rocbo menu


Rodrigo Diaz de Vivar
Le Cid Campeador

mardi 13 août 2002, par rocbo

Dans la même rubrique


Histoire du Monde, l’homme & l’histoire
The DreamTime
Gilles de Rais, Barbe Bleue
Déchéance de la nationalité française
Rue du moulin de beurre, suite.
La bande de Gaza
Les caporaux de Souain
Hommage à Heinrich Rudolf Hertz
Rosa Luxemburg
Rue du Moulin de beurre, Paris 14e
Victor Hugo, le bicentenaire
Moi, mon colon, celle que je préfère ...
Les 5 martyrs du lycée Buffon
L’Épopée de Gilgamesh, texte fondateur
Commémoration du 8 mai 1945
Fusillés pour l’exemple
Gilgamesh, Enkidu, Ishtar et Cie
Maudite soit la guerre
Histoire des Techniques

Thèmes connexes :
Histoire
Des souris & des hommes
La grotte Cosquer
Sir George Cayley
Les Berceaux de l’Histoire
La Nouvelle Revue d’Histoire
Perse : L’« Âge du fer »
Saartjie Baartman, la « Vénus Hottentote »
Moi, mon colon, cell’ que j’préfère
Histoire de l’informatique
La grotte de Cussac

Articles récents
lundi 20 février
Intelligence Artificielle & Robotique
Nous avons toujours rêvé de construire des machines intelligentes,
mardi 14 février
+ de 100 nouveaux tweets en ligne
Les images de mes tweets sont en copyleft
samedi 21 janvier
Actualisation du site de mes tweets
Plus de 500 tweets illustrés archivés.
mardi 3 janvier
Site des rubriques de mes tweets
Mise en ligne de mes tweets classés par rubriques
mercredi 23 novembre
Fillon, bien plus à droite que vous ne pensez
Primaire de la droite
mercredi 9 novembre
La France troublée par l’incertitude Trump
Élections américaines
samedi 8 octobre
Le jargon informe à tiques des politiques
Disque dur, logiciel, algorithme... on regrette le mulot
jeudi 16 juin
Le prix de la vie
Médecins du monde dénonce le prix exorbitant des médicaments
samedi 28 mai
Pour Cellou Diallo, contre son expulsion
Décision d’obligation de quitter la France (OQTF)
jeudi 12 mai
49-3 ? Quel gros calibre... Chapeau !
Article 49, alinéa 3


Le Cid Campeador, le « seigneur qui gagne les batailles », est le surnom sous lequel s’est immortalisé Rodrigo Diaz de Vivar. Il appartient à l’histoire.

image 200 x 2991043, naissance de Rodrigo Diaz, fils du seigneur de Vivar (près de Burgos). Il prend part, a vingt ans, à la bataille de Graus où Ferdinand Ier, son suzerain, vainc Ramire Ier, roi d’Aragon.

Le jeune roi de Castille Sanche II lui confie le commandement de ses troupes, qui écrasent celles d’Alphonse VI, son frère cadet, roi de León, il a vingt-deux ans.

Sanche le Castillan est un chef de guerre dont l’armée est agressive, insoucieuse des intérêts de la communauté au contraire d’Alphonse le Léonais qui se veut exploiter “raisonnablement” les vassaux de ses terres, dont la prospérité lui importe. Alphonse perd sa couronne, est exilé à Tolède auprès du roi musulman, et Sanche règne en Castille et en León, sauf à Zamora où domine leur sœur Urraca.
Sanche, avec Rodrigo Diaz de Bivar, assiège Zamora. Il est assassiné (1072).

Alphonse revient et prend les deux couronnes. Mais Rodrigo exige de lui le serment de Sainte-Agathe par quoi Alphonse assure la troupe castillane de sa totale innocence. De cette exigeance nait l’inimitié qui va opposer Alphonse, devenu empereur de toutes les Espagnes, au vassal et maître d’armes, le Campidoctor. Rodrigue est banni. Avec quelques vassaux et compagnons, il forme une troupe, dont il monnaie les services auprès du roi musulman de Saragosse, alors harcelé par les troupes du roi d’Aragon et du comte de Barcelone.

