rocbo menu

logo ARTICLE 59


Dans la même rubrique


Les Prud'hommes
Dilution d'Infonie
Le forum des forums
Message de Tiscali-Chez.com Pages perso
Forum Pierre Henri Bunel
Tiscali France
webmaster@respublica.fr
Les sites d'infoniens
Quand c'est fini enni nini ça recommence
Pétition
Fabien et Christelle : Le message
Que va devenir Infonie ?
L'Equipe Tiscali Infonie : Le message

Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie

archives octobre 2006 par fabermother


Les Tenues Blanches...

La Franc-Maçonnerie est un ordre humaniste et ésotérique très ancien. Ses racines plongent dans plusieurs Traditions, au fil des âges, la plus récente étant celle des Compagnons Bâtisseurs, la plus antique se perdant dans la nuit des temps.

Une Tenue Blanche est une soirée où nous avons plaisir à accueillir les parents, les amis proches, les sceptiques honnêtes, pour dialoguer, pour informer de notre recherche et de notre implication dans la vie au quotidien.

La page active du forum se trouve à l'adresse:
rocbo.net/spip/article.php3?id_article=59

Liens
 Archives des forums
 Les Pages Maçonniques Européennes
 Weblog Hiram.be
 Le blog de Tao








un aperçu de la vérité
31 octobre 2006, par Bill  
un aperçu de la vérité

Ce terme revient dans plusieurs posts et plus particuliérement dans celui de ma BAF (comprendre Bienveillante et Agréable Faber) :

La Vérité ? Quelle Vérité ? Quelles vérités ?

Y-a-t'il plusieurs vérités ?

Je vous livre ma reflexion sur ce mot :

Les Francs-Maçons ont toujours respecté trois principes dont un est la Vérité.

Nous estimons que ces 3 principes sont une voie d'accomplissement de notre vie au niveau le plus élevé. Nous recherchons la Vérité en nous astreignant à un niveau élevé de morale, que nous espérons atteindre dans notre vie même.

Pour illustrer à quel point la prétention de connaître la vérité est illusoire, et à quel point le jugement personnel peut déformer la réalité, j'ai choisi une petite allégorie sous la forme d'un compte soufi .

"On avait parqué un éléphant venant de l'Inde dans une étable obscure. La population, curieuse de connaître un tel animal se précipita dans l'étable. Comme on n'y voyait guère à cause du manque de lumière, les gens se mirent à toucher l'animal. L'un d'eux toucha la trompe et dit :
-  Cet animal ressemble à un énorme tuyau !

Un autre toucha les oreilles :
-  On dirait plutôt un grand éventail !

Un autre qui touchait les pattes, dit :
-  Non ! Ce que l'on appelle un éléphant, est bel et bien une espèce de colonne !

Et ainsi chacun d'eux se mit à le décrire à sa manière. Il est bien dommage qu'ils n'aient pas eu une bougie pour se mettre d'accord."

La vérité est une notion humaine, cette dernière est donc personnelle, chaque individu possède sa version d'une vérité. Lorsque des individus communiquent, par n'importe quel moyen, chacun expose SA vérité aux autres. Et c'est de l'adéquation de NOS vérités que naissent nos différentes vérités communes.

Le vrai est une croyance de l'homme, basée sur des faits empiriques, religieux ou scientifiques. Cette qualification implique celle de réel et d'imaginaire.

Dans la culture occidentale, deux principes s'opposent dans l'analyse du vrai : le réalisme (Aristote) et l' idéalisme (Platon).

Pour Aristote, la vérité, est une propriété des énoncés d'un langage.

Chez Platon, la participation à l'Idée et l'Ascension réglée vers elle, définissent la vérité et constituent le seul modèle de vie et d'existence digne de l'homme.

Dans l'allégorie de la caverne :

les hommes sont semblables à des prisonniers enfermés dans une caverne et immobilisés, la figure tournée vers la paroi opposée à la lumière ; sur cette paroi sont projetées les ombres d'êtres allant et venant, circulant sur une route en contrebas. Les prisonniers prêtent à ces ombres une réalité qu'elles ne sauraient avoir. Quel est alors le chemin vers la vérité ? => La sortie du prisonnier hors de la caverne ! Quand il contemple non plus les reflets ou les ombres des choses, mais les choses elles-mêmes, alors il abandonne le monde des apparences pour le seul monde vrai, celui de l'Idée, de la réalité éternelle.

Il n'y a pas de vérité maçonnique mais seulement une démarche basée sur le symbolisme qui nous incite à voir différemment la réalité du monde. Si nous voulons en savoir plus, à nous de progresser, le secret crée le vide, le vide incite à la découverte, la découverte provoque notre progression et sublime notre vérité intérieure. C'est l'essence même de la démarche maçonnique. Comme nous le montre le fil à plomb ou perpendiculaire qui symbolise la recherche de la vérité dans les profondeurs où elle se cache, ainsi que l'élévation des sentiments vers les hauteurs.

Je finirai par une citation : ZOLA Emile, Correspondance, à Louis Ulbach,

"Une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la grande lumière du soleil."

A bientôt

Bill

  • > un aperçu de la vérité
    31 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour mon TCF Bill et toutes et tous,

    Le mythe de la caverne de Platon m'a toujours poursuivi, disons plutôt accompagné, depuis le jour où notre Prof de philo nous l'a fait découvrir.

    Je ne soupconnais pas, en ce temps là, qu'un soir j'irai dans une caverne pour me défaire des illusions.

    En Loge, nous confrontons nos points de vue (pas nos certitudes ; "la certitude est mortifère" disait souvent le Frère D. Beresniak que j'ai eu la chance de rencontrer).

    Avec le temps, j'ai réussi à comprendre que ce qui est contraire à notre point de vue est souvent plus enrichissant, car en fait complémentaire.

    Pour revenir sur le conte soufi que tu cites, si tous les visiteurs de l'éléphant avaient réuni leurs éléments d'information tactile, ensemble ils se seraient rapproché de la réalité de l'animal.

    Faute de bougie, on peut avoir de la réflexion et de l'imagination.

    Vaste sujet que la Vérité, et notre réflexion n'est pas prête de se terminer. D'autant que la Vérité a parfois une propension à s'éloigner d'autant que l'on approche.

    Faber

    • > un aperçu de la vérité
      31 octobre 2006, par Bill  

      Bonsoir tout le monde,

      Effectivement, Franginette, chacun voit midi à sa porte.

      ouhhh la c'est fort, c'est au moins du 5eme degré

      Bonne soirée

      Bill

      • > un aperçu de la vérité, au fond de la bouteille
        31 octobre 2006, par antonio  

        Dis, Frangin, 5° c'est peu. Tu penses pas que ça tourne vers les 12,5 si pas 13, à moins que ça soye vers les 45° ?

        Moi, ce que j'en dis, c'est que j'adore le pastis, vers 13 heures, les doigts de pied en éventail ouvert, histoire de bien faire profiter tout le monde, sous un parasol, la tronche sous le sombrero en train de causer d'étoiles à la Frangine. Le super-pied, quoi !.

        Ton machin sur la vérité vraie m'asticote un brin. Faudra que j'y reviense mais à tête reposée.

        Amitiés fraternelles,

        Antonio.

        • > un aperçu de la vérité, au fond de la bouteille
          1er novembre 2006, par Bill  

          Aie ; le dernier qui a dit qu'il y reviendrait à tête reposer s'appellait Louis XVI !!! tu me fais peur !! Moi suis plutôt grand malt brut de cask

          A+

          Bill

          • > La vérité est toujours au fond de la bouteille
            1er novembre 2006, par antonio  

            Heu, ... single malt ou blended ?

            Amen, à peï !

            Antonio.

            • In JB veritas
              1er novembre 2006, par fabermother  

              Straight or on the rocks ?

              • > In JB veritas
                1er novembre 2006, par isis  

                straight !!!! le bon ne supporte pas les rocks !!!!

                isis

              • > In JB veritas
                1er novembre 2006, par Bill  

                Single, straight. et moins de 55° de préférence.

                A+

                Bill

                • > In J+B veritas
                  1er novembre 2006, par antonio  

                  Cré bon gu d'bonsoir !

                  Qu'est ce qu'il va être heureux l'Auvergnat. Toute une brochette de descentes avec une sacrée pente.

                  Mon truc c'est du single dans un énorme godet, et des îles flottantes éparpillées alentour, dans les 45° par là.

                  Ca va être une drôle de batterie quand on va charger les canons, moi je vous le dis.

                  Ciao les potes et potesses, à +

                  Antonio.

  • > un aperçu de la vérité
    1er novembre 2006, par Eléonore  

    C'est drôle le mot vérité, n'est pas un mot que j'utilise en tout cas pas seul. D'autant plus que son opposé serait donc le mensonge, qui est aussi un mot qui ne sonne pas dans ma tête.

    Pour moi c'est une notion humaine qui est utilisée souvent pour les choses extérieures à soi même. D'où l'erreur. On peut dire la vérité de ceci ou de cela, certain imposent une vérité, d'autre la détiennent, d'autres encore en ont des morceaux. Quoiqu'il en soit, toute notion de vérité arrête une évolution possible et empêche une vision différente.

    Donc le piège de reconnaître l'ombre sur les parois comme vérité. Et pourtant d'un certain point de vu cela en est une aussi puisqu'elles reflètent une autre réalité, pas plus fausse.

    Personnellement, pour m'éviter toute vérité affirmée, je me suis entraînée a comprendre la vérité seulement par rapport à moi-même. De recherche de vérité je passe à être en vérité avec moi-même, ce n'est pas une notion extérieur appartenant à un idéal ou une morale. Je peux savoir si je suis vraie dans ce que je suis, fais ou dis. Et le mensonge n'est que par rapport à moi-même, la croyance en mes illusions.

    D'être en vérité avec moi-même, donc mon être (je flatte le rêve de le réaliser au mieux) est donc pour moi une recherche de l'essentiel, très loin de la notion de vérité et de mensonge. Je peux ainsi espérer, aussi reconnaître les êtres qui sont en vérité avec eux même puisque c'est un regard intérieur.

    Chacun avec son morceau d'éléphant détenaient une infime part de la vérité, quand bien même l'auraient t'il vu en entier, qu'ils n'aurait pas détenus la vérité de l'éléphant pour autant, ils en auraient encore été loin. Il auraient vu sa forme mais n'auraient pas capté son essence puisque celle-ci était forcément obligée de s'enfouir vu sa situation dans la grange.

    Bon j'espère que je ne me suis pas trop embrouillée, sinon je me déplacerais de 90° pour voir un autre point de vue...

    Eléonore

    • > un aperçu de la vérité
      1er novembre 2006, par Bill  

      Bonjour à toutes et tous,

      Bien vu Eléonore pour l'éléphant. Comme quoi faut jamais s'arreter à une premiere vue des événements.

      Etre en vérité avec soi même me semble plus controverse. Je dirai qu'il faut toujours etre en accord avec soi même.

      La vérité c'est comme un rayon de lumiére. Quand il traverse un diamant taillé, il se partage en plusieurs rayons. Donc chacun peut voir un ou plusieurs rayons sans forcément apprehender le rayon dans son entier.

      A+

      • > un aperçu de la vérité
        1er novembre 2006, par Eléonore  

        J'ai déposé en bas une réponse à Sarah, comme c'est aussi dans la continuité de ma réfexion présente, je le remets aussi là.

        Pour moi perfection c'est comme vérité, cela ne doit pas être extérieur.

        Perfection serait plutôt une manière d'être pour réaliser les choses,

        Vérité, aussi plutôt une façon d'être,

        Du coup se ne sont pas des choses qui se possèdent ou s'acquièrent, je n'aurais pas la perfection, jamais, pas plus que je n'aurais la vérité.

        Par contre je peux faire n'importe quelle action de ma vie avec la perfection dont je suis capable à l'instant, et en vérité avec moi-même. J'entends par perfection et vérité, quelque chose comme « et si je faisais chaque action de ma vie comme si c'était la dernière, autant donner le meilleur de moi-même et en parfait accord avec ce à quoi j'aspire pour mon être »

        Eléonore

CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
30 octobre 2006, par fabermother  

Oyez oyez, noble assemblée !

Notre tout jeune Frère Jean-François vient de passer la Porte.

Voici son post que j'ai récupéré plus bas :

> A la casserole ? NON ! Au trou. 30 octobre 2006, par JEAN-FRANCOIS, ne cherchez plus [retour au début des forums]


Assez de mystère, je ne peux laisser Antonio se triturer les méninges plus longtemps... Oui, je m'appelle jean-François.. Oui, je viens d'être initié (ces jours-ci) et oui, je suis très heureux de participer à cette belle aventure... En tout cas, quelle émotion lors de la cérémonie !

Je suppose que tu as encore les joues toutes roses d'avoir reçu autant d'accolades à la sortie de Tenue ! Pour parfaire en t'en colle encore !

Bienvenue mon Très Cher Frère, puisque je peux t'appeler ainsi dorénavant.

Je ne te demande pas de nous décrire tes impressions, car elles sont réservées à ta Loge. Mais je les ressens (nous les ressentons).

Une chose que tu peux nous dire sans trahir quoi que ce soit : Loge masculine ou mixte ?

Ecoute bien les paroles des anciens, soit fidèle, travaille et persévère. Le chemin est beau même si il peut être rude parfois.

Dans ce forum, tu es le premier Apprenti qui s'exprime. Cela va nous donner un coup de jeune, à nous vieux maîtres.

Bien que l'App :. soit au silence, ce silence n'est obligatoire qu'en Loge. Si ton 2nd :. Sur :. veut venir jeter un coup d'oeil sur notre forum, qu'il ne se gêne pas. Il y trouvera des vrais Maçons (de différentes Obédiences mais réunis dans l'esprit) et des Cherchants Promeneurs de qualité.

Je concluerai par un sonore : TRISOUS !

Faber

  • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
    30 octobre 2006, par antonio  

    Hugh ! Toi, arrivé notre groupe. Bon. Toi pas faire comme groupies. Pas bon. Toi garder tête froide (sous robinet de préférence, et pas celui du vin, l'autre : oui, à ta droite. Noooon, l'autre droite). Hugh.

    Après tout cela on se sent tout, tout petit, prêt à grandir. Je pense que c'est la joie qui m'a fait prendre mon chapeau de plumes.

    Avec un peu de chance, tu sais ce que justice veut dire mais n'oublie pas son complément, sans quoi elle risque d'être inefficace.

    Sois le bienvenu. Il est toujours plaisant d'attribuer ce qualificatif si touchant de Frère. TC ou BA, peu importe. Au fond, merci de la confirmation, nous avons eu l'occasion de nous triturer un brin les méninges. A ta santé.

    Antonio.

  • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
    30 octobre 2006, par Aleph  

    Voici quelques temps que je viens vous lire et ça a été très agréable de préparer ainsi mon initiation, même si j'ai été très chaleureusement physiquement accompagnée... la mienne est toute fraîche également (quelques jours) et j'ai, moi aussi, encore les joues roses des bises et de la joie partagée... !

    Je suis donc heureuse de partager ce beau moment !

    Il y aura donc peut-être bientôt une apprentie qui s'exprimera ici... mais il est encore un peu tôt pour le dire car le silence ne me gêne pas !

    Merci de ce très beau et très intelligent site à vous tous qui le faites vivre !

    • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
      30 octobre 2006, par fabermother  

      Je n'en crois pas mes yeux !

      Une nouvelle Soeur maçonnique !

      Je me sentais un peu seulette parmi les Franginous, même si je les adore. Heureusement que nous avons nos Cherchantes et Promeneuses de qualité qui ont participé grandement à maintenir ce forum vivant.

      Bienvenue Aleph, bienvenue ma TCS.

      C'est la Fête ce soir sur le Forum.

      Faber

      • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
        30 octobre 2006, par antonio  

        Zut, elle m'a encore devancé de 157 millisecondes. Je n'en pleurerai pas trop, je me ferai une raison. Après tout, c'est le boss non ?

        Question fiesta, je sens que ça va être explosif et qu'on va partir dans tous les sens. Pas que ce soit insensé non, mais il y a tellement à lire ...

        J'ai le poignet qui gonfle à force de saluer. C'est rien, je mettrai un triple bandage. Ca vaut au moins ça.

        Bisous fraternels,

        Antonio.

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          31 octobre 2006, par fabermother  

          Tant que ce ne sont pas les chevilles (ou la tête) qui gonflent, c'est pas grave mon Bon !

          Bisous sororels (tu t'es rasé au moins ?).

          Faber

          • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
            31 octobre 2006, par antonio  

            Ben je sais pas trop. Le poil n'est pas très dru (c'est pas comme Jiri, tu l'as vu cézigue ?), alors je laisse parfois en jachère, la tondeuse ne fait que survoler.

            En tous les cas j'en suis PAF ! Tu sais, comme après une série de BAFs ? Sauf que là c'est moi qui me les prends.

            Pour le reste un peu de pommade, un chouïa de poudre de perlinpinpin et vogue la galère, ragaillardi qu'il est l'Antonio.

            Bisous fraternels,

            Antonio.

      • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
        30 octobre 2006, par isis  

        bonsoir

        apres une journee passee au soleil,face a la mer, a lire et reflechir, vous retrouver ce soir , dans cette ambiance de pur bonheur me fait battre le coeur...

        quelle chance ils ont, jean francois et aleph....je les envie, j avoue.

        mais sans amertume, juste en me disant est ce que moi aussi un jour j aurais ce bonheur ????

        bonne soiree

        isis

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          30 octobre 2006, par fabermother  

          Nous t'attendons au détour du chemin naturel.

          Que la fête continue ! Dans la beauté.

          Très douce nuit.

          Faber

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          31 octobre 2006, par Aleph  

          Bonjour Isis,

          Je ne sais pas où tu t'es présentée, ni dans quelles conditions, ni si tu as été accompagnée dans ta démarche... donc, je tâtonne mais suis touchée par ton message !

          Me concernant, j'ai eu la chance d'être stimulée, accompagnée, entourée... et le TCF que je considère comme mon parrain est même allé en visite pour moi, pour essayer de voir où moi la rebelle, l'irrésolue et la dilettante que je suis, s'épanouirait le mieux !

          Bref, beaucoup beaucoup de chance... cependant, jusqu'à la dernière minute, j'ai toujours considéré que ça pouvait "ne pas passer".

          Si tu es une cherchante, je te dirai (même si suis encore bien jeunette... et j'ai même pas la parole en plus) de persévérer ! Peut-être que tu ne collais pas avec l'esprit du "groupe" et tu aurais été malheureuse. Il est question d'universalité et de fraternité mais nous restons des hommes et des femmes, avec nos forces, nos faiblesses et tout le monde ne peut pas être admis au même endroit... c'est plutôt rassurant !

          Une bise très amicale et sonore car ton pseudo me rappelle que me voilà aussi devenue une "egyptienne" !

          En espérant avoir la chance d'en discuter avec toi peut-être ?

          Aleph

      • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
        31 octobre 2006, par Aleph  

        Très contente de pouvoir te parler Faber !

        J'ai longtemps été seuls parmi les frères car mon entourage maçonnique est plutôt masculin et j'ai été heureuse d'être reçue, il y a plusieurs jours maintenant, pour me lier avec des soeurs !

        Je dois dire que j'apprécie beaucoup ton humour... c'est aussi pour le mien que pas mal de frères m'apprécient... je comprends leur humour potache, parfois de carabin, et ils trouvent en général que les femmes de leur entourage ne gotent pas assez ces qualités !

        Comme je le disais à Antonio, je suis encore bien petite mais je suis curieuse et j'aime apprendre, je pense devenir très assidue ici... et ailleurs aussi bien sr !

        Merci de ton accueil

        Aleph

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          31 octobre 2006, par fabermother  

          Bonsoir Aleph (et tout le monde),

          Donc, j'ai "enfin" une Soeur maçonnique dans ce forum, et qui plus est, cerise sur le gateau, "égyptienne" (cf ton post à Isis). Je peux donc en conclure que nous devons pratiquer toi et moi le même Rite ou similaire.

          L'annonce de ton assiduité m'enchante.

          Nos Promeneuses de choc, Eléonore, Caro, Anne, Sarah, Céline,Isis sont, chacune dans son style, des petites merveilles (profitez, c'est pas tous les jours que je fais des compliments ! loll).

          Bonne soirée,

          Faber

    • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
      30 octobre 2006, par antonio  

      Et nous donc ! Au fait, sois la bienvenue car, si j'en juge à la syntaxe, tu viendrais grossir les rangs déjà serrés de la gent féminine s'éparpillant sur ce site. "Aleph", première lettre de l'alphabet hébreu : présage ? L'unité, encore et toujours.

      Nous attendons avec ferveur les fruits de test cogitations vespérales ou nocturnes, voire diurnes car toute heure est bonne pour réveiller nos cherz'auditeurs. De toutes façons toujours entre midi et minuit, pas plus.

      Tu es chez toi sur ce site.

      Antonio.

      • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
        31 octobre 2006  

        Bonjour à tous,

        Aleph, bienvenue sur le forum.

        J' suis, comme d'autres, fort malmenée depuis plusieurs mois et le comble c'est que j'y reste ; alllez savoir pourquoi ?

        amicalement,

        Anne

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          31 octobre 2006, par Aleph  

          Merci à toi Anne !

          Malmenée sur ce site ou en loge ? Comme je le disais à Isis, nous sommes des hommes et des femmes avec des qualités, des défauts, des bons moments, des coups de gueule... mais ça vaut le coup d'être vécu !

          Bon courage

          Aleph

          • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
            31 octobre 2006, par Anne  

            Bonsoir Aleph,

            malmenée sur le site : c'est Faber, elle est terrible ; mais elle le sait, je l'ai déjà dit !!!

            Ce n'était qu'une plaisanterie. Elle le sait aussi.

            C'est moi et non Isis qui ne collait pas avec le groupe où je n'ai pas été acceptée.

            C'est mieux ainsi ; je ne suis allée au bout que parce que je vais au bout de mes décisions, mais le résultat final ne me surprend pas...

            Bonne soirée à tous...

            Anne

            • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
              1er novembre 2006, par fabermother  

              Et toi, ma chère Anne, tu es terriblement terrible.

              Bah ! Même si je te secoue parfois, c'est que tu peux le supporter. Et je suis persuadée que tu préfère mon froncement de sourcils à un sourire béatifié.

              Avance, Diablotine ! La voie s'ouvre.

              Faber

              • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
                1er novembre 2006, par Anne  

                Bonjour,

                tant mieux Faber si je suis terriblement terrible. Je suis là pour ça, je suis le diable...

                Préfères-tu les sommets s'étirant à l'infini ou la mer avec son flux et son reflux accompagné par le soufflet de la boîte du diable ?...

                Je m'excuse auprès des autres lecteurs pour cette parenthèse mal placée. Tu as dit Faber que ta messagerie ne répondait plus... Donc j'ai écrit ici...

                Je préfère le rugissement de Sekhmet au froncement de sourcil Faber.

                Remarque qu'un sourire béatifié ne serait pas pour me déplaire :

                voir le lien sur la maison de la béate :

                http://tresordesregions.mgm.fr/Mdir.php ?p=Voc83.html

                L'Auvergne, l'auvergnat, tiens on y revient malgré soi...

                Céline, je profite de ces quelques lignes pour dire que je te rejoins pour la patience, souvent, mais pas toujours. Le temps joue aussi contre vous et l'exemple auquel je pense est criant... Je ne peux l'exprimer ici. Cela serait manquer à tout respect d à l'autre...

                Je pourrais évoquer tant d'autres faits où le temps joue contre nous, voire ceux où on ne l'a pas... alors qu'on le souhaiterait tant...

                Bonne journée à tous,

                Anne

                • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
                  1er novembre 2006, par Sarah  

                  Je comprends que c'est de l'humour Anne, mais pourquoi toujours cette référence au Diable ?

                  Ne t'excuse par contre surtout pas, enfin pas pour moi, car tu vois tu me donnes l'opportunité maintenant de te poser une question que je me pose depuis que je lis tes posts et la façon dont tu te présentes.

                  Une douce nuit à toi.

                  Sarah

                  • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
                    2 novembre 2006, par Anne  

                    Bonjour Sarah et bonjour à tous,

                    mon "surnom" vient de mon instrument de musique : l'accordéon diatonique est aussi appelé "la boîte du diable". Les sonneurs n'étaient pas toujours en relation de sainteté avec les églises...

                    Et moi, je ne suis pas en phase avec vous en particulier pour l'admission de tous en FM...

                    Bonne journée,

                    Anne

                    • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
                      4 novembre 2006, par Sarah  

                      Bon Soir Anne,

                      Je ne savais pas.

                      Ni pour l'appellation de l'accordéon, ni pour les difficultés relationnelles entre les sonneurs et les églises.

                      Mais l'identification avec ton instrument est tout à fait interressante et pour continuer de te répondre elle peut être une porte d'exploration de l'égo dont tu me parlais.

                      En même temps que je t'écris, je pense à la pianiste Hélène Grimaud (et à ses loups en liberté).

                      La musique est pour elle autant l'une des portes d'entrée de l'exploration de son intériorité, tout autant que l'expression de son être.

                      J'ai retrouvé dans tes posts précédents ton avis concernant le fais que tout le monde devrait pouvoir avoir le droit d'entrer en FM...

                      Dans un autre temps j'avais cité une phrase "viens, viens... qui que tu sois... viens".

                      Ce que je n'avais pas précisé, c'est que pour franchir la porte, une certaine attitude est demandée.

                      Cette attitude est celle nécessaire pour permettre l'apprentissage.

                      Je ne veux te convaincre de rien, parce que moi de toute façon, je n'ai même pas fais de demande en FM pour l'instant, ni vécu les enquêtes, ni vécu l'expérience du bandeau...

                      Simplement, j'ai épuré (selon l'expression consacrée... si je dis loll c'est adapté ?) très rapidement, (mais d'une manière assez violente également pour moi) ce point, car je ne crois pas que ça soit l'essentiel.

                      Donc, ton expérience, ça je ne sais absoluement pas.

                      Mais comme tu disais, "je reviens, va savoir pourquoi..."

                      Alors, je me permets de partager celà avec toi, une soeur d'humanité.

                      Bonne fin de soirée à toi.

                      Sarah

            • koan français
              1er novembre 2006, par C-line  

              Bonjour Anne,

              Permet moi de partager avec toi cette une petite phrase :

              "la patience est la meilleure façon de hâter le temps"

              amicalement

        • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
          31 octobre 2006, par antonio  

          Facile : tu nous aimes et nous aussi. Efin, je veux dire que nous nous aimons ... NON ! Je vous aime, zut ! Bon, je verrai demain, hein ? Toi y en a avoir compris ? OK. On se téléphone, on se fait une bouffe et on en parle (*).

          Antonio.

          (*) Extrait de "Obélix & Cie", Astérix & Obélix, volume 23, pp. 24 et suivantes, Dargaud Editeur, 1976.

      • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
        31 octobre 2006, par Aleph  

        Merci Antonio !

        Et oui, Aleph, l'alphabet hébraïque ... le commencement et la fin, ça plaît beaucoup à mon relativisme, mon sens du recul et de l'observation.

        Mais pour une fois, j'ai cessé d'être une dilettante et j'ai frappé à la porte du temple où l'on m'a permis de faire mes premiers pas.

        Dans un premier temps, je gage que j'aurai plus de questions à déposer que de contributions à verser ! Il faut un début à tout !

        Merci encore de ton accueil

        Aleph

    • bienvenue
      1er novembre 2006, par C-line  

      Bien le bonjour à toi, ô Aleph

      Tous pleins de bisous virtuels pour t'accueillir. Merci de nous faire partager ton allégresse.

      SMACK SMACK SMACK

  • > CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!
    31 octobre 2006, par Bill  
    CHALEUREUSE TRIPLE BATTERIE !!!

    Bonjour à toutes et à tous.

    Hé bien !!! une semaine d'absence, trois pages de commentaires à lire, et deux bonnes nouvelles. Soyez donc les bienvenus JF et Aleph. Fraternelles accolades.

    Bonne Journée

    Bill

    • > au Fait JF....
      31 octobre 2006, par Bill  

      Ca veut dire aussi Joyeux Frangin maintenant !

      lol

      • > au Fait JF....
        31 octobre 2006, par Aleph  

        Merci Bill

        Et c'est vrai que ceux que je connais sont vraiment de très joyeux frangins... même si on trouve tout de même un nombre infime de ronchons indécrottables !

        Heureusement, j'ai fait plus d'heureuses rencontres que de mauvaises... et c'est pour ça que j'ai frappé à la porte !

        Merci pour cet accueil chaleureux !

        Aleph

      • > au Fait JF....
        31 octobre 2006, par antonio  

        Ah non ! Tu vas pas t'y mettre toiz'aussi ! C'est JF maintenant : Jules-Ferdinand une fois pour toutes !

        Ravi de te savoir de retour. Bon, le voyage ?

        Ton truc sur la Vérité, quelque part plus haut, m'a fait penser à quelques petites choses. Je mijote un brin, et je viens te compléter.

        A+,

        Antonio.

        • > au Fait Antonio....
          31 octobre 2006, par Bill  

          Salut mon TCF

          Pour le voyage on en parle par mail.

          Pour la vérité, chacun d'entre nous est la pour apporter sa pierre à l'édifice.

          A+

          Bill

      • > au Fait JF....
        31 octobre 2006, par antonio  

        Tois tu es passé voir l'Auvergnat trop souvent.

        Alleï, je t'aime bien quand même.

        Antonio.

