies au nord du village de Souain.
Le terrain, déjà jonché de cadavres, se trouve pris sous le feu des mitrailleuses allemandes. La préparation d’artillerie, au lieu de toucher les positions allemandes, envoie ses obus sur la tranchée française. Les hommes de la 21e Compagnie refusent, ce jour-là, de sortir des tranchées. Ils anticipent l’échec et l’inutilité d’une attaque qui les voue à une mort certaine. Le général Réveilhac aurait demandé de pilonner les positions françaises pour obliger les soldats à sortir de leurs tranchées. Suite à la désobéissance des hommes de la 21e compagnie, le général Réveilhac exige des sanctions. Le capitaine Equilbey, commandant de la compagnie, est tenu de transmettre à ses supérieurs une liste de 6 caporaux et de 18 hommes de troupe, choisis parmi les plus jeunes.

Le 16 mars 1915, les inculpés comparaissent devant le Conseil de guerre avec le motif : « refus de bondir hors des tranchées ».
« Quiconque montait devait être fauché littéralement soit par les nôtres, soit par le feu des mitrailleurs allemands », déclarera le caporal Maupas lors de son interrogatoire.

Seuls 4 caporaux, l’un originaire de Bretagne et 3 originaires de Normandie, sont condamnés à mort le 16 mars 1915. Si le refus de sortir des tranchées était indiscutable, la faute était partagée entre tous les hommes et le choix de ces 4 caporaux fut totalement arbitraire.

Le lendemain, 17 mars 1915, en début d’après-midi et deux heures environ avant que n’arrive le recours en grâce qui commuait la peine en travaux forcés, Théophile Maupas, 40 ans, instituteur de Le Chefresne, Louis Lefoulon, 30 ans, cheminot aux Chemins de fer de l’Ouest à Caen, Louis Girard, 28 ans, horloger, originaire de Blainville résidant à Paris 17e et Lucien Lechat originaire de Le Ferré, 23 ans, garçon de café à Vitré sont fusillés. Maupas, marié, avait 2 enfants ; Lefoulon un et vivait en concubinage. Girard, marié, avait aussi un enfant, seul Lechat était célibataire.

Blanche Maupas, la veuve de Théophile Maupas, soutenue par la Ligue des droits de l’Homme entama un combat pour la réhabilitation de son époux et des autres caporaux fusillés de Souain qui dura près de deux décennies et qui, en-dehors de son activité d’institutrice, l’occupa à plein temps. Le 11 avril 1920, le ministère de la justice refusait d’examiner le dossier. 1926, Blanche Maupas crée le « Comité Maupas » qui deviendrait en 1928 « Comité national pour la réhabilitation des victimes de guerre ».

Par deux fois, malgré le long travail d’enquête et l’accumulation des témoignages, les demandes de réhabilitation avaient été rejetées. Eulalie Lechat, la sœur du caporal Lechat, avait elle aussi créé un comité en 1923 avec l’aide de la Ligue des Droits de l’Homme. Pendant plusieurs années, des meetings furent organisés dans toute la France ; les soutiens affluèrent de dizaines d’associations de mutilés de guerre et d’anciens combattants. Il y eut de nombreuses signatures demandant la réhabilitation des caporaux de Souain.


Sartilly 1923 : Blanche et Suzanne, la fille de Théophile, devant la tombe du caporal Maupas.

Il fallut attendre le 3 mars 1934 pour que la Cour spéciale de justice accepte de juger sur le fond et donne un avis favorable à la réhabilitation des 4 caporaux de Souain. Les épouses des fusillés reçurent le franc symbolique au titre de dommages-intérêts. Les veuves pouvaient enfin faire valoir leurs droits à pension.

D’après un article de wikipedia.

Blanche Maupas
Pour le 91ème anniversaire de l’armistice de la 1ere guerre mondiale, le mercredi 11 novembre à 20h35, France 2 diffuse Blanche Maupas. Blanche s’est battue toute sa vie pour réhabiliter le statut de son mari, fusillé pour l’exemple. Avec Romane Bohringer, Thierry Frémont dans le téléfilm de Patrick Jamain.
Une avant-première du film, le 4 novembre, a eu lieu en présence de Patrick de CAROLIS et des principaux Grands Maîtres des obédiences maçonniques Françaises. Dans ce téléfilm, le rôle de la Franc-Maçonnerie est évoqué au travers du personnage de Marc RUCART, avocat, homme politique et franc-maçon sous la 3° République.

Le téléfilm sera disponible en DVD dès le 12 novembre 2009 chez Koba Films Video.

 

Liens
- Affaire des caporaux de Souain
- Fusillés pour l’exemple
- Maudite soit la guerre
- Monuments aux morts pacifistes

 



Les rubriques
7ieme art
Actualité & Société
Arts & Cultures
Arts graphiques
Comités de grève
Détente & Sorties
Droits
Économie Solidaire
Écrits & Textes rocboratifs
essai
Gestion des Droits Numériques DRM
Hadopi
Handicaps
Histoire
Histoire de la pédagogie
Histoire des techniques
Hoaxes, Spams, Virus & Cie
HTML & Cie
Hum[o/e]urs
Illustrateurs & auteurs de BD
Infonie
Informatique Alternative
L’Internet non marchand
Les Berçeaux de l’Histoire
Libertés immuables
Logiciels libres et/ou gratuits
LP Léonard de Vinci
Lutte
Macmania
Musique
Poleis
Productique
Réforme de l’orthographe
Requiescat in pace
Santé & Société
Sciences
Tester et utiliser Spip
Twitter
Typographie
Vie du Net

Hors Spip 
Astronomie, P.Bézier, L.Carroll 
Cinéma, Clio, Dessin de la lettre 
A.Gaudì, Graff à Marseille 
Géométrie secrète des peintres 
Hoaxes, HTML, Illustrateurs 
Le jeu de Marseille 
Joseph peintre, King-Kong 
Littératures, MacOs X 
Le musée de Rocbo 
Norton Commando W.M 
Science-Fiction, Sade, Siné 
Textes/Revues/Écrits politiques 
Typographie 

Vous avez dit blog ?
Ce site sous SPIP
n'est pas forcément  l'outil idéal
pour réagir à chaud 
à l'actualité. Un blog le permet. 
Héméralope phocomèle 
dites-vous ? en est le titre. 
C'est [ ICI


rocbo
Toc of Rocbo

Ex-enseignant déformateur


Flux RSS



4696 visiteur(s).
0 contribution(s).





LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442