L’intolérance religieuse, les ambitions territoriales et les exigences financières d’Alphonse rendaient la situation intenable aux princes espagnols musulmans qui tenaient le sud et l’est du pays. Ils font appel aux Almoravides, venus des confins sahariens du Maroc. Alphonse est vaincu en 1086 à Sagrajas. Le Cid parvient à rétablir l’autorité de l’empereur dans la région de Valence et participe, avec ostentation, à une campagne royale sous les murs de Grenade. Le roi, jaloux, le bannit à nouveau.

Rodrigue prend Valence en 1094. Les Almoravides tentent de la reprendre, ils sont vaincus. Rodrigue étend ses conquêtes, installe la religion chrétienne au cœur de la ville. Il marie ses filles, l’une dans la maison royale de Navarre, l’autre dans la maison comtale de Catalogne. Il meurt en 1099. Chimène tient la ville jusqu’en 1102. Les Castillans, abandonnés à eux-mêmes, succombent enfin aux assauts des Africains. Quand ils se retirent, ils emportent avec eux le cadavre du Cid.
Le Cid et Chimène reposent au sein de la cathédrale de Burgos.

LIENS
Poema de Mio Cid
- Cantar Primero, Destierro del Cid
-  TARGET="_blank">Cantar tercero, La afrenta de Corpes
Le Cid de Corneille
- Texte intégral de la pièce
-  TARGET="_blank">Historique de la pièce
Autres liens
- Le film
- Babieca, le cheval du Cid
- L’héritage d’Al Andalus



Les rubriques
7ieme art
Actualité & Société
Arts & Cultures
Arts graphiques
Comités de grève
Détente & Sorties
Droits
Économie Solidaire
Écrits & Textes rocboratifs
essai
Gestion des Droits Numériques DRM
Hadopi
Handicaps
Histoire
Histoire de la pédagogie
Histoire des techniques
Hoaxes, Spams, Virus & Cie
HTML & Cie
Hum[o/e]urs
Illustrateurs & auteurs de BD
Infonie
Informatique Alternative
L’Internet non marchand
Les Berçeaux de l’Histoire
Libertés immuables
Logiciels libres et/ou gratuits
LP Léonard de Vinci
Lutte
Macmania
Musique
Poleis
Productique
Réforme de l’orthographe
Requiescat in pace
Santé & Société
Sciences
Tester et utiliser Spip
Twitter
Typographie
Vie du Net

Hors Spip 
Astronomie, P.Bézier, L.Carroll 
Cinéma, Clio, Dessin de la lettre 
A.Gaudì, Graff à Marseille 
Géométrie secrète des peintres 
Hoaxes, HTML, Illustrateurs 
Le jeu de Marseille 
Joseph peintre, King-Kong 
Littératures, MacOs X 
Le musée de Rocbo 
Norton Commando W.M 
Science-Fiction, Sade, Siné 
Textes/Revues/Écrits politiques 
Typographie 

Vous avez dit blog ?
Ce site sous SPIP
n'est pas forcément  l'outil idéal
pour réagir à chaud 
à l'actualité. Un blog le permet. 
Héméralope phocomèle 
dites-vous ? en est le titre. 
C'est [ ICI


rocbo
Toc of Rocbo

Ex-enseignant déformateur


Flux RSS



46710 visiteur(s).
44 contribution(s).