L'épée et la truelle
29 octobre 2006, par EMEREK  

Je viens de parcourir un blog ,bien construit, fait par des francs- maçons qui se déclarent pour "La vérité ,la rigueur et la Justice"

http://lodgamour.blogspirit.com/a0-_a_propos_de_ce_blog/

Ce site de veille sur l'antimaçonnisme me semble très indiqué à mettre entre les mains des profanes qui cherchent à nous rejoindre et qui se posent des questions sur les rapports entre religions et maçonnerie

Je vais continuer à l'explorer car il y a de la lecture.....

Bonsoir à toutes et tous

  • > L'épée et la truelle
    29 octobre 2006, par Anne  

    Bonsoir Emerek,

    bizarre cet anti maçonnisme permanent quand on n'en sait rien. Avant de m'y intéresser et d'avoir été rejetée, je n'en savais quasi rien. J'avais une stricte neutralité ne me souvenant que de vagues émissions à la radio du temps où j'étais lycéenne...

    Par contre, quand j'ai découvert seule sur le web que des gens pouvaient être rejetés, cela m'a choquée et me choque toujours compte tenu de l'idéal affiché.

    Je ne le comprends toujours pas, pas plus que l'anti maçonnisme. Personne n'a pour le moment réussi à me l'expliquer ?...

    Je regrette les 2 approches...

    Bonne soirée,

    Anne

    • > L'épée et la truelle
      29 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir Anne,

      Tu n'as pas été rejetée, tu as été ajournée. Comme des milliers de Franc-Maçons avant de devenir Franc-Maçons.

      Personne ne peut t'expliquer ce que tu refuses de comprendre.

      Et si tu prenais tranquillement le chemin ?

      Ce serait bien. Et tu en as la capacité.

      Douce nuit,

      Faber

    • > L'épée et la truelle
      30 octobre 2006, par EMEREK  

      Je suis d'accord avec Franck pour dire que ce site est austère et sévère... Cependant c'est un blog de « veille » sur l'antimaçonnerie : donc sans concession.

      Comme dans une certaine épreuve maçonnique :le véritable ennemi est souvent soi-même. La maçonnerie ,elle-même , par ses déviances donne à ses ennemis des verges pour se faire battre.

      J'aime le titre de ce blog qui fait référence au livre de NEHEMIE qui parle de la reconstruction de Jérusalem et de son Temple après le retour de captivité en Babylone.

      Les Juifs devaient à la fois reconstruire et se défendre ...

      C'est bien la philosophie de ce blog, l'explication de son austérité ...

      Livre de Néhémie

      Ceux qui bâtissaient la muraille, et ceux qui portaient ou chargeaient les fardeaux, travaillaient d'une main et tenaient une arme de l'autre ; (4.17)

      Chacun d'eux, en travaillant, avait son épée ceinte autour des reins..... (4.18)

      ....... Quant au contenu exhaustif de ce blog je suis, comme Faber , en exploration.

      J'aime bien par principe les trucs décapants sans concession ainsi que la liberté de parole ...que nous trouvons ici...

      Enfin pour répondre à Anne : ton expérience n'a rien à voir avec cela...

      Dis toi simplement que ce n'était pas encore le moment de la rencontre.

      Persévère, la conjonction et la récompense sont au bout du chemin.

      • > L'épée et la truelle
        31 octobre 2006, par Sarah  

        Ce que je me dis, c'est qu'il y a souvent des charges de sens sur les mots. Ce n'est pas une découverte, mais je vois un peu plus clairement comment ça réagit de manière spontanée à l'intérieur.

        Quant j'ai parlé de "la lutte contre la souffrance", Faber m'a répondu "on ne lutte pas, on la partage, on l'adoucit...".

        Je continue d'observer et de penser qu'il existe une forme de lutte contre la souffrance. Mais, de regarder cette tentative comme un partage change quelque chose...

        Après, se sont mes propres limites à l'accueil que je dois prendre en considération...

        ça me fait rebondir sur "la reconstruction du temple tout en devant se défendre".

        Les images sont souvent très guerrières... mais, se défendre, n'est pas attaquer...

        Et puis je vois deux choix, se défendre ou l'exil.

        Donc tout va dépendre du moment, du contexte...

        Et donc à "la sagesse de discerner l'une de l'autre" (les choses que je peux changer, et celles que je ne peux pas).

        Je retiens aussi, et la je suis curieuse sur l'épreuve dont tu parles concernant "le véritable ennemi est souvent soi-même".

        Si le passage sous le bandeau, le cabinet de réflexion (je ne suis pas sre de l'appellation) ne me semblent vraiment pas être des rituels anodins, je me dis que celui "de l'ennemi qui est soi-même" ça doit sérieusement secouer.

        Pas de réveil possible sans choc...

        J'en reviens alors aux trois pilliers de l'arbre séphirotique évoqués par Faber :

        le pilier de la compassion

        le pilier de la rigueur

        le pilier de l'équilibre

        J'ai un peu l'impression d'être hors sujet, mais je n'estime pas avoir le niveau de connaissances nécessaires pour me lancer dans une analyse du blog de veille cité.

        En plus, là où j'en suis, ça ne m'apporterait pas grand chose.

        Et voilà pour ma petite réflexion du matin.

        Bonne journée à tous. Et merci pour les personnes qui ont besoin de l'énergie de l'amour.

        Sarah

      • > L'épée et la truelle
        31 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour,

        ma réponse dépassait largement mon expérience.

        Je ne peux comprendre ni l'anti-maçonnisme primaire ni le fait que les loges ne soient pes ouvertes à tous, avec tous les défis que cela sous-entend...

        amicalement, Anne

        P. S. : merci pour ton message Faber ; j'y reviendrai en privé dans quelques jours...

        • > L'épée et la truelle
          31 octobre 2006, par Anne  
          Labeur

          Re bonjour Emerek,

          que penses-tu du post d'aujourd'hui sur le blog hiram.be ?

          Peux-tu nous en parler ? N'est-ce pas ton labeur ?

          Si je me suis trompée dans la traduction, accepte mes excuses.

          Bonne journée, Anne

          • > L'épée et la truelle
            31 octobre 2006, par EMEREK  

            Bonsoir toutes et tous, Anne et Sarah en particulier... Je suppose, Anne, que tu évoques l'article de « la libre Belgique » sur « les maçons ces frères trop méconnus » Il est vrai que des ponts se tissent entre les églises et les francs maçons et que certains ecclésiastiques assistent à des tenues blanches fermées .J'ai pour ma part assisté dans ma ville à une de ces tenues avec un « Monseigneur » très connu en France. Je ne pense pas que les églises doivent aller jusqu'à la repentance. Les choses ont été dites à une époque dans un certain contexte : Point barre. Pourquoi vouloir toujours s'excuser ???Les choses changent et c'est très bien ainsi... Mais il faut de la vigilance et c'est pour cela que nous devons poursuivre l'explication de nos valeurs à l'extérieur sans rien renier de notre tradition et de notre secret

            En ce qui concerne l'épreuve évoquée par Sarah...Le combat intérieur, parfois âpre et violent, de la maçonnerie est contre l'EGO. Ce combat peut prendre toutes les formes et l'image de la truelle et de l'épée trouve ainsi tout son sens... Les épreuves proposées au maçon apparaissent sous différentes formes dans tous les degrés de l'initiation et visent TOUTES ce même but :le perfectionnement de l'individu.

            • > L'épée et la truelle
              31 octobre 2006, par Anne  

              Non Emerek, ce n'est pas cet article...

              Et quand je parle de traduction, je parle au sens propre et non au sens figuré : traduire d'une langue dans une autre ; ici le mot labeur étant la traduction du mot en français...

              Bonne soirée, Anne

              • > L'épée et la truelle
                31 octobre 2006, par EMEREK  

                Quel article Anne ???

                En ce qui concerne les traductions : un vieil adage italien que j'aime bien :

                "Traduttore,traditore"

                • > L'épée et la truelle
                  31 octobre 2006, par Anne  

                  Bonsoir,

                  En turc, emek signifie labeur.

                  Emerek pourait être traduit par "qui travaille à l'infini"...

                  amicalement,

                  Anne

                  • > L'épée et la truelle
                    1er novembre 2006, par EMEREK  

                    Très intéressante cette étymologie.

                    Un peu dans le sens de la signification qui en est donnée. Mais ce n'est pas cela.

                    Merci pour le commentaire...

                    Bonne route

    • > L'épée et la truelle
      31 octobre 2006, par antonio  

      Ma chère Anne,

      Voilà bien longtemps que je ne n'ai pas échangé de posts avec toi, histoire de te tenir alerte (d'autres mauvaises langues auraient dit asticoté, laisse les causer). Ce soir je me sens en verve, alors profitons-en.

      La réponse de Faber, (oui celle juste en dessous de ton post à toi, quelque part en haut de la colonne) c'est celle du Boss. Dame, elle, c'est tout le monde qu'elle a sur le dos, alors il faut faire fissa. Ma pomme, j'ai tout mon temps. Les hispaniques (c'est ma peuplade d'origine, NDLR), surtout ceux des amériques, et plus particulièrement les mexicains, ont un mot pour faire patienter : maana (c'est en castillan ; en français : demain et en international : jamais). Entre le tout de suite et jamais, il y a de la marge. Le problème, pour en revenir à ton cas, est "qu'ils" ont probablement dit "demain" et tu as peut-être compris "maana" tout en espérant "tout de suite".

      Vous là, dans le fond. Oui, vous. Ca vaut pour vous aussi.

      Cette mésaventure résulte, qu'on le veuille ou non, d'un jugement porté. C'est une des raisons qui me font écarter la procédure du passage sous le bandeau. Tu as peut-être lu les quelques posts de notre nouvelle Sur "Aleph". Qu'est ce qu'elle dit de la préparation et tout ça ? Je pense déjà l'avoir écrit quelques fois ici et je suis persuadé que j'y reviendrai encore souvent.

      Je me demande finalement si la solution ne serait pas, dans ton cas, de te trouver un "parrain" plutôt que de vouloir forcer la porte d'un Temple. Puisque la force (même tranquille) ne marche pas, essayons la douceur et le temps. Dans la Franc-Maçonnerie, la force s'apprend. Ou plutôt non, on apprend à la maîtriser la force (pas de fausses idées, on est pas chez G. Lucas, mais on pourrait en y réfléchissant bien). Il faut aussi d'autres "vertus" que celle-là seule pour avancer mais toutes, sans exception, s'apprennent. Ne mettons pas la charrue avant le bufs. Moi, je préfère te parler de patience et de laisser faire le temps. C'est ta persévérance qui te fera entrer un jour et surtout le désir mais ni l'insistance ni l'impatience ne seront jamais tes alliées. Bonne route,

      Antonio.

      • > L'épée et la truelle
        31 octobre 2006, par Anne  

        Merci pour ce long message Antonio.

        Je te répondrai, mais pas sur le forum, si tu veux bien...

        amicalement,

        Anne

        • > L'épée et la truelle
          31 octobre 2006, par antonio  

          No problemo (Terminator II).

          Antonio.

          • > L'épée et la truelle
            1er novembre 2006, par fabermother  

            Je vois que tu possèdes une vraie culture cinéphile.

             ;-)

            Douce nuit (ben quoi, il n'est que 00h55 !).

            Faber

  • > L'épée et la truelle
    29 octobre 2006, par fabermother  

    Bonsoir mon TCF,

    Je viens de jeter un coup d'oeil en diagonale descendante de gauche à droite sur ce site (c'est ma façon de lire et c'est pour ça que j'ai parfois un torticolis :-)).

    Si tu penses que ce site est intéressant, je me fais un devoir de le lire soigneusement, avant de formuler une opinion personnelle.

    En attendant, et comme je suis une mother-sister pour vous tous qui avez des difficultés pour inclure des images ou des liens :

    L'épée et la truelle

    Nuit paisible à toutes et tous. Nous avons gagné une heure par rapport au véritable zénith.

    Faber

    • > L'épée et la truelle
      29 octobre 2006, par Eléonore  

      C'est vrai, je ne sais ce que tu es de plus pour moi, une mère, une soeur, une amie, une intime, tu es toutes à la fois et c'est comme ça que je te vois.

      Je t'aime.

      Eléonore

      • Le lotus et l'acacia
        30 octobre 2006, par fabermother  

        Ma chère Eléonore,

        Je ne me voyais pas si kitch ! loll

        Il ne faudrait pas me mettre une auréole, ça risquerait de brider mon cerveau de Maçonne libre. ;-p)

        C'est Antonio qui va rigoler en me voyant sur le lotus. Remarque que ça change de l'acacia.

        Je t'aime tout fort moi aussi, et comme le coeur est exponentiel, au plus on aime, au plus il grandit pour accueillir. Tu as bien compris ce mystère.

        Faber

        • > Le lotus et l'acacia
          30 octobre 2006, par antonio  

          Ha, ha, ha ! Hé, hé. c'est ta photo ? Ma pensée initiale allait vers le nénuphar, mais si lotus il y a : OK, moi pas savoir. Mais, ça ne se mange pas le lotus ? Dites les filles, quand vous aurez fini de roucouler, dites-le nous ! Faut qu'on avance. On des nouveaux plein les bras, des anciens qui trépignent, des pas encore nouveaux qui vont dans tous les sens, et puis il faut les gérer les 24613 visiteurs. Au charbon.

          Juste que au lieu d'exponentiel, j'aurais préféré logarithmique. D'abord c'est linéaire, ensuite ils comprennent moins (hi, hi, hi).

          Bonne bourre quand même et bisous fraternels à vous deux.

          Antonio.

          • > Le lotus et l'acacia
            30 octobre 2006, par fabermother  

            Je vois que ton passage dans les Ardennes t'a réussi.

            C'est le sanglier qui débarque ?

            Excusez-nous cher Lecteurs. C'est Antonio avec toute sa verve latine et son bon sens belge.

            Je l'aime, ce Frère. C'est mon jumeau.

            (ne le dis pas à ton Ob :., ils font te faire la gueule)

            lolll

            Faber

            • > Le lotus et l'acacia
              30 octobre 2006, par Sarah  

              ça veut dire quoi : lolll ???

              Sarah

              • > Le lotus et l'acacia
                31 octobre 2006, par fabermother  

                Ca veut dire que je le chahute tout comme il me chahute. C'est un sport très répandu chez nous les FM, mais uniquement dans les couloirs. Autrement nous sommes vachement sérieux en Tenue.

                Mais nous n'avons encore pas décidé qui était, entre nous deux, le chat hutteur et le chat huant.

                Bisous du petit matin.

                Faber :-)

                • > Le lotus et l'acacia
                  31 octobre 2006, par Sarah  

                  Comme si ça rappelait de ne pas se prendre au sérieux ? Une façon de continuer de travailler plus légère qu'en loge ? Une façon d'intégrer au "naturel" ?

                  De l'extérieur, de vos échanges, souvent je ne comprends pas tout ce qui se passe autant avec Antonio qu'avec d'autres participants de ce forum, mais je reçois quelque chose de l'ordre d'un lien très fort entre vous.

                  Excuses moi, mais l'image qui me vient c'est "Astérix et Obélix"... Très différents, mais là pour la même chose et regardant dans la même direction ! Comme un couple aussi...

                  Bref, la légèreté...

                  Merci.

                  Sarah.

                  • > Le lotus et l'acacia
                    31 octobre 2006, par Bill  
                    Dis nous tout ?!

                    Qui vois tu en Obélix ?

                    Bill

                    • > Le lotus et l'acacia
                      31 octobre 2006, par Sarah  

                      Comme ça, si je regarde virtuellement Antonio et Faber... c'est + Antonio.

                      Sarah

                      • > Astérix & Obélix
                        31 octobre 2006, par antonio  

                        Mais c'est qu'elle en a dans la chou la petite ! Chère, très chère Sarah : Tu sais ce qu'elle te dit, mon image virtuelle, hein ? Tu sais ce qu'elle te dit ?

                        J'aaaaadooooooore !

                        J'ai eu peur un moment que tu ne cites une autre paire aussi célèbre : ouf, non !

                        (aparté pour Faber) Dis donc mon Astérixchoute, tu crois vraiment qu'ils l'ont découvert, notre secret ? Et toutes ces vannes qu'on se lançait comme des menhirs ils ont atterri où, tu crois ? D'ici à ce qu'ils croient que je suis tombé dedans quand j'étais pitchoun. Dis voir, tu n'as toujours pas répondu à Sarah et sa question était très précise !

                        Des comme celle-là, par tombereaux entiers qu'on peut les lâcher.

                        Bien fraternellement,

                        Antonio.

                  • > Le lotus, l'acacia et la feuille de vigne
                    31 octobre 2006, par antonio  

                    Il en est de la Fraternité comme avec d'autres choses. A ma Sur, je peux tout dire et d'elle je peux tout entendre. Il est des moments de tendresse comme d'autres d'angoisse et un monde entre les deux. L'angoisse, comme la tristesse, ont cette particularité de ne pas se partager. Ce qui nous angoisse comme ce qui nous attriste nous est personnel, indicible et non communicable sauf à de très rares exceptions dont, je m'empresse de l'écrie, je ne fais pas partie. Je conçois cependant qu'ils puissent exister.

                    Personne n'a jamais dit ou écrit que la Franc-Maçonnerie est une chose triste. Sérieuse, sans doute mais pas triste. Je n'ai cependant jamais assisté à des éclats de rire en Loge, quoique une fois, ça a failli partir mais en plus c'était pour la bonne cause. Je ne sais plus qui a bien pu écrire que "le rire est le propre de l'homme". Dès lors que je suis un homme je me dois de rire (sophisme), les femmes motus ! Il est vrai cependant, qu'il est plus facile de mener ces actions de rhétorique paillarde en dehors de la Loge, leur symbolisme, si tant est qu'elles en aient un, n'est pas toujours sur la même voie que le symbolisme maçonnique. Bref, on se lâche un peu.

                    Question subsidiaire : pourquoi ne pas demander ce que tu ne comprends pas ? (tiens, voilà que je fais les questions maintenant). Tout ce que tu risques d'avoir, au pire, c'est une réponse explicative un peu évasive, mais ça ne tue pas, contrairement au ridicule. Je ne me lasse pas de répéter à qui veut entendre qu'il n'y a pas de questions idiotes il n'y a que des réponses imbéciles. C'est vrai qu'il faut d'abord enlever les frites qui bouchent les oreilles.

                    Allez, sans blague, bien fraternellement,

                    Antonio.

                    • > Le lotus, l'acacia et la feuille de vigne
                      31 octobre 2006, par Sarah  

                      Très cher Antonio,

                      C'est un peu ça... d'ailleurs je l'ai dit quelque part ici,parfois, je suis un peu sourde.

                      Faut dire aussi, que parfois mon égo "gueule" si fort, qu'il m'empêche d'entendre.

                      Mais bon, je suis lente aussi. Enfin, peut être pas si lente que ça.

                      J'ai vu quelque chose ici concernant un fil à plomb qui parle de profondeur. Aussi, comme Faber me l'avait si bien renvoyé : "pose la vrai question".

                      Pour poser de vrais questions (non pas qu'il y en ait vraiment de fausses) j'essaie avant de méditer pour les laisser émerger.

                      Je suis en train de me dire que le statut d'apprenti doit vraiment laisser le temps.

                      D'ailleurs une question me vient : en dehors de se taire et d'écouter, que demande t-on à un apprenti ?

                      Et merci pour ta question (pourquoi ne pas demandé ce que tu ne comprends pas) car elle me renvoie à quelque chose de très important de moi-même que j'avais presque oublié et qui va me permettre d'avancer un peu plus sur quoi je travaille en ce moment au niveau de ma petite histoire personnelle.

                      En tout cas, c'est vraiment bon pour moi d'être parmi vous.

                      Si je dérape façon journal intime, je compte sur Faber pour me rappeler à l'ordre.

                      J'ai envie d'apprendre.

                      Voilà pour ce soir.

                      Bisou.

                      Sarah

                      • > Le lotus, l'acacia et la feuille de vigne
                        1er novembre 2006, par antonio  

                        Bonsoir Sarah.

                        Pour l'égo, pas de panique : tu fais comme moi. Le fourrer dans ta poche droite, un mouchoir par dessus et le poing serré qui tient le tout. Tu vas voir, ça marche. (*)

                        Pour l'Apprenti, tu trouves qu'il y en pas assez de se taire et d'écouter ? Je te propose un petit exercice : dans une réunion de personnes où tu te retrouves souvent (donc les gens te connaissent) ayant un sujet de conversation quelconque mais important, et fais une seule chose : écouter, sans intervenir. Démarre le chrono (tu regardes ta montre discrètement, des fois qu'ils craignent te voir déjà partir ...) Quand je dis écouter, cela veut dire ce que cela veut dire : tu t'imprègnes de ce que celui qui a la parole dit, SANS CHERCHER A LE(LA) CONTREDIRE, comme si tu voulais faire tiennes toutes ses paroles, bonnes ou mauvaises. Tu continues à écouter aussi consciencieusement tous ceux qui parlent. Tu arrêtes le chrono à la première pensée qui te traverse l'esprit du genre : "c'est des c...ies ce qu'il (ou elle) dit", ou "mais ça n'est pas vrai", "il aurait du dire ça comme ça", "elle n'y connaît rien à ce truc", bref tu vois le genre ? Et tu me dis combien de temps tu as tenu. Tu devrais être capable, en plus, de me raconter ce qu'ils ont dit sur le sujet, sinon c'est de la triche.

                        D'un autre côté le terme d'apprenti ( apprentif écrivaient-ils en vieux françois - prononcer françoué) n'a pas été non plus choisi au hasard. Nos Frères anglais disent plutôt Entered Apprentice qui est plus parlant (si j'ose dire). Et je suis bien d'accord avec toi, il DOIT laisser le temps au temps.

                        L'envie c'est le début du désir. Le désir se trempe dans la persévérance. La persévérance nous mène au bout de l'Univers, ou de l'enfer, c'est selon. Ravi si j'ai pu t'être utile.

                        Bien fraternellement,

                        Antonio.

                        (*) Pour prendre la parole, en général, on lève la main droite, et comme elle est occupée ...

        • > Le lotus et l'acacia
          31 octobre 2006, par Eléonore  

          Ouais, surtout qu'il a peu, je me suis retrouvée tout contre des tout jeunes acacias et de traviole (les pauvres ils y ont laissé de leur écorce), leur souplesse et leur solidité nous ont sauvé la vie (à ma fille et moi) et évité le tonneau redoutable dans les moutons du pré.

          Je sais pas si des lotus ou des nénuphars aurait aussi bien assurés (ou alors dans l'eau), que voulez vous l'acacia est une valeur sure et durable, nous autres ruraux on le sait bien.

          ça s'appelle une rencontre avec un symbole. Non ?

          Eléonore

          • > Le lotus et l'acacia
            1er novembre 2006, par fabermother  

            Chère Eléonore,

            L'acacia t'a donc tendu les bras !

            A cette allure là, ça promet ... avant même d'écrire ta lettre de demande, l'acacia t'est connu !!!

            Ya plus d'enfants, ma bonne dame ... loll

            Gros bisous à toi et ta fille (aux autres aussi, bien sur).

            Faber

    • > L'épée et la truelle
      30 octobre 2006, par Franck  

      Bonjour,

      J'ai parcouru rapidement ce blog. Selon moi, il n'est pas mauvais, il est polémique, certe, mais il se propose de combattre l'antimaçonnerie.

      Il est utile donc, même si sa forme et son ton sont un peu sévères. Je crois que j'y jetterai un oeil de temps en temps.

      Franck

Lola et Benjamin
29 octobre 2006, par Sarah  

La vie, la mort... transformation... passage d'un état à un autre... Le chemin.

Combien faut il d'énergie et d'amour pour faire le chemin... toutes les aides sont bien venues pour accompagner.

Lola, c'est la grand-mère de mon compagnon. Elle est en réanimation et qu'elle que soit l'issue, elle a besoin de l'énergie de l'amour.

Benjamin, c'est le cousin de mon compagnon. Il a 22 ans et une très grave tumeur qui n'a pas réagi à la chimio. Une intervention est prévue en novembre avec de très gros risques. Lui aussi a besoin de l'énergie de l'amour.

Fraternité.

Ce qui est présent ici leur est nécessaire. Je n'ai pas de doute sur celà.

Lola. Benjamin et bien sr toujours Debbie.

Beaucoup d'amour.

Sarah.

  • Egrégore
    29 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour Sarah et vous toutes et tous,

    En FM, comme dans d'autres courants initiatiques, nous savons ce qu'est l'Egrégore. Nous le vivons.

    Notre petit forum, depuis qu'il a été créé, et surtout depuis que vous l'alimentez avec vos interventions, vos pensées, vos cheminements, vos joies, vos peines, est devenu un Egrégore.

    Même si elle est virtuelle, la chaîne d'union existe aussi ici. Elle n'est pas moins forte que d'autres.

    Nos pensées convergent vers ceux qui sont en souffrance. La force de la pensée a une puissance insoupçonnable, paisible et forte.

    Lola, Benjamin, Debbie et d'autres dont je tairai le nom sont dans notre chaîne.

    Les Maçons appellent ça le lac d'amour.

    Faber

    • > Egrégore
      29 octobre 2006, par Sarah  

      C'est très beau "le lac d'amour".

      La chaîne d'union je la ressens, je n'en doute pas.

      Merci Faber, et à toutes et tous.

      A bientôt.

      Sarah.

      • > Egrégore
        29 octobre 2006, par isis  

        et meme quand je n ecris pas,je pense tres fort a debbie

        et maintenant je pense tres fort a lola et benjamin et a ton compagnon , Sarah

        a ceux qui ont besoin d amour

        et d energie universelle de guerison.

        isis

        • > Egrégore
          29 octobre 2006, par Eléonore  

          Merci de penser à Debbie

          Son compagnon a obtenu qu'elle reste chez elle (toute handicapée qu'elle soit, il a été décidé d'assumer), et que l'équipe médicale passe régulièrement. Et Pan, c'est tombé sur un de mes amis médecins, un du genre qui croit au temps et qui n'est pas cata.

          La situation était pire qu'il était vu au départ (dossier médical, c'est mon pote qui me dit cela) et pourtant Debbie évolue mieux que ce qui était possible d'espérer, les lésions sont si graves, presque une moitié de son cerveau est considéré comme morte, pourtant, à part ne pas se souvenir de nos noms (alors qu'elle sait qui ont est) et des dates, et d'être paralysée (en évolution, ça bouge bien) moi je la trouve tout à fait normale. C'est peut-être moi qui suis pétée, mais moi je la comprends nickel crome.

          Amour quand tu es la...

          Nous continuons, c'est elle qui donne la mesure.

          Même si elle n'est pas tout à fait normale, elle est tout à fait compréhensible et sensée. Sans confusion possible.

          L'amour, la plus grande de toute les puissance, non ce n'est pas de la pub de mauvaise qualité, c'est une réalité

          Eléonore

          • > Egrégore
            29 octobre 2006, par Anne  

            Bonsoir,

            2 lignes pour manifester ma présence pour vous et vos proches Sarah et Eléonore.

            Je redis que je ne sais pas m'exprimer dans ces circonstantes, je me contente de penser un peu à vous...

            Anne

            • > Egrégore
              31 octobre 2006, par Sarah  

              Merci Anne, l'important est d'être là.

              Merci à toutes et tous.

              Sarah.

        • > Egrégore
          31 octobre 2006, par Sarah  

          Merci beaucoup Isis.

          Soeureinement.

          Sarah

"BONJOUR CHEZ VOUS" (et merci Caro)
28 octobre 2006, par fabermother  

Le post sur l'initiation par Caro (un peu plus bas), m'avait fait penser à cette ancienne série dont le nom m'échappait.

Grâce à cette phrase qui hantait ma mémoire ("Bonjour chez vous"), j'ai pu retrouver le nom de cette série culte.

Le Prisonnier

Je vous recommande le site qui se cache sous le lien Le Prisonnier (cliquer dessus). Vous y découvrirez beaucoup d'enseignements, dont certains très proches de la démarche maçonnique.

Bonjour chez vous !

Faber

  • > "BONJOUR CHEZ VOUS" (et merci Caro)
    29 octobre 2006, par Anne  

    Bonsoir Faber,

    j'ai regardé le site, mais je n'ai matériellement pas le temps de tout suivre ou lire.

    Je rejoins certaines conclusions mais pas toutes.

    Pourquoi notre époque et la civilisation occidentale sont-elles toujours désavouées ?

    La situation est-elle vraiment différente ailleurs ? L'homme était-il plus libre autrefois ?