> Rodrigo Diaz de Vivar, par sandra et kelll
> Rodrigo Diaz de Vivar, par maksssss
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Aufrai Charlene
> Rodrigo Diaz de Vivar, par l alal
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Kaiser
> Rodrigo Diaz de Vivar, par sandrine mireille
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Kaiser
> Rodrigo Diaz de Vivar
> Rodrigo Diaz de Vivar
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Caroline
> Rodrigo Diaz de Vivar, par cxav11
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Dona
> Rodrigo Diaz de Vivar, par Dona
> Rodrigo Diaz de Vivar
> Rodrigo Diaz de Vivar
> Rodrigo Diaz de Vivar
> Rodrigo Diaz de Vivar, par MANAF




> Rodrigo Diaz de Vivar
4 mai 2007, par sandra et kelll   [retour au début des forums]

bonjour !
Sayrais vous nous aider pour le resume du film le cid un resume tres bref ! et qui est vraiment rodrigue ?
merci d avance sandra et kelly

> Rodrigo Diaz de Vivar
1er mars 2007, par maksssss   [retour au début des forums]

pouvez vous me résumez brèvement sa vie et me dire comment on appelait ses épées et auusi quel offrande a-t-il donnez a ses yernos(je ne c’est pas ce que cela signifie) ??merci

> Rodrigo Diaz de Vivar
3 janvier 2006, par Aufrai Charlene   [retour au début des forums]

Pouvez vous me faire un résumer sur ce célèbre personnage merci beaucoup envoyer la a mon adresse internet encore mersi

> Rodrigo Diaz de Vivar
24 avril 2005, par l alal   [retour au début des forums]

le cid est une oeuvre splendite qui laisse voir la simplicité et delicatesse de Corneille, auteur formidable. Dans le recit de Rodrigue( acte4 scene 1) on voit bien l’interet de celui ci `pour devenir le cid

> Rodrigo Diaz de Vivar
21 avril 2005, par Kaiser   [retour au début des forums]

je pourais avoir un résumé de quelques légendes du cid et quelques un des poèmes qui le concernent.

> Rodrigo Diaz de Vivar
13 avril 2005, par sandrine mireille   [retour au début des forums]

bonjour je suis etudiante en lettres espagnoles et j’aimerai avoir tous les details sur rodrigo diaz de vivar.plus precisement sur ces poèmes el destierro de mio cid,la enfrenta de las corpes.merci

> Rodrigo Diaz de Vivar
13 avril 2005, par Kaiser   [retour au début des forums]

J’aimerais avoir un maximum de renseignement sur le Cid (ou rodrigo diaz...)en français au plus vite pour un exposée complet (sa vie,ces dates, ces batailles les changements qu’il a fait en espagne comme dans le reste du monde)

Merci

> Rodrigo Diaz de Vivar
11 décembre 2004   [retour au début des forums]

j’aimerais savoir quelles sont les légendes du cid ? merci de bien vouloir me repondre

  • > Rodrigo Diaz de Vivar
    22 mars 2005, par
    guigui   [retour au début des forums]