    Ou notre liberté n'est-elle pas plutôt en nous sans être totale bien sr ?...

    amicalement,

    Anne

    P. S. : ne pensez-vous pas qu'à partir d'une certaine limite, se poser trop de questions nuit et empêche d'agir ?

> de la complexité des relations humaines
27 octobre 2006, par caro  

L'amour de l'autre des autres est me semble t il une des bases fondatrices de la FM . L'amitié est elle aussi basée sur l'amour de l'autre , de ces freres ou de ses soeurs de coeur que nous avons choisi comme ami ... Cette semaine , une amie nous a quittée , une amie tres chere a mon coeur et a celui des mes amis ... la souffrance est majeure , le manque de sa presence de son sourire insupportable mais si je viens vers vous avec ce sujet c'est pour avoir votre avis sur l'aggresivité qui suit la perte d'un ami ... je suis deja tres affectée par son décés car cette personne faisait partie de ma famille du coeur ... presente dans les bons et les mauvais moments,dans le quotidien comme dans l'exceptionel ... Son décés a été la suite de nombreux jours d'espoirs de remission et d'amelioration apres une lourde intervention chirurgicale suite a un accident ... Mes amis et moi avons été tres proches , tres solidaires des uns des autres , resepctant tant bien que mal la peine et la souffrance de chacun . Cependant depuis que nous avons appris son décés , il y a une tension enorme venant d'une amie en particulier qui estime ne pas avoir été soutenue et avoir du tout assumer .... cela est loin d'etre la verité mais elle le resent ainsi ... alors a la peine commune vient se greffer cela et le groupe d'amis est en train d'exploser ... chacun balance a l'autre les verités qu'il pense sienne et ... je suis completement perdue , annéantie par ce manque de respect de la souffrance de l'autre ... c'est un peu la course a celui qui prouve qu'il l'a le plus aimé , a celui qui a le plus soutenu ces 2 filles ( majeures ) ... je ne sais plus que faire et je dois avouer ne pas avoir l'energie pour recoller les morceaux ... si a tout hazard et par malheur vous avez vécu le meme style de "tragedie" ou que vous avez un avis sur le probleme , je prendrais en compte ce que vous voudrez bien partager avec moi pour essayer d'avancer vers le chemin de la paix ... merci ... Caro

  • > de la complexité des relations humaines
    27 octobre 2006, par TAO  
    Parole du Bouddha

    « La naissance est douleur, la vieillesse est douleur, la maladie est douleur, la mort est douleur, l'union avec ce que l'on déteste est douleur, la séparation d'avec ce que l'on aime est douleur, ne pas obtenir ce que l'on désire est douleur ; en conséquence, les cinq agrégats d'appropriation sont douleurs... Cette sainte Vérité de la douleur doit être connue, et elle est connue par moi. La Voie des huit corrections doit être cultivées... »

    « La soif, qui est à l'origine des naissances, associée aux plaisirs des sens, par laquelle on éprouve du plaisir... Cette sainte Vérité de l'origine de la douleur doit être supprimée, et elle est supprimée par moi. La Voie des huit corrections doit être cultivée... »

    « La cessation de cette soif, son détachement, son abandon, son renoncement, sa libération, sa suppression, son apaisement, son absence de lieu d'asile, telle est la sainte Vérité de la cessation de la douleur. Cette sainte Vérité de la cessation de la douleur doit être vue de ses propres yeux, et je l'ai vue de mes propres yeux. La Voie des huit corrections doit êtres cultivés... »

    « C'est la sainte Voie des huit corrections : l'opinion correcte, l'intention correcte, la parole correcte, l'activité correcte, les moyens d'existence corrects, l'effort correct, l'attention correcte, la concentration mentale correcte... Cette sainte Vérité du chemin qui mène à la cessation de la douleur doit être cultivée, et elle a été cultivée par moi. »

    En méditation, par l'expiration, les pensées disparaîssent et on peut découvrir sa véritable nature comme une soif d'amour sans mesure.

    • > de la complexité des relations humaines
      28 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir mon B.°.A.°.F.°.,

      Que notre chemin soit paisible dans la recherche. Que les élans du coeurs très simples, donc l'Amour, nous guident.

      "Il y a un temps pour tout". Y compris celui d'aimer et de comprendre sans compromission et sans douleur exagérée.

      Très douce nuit, le silence nous guide.

      Faber

  • > de la complexité des relations humaines
    27 octobre 2006  

    Bonsoir Caro et bon courage à toi et aux tiens,

    les mots ne ramèneront pas la personne et sont bien faibles pour répondre.

    Une de mes amies est actuellement hospitalisée, loin de chez moi... J'irai la voir la semaine prochaine...

    Je comprends ta souffrance et je me sens impuissante pour y répondre...

    Je t'embrasse,

    Anne

  • > de la complexité des relations humaines
    27 octobre 2006, par C-line  
    la mort, c'est la vie... ou inversément

    Bonsoir Caro,

    Avant de vouloir soigner tes amis et l'amitié de ton groupe d'amis, pense d'abord à toi. Prends soin de toi, fais-toi plaisir. Offre toi un massage, un bain parfumé, une promenade dans la nature. Respire profondément, consciemment, si possible par le ventre. Stimule tes sens afin de ne pas laisser ton énergie dans l'émotionnel et le mental.

    Et par rapport à ce qui se passe dans ton groupe, essaye de prendre du recul. Tu as l'impression qu'il explose parce que chacun a des réactions inhabituelles et agressives.Le groupe n'est que le reflet de chacun de ses membres : or je pense que chacun est actuellement déstabilisé et blessé par le décès de ton amie.

    Un animal blessé devient agressif, non pas par méchanceté, mais pour se protéger et se soigner. Lors d'un deuil, chacun se débat comme il peut sous le flot de la tristesse, des regrets, de la colère ou de la peur de sa propre mort. Car la mort de l'autre est le miroir de notre mortalité, ce qui pour certain est inadmissible, surtout dans les premières saisons de la vie (je crois me souvenir que tu as "une petite trentaine").

    Alors que faire ?
    — > Laisse le temps faire. Je dis souvent que le temps est magicien. Il faut juste lui donner du temps.
    — > si tu connais la méditation sur la boule d'amour, pense à la faire. Sinon, pense à tes amis avec bienveillance et envoie leur de l'amour et de la lumière (après t'en être donné à toi)
    — > et surtout, fais confiance.

  • > de la complexité des relations humaines
    28 octobre 2006, par fabermother  

    Je sais. Je connais.

    Les morceaux qui doivent se recoller le feront. Ceux qui doivent partir le feront.

    Je plains beaucoup la disparue qui aurait aimé que sa mort soude le groupe. Au lieu qu'on la prenne comme prétexte à des maux personnels.

    Que faut-il faire ? Surtout rien. Laisser le temps faire son oeuvre.

    Il y a du travail qui t'attend, Caro.

    Regarde vers l'est, là où le soleil se lève.

    Faber

    • > de la complexité des relations humaines
      29 octobre 2006, par Sarah  

      Oui surtout ne rien vouloir faire...

      Il y a tant de choses qui nous échappent, que nous ne comprenons pas, qui nous laissent totalement désemparées et impuissantes...

      Nous ne sommes que peu de chose, juste un tout petit maillon, alors... travaillons à être ce maillon dont le post de Tao parle si bien à notre coeur/esprit.

      Beaucoup d'amour pour toi et tes ami(e)s Caro.

      Sarah.

      • > de la complexité des relations humaines
        29 octobre 2006, par isis  

        j ai passe une grande partie ma vie a essayer d agir sur les choses , sur les gens , sur le monde qui m entoure.

        dans mon quotidien professionnel, je ne fais que ca.

        j ai deja beaucoup travaille le lacher prise dans une autre vie

        aujourd hui, tous vos mots me semblent evidents : LAISSER FAIRE

        courage caro

        isis

>de la reception a l'initiation
27 octobre 2006, par caro  

Bonsoir chers tous , Ce sujet est interessant . Le mot reception amene pour moi la notion d'acceuil de l'autre . En général comme en particulier quand on donne une reception c'est que l'on désire acceuillir l'autre et quand on va a une reception on y est accueilli ... se mele aussi a cette idée , celle de l'appartenance , avec la connotation de l'accussé de reception ... histoire d'affirmer que l'on a bien reçu quelque chose ou quelqun pour l'exemple cité ... donc pour moi la reception est la reconnaisance bienvaillante de l'autre . Sa presence a été refléchie et attentue . l'initiation me laisse un plus perplexe ... je crois que je la comparerais a l'annonce de l'existence du carte au tresor avec une découverte progressive de cette derniere ... chacun fera son chemin .... Cette analogie avec une carte au tresor me fait rebondir sur une idéee un plus synthetique concernant la reception et l'initiation ... une deuxieme analogie avec un "jeu de société" ou la reception permettrait de choisir les pions qui vont composer l'equipe et l'initiation serait les actions des pions qui voudraient avancer dans la recherche du tresor en se servant de l'aide et du support de la carte ainsi que des qualités et des defauts des autres pions participants ... tous les pions du "jeu de société" auraient été reçus au depart mais seuls ceux qui le voudraient et le pourraient , avanceront sur le chemin qui mene au tresor ...chacun a son rytme ... pour decouvrir peu etre que le plus sacré et le plus precieux des tresors est celui d'accueillir de nouveuax pions ...

Voila ma petite reflexion sur le sujet ... Caro

  • > de la reception a l'initiation
    27 octobre 2006, par fabermother  

    Oui ! Bon ! Heuu ! Pourquoi pas ! Pfff ! Certes ! Voila voila !

    C'est dans quel film ? Dans quel livre ? Tu n'as pas fumé la moquette au moins ? Cela me rappelle une vieille série télévisée (américaine of course)qui illustrait ton propos, avant que ton propos soit.

    loll

    Faber

    • Et errare humanum est !
      28 octobre 2006, par fabermother  

      God Gracious, cette série est totalement British !

      Mais grâce à ton post, j'en ai retrouvé la trace.

      Voir plus haut.

      A bientôt, ici ou là.

      Faber

En ce qui concerne la "perfection".
27 octobre 2006, par MOMO  

Pour ce qui me concerne, la perfection n'existe pas en ce bas Monde et, à mon sens, cela s'avère fort heureux. Un Monde constitué uniquement de gens parfaits serait ennuyeux à mourir.

J'irais jusqu'à dire que l'Univers lui même est chaotique, et que nous sommes tous à son image, nous qui nous prenons souvent pour le nombril du Monde, et qui sommes seulement de minuscules fétus de paille ballotés au gré du temps dans un "parfait" inconnu. Cette constatation devant toujours être présente à notre esprit pour nous permettre d'acquérir l'humilité indispensable à tout Franc-Maçon.

Les éléments essentiels qui parviennent à créer le lien fraternel entre les Francs-Maçons de tous bords,ce sont précisément leurs imperfections, et le remède à ces imperfections, c'est précisément l'Amour qui les soude.

Ce sont nos différences qui nous unissent et nous permettent d'avancer tous à l'unisson vers un idéal commun, parfois par des chemins différents, mais toujours vers le même but final, la concorde universelle.

Symboliquement, une construction réalisée avec des pierres parfaitement lissées sur toutes leurs faces n'aurait aucune chance de résister aux épreuves du temps. Le liant, indispensable à leur liaison, parvient à s'immiscer dans les imperfections, et c'est lui, et lui seul, qui parvient à assurer la stabilité de l'ensemble de l'ouvrage. Ce liant, si nécessaire à tout humain, c'est l'Amour qui nous unit et qui devrait unir tous les Etres du Monde entier.

Vous qui me lirez, je ne vous connais pas tous, mais je vous aime tous.

MOMO

  • > En ce qui concerne la "perfection".
    27 octobre 2006, par fabermother  

    Bonsoir mon TCF,

    Accepter l'imperfection de l'autre me paraît déjà un bon moyen pour commençer à voir et accepter sa propre imperfection.

    Des beaux discours, des belles idées, des nobles pensées, nous en avons entendu beaucoup en Loge depuis le temps que nos pas nous emmènent, toi et moi, sur les colonnes de tous les Orients. Des diatribes aussi.

    Et au bout, que reste-t-il vraiment ? Le cheminement simple du coeur, et de la volonté de construire au quotidien. D'assembler nos pierres imparfaites pour en faire au moins une ébauche de temple de vie, de temple pour l'homme.

    Ici et maintenant. Non pas en gesticulant tous azimuths mais en aimant paisiblement, en agissant discrètement, en espérant fermement.

    En attendant l'éternité. L'amour restera toujours plus fort que la mort.

    Douce nuit,

    Faber

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
27 octobre 2006, par MOMO  

coucou, salut les copains

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    27 octobre 2006, par fabermother  

    Bienvenue mon Frère !

    Prends un siège et fais-nous le plaisir de participer.

    Faber

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      9 novembre 2006, par Entou13  

      bonjour je suis profane et je travaille à Marseille. Je voudrais savoir si il existe des tenues blanches prochainement sur Marseille ou Aix et quelles sont les conditions pour y assister ? Merci

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
        9 novembre 2006, par Entou13  

        Petite Précision pour un pauvre profane. Pour moi, les tenues blanches étaient les périodes accessibles à tous ? Ai je fait une erreur ? ai je confondu des termes. Si c'est le cas le sens de ma question première est : Connaissez vous une loge et une date d une "journée" portes ouvertes. Merci encore et désolé d'inonder le forum.

Réception et Initiation
27 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour toutes et tous,

Mon TCF Antonio, dans un post ci-dessous, soulève un lièvre d'importance, qui mérite qu'on en a fasse un sujet à part entière.

Dont acte !

...En ce qui me concerne et je n'en ai jamais fait mystère, je conçois une énorme différence entre initiation et réception. On peut avoir été reçu dans l'Ordre Maçonnique sans avoir jamais été initié. Paradoxal ? Que nenni et un peu de réflexion peut certainement aider. Et ce n'est pas propre à mon Rite, je précise....

Je vous laisse méditer.

Fabermother

  • > Réception et Initiation
    27 octobre 2006, par Sarah  

    Bon début d'après-midi à toutes et tous, Un grand sourire à toi Faber,

    J'ai très peu de disponibilité en ce moment pour partager mes réflexions, alors je prends et je chemine avec toutes les nourritures que je reçois par votre intermédiaire.

    Pour ce qui est du sujet présent, je me sens un peu bloquée car je ne dispose pas des clefs exactes du vocabulaire. Mais bon, je me lance quand même.

    Je comprends par reçu :

    Avoir fait les rituels demandés, les avoir vécus et être ainsi accepté comme membre d'une loge.

    Il me semble que la réception est le début du travail dans le sens de l'abandon de l'état de profane (et oui, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis) (on peut aussi être un imbécile heureux).

    Si être reçu est certainement quelque chose de tout à fait nourrissant au niveau narcissique (je pense qu'en début de chemin celà est nécessaire... même après d'ailleurs... c'est la distance que l'on a avec qui change la donne) simultanément, l'égo et le grossier (sans jugement) montent.

    Il me semble donc qu'avant de prétendre être initié il faut d'abord avoir vidé un peu la coupe. C'est à dire faire le travail nécessaire qui permet de recevoir quelque chose de différent.

    Etre initié, pouvoir se dire initié, me semble quelque chose de très profond.

    Les maîtres peuvent dire "j'ai été initié par...". Mais je n'ai pas entendu "je suis initié". (sans garantie, car je suis encore un peu sourde aussi...).

    Peut être qu'être initié est tout simplement "Etre".

    ça me semble plus être de l'ordre d'un état que d'un accomplissement.

    Et puis, peut être qu'être initié signifie aussi avoir fait le travail nécessaire pour se transformer, avoir acquis les outils qui vont permettrent de continuer...

    C'est vaste...

    Voilà. Je continue ma réflexion/méditation et vous souhaite une excellente après-midi.

    Sarah.

    • > Réception et Initiation
      27 octobre 2006, par fabermother  

      Bonjour Sarah,

      Laissons de côté les clefs du vocabulaire. J'avais d'ailleurs mis (et j'ai effacé dans la foulée) "inutile de vous jeter sur les glossaires maçonniques et autres dicos, vous ne trouverez pas la réponse".

      Il faut croire que le message est passé quand même !

      J'attends avec impatience et gourmandise les autres interventions et les réponses à ton post. D'autant plus que tu décris l'inflation de l'égo au mot "initiation" et que tu parais pouvoir (ou avoir) échappé au piège.

      Bonne route, et nous ne sommes pas prêts à te perdre de vue. Que ton chemin soit ici ou là. C'est le chemin qui compte, pas le but présumé.

      Je t'embrasse,

      Faber

      • > Réception et Initiation
        27 octobre 2006, par Anne  

        Bonsoir,

        pour répondre à Sarah :

        être reçu : c'est pour moi la présence physique mais qui n'entraine aucun changement dans la personne.

        Etre initié : c'est la transmission d'un ou de plusieurs êtres à un ou plusieurs autres et souvent avec réciprocité des apports et des échanges. Cela ne peut se faire que dans la durée et l'échange.

        Que veut dire l'ego : est-ce une forme d'orgueil ?

        Un mininum d'orgueil et d'ambition sont nécessaires pour avancer dans la vie...

        Bonne soirée,

        Anne

        • > Réception et Initiation
          29 octobre 2006, par Sarah  

          Bon Soir Anne,

          Est ce une question ?

          Comme tu affirmes quelque chose en dessous je ne suis pas sr ?

          Douce nuit (décidément j'adore !)

          Sarah.

          • > Réception et Initiation
            29 octobre 2006, par Anne  

            Bonsoir Sarah,

            oui c'était bien une question concernant votre définition de l'ego ?

            Anne

            • > Réception et Initiation
              29 octobre 2006, par Sarah  

              Bon Soir Anne,

              Je sais déjà que ne n'ai pas de définition, sinon que c'est notre carractère, notre tempérament, notre personnalité (en langage psychologique).

              Notre personalité, notre égo commence sa structuration in-utéro et se crystalise autour des 5 ans selon certaines théories.

              Ensuite, il se renforce tout en se rafinant.

              Il est subtil. Tellement subtil qu'il tente de nous réduire à lui-même. Et, nous nous identifions à lui.

              Le mien est un coquin pour qui j'ai un grand respect et j'apprends à travailler avec lui et non plus à le combattre comme autrefois.

              Notre personnalité, notre égo se structure tandis que nous sommes dans un état de totale dépendance vis à vis de l'entourage.

              Mais savoir tout celà ne permet en rien de l'appréhender.

              La seule voie que je connaisse pour comprendre est d'apprendre. Et pour apprendre, il faut observer. Et en tout premier lieu, apprendre à s'observer soi-même.

              Le mirroir devient alors important.

              Voilà pourquoi je dis qu'une définition n'apporte rien d'essentiel pour moi en terme de possibilité de transformation.

              Car c'est de celà qu'il s'agit.

              Pour conclure juste pour ce soir, tu parles de l'orgueil. Oui, il appartient à l'égo avec les six autres pêchés capitaux : l'avarice, la paresse, la gourmandise, la colère, l'envie, la luxure.

              Et sans aucun jugement, chacun des ces dits péchés peut à un moment de notre vie être moteur pour nous permettre d'évoluer, d'acquérir la force nécessaire pour continuer le chemin.

              Simplement, il vient un temps où l'évidence apparait que la paix, l'amour, l'harmonie à laquelle nous aspirons (sinon nous ne serions pas ici sur ce site) n'est pas possible de cette façon.

              Il devient alors nécessaire de lâcher certaines choses qui jusqu'ici nous ont permis d'avancer mais qui aujourd'hui n'ont plus lieu d'être.

              Où, si ce n'est de lâcher, car ce n'est vraiment pas quelque chose de si facile que celà, au moins de faire le pas, le choix de s'engager sur une voie différente.

              ça ne fait pas forcément du bien, ça peut même faire très mal. La souffrance de l'égo est réelle.

              Je dois te laisser pour ce soir.

              Une grande gratitude pour ta question.

              Moi ce soir, je repars avec une méditation que je n'ai pas faite depuis longtemps : "qui suis je ?"

              Excellente nuit à toi Anne.

              Sarah.

              • > Réception et Initiation
                30 octobre 2006, par Sarah  

                Juste une correction à mon propos, il n'y a rien à lâcher, c'est un point sur lequel j'ai butté très longtemps, juste à un moment, ça lâche tout seul.

                Pour moi, ça revient à la troisième voie évoquée quelque part ici.

                Fraternellement et soeureinement...

                Sarah

      • > Réception et Initiation
        29 octobre 2006, par Sarah  

        Bon milieu de nuit Faber,

        Moi non plus je n'ai pas l'intention de vous perdre de vue !

        Et puis justement en parlant d'égo, cette tenue blanche ouverte (je crois que c'est ça le terme) est sacrément géniale pour travailler.

        Moi aussi je t'embrasse.

        Douce nuit à toutes et tous.

        Sarah.

    • Un peu de vocabulaire
      27 octobre 2006, par Franck  

      Sans vouloir être pédant, faisons malgré tout un peu de vocabulaire. L'initiation, initium, c'est le commencement, le premier pas sur le chemin. On peut avoir été reçu en loge et avoir loupé la première marche (celle de l'apprenti ? :-) ). Parcontre si "le début" de l'initiation est réussi les perspectives de poursuivre une initiation qui sera, de fait, permanente sont là.

      • > Un peu de vocabulaire
        28 octobre 2006, par fabermother  

        Quand on loupe la marche, on se prend une pelle. L'important est de se relever et de continuer.

         ;-p)

  • > Réception et Initiation
    28 octobre 2006, par C-line  
    dur dur

    Bonjour Faber,

    J'ajoute mon petit grain de poussière :

    Je rejoins Caro sur le sens d'être reçu (acceuilli, accepter, être en visite ...)

    Mais pour moi, l'initiation va au-delà de la transmission de quelque chose par quelqu'un.

    L'initiation serait plutôt une EXPERIENCE ESSENTIELLE, qui amène la personne à toucher quelque chose de profond en elle, quelque chose qu'elle ne comprend pas, et qui va changer le reste de sa vie, car la personne sera différente après l'initiation.

    L'initiation pour moi est un passage : Il y aura un AVANT et un APRES. Comme après les NDE (Near Death Experience). Image du tunnel et de la lumière de l'autre coté ...

    Je ressens aussi dans l'initiation, la notion d'engagement :
    -  engagement total, engagement dans la durée.
    -  engagement sur un chemin de recherche dont l'initiation serait en fait le premier pas.

    Voilà pour ma petite interprétation toute personnelle ;-)

    • > il n'y a pas de hasard
      28 octobre 2006, par C-line  

      Surprenant ( ?) : Faber nous invite à réfléchir sur l'initiation, Caro nous invite à partager son expérience de la perte, perte d'un être cher, perte de certitudes, perte d'équilibre, d'harmonie dans son groupe. La vie nous confronte à la souffrance au travers des petites expériences : les petits traumatismes du quotidien, petites frustrations existentielles, et aussi à travers des Grandes Expériences : la mort (perte de la vie), la maladie (perte de la santé), l'abandon (perte de l'amour), l'injustice (perte du sens) ...

      Selon la façon dont on les accepte et dont on les traverse, ces épreuves peuvent tranformer une personne, l'ouvrir à une autre vision du monde. Elles peuvent être initiatiques dans le sens où elle font passer la personne d'un état à un autre. Ces épreuves sont l'occasion d'apprendre, de comprendre, de grandir.

      Alors pour en revenir à l'initiation maçonnique, peut-être est-ce un concentré des épreuves de la vie en une fois (d'où son intensité) ?

      • > il n'y a pas de hasard
        28 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour à tous, bonjour Céline,

        "concentré des épreuves de la vie en une fois" ? Je reprends tes mots.

        Je ne sais pas si une initation peut se vivre en une fois. Ou plutôt, il me semble que non...

        D'où mon idée de transmission de la vie dans la durée, avec réciprocité entre tous.

        Je ne vois pas un état avant et un état après, mais un cheminement continu...

        Bonne journée,

        Anne

      • > il n'y a pas de hasard
        28 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour à tous,

        "un concentré des épreuves de la vie en une fois ?" : je reprends tes mots Céline.

        Je ne sais pas vraiment, mais il ne me semble pas. Je ne vois pas l'initiation comme un état avant et un état après, d'un coup...

        Je la vois dans une transmission de la vie avec réciprocité entre les êtres, cheminement également écrit dans le temps.

        Je profite également de ces quelques lignes pour souhaiter la bienvenue à Franck et à Momo.

        Bonne journée,

        Anne

        • > il n'y a pas de hasard
          28 octobre 2006, par Anne  

          Excusez moi pour les 2 messages : j'ai fait une fausse manipulation en rédigeant le premier et j'ai tout perdu.

          En fait mon message était déjà parti, alors qu'il n'était pas complètement terminé...

        • > il n'y a pas de hasard
          28 octobre 2006, par fabermother  

          Bonjour chère Anne, et tou(te)s,

          L'initiation est aussi un état d'esprit.

          D'une cérémonie de réception, certains en ressortent transformés (ayant appréhendé l'initiation).

          D'autres en ressortent comme ils sont entrés.

          La magie opère ou pas. Il n'y a aucun jugement à porter sur le résultat. C'est ainsi.

          Bonne journée,

          Faber

        • reformulation / clarification
          28 octobre 2006, par C-line  

          Bonsoir à tous

          Merci Anne pour me faire préciser ma pensée : je pense que nous sommes d'accord sur le fond, mais il me faut préciser certains mots. Alors, je remplace "en une fois", par "lors d'une cérémonie". Et il y a bien avant et après la cérémonie d'initiation.

          Ce qui se passe pendant, ce qui est vécu par la personne, n'est pas une fin en soi, mais un début. Le début d'un cheminement à côté d'autres personnes, avec échanges et partages et aussi transmission d'un enseignement, ... dans la durée, c'est vrai. Car un jour, cette personne aura la responsabilité de transmettre à d'autres, et ainsi de suite. NCP Faber ;-)

          Je fais le parallèle avec les tribus dites primitives dans lesquelles il y a(vait) des rites d'inititation entre par exemple l'enfance et l'âge adulte. Le petit humain ne devient pas adulte en une soirée, mais symboliquement, il quitte son statut d'enfant pour entrer dans le monde de l'adulte qu'il va devenir. En maçonnerie, je pense que la soirée d'initiation est comme un passage entre l'état de profane, et l'état de futur maçon.

          Autre image toute simple : un enfantement peut aussi être une expérience initiatique. La femme passe de l'état "d'enfant de ses parents" à l'état de "mère de son enfant" à travers une épreuve physique et émotionnelle (merci les hormones !!!) au cours de laquelle la femme doit s'ouvrir, s'abandonner à l'expérience. Son enfant dans les bras, elle va apprendre, patiemment à devenir mère...même si elle l'est déjà.

          J'espère avoir été un peu plus claire. Je vous souhaite une belle nuit.

          • > reformulation / clarification et transmissiion
            29 octobre 2006, par fabermother  

            Car un jour, cette personne aura la responsabilité de transmettre à d'autres, et ainsi de suite. NCP Faber ;-)

            Oui !

            Et pour les rites des tribus primitives, nous avons beaucoup de leçons à prendre.

            Faber

            En italique : Chez les femmes c'est spontané, chez les hommes, il y a encore du travail.

      • > il n'y a pas de hasard
        28 octobre 2006, par fabermother  

        Bonjour Céline,

        C'est une bonne approche de l'initiation.

        Il ne faut pas oublier que la vie comme la mort sont initiatiques, si on en comprend les messages. Tout comme la nature et le cycle de l'univers.

        Les mouvements initiatiques sont là pour mieux ouvrir nos sens et notre compréhension.

        Radieuse après-midi,

        Faber

    • > Réception et Initiation
      29 octobre 2006, par Sarah  

      Oui, je comprends bien celà.

      Le début de mon cheminement et de ma quête est partie des NDE dont tu parles.

      Une expérience profonde qui touche à notre essence et un jour alors que tout semble pareil, tout est différent.

      Et comme le dit Cobra... une autre montagne s'offre alors à nous... et une autre... et une autre...

      Heureuse de te rencontrer.

      Sarah.

      • idem
        29 octobre 2006, par C-line  

        Bonjour Sarah,

        Heureuse de te lire. C'est bon d'être comprise, surtout des sujets que beaucoup ne comprennent pas. Ce forum est vraiment génial. Merci à toi, merci à tous.

    • > Réception et Initiation
      29 octobre 2006, par isis  

      toute personnelle et mienne ausi

      je partage completement ta vision, Celine :-)

      isis

  • > Réception et Initiation
    29 octobre 2006, par Eléonore  

    Disons pour faire court (il me vient aussi d'autres choses, mais c'est plus long), que pour moi la différence entre initiation et réception serait :

    -  Pour l'initiation, le voile qui masquait l'être est levé et cette cérémonie formalise ceci d'une manière concrète et l'être n'est plus oubliable (d'ou la lumière).

    -  La réception serait une levée partielle du voile permettant une levée plus complète par la suite, ou au moins en montrer la possibilité et la découverte.

    Tout ceci dépend de où se situe la personne au moment de la cérémonie, tout peut-être important selon chacun.

    Bisous à tous (tes)

    eléonore

  • > Réception et Initiation
    29 octobre 2006, par Eléonore  

    Bon pour faire encore plus court et parce que Céline m'a inspiré :

    Ou j'accouche de moi même et l'initiation est puissante, et je fais ma deuxième naissance, ou plutôt la naissance de mon être, ou je continue ma gestation parce que par la réception j'ai compris que je suis en gestation...de moi même !

    Ouais, ouais, pas claire cette histoire...à suivre...

    Eléonore

humour rime avec amour ...
26 octobre 2006, par fabermother  

C'est compulsif, je ne peux pas m'en empêcher. J'ai piqué sans vergogne ce dessin qui me fait hurler de rire à notre Frère Jiho.

Faut quand même que je lui signale demain ou plus tard le vol sans copyright, quand j'aurai fini mes mouchoirs en papier à force de rire ...

Le blog de JIHO

Bonne continuation de nuit (il n'est jamais que 00h50).

Faber

  • > humour rime avec amour ...
    26 octobre 2006, par jiho  

    trop tard je t'ai vu...

    • > humour rime avec amour ...
      26 octobre 2006, par fabermother  

      Nom d'un petit maçon !!!

      Il y avait une caméra cachée ???

      Où se trouve le cachot pour les vices ?

      loll

  • > humour rime avec amour ...
    26 octobre 2006, par isis  

    j 'ai le droit de la montrer à votre TCF ?

    elle est extra ;-)

    isis

    • > humour rime avec amour ...
      26 octobre 2006, par fabermother  

      Tu n'en as pas le droit, tu en as le devoir. Vu son appartenance, ça devrait le plier de rire.

      Les dessins et bd de Jiho sont à consommer sans aucune modération.