    Las Mocedades del Cid
    Nous sommes à Séville, en Espagne, au Moyen-Âge. Chimène et le jeune Rodrigue sont épris l’un de l’autre. Mais ce monde brutal et sans merci où règne un impitoyable code d’honneur précipite leur destinée. Le comte de Gormas, le père de Chimène, insulte gravement le père de Rodrigue, un homme devenu trop vieux pour se défendre lui-même. Rodrigue, pour sauver l’honneur de son père, et même si cela signifie renoncer à Chimène, décide de provoquer le comte en duel. Or, Rodrigue ne s’est jamais battu et Gormas est le plus formidable homme d’armes du royaume. Et pendant ce temps, les Maures s’apprêtent à attaquer Séville.On ne sait pas la date exacte de la première du Cid au Théâtre du Marais (Paris) au début de janvier 1637. On sait que le succès est renversant. La pièce est inspirée par un héros espagnol du IXe siècle, très présent dans la littérature de ce pays. Mais c’est une pièce écrite par Guillén de Castro en 1618, Las Mocedades del Cid (les Enfances du Cid), qui sert de source à Corneille. Rappelons qu’à l’époque, l’influence de la littérature espagnole était, en France, très importante. La pièce oppose l’honneur et l’amour. Pour Rodrigue, s’il se venge, il perd Chimène. Mais s’il ne se venge pas, il la perd aussi, car Chimène ne peut aimer un homme sans honneur. Chimène vit elle aussi un dilemme : si elle aime Rodrigue, elle méprise son honneur, mais si elle le hait, elle méprise l’honneur même.La pièce, bourrée de péripéties, appartient à un genre très en vogue en France dans les années 1630 et 1640 : la tragi-comédie. Ce genre flou, aux règles mal définies, met en scène des personnages issus du monde romanesque (plutôt que de l’histoire antique ou de la mythologie pour les tragédies). Ces personnages sont jetés dans des histoires passionnelles où l’amour et la vengeance ont une fonction importante. Finalement, l’action n’aboutit pas nécessairement à la mort des protagonistes.En 1660, Corneille révise le texte et 324 vers sur un total de 1 865 sont différents (soit 17% du texte : ce n’est pas rien). Si la version révisée comprend plusieurs vers plus beaux que ceux de la version de 1637, c’est celle-ci qui est la plus vivante. Corneille, vieillissant, a tenté de faire entrer dans le moule classique une pièce qui ne l’était pas tout à fait, retirant une partie de la fougue et de l’audace qui avaient créé son succès original. C’est cette première version (où certains vers plus forts de la version révisée de 1660 ont été intégrés) qui a servi de base à la mise en scène de Serge Denoncourt. Car le vrai Cid, celui qui a changé le cours du théâtre, celui qui a provoqué la querelle, celui qui a définit l’avenir du classicisme français, celui qui a triomphé, c’est celui de 1637.
    "El Cantar de mío Cid", chanson de geste
    Vers 1142, un jongleur de Medinaceli compose à la gloire du Cid une chanson épique, en vers non isosyllabiques, selon une technique qui rappelle les plus vieilles chansons françaises. C’est un chef-d’œuvre. Son originalité ne réside pas seulement dans les qualités littéraires de l’aède, sa ferveur et la netteté de son expression ; l’ouvrage est aussi remarquablement adapté aux circonstances historiques contemporaines et aux sentiments profonds de son public.La matière est divisée en trois chants : l’exil (avec les adieux du Cid à sa famille et la guerre contre les Catalans) ; les noces des filles (avec la prise de Valence et la visite de la famille) ; l’affront de Corpes (les filles battues et répudiées par leurs époux, princes de la cour de León, qui sont condamnés par la Cour de justice ; en guise de bref épilogue, le remariage des filles dans des familles royales).Les femmes, on le voit, tiennent dans le poème une place très importante : notre guerrier modèle montre le plus grand souci de leur aisance matérielle et de leur élévation sociale. Tout se passe comme si, s’adressant à un public aristocratique, le jongleur faisait la leçon aux seigneurs devant les dames sur leurs devoirs d’époux et de pères de famille. Il est beaucoup question aussi de Léonais orgueilleux et justement humiliés par de braves Castillans : voudrait-on soulever les passions des infançons de Castille contre la faction des grands seigneurs de la Cour qui, en 1142, jouissait de la faveur du roi Alphonse VII comme elle jouissait déjà, du temps du Cid, de celle d’Alphonse VI ? Et puis, l’insistance sur la richesse et la fertilité des terres de Valence prend sa pleine signification lorsqu’on sait que le parti léonais infléchissait alors vers le Midi et Almeria la politique extérieure du royaume, réservant aux Aragonais et aux Catalans le royaume musulman de Valence en guise de zone d’influence. Enfin le jongleur souligne l’absolue fidélité du Cid à son souverain, en dépit des rebuffades, des vexations et des injustices qu’il met au compte, non d’Alphonse, mais des médisants, ses mauvais conseillers. Au total, c’est, sous une forme hautement poétique, toute une conception de la société que l’aède propose idéalement à ses auditeurs en 1142, sous le couvert du récit prétendument objectif des prouesses d’un héros vénéré, présent encore dans toutes les mémoires. Il en ressort que le vassal doit jouir d’une indépendance totale dans ses entreprises guerrières, pourvu qu’il fasse hommage de ses conquêtes au roi, son suzerain ; et le roi doit lui en savoir gré et écarter les poltrons, pour grands qu’ils soient, de son conseil ; il revient au roi-arbitre de faire régner la justice entre ses sujets, de condamner les méchants et de marier honorablement les filles de ses vassaux fidèles.Pour corroborer ces vues idéales, le poète n’hésite pas à fausser les données de l’histoire. Il concentre les prouesses de son héros en quelques épisodes significatifs, et il fait arbitrairement d’Alvar Fañez – l’un des moins mauvais chefs de guerre d’Alphonse VI – le bras droit du Campeador dans toutes ses campagnes. La raison en est simple. Alvar Fañez était tenu, en 1142, pour la souche du clan castillan à la cour d’Alphonse VII, tandis que les odieux infants de Carrión, premiers gendres du Cid selon le poème, étaient les aïeux et les parents du clan léonais.Le grand érudit espagnol R. Menéndez Pidal a restauré la vieille chanson de geste à partir de sa copie de 1307, signée de Per (Pedro) Abad. Il a même su lui conférer une nouvelle actualité en 1898, au cours d’une crise qui affecta profondément la vie nationale outre-Pyrénées. Historien médiéviste, il a voulu utiliser ce poème comme document historique ; et certes, le menu détail des lieux et des personnes mentionnés montre que l’auteur s’inspirait de sources ou de souvenirs exacts et précis : El Cantar de mío Cid nous éclaire sur les conditions réelles de l’affrontement entre la Chrétienté et l’Islam, pour la période qui va de 1080 à 1150, au sud de l’Èbre. Sans doute le jugement de valeur de R. Menéndez Pidal porte-t-il témoignage de sa fierté nationale et de sa foi religieuse, au demeurant bien espagnoles. Mais l’érudit sait souligner aussi les beautés littéraires du texte.On a souvent comparé El Cantar de mío Cid à La Chanson de Roland . L’œuvre est sans doute plus rustique, moins chargée d’artifices ; mais elle est aussi profondément enracinée dans la vie affective de la communauté dont elle est l’expression et à laquelle elle s’adresse. Elle est peut-être même plus vibrante, plus sincère, plus spontanée.

    Le Cid Campeador, le « seigneur qui gagne les batailles », est le surnom sous lequel s’est immortalisé Rodrigo Diaz de Vivar. Il appartient à l’histoire.
    1043, naissance de Rodrigo Diaz, fils du seigneur de Vivar (près de Burgos). Il prend part, a vingt ans, à la bataille de Graus où Ferdinand Ier, son suzerain, vainc Ramire Ier, roi d’Aragon.
    Le jeune roi de Castille Sanche II lui confie le commandement de ses troupes, qui écrasent celles d’Alphonse VI, son frère cadet, roi de León, il a vingt-deux ans.
    Sanche le Castillan est un chef de guerre dont l’armée est agressive, insoucieuse des intérêts de la communauté au contraire d’Alphonse le Léonais qui se veut exploiter "raisonnablement" les vassaux de ses terres, dont la prospérité lui importe. Alphonse perd sa couronne, est exilé à Tolède auprès du roi musulman, et Sanche règne en Castille et en León, sauf à Zamora où domine leur sœur Urraca. Sanche, avec Rodrigo Diaz de Bivar, assiège Zamora. Il est assassiné (1072).
    Alphonse revient et prend les deux couronnes. Mais Rodrigo exige de lui le serment de Sainte-Agathe par quoi Alphonse assure la troupe castillane de sa totale innocence. De cette exigeance nait l’inimitié qui va opposer Alphonse, devenu empereur de toutes les Espagnes, au vassal et maître d’armes, le Campidoctor. Rodrigue est banni. Avec quelques vassaux et compagnons, il forme une troupe, dont il monnaie les services auprès du roi musulman de Saragosse, alors harcelé par les troupes du roi d’Aragon et du comte de Barcelone.
    L’intolérance religieuse, les ambitions territoriales et les exigences financières d’Alphonse rendaient la situation intenable aux princes espagnols musulmans qui tenaient le sud et l’est du pays. Ils font appel aux Almoravides, venus des confins sahariens du Maroc. Alphonse est vaincu en 1086 à Sagrajas. Le Cid parvient à rétablir l’autorité de l’empereur dans la région de Valence et participe, avec ostentation, à une campagne royale sous les murs de Grenade. Le roi, jaloux, le bannit à nouveau.
    Rodrigue prend Valence en 1094. Les Almoravides tentent de la reprendre, ils sont vaincus. Rodrigue étend ses conquêtes, installe la religion chrétienne au cœur de la ville. Il marie ses filles, l’une dans la maison royale de Navarre, l’autre dans la maison comtale de Catalogne. Il meurt en 1099. Chimène tient la ville jusqu’en 1102. Les Castillans, abandonnés à eux-mêmes, succombent enfin aux assauts des Africains. Quand ils se retirent, ils emportent avec eux le cadavre du Cid.
    Le Cid et Chimène reposent au sein de la cathédrale de Burgos.