  • > humour rime avec amour ...
    26 octobre 2006, par C-line  
    Y PEU PAS

    Mais il ne peut pas, le bougre.

    Si j'ai bien compris (mais bon, je peux me tromper), pour être initié, il faut passer sous le bandeau.

    Et il le trouve où le tissu du bandeau ? Hein il le trouve où ?

    Bon OK. Il pourrait prendre le pareo. Mais elle ne peut quand même pas se présenter nue. Voyons, cela n'est pas convenaaaaable. Allons bon.

    Bon OK. Mais même, s'il accepte sa nudité, il les trouve où les boules ? Hein ? Il les trouve où ?

    Bon OK. Mais il les peint comment ? Hein ?

    Y a pas, y peu pas ;-)

    • > humour rime avec amour ...
      26 octobre 2006, par fabermother  

      Ben alors Céline ! On se dévergonde ?

      Tu as une interprétation très personnelle du dessin humoristique de Jiho. loll

      En fait cete satyre tourne autour de deux questions existentielles chez certains de nos Frères :

      -  la femme est-elle initiable ?
      -  est-il souhaitable de l'initier ?

      Passer sous le bandeau, si tu relis les échanges à ce sujet, ce n'est pas obligatoire de partout. On peut aussi passer directement "sous les fourches caudines". :-)

      Faber

      • > humour rime avec amour ...
        26 octobre 2006, par antonio  

        Terrific !

        Oui, oui, non.

        Amitiés,

        Antonio.

        PS : plus concis que ça tu meurs.

        • Alice était-elle initiée ?
          26 octobre 2006, par fabermother  

          Alice découvrant une petite porte basse. Elle a une clé d'or à la main.

          Alice dans un nouveau monde.

          Douce nuit.

          Faber

          • > Alice était-elle initiée ?
            26 octobre 2006, par Franck  

            Mais qu'a donc trouvé Alice de l'autre coté du miroir ? ;-)

            • Au delà du miroir.
              27 octobre 2006, par fabermother  

              That is the question. (W.S.)

              De quel côté du miroir est la véritable flamme ?

              (La Madeleine repentante de Georges de la Tour)

              Bonne réflexion.

              Faber

      • > humour rime avec amour ...
        26 octobre 2006, par Franck  

        En tous cas, elle est ni nue ni vêtue :-))

        • > humour rime avec amour ...
          26 octobre 2006, par fabermother  

          Très juste ! ;-p)

          Bienvenue Franck.

          Faber

      • > humour rime avec amour ...
        26 octobre 2006, par C-line  

        Les interprétations sont toujours personnelles, non ? Et en tant que profane, je peux me permettre certaines digressions. YES !!!

        Etrange que certains de vos Frères se posent encore de telles questions. Je pensais qu'en loge, on s'intéressait plutôt à des questions Essentielles... ?

        • > humour rime avec amour ...
          27 octobre 2006, par fabermother  

          Ahhh ! L'essence et l'existence ! L'être et le paraître !

          Beau sujet.

    • > humour rime avec amour ...
      26 octobre 2006, par antonio  

      Dis, ma grande, où t'as pris qu'initiation rime avec cinéma ? (dit-il, avec son index pointé jouant au métronome) Je sens qu'il y aura du travail avec ta pomme.

      D'accord, il y a bien parfois des Loges qui confondent les deux et qui initient à tour de bras. C'est privilégier la quantité au détriment de la qualité. Plus on est de fous plus on rit ? C'est une philosophie mais, en redevenant un peu sérieux, ce n'est pas la mienne ni celle de pas mal de monde.

      Sans rancune, et à +

      Antonio.

      • Moderato cantabile
        27 octobre 2006, par fabermother  

        Mon TCF Antonio,

        Sur le principe, je te suis et même je te précède.

        Mais comme il y a toujours l'exception qui confirme la règle, je me dois de dire que je connais, fréquente et aime une Loge (pas de mon Obédience, pas de mon Rite) qui arrive à réussir ce genre d'exploit.

        C'est une exception "exceptionnelle". Grâce sans doute à la sacrée dose d'amour du Vénérable et au concernement de tous les Maîtres.

        Et l'exception doit rester exception.

         ;-)

        Faber

    • > humour rime avec amour ...
      27 octobre 2006, par Anne  

      Bonjour Céline,

      et pourquoi ne se présenterait-elle pas nue ? Au sens propre comme au sens figuré.

      On est bien un peu à nu devant les autres en FM et même au cours de la procédure... Alors allons au bout et comme dit Antonio, franchissons le pas !

      Les boules : 7 pierres blanches et une noire feront l'affaire. 8, je ne me suis pas trompée, le chiffre est divisible par 4, mais 7 et 1...

      amicalement,

      Anne

      • > humour rime avec amour ...
        27 octobre 2006, par fabermother  

        Bonjour Anne,

        Les boules : 7 pierres blanches et une noire feront l'affaire. 8, je ne me suis pas trompée, le chiffre est divisible par 4, mais 7 et 1...

        Intéressant. Pourrais-tu développer ta pensée ?

        Amicalement,

        Faber

        • > humour rime avec amour ...
          27 octobre 2006, par Anne  

          Bonsoir Faber,

          c'est simple : avec une seule boule noire sur huit, on ne peut pas refuser la personne...

          On lui ouvre la porte, toute grande...

          Je me répète, mais vous savez que je ne suis pas de mauvaise foi...

          amicalement,

          Anne

      • > humour rime avec amour ...
        28 octobre 2006, par C-line  

        Hello,

        d'humeur coquine, je faisais allusion à d'autres boules ... Devine.

        Personnellement, la nudité ne me dérange pas. Tiens, ça c'est une idée : et si on créait une loge maçonnique naturiste ? Quant à l'autre nudité, je l'assume pleinement, mais uniquement les yeux dans les yeux...

        • > humour rime avec amour ...
          29 octobre 2006, par Sarah  

          C'est impossible les yeux dans les yeux... Avant d'y arriver il faut pouvoir avoir observer le reste... Bah c'est comme ça.

          Bonne nuit.

          Sarah

          • > humour rime avec amour ...
            29 octobre 2006, par Anne  

            Mais si Sarah, je rejoins entièrement Céline...

            Anne

            • > humour rime avec amour ...
              30 octobre 2006, par Sarah  

              Bah, j'ai encore du travail et c'est vraiment passionnant.

              Au soleil de notre automne magnifique, tranquillement installés à une terrasse d'un café bordelais, je discutais l'autre jour avec un photographe de la difficulté, même avec l'expérience d'années de métier... de ne pas se laiser distraire par les multiples émotions, images ou pensées que font émergés nos aprioris ou représentations.

              En parlant de nudité, j'ai le mot : beauté qui me vient. Je l'ai vu ici il me semble.

              A beauté, il me vient harmonie...

              Et puis, je vois... mon frère ou ma soeur.

              Le petit prince dit que :

              "l'essentiel est invisible pour les yeux. On ne voit bien qu'avec le coeur."

              Excellente journée.

              Sarah

  • > humour rime avec amour ...
    26 octobre 2006, par antonio  

    Bon, oui, c'est cela. Je n'étais pas écroulé mais j'avoue que mes zygomatiques s'en sont tout de même payé une belle tranche. Cela étant, ce petit trait d'humour a le don de m'inspirer.

    Il traduit, sans trop d'exagération un des travers de la Maçonnerie et ce n'est pas la femme. Y a un copain, pas loin, qui dit, avec raison, qu'elle n'est ni nue ni vêtue. C'est ce qu'il m'est arrivé de dire, mais au masculin. L'un dans l'autre ( ?) tous les rites pratiquent de la sorte mais ce n'est pas le sujet. Le sujet de base introduit par la caricature (mais est-ce bien une caricature ?) reste l'initiation et le cortège d'interprétations qui l'accompagnent.

    Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler tout ce que vous auriez voulu savoir sur l'initiation sans jamais avoir osé le demander. Si vous voulez des réponses va falloir poser des questions tout en sachant que les réponses seront parfois évasives. Si vous voulez vraiment tout savoir, faudra franchir le pas. Les romains disaient le Rubicon, le principe est semblable sans être identique.

    En ce qui me concerne et je n'en ai jamais fait mystère, je conçois une énorme différence entre initiation et réception. On peut avoir été reçu dans l'Ordre Maçonnique sans avoir jamais été initié. Paradoxal ? Que nenni et un peu de réflexion peut certainement aider. Et ce n'est pas propre à mon Rite, je précise.

    A+ les amis.

    Antonio.

    • > humour rime avec amour ...
      27 octobre 2006, par fabermother  

      Mon BAF Antonio et tou(te)s,

      Il est vrai que parfois les profanes (je ne parle pas de nos promeneurs éclairés) se plaignent de ne pas avoir de réponses alors qu'ils n'ont pas de questions ! Ou des questions tellement mal foutues que c'est pire.

      Tu abordes un sujet fondamental, même crucial, avec l'initiation et la réception. Nous n'allons pas en débattre entre deux portes, mais je vais amener le thème entre les colonnes, je veux dire en haut du forum.

      Lumineuse journée,

      Faber

    • > humour rime avec amour ...
      27 octobre 2006, par Anne  

      Bonjour à tous,

      et si je renversais la question : peut-on avoir reçu une "initiation" sans réception en FM ?

      Je pense ressentir ce que tu veux dire Antonio par différence rentre réception et initiation...

      Franchir le pas, pui ; je suis d'accord avec toi.

      Mais cela doit être vrai dans les 2 sens...

      Bonne journée, Anne

      • > humour rime avec amour ...
        27 octobre 2006, par Anne  

        Excusez-moi pour la faute de frappe : pui au lieu de oui...

      • > humour rime avec amour ...
        27 octobre 2006, par antonio  

        Bien le bonjour, gentes dames (les matous roupillent encore à ce qu'il semble).

        C'est une des rares propositions qui, comme en mathématiques, est symétrique. Le raisonnement est simple à partir du moment où l'on admet que la Franc-Maçonnerie n'a pas le monopole des rites initiatiques. La réponse à la question est donc oui.

        Mais non, comme Faber, cela ne va que dans un seul sens. Et la comparaison avec le franchissemlent du Rubicon est de bon aloi (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Rubicon)

        Bonne journée.

        Antonio.

        • > humour rime avec amour ...
          27 octobre 2006, par fabermother  

          Bonjour vaillant Chevalier,

          Pour ajouter encore un peu d'eau au moulin ainsi qu'une goutte d'huile dans les rouages, sachant que les rites initiatiques existent depuis la préhistoire, la FM fait presque figure de petite débutante en la matière.

          Sauf... sauf ... sauf ... qu'elle est une héritière universelle. Encore faut-il qu'elle en prenne conscience.

          Faber

    • Alea jacta est
      27 octobre 2006, par fabermother  

      Pour garder toute sa symbolique, le Rubicon ne se franchit qu'une fois et que dans un sens.

      Ave !

       :-)

Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes ...
25 octobre 2006, par fabermother  

Bonsoir toutes et tous,

Pour en revenir aux célèbres "Constitutions" d'Anderson, texte fondateur de la Franc-Maçonnerie dite "moderne", il y a ce passage qui m'a toujours laissé rêveuse ...

Un maçon est obligé, de par sa tenure, d'obéir à la loi morale et s'il comprend bien l'Art, il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irreligieux.

-  Un athée est-il forcément stupide ?
-  Un libertin est-il forcément irreligieux ?

Peut-on considérer que si on est un athée intelligent ou un libertin religieux, ça passe ?

Je vous laisse le soin d'imagnier d'autres questions. Et même de répondre !

Bonne soirée,

Faber

  • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
    25 octobre 2006, par antonio  

    Coucou tout le monde.

    Notre Faber international a des envies de débat ou alors elle va à la pêche. De toutes manières, les unes comme l'autre m'agréent ce soir.

    Faber n'a pas tort. Le texte original anglais donne : " A Mason is oblig'd by his Tenure, to obey the moral law ; and if he rightly understands the Art, he will never be a stupid Atheist nor an irreligious Libertine ". Pas de problème jusque là. Mais alors, où est l'os me direz-vous ? Il s'agit en fait du début du premier paragraphe du chapitre premier de ces constitutions dont le signataire de la dédicace au Duc de Maontaigu est faite sous la plume du pasteur Desaguliers. L'éditeur responsable dirions-nous aujourd'hui, est le pasteur Anderson.

    Devenu en 1738 (seconde édition) : Un maçon est obligé par sa tenure d'obéir à la loi morale en tant que véritable noachite et s'il comprend bien le métier, il ne sera jamais un athée stupide, ni un libertin irréligieux, ni n'agira à l'encontre de sa conscience. (en anglais : "A Mason is obliged by his tenure to observe the moral law as a true Noachide ; and if he rightly understands the Craft, he will never be a stupid Atheist nor an irreligious Libertine, nor act against conscience")

    Avouez qu'en l'espace de 15 ans, la vue devient un tantinet différente. Pas fondamentalement, d'accord, mais différente. Il arrive, et je ne suis pas le seul à le penser, mais les références m'échappent pour l'instant, ce qui arrive à toute société humaine : elle évolue. Est-ce pour autant que cette évolution doit s'accompagner d'un abandon (total ou partiel) d'une Tradition ? Les mentalités et les comportements évoluent, la Tradition doit-elle évoluer ?

    Nous ne devons pas oublier que c'était là la première phase d'une tentative d'intégration d'un phénomène jusque là très discret issu d'une Tradition séculaire et dont on voulait faire profiter le plus grand nombre. Projet ambitieux et louable, nous savons aujourd'hui ce qu'il en est. Mais en lisant les textes anciens, gardons-nous de leur donner une signification dans la langue d'aujourd'hui à celle qu'elle fut il y a deux siècles et demi, plus ou moins. Pour vous en convaincre, essayez donc de lire du François de l'époque de Rabelais (environ 1540) ou, pour rester dans le sujet, le texte anglais des constitutions suivi d'une des nombreuses traductions en français.

    Bonne lecture à tous,

    Antonio.

    • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
      25 octobre 2006, par fabermother  

      Bien argumenté mon BAF, et toujours historiquement impeccable (mais il faudrait que tu expliques le terme de noachisme, mais on s'en sortirait plus tellement) !

      Je me contenterai de dire que Noé et Rabelais avait un point commun dans l'épicurisme.

      Espérons que les prof... oups ... les prom...eneurs ne se noieront pas dans une goutte d'eau ou de vin.

      Mais sans vouloir te contrarier du tout (des fois que tu fronces les sourcils), tu n'as pas répondu sur les interrogations "athée" et "libertin", ou de façon très détournée.

      Trés douce nuit à toutes et tous,

      Faber

      • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
        26 octobre 2006, par isis  

        my god !!!!

        en lisant antonio, je me disais "ça y est tu vas être la seule à t'interroger sur le mot NOACHITES"

        que vois- je ?

        faber , non plus , ne sais pas ce que ça veut dire ?

        pour athée et libertin, je réfléchis.

        pour "le moine et le vénérable" , merci faber, génial...

        isis

        • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
          26 octobre 2006, par fabermother  

          My godess Iris,

          Mais vi,vi, je sais ce qu'est le noachisme, mais c'est celui qui cite qui explique. C'est comme ça chez nous ...

          Ca évite de trahir la pensée de celui qui s'exprime. De plus, comme je connais notre Antonio, il sera plus brillant que moi dans son explication.

          Faber

          ps : contente que tu ais apprécié ce livre et toutes les valeurs qu'il véhicule :-)

          • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
            26 octobre 2006, par isis  

            moi qui ai lu , enfin je croyais, tous les Ch Jacq, je ne comprends pas comment celui là a pu m'échapper .

            il est vrai que j 'étais plutôt branché , histoire (ma formation de base),et mythologie.

            c 'est Mozart, qui m'accompagne de puis si longtemps, qui m'a permis de relier le tout.

            isis

        • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit en GRAND
          26 octobre 2006, par Antonio  

          Bonjour Isis, Faber, et tous nos amis.

          As-tu, avez-vous remarqué déjà le titre ? Tout un poème. Il me semble que l'on parlait quelque part d'athéisme et voilà un moine bien sympathique sous des dehors un peu bourrus. Mais je l'aime bien.

          En gros je dirais que sa foi n'est pas ébranlée, mais la vision qu'il peut en avoir le trouble profondément.

          Amitiés fraternelles,

          Antonio.

      • > Un peu d'exégèse.
        26 octobre 2006, par Antonio  

        Bonjour toutes et tous.

        A la demande générale je vais donc vous interpréter le Noachide. Si je vous dis "... le Talmud appelle les lois noachides, les lois des fils de Noé", nous ne sommes pas sortis de l'auberge. En effet on peut lire "La réflexion sur le Décalogue (= la loi Mosaïque) s'est poursuivie au Moyen âge avec Maïmonide qui a inventé le concept de 'lois noachides', censées avoir été établies par Noé. Ces sept 'lois' résumant le Décalogue permettent aux rabbins de considérer les chrétiens et les musulmans comme 'non idolâtres' puisqu'ils auraient accepté ces 'lois noachides' . Et plus précisément "La Genèse rapporte (Ge 9:1,6) des instructions que Noé aurait données à ses fils après le déluge. Certains rabbins, partant de ces instructions, les ont développées en sept commandements appelés commandements noachiques (voir Actes des apôtres), ou noachides : 1. soumission aux juges, 2. interdiction de blasphémer, 3. interdiction de rendre un culte aux idoles, 4. interdiction de se livrer à l'impureté, 5. interdiction de tuer, 6. interdiction de voler, 7. interdiction de manger la chair avec le sang (Ge 9:4, cf. Sanhédrin, 56 b).

        Bref la base des 10 commandements. Mais venons-en à notre affaire, c'est-à-dire les remarques de Faber. Sans aller trop loin, mais démontrable historiquement, la maçonnerie est issue sans conteste d'une Tradition chrétienne séculaire. La base (donnée pour ses structures depuis l'antique Rome, je n'ai pas les références sous la main mais je peux vous les trouver), a certainement évolué d'un concept religieux qui était le sien vers un contexte chrétien sinon catholique (après 325) et s'est vraisemblablement divisé à plusieurs reprises dans des directions, sinon opposées, à tout le moins différentes. Une des branches nous a donné la toujours active Maçonnerie Opérative (avec les différents Devoirs toujours en activité en Europe) qui a elle-même donné fin 17ème siècle ce qui allait jeter les bases de la Maçonnerie Spéculative Moderne, dont je précise tout de suite qu'elle n'est pas l'héritière de la première mais dont elle a repris des principes. Principes dont le plus important, la religion. Il faut bien vous ancrer dans le ciboulot que les 16ème et 17ème siècles étaient encore profondément religieux et la presque totalité de l'Europe chrétienne dans les trois grandes familles catholique, protestante et anglicane (lire le poème Regius de fin 16ème ou le manuscrit Cooke début 15ème). Faut-il dès lors s'étonner des termes "Libertin irréligieux" ou "Athée stupide" ? Pour les mots "religion" et "athée" la réponse est devenue évidente.

        D'autre part on pourrait encore hésiter sur le terme de "Noachites" car il est aussi attribué aux descendants de Noé, c'est-à-dire tout le monde, après le déluge. Dans cette acceptation, la connotation religieuse s'estompe.

        A la question : "Pensons-nous aujourd'hui comme nos pères du XVIIIème siècle ?" la réponse sera sans doute fortement nuancée d'une personne à l'autre. Dans les deux locutions où la religion est mêlée, la version n'est cependant pas nommée. Nous sommes dans une période où la liberté des murs prend une amplitude non négligeable. Et qui dit Noé dit aussi Seth, sa femme et l'épisode de Sodome et Gomorrhe. pisode très connu à cette époque où donc libertins (habitants de Sodome et Gomorrhe) = sans religion (des noachites). De plus il était normal que tout le monde ft d'une des couleurs du christianisme. Donc idiot d'être athée. Dans tous les pays européens de cette époque, l'état était plus ou moins sous la main des églises et il fallut attendre la révolution pour que se prononce définitivement la séparation. Faut-il rappeler que jusque la révolution de 1789, la France était toujours la fille aînée de l'glise et que le Royaume uni avait en la personne du roi, le chef de sa propre glise. Ce fut sans doute avec les deux versions des Constitutions le début d'une déchristianisation progressive et inexorable aboutissant en 1877. Je ne me pose ni en "pour" ou "contre" ce phénomène, je me borne pour l'instant à le constater.

        Voilà pour les références et situations historiques vérifiables. Pour mon sentiment personnel sur la question, il vous faudra attendre le prochain épisode : "Noachites, le retour".

        Bien fraternellement à vous

        Antonio.

        • > Un peu d'exégèse.
          26 octobre 2006, par Antonio  

          Malgré une re-lecture attentive, quelques coquilles : La transmission de la Maçonnerie opérative se fait fin 16ème et non fin 17ème.

          Si le Cooke est bien daté du 15ème (entre 1410 et 1430), le Regius, lui est daté d'environ 1390 donc 14ème siècle.

          Sorry, Antonio.

        • > Un peu d'exégèse (suite)
          26 octobre 2006, par EMEREK  

          Excellent ANTONIO.... En guise de complément à ce que tu nous a bien résumé : Voici le texte de 1813 des constitutions revu et corrigé par La Grande Loge Unie d'Angleterre : (A la fin de la très longue scission entre les "Ancients" et les "Moderns", les deux courants se réunifient en formant l'actuelle Grande Loge Unie )

          « Concernant Dieu et la religion : un maçon est obligé, de par sa tenure, d'obéir à la loi morale et s'il comprend bien l'Art, il ne sera jamais un athée stupide ni un libertin irreligieux. De tous les hommes, il doit le mieux comprendre que Dieu voit autrement que l'homme car l'homme voit l'apparence extérieure alors que Dieu voit le coeur. Un maçon est par conséquent particulièrement astreint à ne jamais agir à l'encontre des commandements de sa conscience. Quelle que soit la religion de l'homme ou sa manière d'adorer, il n'est pas exclu de l'Ordre, pourvu qu'il croie au glorieux Architecte du ciel et de la terre et qu'il pratique les devoirs sacrés de la morale. Les maçons s'unissent aux hommes vertueux de toutes les croyances dans le lien solide et agréable de l'amour fraternel, on leur apprend à voir les erreurs de l'humanité avec compassion et à s'efforcer, par la pureté de leur propre conduite, de démontrer la haute supériorité de la foi particulière qu'ils professent... »

          En ce qui concerne NOE, celui-ci apparaît dans le discours de du chevalier de RAMSAY en 1737.....comme par hasard ...... Ce discours inaugure l'apparition de « hauts » grades en maçonnerie

          http://www.fm-fr.org/fr/article.php3 ?id_article=0017

          Quand à « stupid atheist » aucune équivoque possible dans le texte un athée ne peut être que stupide dans la langue de la perfide Albion,donc ceux qui interprètent en disant :

          « Oui mais moi je suis athée mais pas stupide »..... se plantent s'ils se référent au constitutions...

          C'est d'ailleurs marrant au GODF ou ce livre trône en bonne position(...) dans les loges dans lesquelles certains frères revendiquent un athéisme pur et dur....

          • > Un peu d'exégèse (sans faim)
            26 octobre 2006, par antonio  

            Bonjour mon Frère.

            Tu as tout à fait raison. Et pour le complément de 1813 où le texte change encore allant vers une déchristianisation à mon sens ambigu et pour le fameux discours du Chevalier de Ramsay. J'ai eu peur de faire vraiment trop long.

            Pour l'athéisme en tant que position philosophique il faut attendre le résultat de la révolution de 1789 et ses annexes pour que, profitant du rejet global des officiers de la religion (mais pas de la religion elle-même, nuance !), l'athéisme surgisse comme une contre position structurée à celle soutenue par les églises et une description eschatologique (explication de la fin des temps : voir ce mot à http://fr.wikipedia.org/wiki/Eschatologie ) cohérente. Vous avez compris que j'en parlais dans le cadre de la Maçonnerie.

            Il est vrai que nos petits copains ont parfois des positions un peu paradoxales mais ce sont quand même des Frangins.

            Merci encore pour tes compléments.

            Bien fraternellement

            Antonio.

            • Les liens ...
              26 octobre 2006, par fabermother  

              Bonsoir mes TTCCFF, et toutes et tous,

              Pour votre petit confort, voici le lien d'Emerek :

              Discours du Chevalier de Ramsay

              et le lien d'Antonio :

              ESCHATOLOGIE

              Yaka cliquer ...

              Bravo et merci à tous deux pour vos recherches et vos commentaires.

              Fraternellement,

              Faber

              • Il y a encore de la moelle dans cet os
                26 octobre 2006  

                J'ai retrouvé l'extrait du manuscrit« GRAHAM » de 1726 qui met en scène NOE et ses fils dans une histoire qui préfigure un drame que nous connaissons...

                http://reunir.free.fr/fm/oldcharges/graham.htm

                « .......Nous le possédons par tradition et aussi par référence à l'Ecriture qui dit que Sem Cham et Japhet eurent à se rendre sur la tombe de leur père Noé pour tenter d'y découvrir quelque chose à son sujet, qui les guiderait jusqu'au puissant secret que détenait ce fameux prédicateur. Ici, j'espère que chacun admettra que toutes les choses nécessaires au nouveau monde se trouvaient dans l'arche avec Noé. Ces trois hommes avaient déjà convenu que s'ils ne trouvaient pas le véritable secret lui-même, la première chose qu'ils découvriraient leur tiendrait lieu de secret. Ils n'avaient pas de doute, mais croyaient très fermement que Dieu pouvait et aussi voudrait révéler sa volonté, par la grâce de leur foi, de leur prière et de leur soumission ; de sorte que ce qu'ils découvriraient se montrerait aussi efficace pour eux que s'il avaient reçu le secret dès le commencement, de Dieu en personne, à la source même. Ils arrivèrent donc à la tombe et ne trouvèrent rien, si ce n'est le cadavre déjà presque entièrement corrompu. Ils saisirent un doigt qui se détacha et ainsi de suite de jointure en jointure jusqu'au poignet et au coude. Alors, ils redressèrent le corps et le soutinrent en se plaçant avec lui pied contre pied, genou contre genou, poitrine contre poitrine, joue contre joue et main dans le dos, et s'écrièrent : "Aide-nous, 0 Père ! ". Comme s'ils avaient dit : " 0 Père du ciel aide-nous à présent, car notre père terrestre ne le peut pas ". Ils reposèrent ensuite le cadavre, ne sachant que faire. L'un d'eux dit alors : "Il y a encore de la molle dans cet os" , et le second dit : "mais c'est un os sec " ; et le troisième dit : "il pue" .

                Ils s'accordèrent alors pour donner à cela un nom qui est encore connu de la Franc-Maçonnerie de nos jours. »

                Très fraternellement à toutes et tous

                • > Il y a encore de la moelle dans cet os
                  26 octobre 2006, par EMEREK  

                  oublié de signer...

                  Bien à vous

    • > Un peu d'exégèse, ou l'art de lire entre les lignes quand c'est écrit tout petit
      30 octobre 2006, par Sarah  

      Coucou à toi,

      Oui c'est exactement ça, en tout cas, pour moi.

      Le vocabulaire maçonnique, dites donc vous les maçons, pour le profane occidental de ce début de 21ème siècle, ça en fait monter des choses... et dans tous les sens...

      J'ai eu la chance de pouvoir partager ici ce que celà a produit sur moi et d'avoir les retours.

      Celà me ramène au fond et à la forme.

      La forme n'est que par le fond. Sans fond, c'est une coquille vide, une pâle copie.

      Tao, quelque part ici s'interrogeait ?! sur la FM aujourd'hui dite spéculative (je crois que c'est ça) et non plus opérative (référence au métier je crois).

      Je le rejoins et te rejoins dans ta réflexion car le fond reste "identique".

      J'ai vraiment le sentiment que l'étincelle, la parcelle de lumière que je nourrie est transmise depuis "la nuit des temps..." pour reprendre ce qui est écrit au tout début de ce site je crois me souvenir.

      Quant à comprendre ce qui est écrit en François de l'époque de Rabelais, celà demande d'aller vraiment en profondeur et donc d'étudier.

      J'ai quelques amis érudit qui me font la traduction et là c'est un délice.

      Concernant au moins une traduction de la constitution d'Anderson, je vais retourner voir maintenant voir justement ce que j'y vois après ces quelques mois à marcher à vos côtés.

      Bonne journée.

      Sarah

Deux auteurs contemporains (entre eux)
22 octobre 2006, par fabermother  

Bonsoir tou(te)s,

Puisque nous sommes dans la phase "auteurs de chants populaires", voici un rapprochement entre deux auteurs, à travers quelques vers de leur oeuvre la plus connue.

Il faut les lire en continuité pour en goter toute la saveur !

-  Le Rédempteur a brisé toute entrave,
-  La terre est libre et le ciel est ouvert
-  Il voit un frère où n'était qu'un esclave
-  L'amour unit ceux qu'enchaînait le fer,
-  Qui lui dira notre reconnaissance ?
-  C'est pour nous tous qu'il naît, qu'il souffre et meurt :
-  Peuple, debout ! chante ta délivrance.

-  Debout ! les damnés de la terre
-  Debout ! les forçats de la faim
-  La raison tonne en son cratère :
-  C'est l'éruption de la fin
-  Du passé faisons table rase
-  Foule esclave, debout ! debout !
-  Le monde va changer de base :
-  Nous ne sommes rien, soyons tout !

Ah oui ! J'allais oublier les références :

Placide Cappeau (1808-1877) - Auteur de « Minuit Chrétien » - Franc-Maçon

Eugène Pottier (1816-1887) - Auteur de « L'internationale » - Franc-Maçon

Bonne soirée,

Faber

  • > Deux auteurs contemporains (entre eux)
    30 octobre 2006, par Sarah  

    Minuit chrétien, je ne connaissais pas. L'internationale oui.

    Encore des Maçons...

    Vraiment, plus ça va...

    Une puissante lame de fond, dans ce magnifique lac d'amour...

    Y avait bien quelque chose (c'est mal dit, c'est pas grave... bon pour l'épure je repasserais... OK) de vraiment essentiel, important pour moi ici sur mon chemin avec le votre, enfin le notre...

    A bientôt.

    Sarah.

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
21 octobre 2006, par Bill  
Mullet of the Isle, was he free mason ?

Vous connaissez cette chanson ?

Progrès ! partout ce mot résonne Gage d'un heureux avenir ; Mais toujours la nuit environne Cet astre si lent à venir. (Bis.) Pour percer les crêpes funèbres, Dont se voilent les préjugés, Maçons, des coeurs découragés, Dissipez les sombre ténèbres. Et reprenant leurs droits, la douce charité, La vérité, Affranchiront du joug l'humanité.

Si parfois la politique L'égoïsme dicte les lois ; Que le dévoment maçonnique Plus haut ose élever la voix ; (Bis.) De tous les peuples de la terre Formons une chaîne d'amis, Dans chacun de nos ennemis, Ah ! que chacun retrouve un frère ! Et reprenant leurs droits, la douce charité, La vérité, Affranchiront du joug l'humanité.

Maçons que ce banquet rassemble, Vrais soldats de la vérité, Vidons, amis, vidons ensemble, La coupe de fraternité ; (Bis.) Puissions-nous, c'est mon espérance, A tout profane offrant la main, Tous, un jour voir le genre humain Former une sainte alliance. Et reprenant leurs droits, la douce charité, La vérité, Affranchissant du joug l'humanité.

Faites pas trop bouillir vos cerveau

Bill

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    21 octobre 2006, par EMEREK  
    être ou ne pas être

    Qu'y a-t-il de plus important pour l'Homme :

    >>>la recherche du progrés

    >>>la recherche de la perfection

    Corollaire : peut-on se contenter d'oeuvrer pour le seul progrés de l'Humanité sans ESSAYER de se perfectionner soi-même...

    • > La troisième voie
      22 octobre 2006, par Antonio  

      "That's the question", comme disait l'autre. A première vue, si j'étais cynique je dirais que n'étant pas Dieu, la perfection ne m'est pas approchable je ne peux donc, au mieux, qu'étendre le progrès. Soyons donc progressistes. Le problème c'est que la nature, toute seule, s'occupe déjà de cet état de choses (dixit Albert Jacquard et avant lui, Darwin). Je fais quoi alors ? Cela donne un dilemme dont, avec mon seul raisonnement je ne peux sortir sans me déjuger quelque part.

      Si donc je ne choisis pas le progrès, je dois choisir la perfection : bonjour les dégâts. Serait-il possible alors, mon cher Emerek, qu'il existe une troisième voie ? A mon point de vue, oui mais, autre problème, elle n'est pas accessible à la seule méthode rationnelle. Il y a déjà bien longtemps je me suis fait taxer de "catégorique" et je réalise combien il avait raison celui qui émit ce commentaire. Dans mon métier je me dois de l'être, dans la route que je me suis choisie j'ai appris qu'il y a toujours une troisième voie. Tout le problème réside à la trouver et, quand on l'a trouvée, à l'accepter.

      Il n'en reste pas moins que ton dilemme vaut son pesant de caramels mous et mérite qu'on y prête réflexion.

      Bien fraternellement,

      Antonio.

      • > La troisième voie
        22 octobre 2006, par Bill  

        Bonjour à toutes et tous,

        A vous mes TCF Emerek et antonio,

        Souvenons nous du fil à plomb ou perpendiculaire et du travail de l'extérieur vers l'interieur de l'individu qu'il représente. Souvenons nous aussi, du travail collectif que nous faisons et que nous sommes chargés d'apporter à l'exterieur.

        Concernant ces trois couplets je ne m'attarderai pas aujourd'hui par manque de temps. Je mets en valise, je reviens dans une semaine pour continuer sur le sujet.

        Amitiés Frat :.

        Bill

      • > La troisième voie
        22 octobre 2006, par fabermother  

        Si il y a deux voies apparentes, il y a toujours une troisième voie suggérée.

        Là, c'est le point où il faut abandonner le rationnalisme (fort utile par ailleurs) et laisser place à l'intuition et l'imagination.

        Comme cette troisième voie provient d'un autre plan que la pensée culturelle et de raisonnement, elle peut faire peur. Il faut de l'acceptation et de la confiance. Et beaucoup de coeur.

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      22 octobre 2006, par fabermother  

      TTCCFF et tousses

      Histoire d'embrouiller les cartes, le progrès n'existe que si il n'y a pas perfection. La perfection n'implique aucun progrès.

      Na ! On est bien avancés, non ?

      J'ai commencé à m'écarter un peu de ce genre d'interrogations, aussi importantes soient-elles, car j'en viens à me demander si il ne faut d'abord s'atteler à ce que qu'on peut appeler "accomplissement personnel" dans une communion avec les lois de l'univers.

      Faber

      • Les TERNAIRES
        22 octobre 2006, par EMEREK  
        troisiéme voie ???

        D'accord avec vous .

        La Kabbale illustre parfaitement cette troisième voie.

        Comme en maçonnerie il y a trois colonnettes.

        De part et d'autre dans l'arbre séphirotique se trouvent

        >à droite.... l'Amour et la générosité

        >à gauche...La Justice

        ......Et au centre l'HARMONIE.

        La kabbale est un outil extraordinaire et ,en tant qu'outil ,fait intimement partie de la maçonnerie en particulier au Rite écossais ancien et accepté.

        On peut également évoquer les colonnes du Temple de Salomon avec au centre une colonne virtuelle qui est la porte.... Mais c'est une autre histoire...

        A mon avis : il n'y a en maçonnerie bien que 3 colonnettes, les élucubrations avec une « 4 éme colonnette » n'apportent rien et font diversion.

        En résumé, on en revient toujours aux ternaires, exemple ici :

        >>>Progrès Humain, Perfectionnement individuel sous l'égide d'un Principe Supérieur (Harmonie)...

        >>>Le Maçon, l'Autre et l'idée du Principe Supérieur vient à l'esprit ( Cf Levinas)

        Bien à vous Toutes et Tous

        • > Les TERNAIRES
          22 octobre 2006, par fabermother  

          Avec la Kabbale, on risque de rendre perplexe certains lecteurs.

          On ne parle pas forcément de Kabbale dans les Loges bleues. Mais il n'est pas nécessaire non plus d'être FM pour s'intéresser à la Kabbale.

          J'abonde dans le sens où la "méthode" de réflexion kabbaliste rend superflu beaucoup de discours argumentés.

          Plus classiquement, on appelle les trois piliers de l'arbre sephirotique :
          -  le pilier de la Compassion
          -  le pilier de la Rigueur
          -  le pilier de l'Equilibre ce qui revient au même.

          Droite ou gauche sont relatifs, cela dépend d'où on se place.

          Trop de compassion comme trop de rigueur déséquilibre l'harmonie de la Création.

          Que l'harmonie soit avec vous.

          Faber

          Nota :
          -  Kabbale : mot hébreu signifiant tradition, transmission, clé...
          -  Sephira (pluriel sephiroth) : mot hébreu signifiant livre, manifestation, révélation ... Dans l'hebreu il y a plusieurs racines imbriquées qui enrichissent le sens global.

          • > KABBALE
            22 octobre 2006, par EMEREK  

            D'accord avec toi... Mais en loge bleue ont peut tout à fait travailler avec "l'outil Kabbale"

            Un frère de ma loge était déjà féru de kabbale avant d'être initié.

            Et puis la Kabbale ce n'est pas si inaccessible que ça :

            >>un bouquin sympa : "Mystères de la Kabbale" de OUAKNIN chez ASSOULINE

            >>>"La rose aux treize pétales" de STEINSALZ (Albin Michel)

            >>>Le ZOHAR c'est pour plus tard

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    22 octobre 2006, par Eléonore  

    Quelle autre aventure merveilleuse mérite, pour moi, d'être vécue, à part celle de tenter d'arriver au moment de la mort, plus éveillée qu'au départ ?

    A cet instant, je ne veux rien regretter, et pour cela profiter de chaque chose que la vie envoie, comme une occasion de progresser. Etre à chaque instant en ordre intérieurement. Dur challenge, je trouve, qui n'aime pas le laisser aller.

    On ne peut uvrer à l'extérieur que lorsque l'on sait uvrer pour soi, la progression vers la perfection ne peut se transmettre avec des mots, seulement avec des actes, les seules choses reconnaissables. Le seul fait d'ouvrir la bouche à ce sujet ramène en arrière car pour moi cela ne supporte pas l'intellectualisme.

    La progression vers la perfection ne supporte pas non plus que l'on s'estime arrivé, et pour n'importe quoi que ce soit, le simple fait de se ressentir parfait démontre un manque d'humilité et ouvre la porte à l'étape suivante. Par contre je peux tacher de faire du mieux que je peux à chaque moment, avec où j'en suis et ce que je suis, cela est à ma portée. C'est pas pour les autres c'est pour moi, si c'est bon pour eux aussi, et bien tant mieux, on avance ensemble, ma progression peut servir comme celle des autres me sert.

    Eléonore

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      24 octobre 2006, par céline  

      Bonsoir Eleonore,

      Comme tu formules parfaitement ce que je pense ;-D

      OK, je plaisante. Quoique ...

      Pour moi, la perfection est comme le pied d'un arc en ciel : inaccessible. Mais s'il est dit qu'il s'y trouve un trésor, c'est pour encourager les chercheurs à avancer.

      Et c'est là l'important : continuer à progresser, à avancer quels que soient les obstacles du chemin. Tomber 9 fois et se relever 10. S'écarter parfois de la voie, se perdre, se blesser, mais toujours revenir et continuer.

      Continuer à travailler pour s'améliorer, avec bienveillance et tolérance pour soi et pour les autres. Car chacun a son propre rythme d'évolution et chacun part d'un endroit différent. Et chacun peut décider de faire des pauses ... plus ou moins longues.

      Continuer à avancer avec courage, confiance et vigilance : vigilance vis à vis de ses pensées, de ses paroles, de ses sentiments, de ses actes.

      Ce n'est pas facile, c'est vrai, mais comme dit un sage dont j'ai oublié le nom :

      "quand 2 chemins s'offrent à toi, prends toujours le plus difficile : car c'est celui qui te permettra de révéler le meilleur de toi-même"

      révéler ou réveiller ?

    • > L'aventure
      25 octobre 2006, par antonio  

      Quelle autre aventure merveilleuse mérite, pour moi, d'être vécue, à part celle de tenter d'arriver au moment de la mort, plus éveillée qu'au départ ?

      En somme, en arriver à bien vivre sa mort. J'avoue, ce serait mon rêve si tant est que j'en arrive à aimer ma mort.

      Antonio.

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      1er novembre 2006, par Sarah  

      Chère Eléonore,

      Pour l'instant l'idée de perfection, tu vois juste l'idée n'évoque pas grand chose pour moi.

      Ou alors, je suis parfaitement imparfaite. Et, j'aime bien regarder les choses ainsi.

      Pourquoi ?

      Et bien parce que perfection fait aujourd'hui référence pour moi à quelque chose d'extérieur.

      Une fois j'ai entendu une histoire (je ne sais pas si peux appeler celà comme ça...) :

      Son visage était un peu fort, Son oeil droit un peu plus bas que le gauche, Son sourire un peu de travers, Et son nez, pas exactement au centre.

      Mais, de l'ensemble se dégageait une harmonie incroyable.

      La perfection, je crois que je vois celà comme la vérité.

      Sa propre perfection. Sa propre vérité.

      Corps, coeur, esprit alignés.

      Et, je suis d'accord, ça ne s'arrête jamais.

      Tu crois que c'est une prise de tête mon truc ?

      Amicalement.

      Sarah

      • perfection, vérité
        1er novembre 2006, par Eléonore  

        Chère Sarah

        A mais non ! c'est pas prise de tête ton truc, enfin pas pour moi.

        Pour moi perfection c'est comme vérité, cela ne doit pas être extérieur.

        Perfection serait plutôt une manière d'être pour réaliser les choses,

        Vérité, aussi plutôt une façon d'être,

        Du coup se ne sont pas des choses qui se possèdent ou s'acquièrent, je n'aurais pas la perfection, jamais, pas plus que je n'aurais la vérité.

        Par contre je peux faire n'importe quelle action de ma vie avec la perfection dont je suis capable à l'instant, et en vérité avec moi-même. J'entends par perfection et vérité, quelque chose comme « et si je faisais chaque action de ma vie comme si c'était la dernière, autant donner le meilleur de moi-même et en parfait accord avec ce à quoi j'aspire pour mon être »

        Bon pour le coup, la, c'est moi qui fait une prise de tête.

        Eléonore

        • > perfection, vérité
          1er novembre 2006, par Sarah  

          Ma TCSdeC Eléonore,

          Oui, faire les choses de manière impécable et avoir une tenue impécable.

          Vérité oui la congruence.

          Et en vérité je te le dis, il y a des rencontres parfaites...

          Une excellente nuit de Samain à toi belle déesse aux accacias.

          Sarah

  • Ca ne vaut pas "Le temps des cerises".
    22 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour Bill et tou(te)s,

    Personnellement, je ne suis pas fan de ce genre de chansons et poésies "maçonniques".

    Il faut dire que, étant femme, je n'ai pas accès à la glorieuse Maçonnerie militaire et masculine (pléonasme). Et même si j'y avais accès, je ne pense pas que j'aurais choisi cette voie.

    Je ne sais pas ce que veut dire "douce charité". Y-a-t'il une "dure charité" ? Et puis, qu'est-ce, en fait, la "charité" ?

    Y-a-t'il plusieurs charités ?

    La Vérité ? Quelle Vérité ? Quelles vérités ?

    Y-a-t'il plusieurs vérités ?

    Quel est véritablement le "joug de l'humanité" ?

    Et la "sainte alliance" ? Hein ? De qui, avec qui et pourquoi ? Brrr

    Je vois que mon enthousiasme délirant à la lecture de ce texte édifiant est palpable.

    Je ne sais pas pourquoi, mais dans mes oreilles résonnent l'écho de grandes déclarations de principe, en Loge ou aux Agapes, aussi pompeuses que théoriques, aussi larmoyantes qu'inutiles sans réel projet d'avenir.

    Quitte à entendre du flon-flon, je préfère autant "Le beau Danube bleu" (en plus cela me rappelle le film "2001 Odyssée de l'espace" - de quoi cogiter).

    Maintenant que j'ai exprimé ce qui me semble négatif, on peut attaquer le constructif. Suffit de déblayer un peu le terrain avant.

    La parole circule.

    Faber

    Pour la culture générale, voici Mullet of l'Isle de Bill :

    ROUGET DE L'ISLE, Claude Joseph (1760‑1836) Compositeur français, auteur, en 1792, du Chant de guerre pour l'armée du Rhin, rebaptisé La Marseillaise. Membre de la Loge Les Frères Discrets, à Charleville.

    Auteur aussi du Chant du Rhin rebaptisé "Marseillaise".

    Et puis, dans un autre registre, un autre FM, communard, enseignant, auteur de l'Internationale :

    POTTIER, Eugène (1816‑1897) Auteur du chant des travailleurs du‑monde entier : L'Internationale (1871). Initié en exil à New York à la Loge des proscrits de la Commune, Loge Les galitaires.

    Les citations proviennent de franc-maconnerie.org

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    22 octobre 2006, par TAO  
    Cultiver sa vertue

    Peut-on faire le bonheur du genre humain ?

    L'histoire semble nous dire définitivement « non » et même plus violemment que cela, cette volonté de vouloir faire le bonheur des autres se traduit par des catastrophes à la chaîne : les bienfaits de la colonisation, les bienfaits du christianisme triomphant, les bienfaits du communisme, les bienfaits de la démocratie made in USA...

    Laissons les êtres, les peuples se déterminer eux-mêmes, laissons les gens devenir adultes par eux-mêmes.

    N'oublions pas qu'il n'y a que quelques centaines d'année que nous sommes sortis des guerres de religions, de l'obscurantisme de l'inquisition, de la royauté de droit divin...

    Nous avons des exemples réussis de prise de confiance : élévation rapide du niveau de vie en Asie (Indes, Vietnam, Chine du sud...).

    La Franc-maçonnerie n'est pas universelle et ne le sera jamais. Elle peut répondre aux besoins de certain et cela est déjà énorme.

    Je mettrai une petite touche de philosophie extrême orientale pour dire que l'universalité prend naissance au centre de l'individu et que çà n'est qu'à partir de ce centre qu'elle pourra se répandre, mais pour qui la famille a encore un sens, le pays, l'état... alors que nous sommes enseveli sous l'individualisme :

    Cultivé en soi-même sa vertu sera authentique ;

    cultivé en famille, elle enrichira ;

    cultivé dans son pays, elle grandira ;

    cultivé dans l'état, elle sera florissante ;

    cultivé dans le monde, elle deviendra universelle (Lao Tseu)

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      22 octobre 2006, par Eléonore  

      Non, srement non on ne peut faire le bonheur de l'humanité, l'idée est prétentieuse et on connaît ce que cela donne, on ne peut que faire son propre bonheur et souhaiter qu'il puisse donner des idées. Et je pense aussi que toute chose intérieure s'étend lentement, d'un individu à sa famille, ses proches, son village,sa région, son pays, la Terre...comme l'onde de l'eau.

      Les esclaves doivent se libérer de leurs chaînes eux même, car ceux qui posent les chaînes n'auront jamais intérêt à les enlever.

      Tout au plus on peut montrer que l'on peut vivre sans chaîne, mais c'est tout. Difficile, quand l'on sait ce que peut avoir d'effrayant, voir d'indécent, la liberté pour celui qui ne peut même pas l'imaginer en rêve.

      L'être qui tache de vivre sa liberté et son bonheur se retrouve souvent ralenti par ceux, qui impuissants devant leur enchaînement ne voient pas pourquoi il y arriverait, lui.

      Dorénavant, en guise de chaîne, je n'accepterais qu'une chaîne d'union, sinon rien... :-D

      Eléonore

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
        23 octobre 2006, par fabermother  

        Ma chère Eléonore,

        Ô combien sommes-nous dans la même pensée de la liberté !

        Etre sans chaînes est plus un état d'esprit qu'un état physique. On peut enchaîner un corps, une condition. On peut tout ôter des biens matériels. On peut s'acharner à avilir, à asservir.

        On n'enchaînera jamais un esprit libre.

        Pour la chaîne d'union, banco !

        Douce nuit (ben oui, il n'est que 01h11).

        Faber

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      25 octobre 2006, par celine  

      Pour moi, le bonheur EST un état d'esprit personnel. On ne peut donc le FAIRE, ni pour soi, ni à plus forte raison pour les autres.

      Tout au plus peut-on travailler à être conscient de ces petits bonheurs quotidiens qui nous sont donnés à travers les expériences de la vie.

      Et cultiver ce Bonheur intérieur par la recherche de notre être essentiel et la conscience de la Vie.

> le café du forum
20 octobre 2006, par Bill  
Je ris a cause du café du commerce

Et un demi pour le 3 !!! c'est encore les apprentis qui vont trinquer !!

Et les autres alors ?

Bill

  • > le café du forum
    20 octobre 2006, par fabermother  

    Tu as raison. C'est trop inzuste ...

    Faber

    • > le café du forum... sous rire - et vie d'amant
      21 octobre 2006, par gyro guelpar  

      hypo - crisis

      les multitudes de plaines s'enchainaient aux horizons sans fin - et les espaces s'entrouvraient sur des rites immuables. Piétinements incessants. Cavalcades insensées. Ebrouement sr - vivant à l'heure des infinies ressentis. Râles des vies denses... Sens de l'élan, qui s'affranchi sous la pression de ces flancs suants la vie qui sévit au-delà de toute contrainte. Conscience sans temps... instant de vertige - animal... Cavalier du vent se libérant de son souffle dans cette étreinte fugace.

      NB :

      du rêve ailé... aux apaisement partagés, métamorphoser l'impuissance des rêves :
      -  se réveler à l'imprégnation d'éros en thanatos... élan vital, SeNS TANGiBLE : éternel présent !
      -  appréhender l'immarcescible souffrance... et caresser l'imminence de toute impermanence
      -  mémoriser l'immanence des corps et prophétiser l'insolence des chairs (qui se consument) ... l'éminence de l"esprit de la chair qui s'affranchit sous la pression de ses flancs suant la vie qui sévit au-delà de toute contrainte. Cavalier du vent se libérant de son souffle dans cette étreinte fugace. Sens de l'élan, Conscience sans temps... instant de vertige - animal... et les multitudes de plaines s'enchainaient aux horizons sans fin - et les espaces s'entrouvraient sur des rites immuables. Piétinements incessants. Cavalcades insensées. Ebrouement sr - vivant à l'heure des infinies ressentis. Râles des vies denses... apaisement partagé, suant la vie qui sévit au-delà de toute contrainte. Sens de l'élan, Conscience sans temps... instant de vertige tactile euh ... vie d'amant - animal...

      les espaces se creusent... et les silences s'attardent... .

      . murmure...
      -  si le masque c'est face, le clown éthéré que je suis ricane car depuis tout ce temps passé à dialectiser sur le sous rire, subtil, mais tragique, de nos consciences conditionnées, il ressent l'immarscecible relent qui émane de toute conscience face à la mort. l'instant du tragique se mèle insidieusement à l'ineffable réalité de l'impermanence de toute chose et du non-attachement ultime... et de l'ailé réalisation de nos chairs à la fusion propice au retour élément terre , la conscience plonge en un dernier sourire dans l'oubli d'elle-même. apaisement partagés

      du rêve ailé... aux ... (à vous de compléter).

      De l'angoisse au questionnement... il ne nous reste finalement dans le galop de l'existence qu'à faire un avec sa cible et apprendre à mourir en vivant - That's all folks... isn'it

      et la nuit s'étire... inexorablement - et les couleurs nées fastes s'irisent en kyrielles d'aquarelle mordorée ! essence ciel le clair - obscur apaisement bariolé de silences entendus...
      -  Cils en cieux.. lire : et sans ciel - et vie d'amant le jour c levé... myriades d'aquaréelles origin'elles... torrencielles, sensuelles - essencielles ô plaisir partagé matiné de sourires - illuminescences frêles... évanescentes offrandes propiciatoires ô plaisir du jour né sans... câresss incantatoire esquisse sub-lunée... sous rire

      gyro_kekpar_partout_et_nulle_part

      PS ne m'en voulez pas trop de débouler à bride rabattue sous les sens sr de faber, les sous rire passés sont sans doute des réminescences qu'elle a du mal à gérer

      bien à vous

      paul

      • > le café du forum... sous rire - et vie d'amant
        21 octobre 2006, par fabermother  

        Si le "Café du Commerce" ne te paraît pas assez bien pour le marrant que tu es, il y a aussi le "Forum des forums".

        Il y a beaucoup d'autres forums sur le site, mais tu y serais hors sujet. Mais comme tu aimes être hors sujet, tu pourrais aussi égayer le forum des "Prud'hommes" ou celui des "Compagnies militaires privées" ???

        Tu me dis le choix de destination du transfert (tiens, le mot est bien adapté !) de ton post.

        Ne songe pas à un nouveau forum "Eros et Thanatos", il n'y en aura pas. Si tu as un brin de délicatesse, tu devrais le comprendre.

        Maintenant, si tu te décides à participer sincèrement et honnêtement à ce forum avec un langage simple et clair, je n'y vois pas d'inconvénient.

        Faber

        • > le café du forum... sous rire - et vie d'amant
          21 octobre 2006, par gyro guelpar  

          c'est accepté de bon coeur chair mère faiseuse,

          et si tu m'accordais de recevoir en place assise cet avant post précipité sur les tenues blanches, et vie d'amant tu m'en verrais reconnaissant

          bien à toi

          paul

          • > le café du forum... sous rire - et vie d'amant
            21 octobre 2006, par fabermother  

            D'accord. Pas de transfert du post sous Kalimero.

            Pose-toi et participe.

             :-)

            Faber

  • > le café du forum
    21 octobre 2006, par Antonio  

    Jef, un p'tit verre, on a soif (sur l'air du Lange Jojo).

    Alleï, hips, à la revoyure hips ! Tagada tsoin hips ! tsoin.

    Antonio.

dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
19 octobre 2006, par caro  

Pour rebondir sur les premiers mots de ta phrase ma chere Faber concernant le point d'interrogation et le boulet a trainer ... je crois qu'il y a la fraternité en tant que mot qui a une definition et qui sous entends des notions relatives a la morale aux valeurs ... et puis il y a la Fraternité , celle qui se vit et n'a pas besoin de se dire ... et tu vois , il me semble que cela rejoint les 2 familles de reaction ... sauf que cela n'est pas a considerer comme une reaction face a un concept mais pluot comme ce qu'en font les freres et les soeurs ... il y a ce qui s'en servent justement pour la force de l'union d'un groupe et ceux qui la vivent , qui savent qu'elle existe , qui savent qu'elle est a la base du "systeme" mais quila nourissent plutot qu'ils ne l'utilisent a leur propre finalité . La faim justifiant bien souvent les moyens , il me semble juste de penser que la fraternité est avant tout la chance de pouvoir reconnaitre l'autre dans ses differences et ses similitudes , la chance de realiser que dans la sollitude , l'etre se perd ou se trouve mais n'est jamais enrichi par ce que l'autre peux lui apporter et par ce qu'il peux apporter lui meme a l'autre . Donc sorti du contexte de la "trinité" liberte egalité fraternité , la fraternité maconnique peux effectivement lever des controverses en interne comme en externe ... Dailleurs la une des journeaux s'en sert a merveille quand elle desire "baver" sur la FM ... elle ne tape pas sur la liberté ou sur l'egalité mais sur la fraternité ..."on ne jette des pierres sur un arbre que quand il commence a donner des fruits " les fruits recoltés sont ils simplement ceux qui ont ete semés , ceux qui ont necessité le travail les soins l'attention et l'espoir de celui ou de ceux qui ont planté la graine ? caro

  • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
    19 octobre 2006, par Bill  
    Vous avez dis Fraternité ?

    La fraternité implique les notions de tolérance, d'affection, et aussi dans une certaine mesure : de charité, d'indulgence, de fidélité et de communion. Une écoute respectueuse de propos que l'on ne partage pas forcément, une aptitude à prononcer une parole réconfortante, à agir avec un élan d'affection au moment opportun. Savoir proposer sans vouloir imposer, savoir être présent sans jamais être pesant. Mais cela ne suffit pas pour faire de nous des frères et des soeurs. Il nous faudra faire preuve d'humilité, car les différences apparaîtront et il faudra bien les accepter pour aller de l'avant dans l'échange de relations fraternelles. Les accepter sans les juger, car les jugements prennent souvent un caractère définitif, et toutes choses "définitives" créent des limites qui ont pour effet de réduire la liberté de chacun.

    La fraternité Maçonnique est bien une réalité mais elle a, comme toute manifestation, ses propres limites. Ces limites, nous les fixons nous-mêmes, elles dépendent de la sincérité de notre engagement. La maçonnerie propose et l'homme dispose : libre à chacun de progresser, libre à chacun d'accepter ou de refuser les richesses qui lui sont offertes, libre à chacun de collaborer à l'accroissement du patrimoine commun et de son propre patrimoine.

    De toute façon l'Homme n'est qu'homme, et donc il porte en lui tout ce qui est sublime et tout ce qui aurait pu etre sublimé.

    Bill

    • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
      19 octobre 2006, par Antonio  

      Mon cher Billy,

      Voilà bien des paroles que j'eusse aimé avoir écrit : j'ai eu bien du plaisir à les lire et les relire. Puis-je t'appeler mon Frère ?

      A+

      Antonio.

      • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
        19 octobre 2006, par fabermother  

        Entre un rectifié et un émulé, il ne devrait pas y avoir de problème..

        Pour une ancienne acceptée devenue orientale primitive, je vous prie de me laisser une place entre vous deux aux Agâpes.

        • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
          20 octobre 2006, par isis  

          bonjour

          eh bien voila pour moi un des aspects de la fraternité qui me parle beaucoup...

          de l'autre côté du mur , une profane s'associe en pensée à vos santés....

          anne : je suis capable de chaleur humaine avec des personnes avec qui je ne me sens pas du tout en fraternité.

          isis

          • > Les murs ne sont que des illusions
            21 octobre 2006, par Antonio  

            Chère Isis.

            Les murs semblent ne devoir exister que pour ceux qui les construisent. En maçonnerie nous préférons élever des Temples à la vertu. C'est ainsi du moins, que nous disons dans notre rite. Et à en juger pour la qualité des intervenants, pour les autres rites c'est pareil, avec d'autres mots peut-être. Un des premiers devoirs que je me suis imposés est justement de les faire tomber ces murs, de manière à préparer l'esplanade pour la construction d'un nouveau Temple, fondations comprises. Il est actuellement deux murs qui, au sens civil et profane, restent hautement symboliques des barrières que s'imposent les hommes. Leur destin est d'être abattus. Par qui et quand ? C'est la réponse que l'histoire nous a apporté et nous apportera. En attendant, mon souci est de faire tomber les murs d'incompréhension que la bêtise humaine ne cesse de bâtir autour d'elle-même et c'est un travail de très longue haleine. Certains arrivent à s'en échapper, beaucoup préfèrent se calfeutrer dans un cocon d'individualisme agressif dont la moindre parcelle de fraternité est bannie.