> Rodrigo Diaz de Vivar
5 octobre 2004   [retour au début des forums]

Pourquoi la t’on appeller Le Cid Campeador ???

Eclipse

> Rodrigo Diaz de Vivar
12 mai 2004, par Caroline   [retour au début des forums]

Bonjour,

Je souhaiterais reconstituer en forme de pèlerinage la route de toutes les batailles du Cid en Espagne, pourriez vous m’envoyer un résumé avec le nom des lieux où cela s’est passé svp ?

Merci,
Caroline.

> Rodrigo Diaz de Vivar
20 janvier 2004, par cxav11   [retour au début des forums]

J’aimerais connaitre l’arbre genealogique du cid. En faite surtout ce que sont devenue ses 2 filles et les enfants quel aurait pu avoir

> Rodrigo Diaz de Vivar
28 décembre 2003, par Dona   [retour au début des forums]

Quest ce que la Reconquista ?(5 ou 6 lignes)

  • > Rodrigo Diaz de Vivar
    22 janvier 2004, par
    Cxav11   [retour au début des forums]

    La "reconquista" correspond a une pèriode de l’histoire de l’espagne qui a commencée en 718 ap JC et s’est terminée en 1492 ap JC.Elle correspond a une vaste opération militaire, mené par les rois espagnoles chrétiens qui avait pour objectif de "reconquérir" les provinces espagnoles qui été sous le contrôle des Maures.

> Rodrigo Diaz de Vivar
28 décembre 2003, par Dona   [retour au début des forums]

Rodrigue et Chimene sont-ils des personnages historiques ?Que sait-on d’eux ?(pas tres long)

> Rodrigo Diaz de Vivar
12 décembre 2003   [retour au début des forums]

L4 HISTOIRE EST BIEN MAIS JE POSE DES QUESTIONS SUR SA MORT

> Rodrigo Diaz de Vivar
15 juin 2003   [retour au début des forums]

Cette histoire est très belle mais quelques questions m’embrouillent l’esprit.

Comment est mort le Cid ?

Pourquoi s’est-il allié aux musulmans ?

S’il a gagné des fabuleuses batailles, c’était à 1 contre 4 ou quoi ?

> Rodrigo Diaz de Vivar
24 mai 2003   [retour au début des forums]

je voudrai connaitre svp le lien existant entre le cid campeador et l amiral de la belle poule
ds l attente de votre reponse merci

> Rodrigo Diaz de Vivar
5 mai 2003, par MANAF   [retour au début des forums]

Bravo pour la belle histoire du Cid
(son nom vient de l’arabe Sayed qui veut dire "le Seigneur". Félicitations et à bientôt.
MANAF A.

LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442