            La manière dont le sujet de la fraternité lancé par Faber a été traité par tous les intervenants sans exception, suscite mon admiration et alimente mon espoir. Lorsque les choses sont belles, pourquoi ne pas le dire aussi ? Pour mes Frères et Surs, cela semble facile, nous vivons dedans. L'effort consistait à sortir de nos tours et faire savoir qu'elle existe. Je n'ai pas dit que les Maçons doivent sortir dans le rue. Pour nos promeneurs, il s'agissait d'escalader le mur de l'incompréhension. La méthode pour les uns comme pour les autres est très simple : communiquer. Pas discuter, communiquer. Et pour communiquer, il n'y a pas trente-six façons : UN(E) parle, TOUS les autres écoutent. L'avantage de cette méthode est qu'elle force un tant soit peu la réflexion avant de se mettre à invectiver celui qui parle.

            Je suis un peu sorti du sujet d'Isis mais je m'en suis servi comme tremplin pour rebondir. Si les murs existaient vraiment, qu'est ce que je serais pris comme pelle !

            Bien fraternellement,

            Antonio.

            • > Les murs ne sont que des illusions
              24 octobre 2006, par isis  

              bonsoir

              si j'ai parlé de murs, c'est que pour moi il y en a bien un, actuellement qui me sépare de vous

              vous êtes à l'intérieur, moi à l'extérieur. et si vous avez des Surveillants, ce n'est pas pour rien, n'est ce pas ? ils veillent à ce que ces murs ne soient pas franchis

              les murs ça sépare, mais ça protège aussi...

              trop peu de temps la journée pour intervenir, et plus de possibilités le soir... :-(

              à bientôt cependant

              isis

        • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
          20 octobre 2006, par Bill  

          Ma TCS,

          Pourquoi te mettre entre nous deux ?

          Qui dit que nous ne nous atablerons pas autour d'une table triangulaire ? rien que nous trois ? lol

          Trisous

          Bill

          • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
            22 octobre 2006, par Antonio  

            Elle peut même être héxagonale que cela n'enlèverait rien à son charme. Hein ? Quoi ? mais à la table, pardi pas Faber tout de même.

            ...

            Quoique, à bien y regarder ...

            Bisous à tous,

            Antonio.

            • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
              22 octobre 2006, par fabermother  

              Tout à fait.

              J'ai compté les convives : faut que la table soit hexagonale. Pour l'instant ...

              Faber

              Ps : c'est quoi ton allusion à mon charme tabloïde ?

              • > dans la continuité blabla ...
                22 octobre 2006, par antonio  

                Heu, non rien, vraiment rien. (en aparté, la main devant la bouche, la bouche en c.. de poule, prenant les cherz' auditeurs comme complices) Vous avez entendu quelque chose vous autres ? Moi j'ai parlé de la table seulement.

                Antonio.

      • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
        20 octobre 2006, par Bill  

        Mon TCF Antonio,

        Biensur que tu peux m'appeller ainsi. Il n'y a aucun souci.

        A bientot

        Amitiés Fraternelles

        Bill

  • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
    19 octobre 2006, par Anne  

    Bonsoir,

    et si la fraternité était tout simplement la "chaleur humaine" dans toute sa simplicité...

    amicalement, Anne

    • > dans la continuité de ma premiere reflexion sur la fraternité
      22 octobre 2006, par antonio  

      J'ai froid, brrrrr !

      Antonio.

  • > pour continuer la réflexion
    20 octobre 2006, par fabermother  

    Le boulet est le mot, l'étiquette qui en découle.

    Il me semble que tu cernes bien la chose en parlant d'un concept qui, comme tout concept, est une vue de l'esprit.

    Conceptualiser n'est pas négatif. Mais si l'acte ne suit pas le concept, on s'y perds vite.

    J'aime beaucoup (je ne plaisante pas du tout) ta "faim" qui justifie les moyens. Sans vouloir trop manipuler les mots (déjà assez manipulés), voici un autre riche sujet de réflexion.

    La fraternité n'est-elle pas plutôt une faim qu'un fin ? Elle ne peut pas être un moyen.

    Tu dis aussi cette phrase :

    les fruits recoltés sont ils simplement ceux qui ont ete semés , ceux qui ont necessité le travail les soins l'attention et l'espoir de celui ou de ceux qui ont planté la graine ?

    Autre interrogation. Et autre riche sujet de réflexion.

    Merci de nous faire remuer les méninges.

    A bientôt, ici ou là.

    Faber

Fraternité maçonnique ?
18 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour tou(te)s,

Parlons un peu de fraternité.

C'est un des mots-clés de la Maçonnerie, qu'on met volontiers à toutes les sauces. Ce mot magnifique peut devenir un boulet qu'on se traîne.

Nous cotoyons sans cesse dans la vie de tous les jours, dans la vie professionnelle, deux principales familles de réactions par rapport à cette "fameuse" fraternité :

-  Une réaction craintive, jalouse,méprisante, aggressive ... cocher la case.

-  Une autre réaction envieuse, étonnée, admirative, idéalisée ... re-cocher la case.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Que mettez-vous comme notion derrière le mot ?

Bonne fin d'après-midi.

Fabermother

  • > Fraternité maçonnique ?
    18 octobre 2006, par isis  

    je suis bien embarrassée pour répondre à propos de fraternité maçonnique....

    ce que j'en entends, n'est pas toujours à la hauteur de mes espérances..(illusions ??? )

    et quand j'en fait mention, on me répond que les franc maçons restent aussi des hommes avec leurs qualités et leurs défauts.

    alors dans ma petite tête je me dis " mais alors ça leur sert à quoi d'être FM si c'est pour être exactement comme les non FM "

    je retrouve la même problêmatique dans mon club service d'ailleurs...

    moi, derrière le mot fraternité, je mets : tolérance, fidélité, loyauté, sincérité, amour, soutien . liste non exhaustive, et sans ordre préférentiel.

    je ne me reconnais pas dans ces deux familles que tu cites, fabermother.

    isis

    • > Fraternité maçonnique ?
      18 octobre 2006, par Antonio  

      Salut, salut, salut.

      Tu remarqueras ma chère Isis que notre Faber internationale, quoique parlant de maçonnerie, n'a pas spécifiquement mentionné la Fraternité maçonnique mais la Fraternité tout court. Rien que par sa simple question elle nous défie de trouver ce que pourrait bien recouvrir ce terme. Tes mots sont bien et même très bien dirais-je. Tu les pratiques ou c'est juste pour le fun ?

      Bonne recherche,

      Antonio.

      • > Fraternité maçonnique ?
        18 octobre 2006, par isis  

        bonsoir antonio

        comme faber a parlé de maçonnerie au début de son post, je pensais qu'elle parlait implicitement de fraternité maçonnique.

        mais comme pour l'instant pour moi, je ne connais que la signification du mot fraternite , et que je souhaiterai que l'adjectif maçonnique renforce encore un peu plus les mots que je mets derriere la simple fraternité, après tout peu importe

        mes mots je les pratique

        ou plutot j'essaie de les pratiquer le plus souvent possible.

        parce que j ai un caractère un peu vif, je manque parfois de patience et de tolérance

        parce qu'aussi je suis un peu du genre "éponge" et que je dois me protéger pour me préserver.

        je ne sais pas si je suis très clair à cette heure tardive...

        bonne nuit à tous

        isis

        • > Fraternité maçonnique ?
          18 octobre 2006, par fabermother  

          Bonsoir ma chère Isis,

          Le point d'interrogation dans le titre fut une interrogation pour toi (le point d'interrogation a toujours des sens multiples), ou alors tu l'as zappé.

          L'important c'est que tu t'exprimes.

          Et tu m'en vois bien contente.

          Douce nuit,

          Faber

          • le matériel informatique est contre moi
            19 octobre 2006, par isis  

            bonjour

            mon expression risque de se raréfier : je n'arrive de nouveau plus à ouvrir ce site depuis le pc de la maison :-(

            au bureau, pas trop le temps :-( et en plus, panne aleatoire sur le pc .

            rocbo, mon cher ami, s'il te plait.....

            isis

      • > Pas hors sujet, non non ...
        18 octobre 2006, par fabermother  

        Nous étions partis de la ligne droite à la ligne courbe, du temps à l'espace. (Les lecteurs et promeneurs qui se branchent devront descendre les marches pour lire les derniers échanges - ça fait faire du sport ...)

        Cette géodésique (dont tu parles plus bas, mon BAF), ne me semble pas hors sujet dans un thème sur la Fraternité.

        Faber

  • > Fraternité maçonnique ?
    19 octobre 2006, par caro  
    une notion de trilogie de la fraternité ?

    Un peu de distraction intellectuelle pour s'echapper un temps d'un quotidien difficille ... je saisis la perche ... bien le bonjour chers tous ,

    si je peux me permettre je dirais plutot que c'est la notion de fraternité dans la franc maconnerie qui souleve les 2 principales familles de reactions dont tu parles , chere faber . La fraternité est pour moi synonyme de l'expression d'un lien moral alors que considérée comme une union solidaire d'un groupe , elle peux avant tout effectivement entrainer des reactions comme énoncées plus haut en rapport avec le viel adage : l'union fait la force .... Mais c'est aussi un point a ne pas negliger ... en effet , pour en revenir aux questionnements et aux reflexions du passage sous le bandeau , cette episode pré initiatique voir meme initiatique , permet a un groupe d'evaluer un sujet inconnu pour savoir si il pourrait faire parti des leurs ... le reconnaitre donc en tant que leur paire . La notion de fraternité , en tant qu'obligation morale , est tres souvent flou ... il est difficille d'y trouver un definition ; elle fait partie , a mon avis , d'un ensemble , d'une trilogie , a la limite d'une trinité , sans y voir une notion religieuse mais plutot pour rassembler ce qui est epars et flou dans son unité alors que reunit prends un sens , la liberté , l'egalité et la fraternité . L'union fait effectivement donc la force d'un groupe et peu amener des reactions positives tel que l'admiration et l'ideal ou bien une reaction plus negative de jalousie et de peur . Alors que si on essaie de considerer cette notion comme un lien de solidarité entre des etres qui agisent et reagisent en respect de valeurs communes , dans la recherche et le but d'ameliorer l'individu et l'humanité , par extension de l'amelioration individuelle d'un groupe , de plusieurs groupes , et que se greffe a cette notion l'egalité et la liberté , le sens et la comprehension en sont completement differents . La fraternité est alors certe un des mots clés de la maconnerie mais pour reprendre l'analogie de la clé de la serrure et de la porte , peu etre faut il considerer que la porte ne peux s'ouvrir qu'a l'action simultanée de 3 cles : liberté egalité et fraternité . Et pour etre sincere et authentique avec vous tous , je ne peux envisager la fraternité que sous cet angle la car isolée de ces 2 comparses , elle devient la meilleure arme anti maconnique ... Bonne journée caro

  • > Fraternité universelle ?
    19 octobre 2006, par celine  

    Bonjour à tous

    La fraternité : Thème de réflexion nouveau pour moi. OK, je m'y colle. N'ayant pas expérimenté la fraternité maçonnique, je ne parlerais que de la Fraternité en général.

    Le mot "Frère" ou "Soeur" se retrouve dans de nombreux domaines de la vie, et pas seulement en maçonnerie : Les membres d'une même famille, liés par le sang (cf les Indiens qui mélaient leur sang pour renforcer les liens d'amitiés, devenant ainsi frères de sang). Les pratiquants d'une même religion liés par la même foi, les mêmes croyances, les mêmes pratiques (les mêmes rituels). Les personnes liées par une forte amitié se considèrant "comme mon frère" ou "comme ma soeur". Diverses confréries regroupant des gens liés par les mêmes centres d'intérêt. La fraternité incluerait-elle donc l'idée de lien ... ?

    De mon point de vue, tous les hommes et les femmes de notre planète sont liés entre eux par un lien invisible, immatériel, mais parfois perceptible... Ce qui se passe de l'autre côté de la planète me concerne et me touche. Personnellement, je ressens très fortement l'interdépendance des êtres.

    D'ailleurs, ne parlons-nous pas de la Terre-Mère ? Et si nous sommes ses enfants, ne sommes nous pas tous Frères et Soeurs ?

    Mais bon, des milliards de frères et soeurs, ça fait quand même un peu beaucoup. Alors peut-être que tous ces sous-groupes, quelle qu'en soit leur nature, permettent en fait à l'Homme de re-trouver ce lien qui l'unit à l'autre ... et dont il a besoin

    L'Homme est un être social. Il a besoin de lien. C'est pourquoi la liberté est indispensable à la fraternité : pour pouvoir dé-lier.

    Quant aux réactions par rapport à un groupe fraternel, elles sont aussi fortes que l'est le lien qui unit ses membres. Alors peut-etre que les réactions vis à vis de la FM sont très fortes car le lien qui unit ses membres l'est tout autant .

    Quant leur nature, on retrouve simplement la palette d'émotions de la nature humaine.

    Ce qui m'intéresse, ce ne sont pas les réactions de l'autre (quoi que), mais mes réactions face aux réactions de l'autres. Mais, bon, encore un autre débat. ;-)

  • > Fraternité maçonnique ?
    19 octobre 2006, par casabynight  

    quelle est la différence entre fraternité et amitié ? sommes-nous amis ou frères à l'extérieur du temple ? Un frère est-il un ami ? un ami est-il comme un frère ?

    • > Fraternité maçonnique ?
      20 octobre 2006, par fabermother  

      Bonnes questions !

      Et quitte à décevoir certains (j'espère que pas) :

      -  La fraternité maçonnique n'implique pas forcément des liens d'amitié dans le privé.
      -  Un frère est un frère, même si il n'est pas un ami.
      -  Un ami profane est aussi un frère.
      -  Un frère qui devient un ami est un ami et un frère au carré.

      Par extension, tous les êtres humains sont mes frères et soeurs, mais pas forcément mes ami(e)s.

      Et alors ? Devrais-je agir différemment si je peux aider l'un ou l'autre (je précise quand même si la cause est honorable) ?

      La différence (je n'engage que moi dans ce propos) sera dans l'élan de mon coeur, en espérant qu'un jour hypothétique cet élan sera le même pour tous. Mais bon, même avec le sens du devoir de soutien que nous inculque la FM, je ne suis pas encore une sainte (le Gadlu m'en préserve ... loll ).

  • Unité maçonnique ?
    19 octobre 2006, par celine  

    Boujour Faber,

    Je ne sais si c'est seulement la fraternité qui engendre les réactions que tu décris. Pour moi, c'est la maçonnerie en général qui fait réagir car seul ce qui est insignifiant suscite l'indifférence. Or la FM signifie quelque chose, et même beaucoup de choses, et pour de nombreuses personnes. D'où de nombreuses réactions que ce soit sur la fraternité, les rituels, le "secret", le complot ou je ne sais quoi d'autre.

    Les valeurs qu'elle cultive sont inscrites au fond de chacun, comme des graines dans la terre : si le jardinier travaille correctement la terre, la nourrit, la soigne attentivement, le jardin sera beau et se verra de l'autre coté de la barrière. Ce qui suscitera 2 réactions :

    — > mépris, moquerie, méchanceté du paresseux qui préfère laisser son terrain en friche
    — > admiration, questions du courageux qui décide de suivre l'exemple.

    Un autre aspect dérangeant pour certains peut être la Force de l'Unité de la FM (d'ailleurs, on dit LA maçonnerie, malgré sa diversité). De l'extérieur, elle me paraît comme UN seul corps, qui réfléchit avant d'intégrer un nouveau membre et l'examine comme la compatibilité d'une greffe de cellule. L'Unité étant une aspiration naturelle de l'homme, même inconsciente, le sentiment d'exclusion peut aussi développer des réactions négatives, agressive ...

    Mais bon, la réaction des autres leur appartient, et une personne agressive vis à vis de la FM le sera vis à vis d'autre chose. C'est son mécanisme de fonctionnement, c'est son axe de travail. Bref : Il y a du boulot !!!

    Bien à toi

    • > Unité maçonnique ? Réalité fictive, voyons !
      22 octobre 2006, par Antonio  

      Ma chère Céline.

      Il semble être écrit que l'homme (j'entends l'être humain = homme+femme, mais c'est plus court à écrire) n'a peur que de lui-même et dont, par ailleurs, il est le pire ennemi. Il semble alors naturel que la réaction de peur qu'engendre la méconnaissance devienne la règle pour la plupart d'entre eux. Mais depuis qu'il a colonisé et domestiqué la planète bleue et ses co-habitants et prédécesseurs, il a été obligé d'assumer la réalité qu'en lui, il y avait deux natures : l'héritier et le prédateur. Appelle-les le bien et le mal ou de toute autre paire décrivant deux réalités opposables, il n'en reste pas moins qu'elles font partie inhérente de notre être. Le refuser est aussi bien que refuser la vie parce qu'elle est immanquablement suivie de la mort. Je peux d'autre part admettre, sinon accepter, que Dieu existe ou qu'il n'existe pas : ce n'est plus une dualité, c'est une affaire de foi et là, cela devient personnel donc non opposable, pas même discutable. Il est normal pour des prof... (oups !) PROmeneurs de rester confinés dans la dualité : la culture dans laquelle nous faisons école ne décrit que cela.

      Et puis vient l'autre voie. Elle est déconcertante parce hors normes. Finie la dualité, vive la trialité (mot nouveau) et tout le monde perd pied. Là où cela devient amusant c'est qu'en continuant à acquérir des connaissances on se rend compte qu'on ne fait que s'éloigner de ce qu'on n'aurait jamais du quitter : l'unité ! A contrario, si je risquais un commentaire, je dirais que tu tiens le bon bout mais du mauvais côté.

      Par ailleurs, je suis bien d'accord avec toi : faut retrousser les manches, c'est pas le boulot qui manque. Alors, au charbon les copains.

      Antonio.

  • > Fraternité maçonnique ?
    19 octobre 2006, par Sarah  

    Bonsoir, toutes et tous,

    Je relie la fraternité à la notion de famille.

    Qui dit famille, dit sentiment d'appartenance.

    Qui dit, sentiment d'appartenance, dit solidarité et tolérance.

    Comme dans une famille "de sang" (car il y a aussi l'adoption), il peut y avoir des désaccords, des incompréhensions, des rivalités, des jalousies, des échanges très animés et très durs...

    Mais, le sentiment d'appartenance ouvre à l'acceptation des différences.

    Même si, souvent, de manière très archaïque, il y a des tentatives pour ramener l'autre à l'image idéalisée que nous souhaiterions.

    Dans le sentiment d'appartenance, il y a l'affectivité.

    Il y a, l'amour.

    "Aimez-vous les uns, les autres, comme je vous ai aimé".

    Aimer dans les différences, aimer dans le multiple de la création et, avec cet amour fraternel ouvrir son coeur à chaque parcelle de la création.

    Ceci est.

    Peut être pas toujours facile à vivre, mais avec l'intention et le travail le possible est ouvert.

    Peut être à tout à l'heure ou alors à dans quelques jours de retour de l'une de mes promenades.

    Beaucoup d'amour pour chacun et chacune.

    Et douce nuit pour reprendre l'expression de Faber.

    Sarah.

    • > Fraternité maçonnique ? Tu rigoles. Non ?
      22 octobre 2006, par Antonio  

      Ma chère Sarah.

      Il y a bien longtemps mais l'avantage de ce dernier c'est qu'il efface tout. Cela dit : bingo ! Tu as mis le doigt dans un sacré truc. En parlant de " Aimez-vous les uns, les autres, comme je vous ai aimé ", pour un maçon rectifié c'est (j'ose ? Allez, zou, j'ose) c'est du pain bénit ! On s'arrête, on respire un bon coup et on y va. Vous là, dans le fond ! Oui, vous, je vous ai entendu : Ouuuuu le catho ? Et puis quoi encore ! On peut être chrétien sans être d'une confession particulière. Ouais mais le boss (ben oui le successeur de Pierre) il dit que ... D'accord il dit des tas de choses, un peu dans tous les sens mais bon, personne n'est parfait. Juste une chose que ni lui ni ses prédécesseurs n'a jamais dit : Jésus (Iéoshua en araméen de bas étage) n'était que juif, pratiquant et probablement Rabbi (mais c'est pas prouvé), l'épisode des changeurs du temple étant assez révélateur.

      Pour ceux qui ont lu le corpus du christianisme, et même les autres, Jésus n'a jamais dit que cela et sur tous les tons. Au demeurant, un mec qui finit crucifié, ne laisse aucun écrit et dont les disciples s'enfuient au premier vrai problème allant jusqu'à refuser de l'avoir connu, avouez que c'est banal et que l'histoire en est bourrée de cas comme celui là. Et pourtant, hein ? J'estime que cela mérite réflexion. Pas sur ce que cela est devenu mais surtout de ce que cela a été ! Du coup je me sens en phase avec toi : c'est diantrement pas facile à vivre, ne parlons pas alors de l'accepter. Je ne me sens pourtant pas autorisé à l'imposer. Juste avec moult précautions à en parler. C'est une expérience comme une autre et ne vaut ni plus ni moins que celle d'Abderraman, deux maisons plus bas dans la rue ou que celle de Shimon deux rues avant le carrefour. Et il n'y a pas qu'eux. La bêtise est humaine (j'ai déjà écrit ça quelque part) l'amour aussi. A votre avis qu'est ce qui rapporte le plus ?

      Bonne et douce nuit (oui, je copie mais je suis certain qu'en plus elle aime)

      Antonio.

      • > Fraternité maçonnique ? Tu rigoles. Non ?
        29 octobre 2006, par Sarah  

        Cher Antonio,

        En parlant de temps, j'ai pris conscience d'un truc très important, moins je cherche à interférer dans le processus avec une fonction mentale totalement inadaptée et plus il devient alors possible de laisser les choses émerger d'elles-mêmes tranquillement.

        Quant à l'amour et la bêtise, les deux rapportent mais pas tout à fait la même chose.

        Au choix pour moi c'est l'amour.

        Toujours une douce fin de nuit si tu redescends jusque là parce que en ce moment ça va vite.

        Sarah

  • > Fraternité maçonnique ?
    20 octobre 2006, par Eléonore  

    A mon avis, ill n'y a pas 36 000 fraternité (maçonnique ou autre) il n'y en a qu'une, la Fraternité entre les êtres.

    Pour moi la fraternité est la réalisation d'un amour entre les êtres ou la compétitivité, les jugements, les rivalités n'ont plus leur place. C'est l'individualité dans l'esprit du groupe, avec l'amour.

    La ou il y a confiance, amitié, communication ouverte et sincère, écoute et soutien, il y a fraternité à mon sens.

    On commence à vivre la fraternité lorsque l'on intègre ces choses, et lorsque l'on applique, cela devient contagieux ; on s'adresse à quiconque ainsi, il capte, c'est obligé.

    Je vis personnellement dans un monde (entre autre), qualifié d'antique (tradition qui se rapporte au cheval), ou la parole est d'or, l'amitié sacrée, la loyauté obligée, je ne peux être en peine dans ce milieu sans que l'on me soutienne, et je soutiens qui a besoin, c'est tacite, et tout le monde le fait ainsi, je connais, dans une certaine mesure la fraternité, et elle est forte et bonne.

    Enfin, ce que je sais moi, c'est que quand j'aime, j'aime avec tout ce que cela implique, c'est ainsi que je ressens la Fraternité.

    Eléonore

    • > Fraternité maçonnique ? Tu l'as dit.
      22 octobre 2006, par Antonio  

      Bonsoir léonore.

      Toi, tu t'es fait porter pâle le jour de la distribution de la c...rie ou je m'y connais pas. Cela ne veut pas dire que tous nos autres cherz' auditeurs étaient présents ! C'est pour lors que je me fais écharper. Il en est ainsi de la sensibilité. Le moment n'y est pas étranger non plus. A plus de trois plombes du mat' il arrive que l'on ait plus les yeux bien en face des trous. Qu'importe. Je réalise cependant que, non seulement toi, mais tous nos cherz' auditeurs aussi liront ma prose nocturne qui d'un air distrait, d'autres en se disant ce que je vais bien servir comme ...ie comme d'autres qui l'air intéressé vont se tourner vers le voisin en demandant : qu'est ki di ?

      Je retiens deux mots : amour et vivre. On peut vivre sans amour. On peut aimer sans vivre. Et quand on a les deux, ça fait quoi ? La maçonnerie par exemple, mais pas seulement, je précise. C'est pas bézef, tu n'as pas le scoop mais c'est loin d'être idiot ce que tu écris. Persévérance et tolérance : avec elles on va au bout du monde.

      Ciao,

      Antonio.

      • > Fraternité maçonnique ? Tu l'as dit.
        22 octobre 2006, par fabermother  

        Il est 3 plombes 48. Je viens de rentrer de Tenue. Fraîche comme la rose et prête à tout reconstruire. Un petit coup d'oeil sur le fofo pour voir si tout le monde dort paisiblement.

        Et que voient mes yeux éberlués : un Antonio qui cause encore à cette heure !

        Je vous jure, il n'y a plus d'enfants ! Ou tu as mis encore ton nounours, galopin. :-D))

        Bisous matutinaux à toi et à toutes et tous.

        Faber

        • > T'as vu l'heure ?
          22 octobre 2006, par antonio  

          C'est à c't'heure que tu rentres ? Non mais tu rigoles ? Dis, juste pour voir, la tenue, elle, elle a démarré quand ? Moi, ce que j'en dis, c'est que l'Auvergnat devait pas être loin de tézigue. Et il étaint comment le rosé ? Corsé ? Tu m'en diras tant.

          4 plombes ! Et moi qui dans le délire nocturne, des allumettes sous les poches des paupières, la langue pendante (47,32 cm) je me disais naïvement : là, je suis le dernier. Poum, servez chaud. La mamie du forum nous enterrera tous je vous dis.

          Rassure-toi, j'ai mon Pozzie à côté et vu ses ronflements je crois que j'ai fait idem.

          Allez, bons baisers du Nord (et c'est pas du Bond, James Bond).

          Antonio.

      • > Fraternité maçonnique ? Tu l'as dit.
        22 octobre 2006, par Eléonore  

        C'est pas que je m'étais fait portée pâle, c'est que je suis arrivée à la bourre comme d'hab, les autres avaient tout pris sans partager. Alors j'ai pris ce qui restait, et comme je trouvais que cela ne faisait pas assez et que je suis gentille, je l'ai refilée à mon voisin qui estimait ne pas en avoir reçu assez.

        T'inquiètes il m'en reste suffisamment, d'ailleurs les gens qui me connaissent bien me disent souvent « t'as que la connerie dans la tête, toi ! »

        Pleins de bisous

        Eléonore

> Sottisier anti-maçonnique
17 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour tou(te)s,

Pour en rire plutôt que d'en pleurer ... quelques échantillons (orthographe et syntaxe en VO)

Aujourd'hui c'est un ramas de médiocres, qui compensent en loge des déboires personnels ou professionnels.

Il est evident que nous devons menner le combat politique. Mais vous ne pouvez nier le complot maçonnique. Pour lutter contre les meffets des FM il faut etudier leurs sectes.

Pour donner une idée de la puissance des FM, il faut savoirque pour être président de la république, il faut être sympathisant FM ou FM.

je crois que le fléau démocratique et la franc-maconnerie sont intimement liés et l'on ne peut combattre l'un sans s'attaquer à l'autre

Les FM sont de la mauvaises herbes, ce n'est pas en pleurant à coté que l'on va les enlever.

Et laissez sortir les fous des asiles sans contrôle médical, ça fait aussi parti de plan de la FM

Le "NEW AGE" est une des nombreuses facettes de la FM.

Pour lutter contre la FM, a mon avis il nous faut deux choses : 1) Un Roi catholique, lieutenant du Christ. 2) Un Pape qui ne devie pas des enseignements du Christ.

C'est ça le probleme avec les FM en sachant qu'ils sont partout, on ne sait pas où ils sont. On croit qu'ils y sont alors qu'ils n'y sont pas et vive versa.

Une formule dit : si tu veux avoir gloire et richesse deux moyens : vendre son âme au diables appartenir au FM

Il ne fait aucun doute que l'église catholique est noyautée depuis fort longtemps par la FM.

Maintenant, vous savez tout ou presque ...

Très bonne journée,

Fabermother

Tradition ... et Traditions
16 octobre 2006, par fabermother  

Ce texte que j'aime particulièrement, depuis de longues années déjà.

Quelque soient les Traditions. Tout revient à la Tradition.

LE CHANT DU BARDE

-  Je ne suis qu'un chaînon de l'invisible chaîne
-  Dont AEsus pour toujours a soudé les maillons ;
-  Je ne suis qu'une feuille au front du vaste chêne
-  Que diadème encore le rameau de Gwyddon.

-  Tout enfant j'ai suivi les leçons de nos sages,
-  Ecouter les propos et recueilli les chants ;
-  Ma mémoire fidèle a transmis leurs messages
-  Des monts calédoniens aux îles du Couchant.

-  Je ne suis qu'un chaînon de la chaîne invisible,
-  Je ne suis qu'un écho des vieilles vérités.
-  Si mes maîtres, prudents, n'ont point laissé de Bible,
-  Leur voix parle à tout cur digne de l'écouter !

-  Bien des étés ont luit, bien des hivers neigé
-  Depuis que j'ai reçu les dons qui ne s'accordent
-  Qu'aux porteurs de l'Awen : l'anneau de fer forgé,
-  La coupe rituelle et la harpe à neuf cordes.

-  Pèlerin jamais las de la terre celtique,
-  Bien des étés ont luit depuis les jours lointains
-  Où j'allais consulter les oracles antiques,
-  Des rivages de l'Ambre aux îles de l'Etain.

-  J'ai chanté mes espoirs et j'ai chanté mes rêves,
-  J'ai chanté les héros, honneur du vieux pays ;
-  Sous les coups du Destin comme sous ceux du glaive,
-  Mon cur n'a pas tremblé ... mon chant n'a pas faibli.

-  Tout jeune encore, j'allais interrogeant les Sages,
-  Méditant les conseils et recueillant les chants ...
-  Les Aïeux m'ont légué, transmis du fond des âges,
-  Les secrets arrachés, autrefois, aux Géants.

Pour les mots qui peuvent vous échapper, nous sommes là.

Douce nuit.

Fabermother

  • > Tradition ... et Traditions
    16 octobre 2006, par Anne  

    merci Faber, pour ce qui est des bardes, de la musique, de la tradition orale, de la noblesse, tout est clair, limpide comme de l'eau de roche...

    Bonne nuit,

    Anne

    • Sauf que ...
      16 octobre 2006  

      ... il vaut savoir entendre le message, et ne pas se substituer au message, ni l'interpréter à sa façon.

      Dure discipline, mais chemin de Lumière. Quand on y plonge sans se poser des questions inutiles. Avec un minimum de confiance en soi et les autres.

      Douce nuit à tou(te)s.

      Fabermother

      • > Sauf que ...
        17 octobre 2006, par Anne  

        Désolée Faber, mais là, je ne peux répondre sur le web...

        Mais...

        signé Méphistophélès

        Je vous souhaite à tous une nuit diablement bonne.

Je vous avertis : le texte est long
14 octobre 2006, par fabermother  

Si vous n'avez pas de temps à "perdre", zappez.

LE TEMPS DU BON'HEUR ... PUISQUE NOUS AVONS L'AGE

PREAMBULE

L'expérience et l'âge venant, étant passée sur le deuxième versant de ma vie, il m'a semblé comprendre que le bonheur pouvait être différent de la joie, du plaisir, de la satisfaction d'un désir comblé, et peut-être aussi du bien être physique ou matériel.

Le bonheur pouvait, bien sr, inclure toutes ces notions, mais pouvait aussi s'en passer.

J'ai découvert, au fil de mes réflexions, ou plus exactement de mes méditations, que la trame du bonheur se plaçait, tout au moins pour moi, sur un plan très différent, un plan plus subtil et, paradoxalement, également plus dense.

LE TEMPS

Pour expliquer le cheminement de ma pensée, je dois vous parler de ma vision du cycle du temps.

Dans les vocables BON-HEUR et MAL-HEUR, il y a un suffixe commun, une constante qui est le mot HEURE. La différence entre les deux concepts vient du préfixe BON ou MAL.

Ayant eu l'impression de réinventer l'eau tiède, je suis passé de la notion d'heure (qui est une fraction de la comptabilisation du temps) au temps lui-même. Je reviendrai sur l'heure plus loin.

Depuis toujours, les être humains, et sans doute aussi les règnes animal et végétal et peut-être aussi minéral, ont rythmé leurs activités sur deux cycles complémentaires :

-  un cycle de lumière ... le JOUR,
-  un cycle d'ombre ... la NUIT.

Ces deux cycles pourraient être représentés par deux circonférences réunies par un point unique qui est à la fois midi et minuit, le zénith et le nadir.

Tracez un huit dans l'espace. C'est une figure qui ne finit jamais, qui n'a pas de rupture. C'est le symbole de l'éternel recommencement, double serpent Ouroboros qui ingère et génère l'autre indéfiniment. Le huit couché représente l'infini. Au pont focal MIDI/MINUIT, un cycle inversé recommence : lumière - obscurité - lumière - obscurité ... jusqu'à la fin des temps, jusqu'à la fin du temps.

Monotonie ? Pas du tout. Il n'y a jamais deux mêmes jours, deux mêmes nuits, chaque recommencement étant porteur d'une coloration légèrement différente, d'une atmosphère subtilement autre.

Depuis que le Grand uvre de cet Alchimiste qui a séparé le subtil de l'épais, et qui a fait que ORDO AB CHAO, que l'ordre surgisse de l'indispensable chaos créateur et porteur de tous les composants, il y a toujours un soir et un matin.

Par cette action le temps avait commencé d'exister, et les cycles se sont mis à se succéder : JOUR/NUIT - SAISONS - SIECLES - MILLENAIRES - VIE/MORT.

Nous jouissons de cette magie des cycles, mais aussi victimes de l'entropie qui nous mène vers un point focal qui s'appelle mort. Je dis bien « point focal » avec une note d'interrogation, non « point final », car nous ignorons en fait si l'autre boucle du huit existe ou pas après cet événement.

La peur, le refus de cet événement, pourtant si prévisible car inéluctable, ne viendrait-elle pas d'un certain manque de confiance dans la formidable horlogerie du cosmos, de notre impossibilité d'une véritable investigation scientifique et rationnelle de cet au-delà ? La question reste entière, et sans réponse vérifiable si ce n'est l'intime conviction incommunicable de l'un ou de l'autre.

Il est écrit dans le manuscrit appelé AMDOUAT, datant du début du Nouvel Empire Egyptien (environ 1 500 ans avant notre ère) : « Les Dieux et les Elus pénètrent dans la dernière heure de la nuit, en tant que vieil homme, dans le corps d'un serpent géant de 1 300 coudées et en ressortent rajeunis en tant que jeunes enfants. »

LA MESURE DU TEMPS ET SA RELATIVITE

J'ai effleuré les cycles qui composent la marche du temps, et j'en viens maintenant à la mesure du temps et ce qu'elle a de relatif dans le vécu psychique de chacun d'entre nous.

L'homme a d'abord nommé année le cycle complet des saisons, généralement en partant d'une équinoxe de printemps à l'autre, et en se basant aussi sur les constellations et la durée variable des jours et des nuits selon l'époque de la dite année. Pour ne pas trop rallonger mes propos, je ne parlerai pas cette fois ci des différents découpages de l'année selon les mesures de calcul et les époques ou civilisations, mais ils furent et sont encore approximatifs, car aucun découpage n'a totalement réussi à s'accorder avec la marche de notre système solaire. La preuve en est qu'on est obligés d'ajouter des jours épagomènes, de faire des années bissextiles, de ne pas donner le même nombre de jours aux mois, et malgré cela on est encore obligé de réajuster tous les x siècles pour ne pas se retrouver dans quelques millénaire avec midi à minuit. Nous savons bien que le midi de notre montre n'est jamais le vrai midi solaire (là où le soleil brille à son zénith), et avec les heures d'été et d'hiver modernes, on n'a pas arrangé les choses.

Mais enfin, cela permet de vivre en société, d'avoir des repères suffisants, bien que fictifs, pour se retrouver et avoir des activités ensemble. Je me vois mal dire à un ami : « téléphone-moi quand l'étoile du berger apparaîtra à tant de degrés au dessus de l'horizon ».

La perception de l'écoulement temps est du domaine psychique. Il est relatif d'une personne à l'autre. Une heure, chronomètre suisse en main, peut sembler brève à l'un et interminable pour l'autre. Cela doit dépendre de l'état psychologique, et également physique, dans lequel on se trouve à ce moment-là.

Le même événement peut avoir un temps subjectif différent selon que l'on soit en état d'éveil, nos sens et notre intellect étant sollicités et l'intérêt stimulé, ou bien qu'au contraire, l'ennui ou une forme de pression se soit installés.

Un état d'éveil exacerbé peut arriver à rallonger la durée perceptible du temps. Un état de somnolence quasiment hypnotique, peut aider à raccourcir une temps qui aurait semblé interminable autrement.

Dans un autre registre de relativité, pensons quelques instants à la disproportion entre la durée d'une vie humaine par rapport à la datation des grands événements cosmiques :

-  un minuscule point a surgi du néant il y a 15 milliards d'années et ce fut le big-bang ;
-  il a fallu 1011 secondes pour que toute la matière de l'univers soit constituée ;
-  10,4 milliards d'années furent encore nécessaires pour qu'une étoile que nous appelons « soleil » commence à briller, soit il y a « à peine » 4.6 milliards d'années ;
-  des poussières de cette étoile se formèrent les neuf planètes de notre système solaire et il fallut encore 6.4 milliards d'années pour que les eaux se forment à la surface de notre terre, et que les premières molécules du vivant apparaissent ; et nous transportons l'héritage de ces premières molécules depuis 4 milliards d'années, d'un état de vie à l'autre, d'une génération à l'autre.

Comment voulez-vous qu'après cela, quelques années de plus ou de moins dans nos existences aussi brèves qu'un clignement de paupière ou un battement d'aile de papillon puissent vraiment avoir quelque importance ? L'insignifiante brièveté de notre moyenne de vie (entre 70 et 90 ans environ) paraît également sans importance. Quel rôle pouvons nous avoir dans la grande marche de l'univers dans un aussi misérable laps de temps ? Que valent nos plaisirs dérisoires, nos peines, nos douleurs, nos espoirs, nos rires et nos larmes face à l'immensité en temps et en volume du cosmos ?

Et pourtant ...

LE BON'HEUR ... PUISQUE NOUS AVONS L'AGE !

Et pourtant, malgré la prise de conscience de notre insignifiance et la remise en cause de l'importance de notre vie, nous pouvons nous sentir rassérénés et non pas désespérés.

Nous portons tous en nous quelque chose d'indicible, d'inqualifiable, qui nous pousse, contre toute logique apparente, à tenter, dans les quelques milliardièmes de temps qui nous est dévolu à l'échelle universelle, à saisir une parcelle d'éternité et d'en faire du bonheur.

Le bonheur, n'est-ce pas être à l'écoute de la pulsation du torrent de la Vie, que cette vie se déverse sur nous par le courant de la nature, des autres, de notre moi intérieur, et de participer à ses rythmes en les acceptant, en y adhérent ?

Accepter ses émotions, ses douleurs, ses joies, sans en devenir esclave mais en les épurant, en les recyclant, dans une alternance de passivité et de dynamisme . Ce n'est pas de la démission, mais du vrai travail d'initié, de l'apprenti qui a mis le premier pas sur un chemin qui traverse ténèbre et lumière pour en faire la synthèse et recommencer l'uvre.

Le BON'HEUR, ce n'est pas la béatitude de la satisfaction de son ego et de ses sens. C'est beaucoup plus et beaucoup moins à la fois. C'est être à la BONNE HEURE de soi, des autres, de l'univers.

« CE QUE TU FAIS TE FAIT ».

Aucun acte, aucun regard, aucune pensée, aucune attitude ne sont neutres ou bénins. Je ne suis qu'un maillon de l'invisible chaîne qui se déroule depuis la nuit des temps, mais je suis un maillon indispensable, aussi petite que je sois. Quelques secondes d'harmonie peuvent être parfois le bénéfice de toute une vie : ce n'est pas la durée mais l'intensité qui compte.

Fabermother

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par celine  

    Bonjour Faber,

    J'estime au contraire que ton texte est très court en rapport aux grandes questions qu'il aborde (mais court ou long sont des notions très relatives, ncp)

    Il est vrai que nous ne sommes que des poussières de conscience, et au point où j'en suis de ma recherche, je pense que le travail de notre vie consiste à accroître cette conscience, et à la rendre lumineuse. Et comme une étincelle peut éclairer une pièce, le bonheur que l'on retrouve en soi, permet par son rayonnement, d'éclairer et de réconforter ceux qui autour de soi, sont encore trop éloignés de leur Etre.

    Pour moi, le vrai Bonheur est inconditionnel. Il ne dépend d'aucune personne ni d'aucune circonstance extérieure, ni de si... ni de quand... Difficile d'expliquer cet état d'âme, cet état d'être à qui ne l'a vécu. Il est des choses comme ça, qui ne s'expliquent pas, mais qui se vivent, qui s'expérimentent (puisque la vie est expérience)

    Le vrai Bonheur est comme une dilatation exponentielle, jusqu'au point central, ou comme une concentration vers l'infini. C'est la logique des paradoxes, la réunion des opposés. C'est comme une respiration, toute simple. Une respiration libérée des tensions, des blocages, voire des verrous qui la dénature. Une respiration qui réunit les différents niveaux de l'être, une respiration qui s'accorde avec la respiration de l'Univers. Un retour vers l'Unité ?

    Ce Bonheur là est en dehors du temps. Il est, tout simplement. Ici et maintenant. Dans ce présent si cher au zen (et à tant d'autres voies). Ce présent, ce cadeau. Le présent est cadeau. Les enfants le savent bien : tant qu'ils n'ont pas intégré la notion du temps, ils surfent sur l'instant, vivant leur joie, leur tristesse, leur colère ou leur peur dans la pureté de l'innocence. Mais aussi dans l'inconscience. C'est pourquoi, le chemin ne peut revenir en arrière.

    Il me faut terminer à présent (le devoir m'appelle). Un dernier mot sur l'interdépendance des choses : "tu ne peux cueillir une fleur sans troubler une étoile"

    Merci pour ta réflexion et merci de m'avoir permis de clarifier la mienne en l'exprimant. C'est pour ce type d'échange que je m'intéresse à la FM, mais je n'en suis qu'au début de ma réflexion sur le pourquoi

    • Le présent
      15 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir Céline,

      Prends tout le temps nécessaire dans ton approche. Se précipiter ou forcer les évènements ne mènent jamais à grand chose.

      A partir du moment où on a commencé à me coopter et celui où j'ai fait ma lettre de demande, il s'est passé plus de 10 ans. Ce n'est pas que j'ai voulu faire "ma coquette", mais il me fallait un appel de l'intérieur.

      Mon exemple n'est pas forcément celui à suivre. A chacun son degré de maturation en la matière.

      Je veux juste témoigner que quand on prêt, c'est une voie qu'on ne quitte plus, même si le chemin n'est pas pavé de lys et de roses.

      La notion du présent est la plus difficile à percevoir. Le passé, on sait. L'avenir, on le découvre au fur et à mesure. Mais le présent ! Qu'est-ce que le présent ? 3 secondes d'infini, d'éternité ?

      Amicalement,

      Faber

      • > Le présent
        16 octobre 2006, par celine  

        Bonsoir Faber,

        3 secondes, c'est 1 seconde de passé 1 seconde de futur et ...1 seconde entre les 2.

        Et si le présent c'était tout simplement la conscience de la plus petite partie de temps perceptible par l'Homme ?

        Pour ma part, j'essaie d'être simplement d'être présente à l'instant et consciente au présent : consciente de mes sensations, de mes sentiments, de mes émotions. Actrice ou spectatrice, mais consciente ... et vigilante.

      • > Le présent (et puis quoi encore !)
        18 octobre 2006, par Antonio  

        Que celui (ou celle, bien sur) qui a un présent ... me le présente vite fait. Et vachement vite en plus !

        Salutations pressées,

        Antonio.

      • > Le présent et, il n'y a pas de hasard...
        4 novembre 2006, par Sarah  

        Merci pour ton témoignage sur cette nécessité de "l'appel intérieur".

        Après l'exil, besoin de retrouver sa Terre, sa famille...

        Ce n'est pas la forme qui importe, c'est le fond.

        Quant à l'éternité je crois que c'est woody allen qui a dit "l'éternité c'est long, surtout vers la fin..."

        (loll ? là ça peut aller ???)

        Il existe des concepts pas du tout évidents à saisir...

        Soeurellement, c'est bien aussi.

        Sarah

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par Anne  

    Bonjour à tous,

    le texte est facile et censé à mes yeux de rationaliste éperdue et avide de logique implacable.

    Pour répondre de manière simple et concise :

    le bonheur est pour moi "être heureux" et de ce fait rendre les autres heureux autour de soi.

    Je ne sais guère m'exprimer par de grands mots et de grandes tirades et d'ailleurs je n'apprécie pas cela.

    Je vais toujours à l'essentiel étant extrêmment synthétique...

    Une réserve Faber : si nos joies et peines comptent et influent Faber.

    Céline, bienvenur sur le forum.

    Bonne journée à tous, Anne

    P. S. : Faber, quellle place la FM laisse-t-elle à la spontanéité des êtres ?

    • heureux ou bienheureux ?
      15 octobre 2006, par celine  

      Bonsoir Anne,

      J'apprécie ta concision. Elle me rappelle que le plus court chemin reste la ligne droite. Je vais donc essayer de l'être autant que toi :

      C'est quoi pour toi "être heureux" ?

      • Clin d'oeil
        15 octobre 2006, par fabermother  

        Elle me rappelle que le plus court chemin reste la ligne droite.

        Ben non ! C'est la ligne courbe.

         ;-)

        • > Clin d'oeil
          16 octobre 2006, par Anne  

          Désolée, pour moi, d'abord formée aux maths, cela restera toujours la ligne droite.

          La droiture étant par ailleurs pour moi la qualité essentielle, la seule pour laquelle je ne donne pas une seconde chance...

          Anne

          • > Clin d'oeil
            16 octobre 2006, par fabermother  

            Bonsoir Anne,

            Faut pas être désolée. Faut dire qu'en FM on ne pense pas vraiment de façon mathématique, mais de façon géométrique (d'abord plane puis dans l'espace). Mais peu importe ...

            La ligne droite serait-elle tout aussi relative que le temps ? Le globe terrestre est sphérique et l'univers est courbe. Ceci dit en passant.

            Ne pas donner une seconde chance ? Cela me semble très dur comme attitude.

            Que penses-tu du pardon ?

            Amicalement,

            Faber

            • > Clin d'oeil
              16 octobre 2006, par Anne  

              Question ouverte :

              comment faire confiance à quelqu'un qui vous a trahi ?

              Je peux "pardonner" sur tout le reste...

              Je l'ai déjà dit Faber.

              Bonne soirée, Anne

              P.S. : j'ai toujours été nulle en géométrie Faber, plane déjà, mais alors dans l'espace il n'y a plus personne !

              Je préfère les probabilités et les statistiques...

              • > Clin d'oeil
                16 octobre 2006, par caro  

                Comment faire confiance a quelqun qui vous a trahi ? il me semble que la reponse a ta question est deja dans le fait que tu te poses la question ... je m'explique .Le sentiment d'avoir été trahie est quelque chose de fort et de violent au niveau psychologique , sinon tu aurais parlé de deception ... donc en terme de trahison , cela touche a tes valeurs ... et la pluspart des etres humains n'ont pas le meme "classement" des valeurs ... certains mettront en premier le respect , d'autres la sincerité ... tu mets dans la meme phrase les mots confiance et trahison ... c'est donc que la personne qui t'a trahi et quelqun en qui tu crois encore malgré la trahison sinon tu ne te serais pas posé la question ... je sais un peu de quoi je parle , surtout en ce moment , crois moi ... nous avons tous plus ou moins des certitudes qui nous font dire que tel ou tel evenement sont intolerables , inpardonnable et puis et puis ... la vie , le temps et l'amour sculpent nos pensées ... et arrive un moment ou se pose la question du choix : dois je continuer a faire confiance ? et bien tout cela depend de l'importance que tu attaches a l'autre , si le lien est fort , tu referas confiance mais avec une sorte de naivetée confiante un peu plus lucide ... certaines personnes ont le chic de ne pouvoir s'exprimer qu'a travers des mensonges ... mais mensonges ou verités ... encore une fois tout n'est qu'une question de conscience et de valeurs ... l'essentiel etant de reconnaitre que meme le mensonge est une forme de communication ... le pire etant a mon humble avis , le silence car chacun l'interprete en fonction de son resenti et de la connaisance qu'il a de l'autre ... j'espere que tu trouveras une ebauche de reponse ... amitiées

                CARO

                • > Clin d'oeil
                  17 octobre 2006, par Anne  
                  La sincérité

                  merci beaucoup pour ton message Caro, il me touche beaucoup.

                  En fait, ma réponse pour une fois est "théorique" : je n'ai jamais été confrontée au mensonge ou trahison d'un proche...

                  Mais si cela était le cas, la relation se terminerait, je le sais...

                  Mais je n'arrive pas à l'imaginer.

                  à bientôt, Anne

              • > Clin d'oeil
                16 octobre 2006, par isis  

                oups... alors moi, je suis nulle et archi nulle en mathématiques, particulierement en géométrie et surtout en géométrie dans l'espace...

                c'est grave, mais est-ce rédhibitoire, docteur ?

                bonne soirée

                isis

                • > Clin d'oeil (appuyé)
                  18 octobre 2006, par Antonio  

                  Bien sur que c'est grave ma chère enfant. Il faut bien se tourner du bon côté quand le (ou la) Chef demande : allez vers l'Orient ! Faut tracer sa ligne vers l'Orient et pas au midi, une fois.

                  Re-belote (c'est peut être pas ici de le dire. Mariuuuuuuus ! Où que t'es ?) pour ce soir, ou re-bonsoir (cocher la case inutile).

                  Pour aller du Nord au Midi, pas de pot, c'est pas la ligne droite le plus court chemin mais ce que l'on appelle une géodésique (c'est en 3D ça, Isis : prépare tes abattis). De même dans l'espace mes chéris (dixit A. Einstein 1907 - 1915, relativité générale, gravitation) : bye, bye géométrie plane, welcome géométries non-euclidiennes ! Et sans insinuer que nous sommes tordus en maçonnerie, ce n'est ni plan ni droit. Tu vois le topo (ouille : la topologie) ?

                  Mais bon, c'est pas rédhibitoire ! Tout s'apprend mais je ne prétends pas que tout s'enseigne. Il y a toujours une porte de sortie pour qui veut la trouver.

                  Bien fraternellement,

                  Antonio.

          • > Clin d'oeil
            16 octobre 2006, par celine  

            Et que penses-tu de la souplesse ? de l'adaptabilité ?

            • > Clin d'oeil
              16 octobre 2006  

              Bonsoir Céline,

              l'adaptabilité, la vie nous y confronte à tout moment.

              La rapidité et la ligne droite n'excluent en rien la souplesse.

              Pourquoi remettre au lendemain ce que l'on peut faire le jour même.

              Je l'ai déjà écrit : on ne rattrape jamais le temps perdu.

              amicalement, Anne

              • > Clin d'oeil
                16 octobre 2006, par celine  

                Bonsoir Anne,

                Le temps ne se perd pas. Le temps ne se gagne pas. Le temps n'est qu'un concept. Seule la vie compte. Et tu peux en perdre une partie à regretter, à avoir de la rancoeur, ou à anticiper.

                Personnellement, je vis tout ce qui m'arrive comme une expérience, comme un cadeau destiné à m'apprendre quelque chose. Il y a toujours du bon à retirer des événements. Et comme j'aime les citations, je te donne celle-ci à méditer :

                "si tu perds, ne perds pas la leçon"

                Alors c'est vrai, parfois, les choses ne se passent pas comme on avait prévu et, pour l'avoir expérimentée dans un autre domaine, je peux comprendre ta déception . Mais avec le recul, dans quelques semaines ou dans quelques mois, il est fort probable que tu comprennes pourquoi c'est mieux ainsi.

                Il faut parfois faire un détour pour découvrir la clé dont on a besoin pour entrer.

            • > Clin d'oeil (bien étiré)
              18 octobre 2006, par Antonio  

              Comme un élastique, en somme ?

              Bien à toi,

              Antonio.

        • précision
          16 octobre 2006, par celine  

          Je reformule :

          en raisonnant dans 2 dimensions, la plus courte distance pour relier le point A au point B reste, je pense, la ligne droite. (Quoique, on peut toujours saupoudrer le plan d'épice et replier l'espace, mais bon, ça c'est dans un autre livre ou film)

          En revanche, je conçois tout à fait que le chemin qui va vers soi suit l'arrondi des cycles d'identité qui s'enchainent dans la spirale d'évolution, quelle qu'en soit la direction.

          Nous sommes donc d'accord ;-)

          • > précision
            16 octobre 2006, par Sarah  

            Bon Soir Céline,

            Je n'ai même pas amorcé ma réflexion (la courbe) que tu me donnes une piste tout à fait géniale.

            Douce nuit à toi et toutes et tous.

            Sarah.

      • > heureux ou bienheureux ?
        16 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour à tous,

        heureux : être bien, ne pas sentir de vide autour de soi, ne pas avoir de sujets d'angoisse pour l'avenir (solitude, travail, moyen de vivre...), et donc transmettre le fait de se sentir bien aux autres parce que l'on est disponible pour le faire...

        amicalement,

        Anne

        P. S. : bienheureux ne signifie pour moi que du ponctuel...

        • tout part de soi
          16 octobre 2006, par celine  

          Encore moi,

          "Ne pas ....", "ne pas ...." : être bien, ce serait donc éviter ? Eviter la douleur, éviter la peur, éviter l'isolement, éviter le manque... Eviter ce qui fait partie de la vie.

          Eviter, c'est esquiver. Esquiver, c'est se déplacer. Comment trouver dans ce cas la stabilité nécessaire pour édifier le bonheur ? Un bonheur intemporel car indépendant des circonstances extérieures. Un bonheur qui viendrait de soi.

          Et si le bonheur c'était accepter ?

          Je me suis offert l'occasion de voyager au Népal et en Inde : là-bas, il n'y a aucune garantie, aucune sécurité, mais les gens donnent le peu qu'ils ont sans se soucier du lendemain, et rayonnent d'un bonheur rare. Ils sont profondément heureux.

          • > tout part de soi
            16 octobre 2006, par Anne  

            Re bonsoir Céline,

            "éviter" et "esquiver" ce sont tes mots, pas les miens.

            Cela me rappelle une remarque sur la situation d'une personne que je n'ai même pas connue. Je cite "à partir d'une certaine dose de souffrance, on accepte, on ne réagit plus", même quand il le faudrait. Je ne détaille pas la situation, cela n'apporterait rien.

            Je ne connais ni l'Inde ni le Tibet ; excuse-moi, mais il n'y a pas besoin d'aller aussi loin pour voir des gens "donner" et d'autres ne rien donner... Des gens être heureux et d'autres être malheureux...

            Je regrette, mais je ne pense pas que la misère, la guerre ou la solitude rendent les gens heureux ; j'ai des exemples concrets autour de moi, mais je ne peux les évoquer sur un forum...

            Maintenant, excuse-moi de donner mon exemple personnel : je ne suis pas favorable au syndrome d'évitement. Je pense même être tout le contraire et affronter les difficultés en face...

            Au plaisir de te lire, Anne

            • > tout part de soi
              16 octobre 2006, par Sarah  

              Bon Soir Anne,

              Désolée Anne, mais pour moi ta définition du bonheur dépend trop de facteurs extérieurs.

              Quant au malheur ou au bonheur, effectivement pas forcément besoin de voyages lointains...

              Mais parfois abandonner ses repères, ses certitudes au point d'une certaine façon d'avoir l'impression de se perdre...

              Peut permettre de trouver l'être en soi et non pas son égo.

              Amicalement.

              Sarah.

              • > tout part de soi
                17 octobre 2006, par Anne  

                Bonsoir Sarah,

                tout à fait d'accord avec toi sur l'avant dernier paragraphe...

                Anne

    • Réponse brève
      15 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir Anne,

      Faber, quellle place la FM laisse-t-elle à la spontanéité des êtres ?

      Celle que tu lui accorderas toi-même.

      Amicalement,

      Faber

      • > Réponse brève
        16 octobre 2006, par Anne  

        Pas sr Faber ; c'est cela qui m'a fait être rejetée le 4 octobre ; quelques fois un ressenti est plus important qu'une longue tirade...

        Des oraux de concours, tu ne peux pas savoir combien j'en ai passé. Celui là n'était pas vraiment plus difficile que d'autres, mais j'ai tout de suite senti que le courant ne passait pas, que ma simplicité et ma spontanéité étaient déplacées dans ce groupe...

        D'ailleurs à priori, je n'aurais pas imaginé le passage sous le bandeau comme un oral de concours. J'espérais une autre dimension...

        Anne

        • > Réponse brève
          16 octobre 2006, par fabermother  

          Chère Anne,

          J'ai assisté à des dizaines de passages sous le bandeau. J'ai entendu des dizaines de questions et de réponses. Faut pas oublier que moi aussi je suis passée par là.

          Mais je n'ai jamais constaté que ce fut une sorte d'oral de concours. Serais-tu tombée sur la Loge la plus nulle du monde ? Aurais-tu aussi trop imaginé ce que tu voulais que ce soit ?

          Je répète pour la xème fois qu'un ajournement n'a jamais été un rejet.

          Si tu le ressens toujours comme ça, passé la première émotion bien compréhensible, alors il ne faut pas aller plus loin pour l'instant, car des "gifles" on en reçoit plein sur ce chemin, les maîtres y compris et en priorité.

          Il faut un peu de temps pour comprendre que, les dites "gifles", nous nous les sommes assénées tout seul.

          Amicalement,

          Faber

          • > Réponse brève
            16 octobre 2006  

            Bonsoir Faber,

            les oraux de concours servent pour certains à savoir si on souhaite travailler ou non avec la personne.

            Je ne le dis plus sous le coup de l'émotion, sois en sre.

            Je ne le prends même pas comme une gifle.

            Je ne regrette pas non plus de ne pas me retrouver avec ces personnes qui maintenant me donneraient envie de fuir... et sans retour ni revoir !!!

            Je ne peux oublier certaines attitudes...

            amicalement, Anne

            P.S. : si tu veux je continuerai en privé, quand j'aurai un peu plus de temps...

            • > Réponse brève
              16 octobre 2006, par fabermother  

              Bien entendu.

               :-)

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par Sarah  

    Merci Faber pour ce magnifique partage.

    Que dire ? OUI !

    Oui à la relativité, Oui à cette étincelle, oui à l'importance de chaque maillon, oui à l'importance de la conscience, oui à l'importance de nos actions, pensées, émotions. Oui.

    Oui à notre propre chaos créateur, héritage... continuité du cadeau du créateur/créatrice.

    Une définition du Bonheur parmi d'autres possibles :

    Absence de trouble... Exempt de toute douleur.

    Le bouddhisme dit :

    que la plus grande souffrance est la lutte contre la souffrance.

    Donc oui. Acceptation de ce qui est.

    Et oui au texte indien précédent sur le courage de changer ce qui peut l'être.

    Et oui sur la nécessité de séparer l'épais du subtil, d'accueillir sans se laisser envahir.

    Oui, à la singularité de chaque instant.

    Et finalement oui à la sagesse du discernement que l'expérience nourrit chaque jour.

    Pila malayé. Merci.

    Sarah

    • > Je vous avertis : le texte est long
      15 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir Sarah,

      ... la plus grande souffrance est la lutte contre la souffrance

      On ne lutte pas "contre" la souffrance. On la partage. On l'intègre. On l'adoucit. On l'oublie. On grandit.

      Amicalement,

      Faber

      • > Je vous avertis : le texte est long
        15 octobre 2006, par Sarah  

        Bon Soir Faber,

        Bonheur ??? Heureuse d'être de retour parmi vous.

        Je "rebondie" sur le partage afin de l'adoucir, l'intégrer puis "l'oublier" pour en sortir plus grand.

        Ce regard est interressant.

        Immédiatement il me dit : amour et tolérance.

        Je l'emporte avec moi pour le laisser "me parler" plus profondément encore cette nuit.

        Bonne fin de soirée et excellente nuit à toi, toutes et tous.

        Sarah.

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par TAO  
    Gloire au travail

    Etre présent dans le présent, ne faire qu'un avec l'action, disparaître dans l'action elle-même.

    Ne plus avoir d'ego car on devient soi-même l'action.

    Pourquoi qualifier notre Franc Maçonnerie de spéculative ?

    Elle nous enseigne que des valeurs opératives.

    Gloire au travail !

    • Spéculatif - Opératif
      15 octobre 2006, par fabermother  

      C'est vrai qu'on a pas tendance à se représenter le Grand Architecte avec des cals aux mains. D'abord, on ne sait même pas si Il a des mains !

      Ce n'est pas pour autant qu'il faut continuer à nous dire "spéculatifs" alors que nous sommes "opératifs".

      Comme aime à répéter Cobravif :

      "Ora et labora".

      • > Spéculatif - Opératif
        22 octobre 2006, par Antonio  

        Oufti !

        Et comment qu'il en a des mains. Avec les beignes que je me suis prises je t'assure que dedans il y a des os commak !

        Je m'arrête pour l'instant à qui aime bien, châtie bien.

        Labora, je te suis mais pour le ora, je préfère parfois quand il la met l'aura.

        Bonne nuizzxty quazndfmkxy même burk.

        Antonio.

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par isis  

    bonsoir

    après avoir lu ce texte, longuement

    (c'est quoi le temps à perdre, faber ??? )

    après avoir lu les réponses, je me sens un peu la petite élève de 6ème de collège assise au fond de la classe de terminale pendant le cours de philo....

    à moi il me faudra bien plusieurs jours pas trop chargés professionnellement pour en écrire quelque chose ici....

    comme les pages du blog de tao, j 'imprime et je garde précieusement pour déguster goutte apres goutte.... instants de bon'heur

    merci

    isis

    • Dégustation
      15 octobre 2006, par fabermother  

      Bonsoir Isis,

      c'est quoi le temps à perdre, faber ???

      Celui que l'on gagne.

      Pour l'alambic de Tao, à consommer sans modération.

      Amicalement,

      Faber

  • > Je vous avertis : le texte est long
    15 octobre 2006, par Eléonore  

    Je me souviens, petite enfant, de l'abstraction complète que représentait le temps pour moi et comment je le liais à mes sentiments.

    On me parlait d'hier ou de 3 millions d'années, c'était du pareil au même pour moi, cela ressemblait à une seconde ou...à une éternité, selon les circonstances, ma tête n'avait pas la notion du temps, que celle du ressenti, toujours très intense à cet âge..

    Je me souviens, un peu plus vieille, que lorsque quelque chose me blessait, je m'imaginais dans 50 ans ou pas encore née, et cela perdait son poids instantanément.

    En fait, la notion de bon-heure et de mal-heure n'est peut-être qu'affaire de sentiment dans le temps.

    L'intensité de l'instant nous dit lorsque l'on est à l'endroit exact au moment exact.

    J'en viens à me dire que pour que cette intensité soit là tout le temps, il suffit de se dire que, ce qui est valable un instant n'est plus forcément valable le suivant, pas plus que le précédent. Ainsi on est toujours là ou il faut, suffit d'ouvrir les mirettes et de faire comme les petits.

    Enfin ce que j'en dis moi...c'est que ton sujet, il m'embrouille, Faber.

    Eléonore

    • Embrouillamini ?
      15 octobre 2006, par fabermother  

      Puisque tu t'embrouilles, il suffit juste de te débrouiller ... je te fais confiance.

       :-D))

      • > Embrouillamini ?
        16 octobre 2006, par Eléonore  

        Bof, ma notion du temps liée à celle du ressenti de l'instant ne s'est pas vraiment arrangé , j'arrive à être 24 heures en avance ou 1 semaine en retard. ;-) Le pire c'est que j'arrive à convaincre l'autre, que c'est lui qui se trompe !

        Elle est à l'ouest.

        • > Embrouillamini ?
          16 octobre 2006, par fabermother  

          Je ne sais pas pourquoi, mais ceci me rappelle quelque chose...

          ... Elle est au nord.

          • > Embrouillamini ?
            16 octobre 2006, par Eléonore  

            Tiens à moi aussi !

            T'as pas honte de me faire baver avec ce paysage qui me dit quelque chose ?

            Mets les glaçons dans le rosé, j'arrive avant hier.

            Eléonore quand elle est pas au sud...

merci matinale
14 octobre 2006, par caro  

Si les mots d'une amie precieuse , te touchent droit au coeur , et que tu les comprends et les calquent sur tes maux , dis lui juste MERCI

CARO

  • > merci matinale
    14 octobre 2006, par fabermother  

    Comment va ton chemin, Caro ?

    Il me semble bien débroussaillé.  :-)

Pensée de l'après-minuit
14 octobre 2006, par fabermother  

Aime et fais ce que tu veux.

-  Si tu te tais, tais-toi par amour.
-  Si tu parles, parle par amour.
-  Si tu corriges, corrige par amour.
-  Si tu pardonnes, pardonne par amour.

Augustin

Pensée de l'après-minuit
13 octobre 2006, par fabermother  


-  Donne-moi le courage de changer ce que je peux changer,
-  la sérénité d'accepter ce que je ne peux pas changer
-  et surtout, la sagesse de voir la différence.

Parole Indienne

  • > Pensée de l'après-minuit
    13 octobre 2006, par casabynight  

    toujours les trois piliers MTCS

    • > Pensée de l'après-minuit
      13 octobre 2006, par fabermother  

      Tout à fait, mon TCF.

      Il y a aussi en filigrane :

      -  Savoir
      -  Oser
      -  Se taire

      La pensée amérindienne est bien lumineuse.

      • > Pensée de l'après-minuit
        17 octobre 2006, par Cobravif  

        Et vouloir ? Savoir vouloir oser, se taire.

        Oser savoir vouloir se taire.

        Savoir. Vouloir oser ; se taire.

        VOULOIR SAVOIR. OSER SE TAIRE...

        Et il y en a tant d'autres arrangements.

        Ora et labora.

    • > Pensée de l'après-minuit
      13 octobre 2006, par Didier  

      Bonsoir,

      Etant curieux de nature, à quoi correspond les trois piliers ? à la triade "Savoir, oser, se taire" ?

      Si bien-sur cela est possible ;-)

      Didier

      • > Pensée de l'après-minuit
        13 octobre 2006, par isis  

        ou bien

        courage

        sérénité

        sagesse...

        hozho.... .

        isis

        • > Pensée de l'après-minuit
          13 octobre 2006, par Didier  

          Après quelques recherches sur le NEt, "c'est bien Internet" ;-) les trois piliers semblent être : Force - Sagesse - Beauté.

          Donc en reprenant la citation de Fabermother, je comprends la force et la sagesse, mais je ne vois pas très bien le rapport entre la beauté et : "la sérénité d'accepter ce que je ne peux pas changer " qui se rapproche plutôt de la sagesse ?

          Didier

          • > Pensée de l'après-minuit, un peu avant quand même
            13 octobre 2006, par Antonio  

            Qu'est-ce qui te fait penser que tu mets les mots à leur bonne place ? Sans être un rébus, il y a un peu de ça. Et il y a aussi les règles du symbolisme que la raison ignore.

            Bonne recherche,

            Antonio.

        • > Pensée de l'après-minuit
          13 octobre 2006, par fabermother  

          Bonsoir,

          Je te laisse le soin d'expliquer le sens du "hozho".

           :-)

          Bise

          • > Pensée de l'après-minuit
            13 octobre 2006, par isis  

            hozho signifie harmonie en navajo

            pour les indiens navajos, c'est la base même de leur philosophie, rester en harmonie avec la nature, les hommes , les forces spirituelles.

            quand l'harmonie est rompue ou absente, le mal s'installe , l'homme souffre

            il faut aller trouver un sorcier , qui dira les bons chants , pour rétablir l'harmonie.

            le romancier américain Tony Hillermann raconte très bien ça à travers ses romans policiers , très particuliers.

            je voulais préciser tout ça, j'ai été dérangée dans ma rédaction. excusez -moi

            bonne soirée

            isis

      • Sagesse, force et beauté
        13 octobre 2006, par fabermother  

        Bonsoir Didier, et vous tou(te)s,

        Rapprochons les mots.

        -  La sagesse de voir la différence.
        -  Savoir.
        -  Sagesse.

        -  Le courage de changer ce que je peux changer.
        -  Oser.
        -  Force.

        -  La sérénité d'accepter ce que je ne peux pas changer.
        -  Se taire.
        -  Beauté.

        Tu dis plus bas :

        Donc en reprenant la citation de Fabermother, je comprends la force et la sagesse, mais je ne vois pas très bien le rapport entre la beauté et : "la sérénité d'accepter ce que je ne peux pas changer " qui se rapproche plutôt de la sagesse ?

        La Sagesse n'est ni la force ni la sérénité, mais l'alliage des deux.

        La sérénité est beauté, l'acceptation est beauté, le silence est d'or et il est beauté.

        Après cette étape, on peut aller vers la force bien comprise, avec l'enseignement de la beauté.

        Après, seulement, on pourra, peut-être, atteindre la compréhension de la différence, de la dualité, pour passer au stade de la sagesse.

        Voici ma réflexion et un début de réponse à celle que tu trouveras par toi-même sur ton futur chemin (qui a déjà commencé).

        Amicalement,

        Faber

        • > Sagesse, force et beauté
          14 octobre 2006, par Eléonore  

          Force, Sagesse, Beauté...

          Chacune a besoin de l'autre pour trouver sa pleine réalisation dans l'être.

          Force et Sagesse ne sont que froideur sans le regard du Cur qui voit et est la Beauté.

          Sagesse et Beauté ont besoins de l'Energie de la Force pour ne pas se transformer en simples images de l'esprit qui ne trouve pas réalisation dans la vie.

          Force et Beauté ont besoins de la Sagesse de l'Esprit pour s'exercer sans excès et dans la mesure.

          Donc veiller à les faire grandir en soi, ensembles sans en laisser une à la traîne...

          Bonne journée

          Eléonore

          • > Sagesse, force et beauté
            14 octobre 2006, par fabermother  

            Le ternaire inclut et transcende le dual.

            Un est tout et Tout est un.

            Qu'il me tarde de t'appeler ma Soeur !

  • > Pensée de l'après-minuit
    14 octobre 2006, par TAO  
    Non agir

    Retourner dans l'indifférencié, ce qui doit changer changera, ce qui ne doit pas changer ne changera pas.

    L'action est dans la non action, la volonté dans la non volonté.

    Les forces sont naturellement là, il suffit de s'ouvrir.

    Nous sommes juste une goutte d'eau éphémère dans l'immensité de la mer.

    • > Pensée de l'après-minuit
      14 octobre 2006, par fabermother  

      La mer n'étant que des gouttes d'eau éphémères dans leur puissance et plénitude.

      • > Pensée de l'après-minuit
        14 octobre 2006, par TAO  
        Un le tout

        L'eau peut-elle avoir soif de l'eau ?

        Même indifférencié, une rencontre est-elle possible ?

        Fils invisibles des liens karmiques.

      • > Pensée de l'après-minuit
        15 octobre 2006, par Eléonore  

        On dit que les gouttes d'eau qui sont dans l'océan ne peuvent remonter les cours d'eau pour retourner aux sources. Moi je sais qu'elles s'évaporent dans les airs et se déposent sur les plus haut sommets... si elles ne peuvent avoir soif d'eau, elles peuvent avoir soif d'air.

        Eléonore

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
12 octobre 2006, par Bientôt frère ? je l'espère !  

Bonjour,

Je vais également passer sous le bandeau très prochainement. Bien sr, je ne prends pas la chose à la légère et veux m'y préparer au mieux.

Question toute bête (mais je préfère me libérer l'esprit de la "logistique" afin de me concentrer sur l'essentiel) : est-il préférable de s'habiller en costume ou une tenue classique fera l'affaire ?

Merci d'avance ;-)

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    12 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour et bienvenue,

    Le passage sous le bandeau n'implique pas une tenue vestimentaire particulière, tout autant qu'elle ne soit pas négligée ou un peu "exotique".

    Tu peux préférer le costume pour "faire honneur" ou une tenue plus décontractée si elle te permet de te sentir plus à l'aise. Le principal est que tu sois bien dans ta tête ce soir-là.

    Nos voeux t'accompagnent. Si tu veux nous tenir au courant du résultat, cela nous fera grand plaisir.

    Bonne journée à tou(te)s.

    Faber

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      12 octobre 2006, par Bientôt frère ? je l'espère !  

      Merci Faber,

      Effectivement, je ne comptais pas y aller en bermuda à fleurs ;-)

      Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de la suite. En fait, mon passage est prévu pour demain soir...

      Bonne journée.

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
        12 octobre 2006, par isis  

        donc j'aurais une pensée très forte pour toi demain soir..... les pensées de profanes féminines sont très très positives.... ;-)

        isis

        • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
          12 octobre 2006, par Bientôt frère ? je l'espère !  

          Merci Isis, j'y penserai ;-)

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    16 octobre 2006, par Un tout jeune frère  

    Bonjour,

    je suis très heureux : tout s'est très bien passé. La réponse est favorable.

    La prochaine étape est pour très bientôt...

    Merci encore pour vos encouragements !

    A bientôt.

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      16 octobre 2006, par isis  

       :-))

      je suis heureuse pour toi

      isis

      • A mon bientôt futur Frère
        16 octobre 2006, par fabermother  

        Bonsoir ... (heuuu, tu n'aurais pas un prénom ou un pseudo ?)

        Voici la dernière "pré-étape" franchie. Prépare-toi maintenant à la cérémonie d'initiation. Il faut que tu puisses la vivre pleinement.

        Ce soir-là tu devras t'engager. C'est un sacré engagement (et même un engagement sacré).

        Si tu veux bien nous informer après ton initiation (non pour la raconter, cela t'appartient en propre et n'a pas à être publique), j'aurai plaisir d'accueillir un nouveau Frère.

        Amicalement,

        Faber

        • > A mon bientôt futur Frère
          18 octobre 2006, par JF  

          J'ai effectivement hâte de vivre mon initiation, et pleinement... Bien sr, je serai ravi de continuer à échanger.

          Et oui, j'ai un prénom dont les initiales sont JF, alors voilà, mon pseudo sera JF ;-)

          A bientôt.

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
        18 octobre 2006, par JF  

        Merci Isis, c'est très sympa...

    • > A la casserole ?
      18 octobre 2006, par Antonio  

      Hé bin fieu, à oui mais non, une fois ! Mon très cher Jean-François (laissez, je devine : c'est mon entraînement au Loto ; j'en ai d'autres mais c'est pour après) : si j'étais de toi, hein, je'm ferais un chouia de mouron, et pas pressé du tout, histoire de voir venir, non mais des fois. Et tézique t'as intérêt à les ouvrir les esgourdes : tout par les feuilles de chou, image : kaput !

      Alleï, basta avec ces carabistouilles, bon vent (mais pas dans les voiles, hein ?). Comme y disait le cousin César ou alors le cousin-germain Nestor ? Non, c'est copain du voisin de palier de ma belle-doche : Cornillon ? Ouille non, c'était sa moukère dont je sais plus le nom, une fois. Comme elle disait : Va, vainc, et nous raconte (pas le menu, çui-là je connais et t'arrête pas chez l'Auvergnat, c'est pas gagné d'avance avec ce krumme). Oublille pas la crote cassée, pas que tu tombes d'inhibition, hein ?

      Vivat, vivat, vivat.

      A+ Antonio

      • > A la casserole ?
        18 octobre 2006, par fabermother  

        Mais arrête de l'émulsionner le petit !

        C'est pas parce qu'il va se faire plumer dès le départ, torturer de façon terrible, qu'il faut lui plomber le moral !

        Semper vivat ! Ou autre chose, selon le folklore de la Taverne ...

        • > A la casserole ? NON ! Au trou.
          19 octobre 2006, par Antonio  

          Tu connais tes classiques, toi chère Fab. Meuuuuuh non, je l'émulsionne pas le petit. Je ne fais pas d'ommelette avec les nouveaux : je hache, et par le menu s'il te plaît bien.

          Jules-François, bonne bourre quand même. Reviens vivant.

          Antonio.

          • > A la casserole ? NON ! Au trou.
            19 octobre 2006, par JF (Jules ou Jean ?)  

            Vous m'avez l'air en forme tous les deux ;-)

            No stress, je vous dirai...

            • > A la casserole ? NON ! Au trou.
              19 octobre 2006, par fabermother  

              Bonjour Jonas-Ferdinand,

              Nous avons toujours une patate d'enfer à l'annonce d'une nouvelle initiation, même si ce n'est pas dans notre chapelle.

               :-D)

            • > A la casserole ? NON ! Au trou.
              19 octobre 2006, par Antonio  

              Et encore t'as rien vu ! le spectacle c'est qund je me mets à grimper aux murs. A côté de moi, Spiderman c'est la surprise kinder (pub gratuite). Et puis, que veux-tu : quand Faber me remonte la clé, à bloc qu'il est remonté l'Antonio. Il est vrai que Faber et moi on a des accointances avec l'Auvergnat, comme je suspecte d'autres d'y être passés en rasant les murs.

              Bon ben, ave Julien-Fabrice, et ne fais pas comme les gladiateurs.

              Antonio.

              • > A la casserole ? NON ! Au trou.
                20 octobre 2006, par gihaif  

                Vous allez bientôt me faire regretter mon vrai prénom ;-)

                • > A la casserole ? NON ! Au trou.
                  22 octobre 2006, par Antonio  

                  Allez, Jérémie-Florian : c'est vrai que j'ai encore quelques ressources et je suspecte fort Faber de m'attendre au tournant. Alors je lui souffle sous le nez Josaphat-Fulbert et Justilien-Floribert. J'ai eu un faible pour Jason-Floran mais ma voisine m'a dit que c'était un brin pompeux. Vous trouvez, vous ?

                  Antonio.

                  • > A la casserole ? NON ! Au trou.
                    30 octobre 2006, par JEAN-FRANCOIS, ne cherchez plus  

                    Assez de mystère, je ne peux laisser Antonio se triturer les méninges plus longtemps... Oui, je m'appelle jean-François.. Oui, je viens d'être initié (ces jours-ci) et oui, je suis très heureux de participer à cette belle aventure... En tout cas, quelle émotion lors de la cérémonie !

Pensée de l'après-minuit
12 octobre 2006, par fabermother  

Des époques comme celle que nous vivons actuellement nous rendent soit plus grands, soit plus petits. Elles révèlent ce que nous valons.

Anonyme

  • > Pensée de l'après-minuit
    12 octobre 2006, par Anne  

    Bonsoir à tous,

    oui, c'est vrai dans le sens où on doit être plus grand au quotidien. Le temps des "grandes idées" et des "héros" est révolu. Les héros, ce sont maintenant les gens ordinaires dans leur labeur quotidien. Ce n'est pas de moi, je l'ai entendu sur France Culture il y a quelques mois et je le reformule. Mais je suis d'accord.

    Un bémol, il faut avoir la force de pouvoir se rendre plus grand. Pour moi, tout le monde en est capable, mais il y a des périodes de la vie où l'on en a pas la force.

    Et tout le monde n'a pas non plus la même force. Trop de gens l'oublient à commencer par les plus forts.

    C'est pour cela qu'il est important de laisser une chance à chacun...

    Bonne nuit à tous, Anne

    • > Pensée de l'après-minuit
      14 octobre 2006, par fabermother  

      Oui, mais il faut que chacun, même si il se sent faible, laisse aussi à celui qui se sent fort momentanément, sa chance d'évoluer.

      • > Pensée de l'après-minuit
        4 novembre 2006, par Sarah  

        Et aussi, que c'est dans les grands moments de vulnérabilité, qu'une porte s'ouvre vers nous-même.

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
11 octobre 2006, par casabynight  

MTCFF je découvre ce site pour la première fois. Un peu de lumière grace à vous mes FF Je vous écrit à l'Or. : de Casablanca (MAROC)

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
    11 octobre 2006, par fabermother  

    Bienvenue mon TCF Casabynight (charmant le pseudo), depuis l'Or :. de Marseille et d'autres points.

    Je vois que tu ne travailles pas dans une Loge mixte, sinon tu aurais dit "MTCSS et FF", mais je suppose bien que la mixité n'est pas très répandue sur le continent africain.

    Nous attendons tes interventions avec impatience.

    Fraternellement,

    Ta Soeur Fabermother

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
      12 octobre 2006, par casabynight  

      MTCS nous avons une loge féminine à l'Or. : de Casablanca. Mais pas de mixité.Tu serasla bienvenue, Marseille/Casa, ce n'est pas si loin.

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
        12 octobre 2006, par fabermother  

        Mon TCF Casabynight (il me plaît, ce pseudo),

        Merci de ta fraternelle invitation. :-)

        Casa/Marseille, ce n'est pas plus loin. Donc si tu passes par là (cette invitation vaut pour tous les autres Frangines et Frangins)tu peux venir nous visiter. Ma Loge reçoit tous les Frères et Soeurs valablement initié(e)s.

        Au fait, Marseille est surnommée "Porte de l'Orient". :-)

        Fraternellement,

        Faber

        • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
          13 octobre 2006  

          En es-tu bien sre Faber ?

          Je croyais que c'était Istanbul...

          Ceci dit les 2 villes ont des points communs.

          amicalement, Anne

          P. S. : bienvenue à toi Casabynight.

          • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
            13 octobre 2006, par fabermother  

            Incrédule comme toujours, chère Anne ? loll

            Parole d'une marseillaise de plusieurs générations, Massilia la citée phocéenne est surnommée par ses habitants la Porte de l'Orient. Il y a un monument face à la mer (dédiée aux morts d'Orient) qui symbolise cette porte.

            En tapant sur ton moteur de recherche "Marseille porte de l'orient" tu trouveras plusieurs infos là-dessus. Il y a aussi une belle photo sur wikipedia :

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Image :Monumentterres_lointaines.jpg

            Istanbul a ce qualificatif depuis certainement plus longtemps. En plus c'est justifié géographiquement puisque la ville, de part et d'autre du Bosphore, a un pied en Europe et un pied en Asie.

            Amicalement,

            Faber

            • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
              18 octobre 2006, par casabynight  

              Marseille, Istambul, Casablanca, le Bosphore, Europe,Asie....la FM est Universelle

          • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maçonnerie
            18 octobre 2006, par Antonio  

            Bonsoir à tous.

            Cette histoire de porte m'a remué les méninges. Non pas que je sois troublé (pas pour si peu) mais parce que j'avais déjà trouvé associés ces deux mots de porte et de Turquie quelque part dans un bouquin. Je pense que Anne a été a eu sa réflexion guidée sur le même thème. Les voir à Marseille, me troublait.

            Finalement j'ai trouvé : il s'agit en fait du nom du gouvernement Ottoman dont le siège se tenait au palais Topkapi dont la porte d'entrée est réellement monumentale. Le reste de l'Europe appelait le gouvernement Ottoman (pas encore turc) la Sublime Porte et le pays pas extension. Voilà la clé du mystère.

            Bonne soirée,

            Antonio.

> Le respect des autres
10 octobre 2006, par Anne  

Bonsoir à tous,

je n'ai rien de particulier à ajouter, juste vous dire que je suis touchée par l'humanité des habitués de ce forum. Je remercie encore Faber pour l'avoir créé.

C'est rare en ce moment et soyez bien srs que je ne le dis pas uniquement pour mon rejet du 4 octobre, mais dans un sens large qui me casse et que d'une certaine manière je ne supporte plus.

Je ne suis pas la seule à le penser ; j'entends cela au quotidien...

Bonne soirée à vous tous,

Anne

  • > Le respect des autres
    11 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour Anne et tou(te)s,

    Si avons pu te donner un peu de chaleur humaine, nous avons reçu une large rétribution d'un élan bien naturel.

    Un ajournement n'est pas un rejet, mais si tu le ressens ainsi dans ton coeur, le résultat est le même. Mais je sais que tu continueras, plus forte.

    C'est vrai que notre monde quotidien est dur, mais si nous désespérons, il le sera encore plus.

    Dans ma Loge, nous terminons nos travaux avec cette phrase :

    Dans le monde où règne la matière, la force et le mensonge,

    Nous faisons le serment de toujours maintenir lumineuse et droite la flamme de l'Amour unique et de l'Esprit humain.

    Faber

Le temps n'existe pas mais...
10 octobre 2006, par Cobravif  

... il est.

Faber m'a incite à parler de mercure. Que je préfère nommer « vif argent ».

Il n'existe pas à l'état natif dans la nature. C'est dans le cinabre qu'on le trouve. Cette roche est assez rare. Elle est souvent très belle. Mais quand elle est trop belle, elle ne contient pas assez d'« impuretés ».

Elle ressemble parfois au rubis, par sa couleur. Mais elle est en fait constituée de sulfure de mercure.

Eh oui. L'alliance - plus que l'alliage - du soufre et du mercure.

Pour l'extraire par des moyens artisanaux, elle demande un peu de matériel. Entre autre une bonne bouteille cornue et un fourneau d'un type spécial.

Ce qui est formidable, c'est que lorsque la préparation est finie, il reste dans le fond de la cornue une sorte de calcinat noirâtre avec des reflets bleu-sombre. Comme de l'aile de corneille.

L'aile de corbeau, c'est autre chose.

Sur les paroi du condenseur, on voit briller le vif argent qui s'est condensé après s'être sublimé. Et là, il faut agir vite mais sans précipitation pour le récupérer.

On ne récupère d'abord que quelques gouttes d'un métal encore chaud et jaloux de son indépendance. Il n'aime pas le contact direct avec la peau de l'opérateur.

Mais dès qu'on a commencé à le recueillir liquide, comme en même temps le verre de la cornue se refroidit, il aspire' les vapeurs et rappelle vers le noyau liquide ce qu'il reste de mercure gazeux. On observe alors que la gouttelette initiale grossit à vue d'il.

Mais on obtient de ce mercure là bien plus que de celui qu'on peut se procurer fourni par l'industrie.

Un peu comme le lait pasteurisé n'a pas grand chose à voir avec le lait cru...

Et il reste les « impuretés » du fond de la cornue.

Elles sont très riches de propriétés et d'une pierre de cinabre originelle à l'autre, ces propriétés ne sont pas les mêmes.

Il faut mouiller ce sablon pour en extraire les capacités. Et là encore, pas avec n'importe quelle eau.

Suivant qu'on utilise l'eau telle ou telle source, ou la rosée de telles ou telles plantes recueillie à telle ou tel moment de l'année et à tel ou tel endroit, on obtient des résultats différents.

C'est pourquoi il faut être très économe de ces « déchets » pour les en dissoudre une partie avec telle eau plutôt que telle autre.

En somme pour travailler la pierre de départ, il ne suffit pas d'appliquer des recettes qu'on aurait apprises par cur.

Ora et labora.

  • Mutus Liber
    10 octobre 2006, par fabermother  

    Pour illustrer le propos.

    Pour en savoir plus :

    Cobravif conclue :

    En somme pour travailler la pierre de départ, il ne suffit pas d'appliquer des recettes qu'on aurait apprises par cur.

    Je n'aurais pas pu dire mieux.

    Faber

  • > Le temps n'existe pas mais...
    10 octobre 2006, par H....L....
     
    Encore une censure idiote

    A quoi joues-tu chérie ? Tes belles images et ce texte parlent bien d'alchimie, non ? Qui est est fou, le dérangé des trois ? Pourquoi avoir supprimé le texte alchimique d'Angelina Caterina ? C'est incompréhensible de parler de la même chose en étant d'accord et se faire la gueule H....L....

    • > A quoi joues-tu HenGELryNA
      10 octobre 2006, par rocbo  

      Je crois que vous n'avez pas bien compris. Pourquoi venir une fois en anonyme proférer des insanités, puis sous le pseudo Angelina Caterina, venir parler d'un certain Henri LeMaçon, pour enfin venir sous la signature H... L... ?

      Les adresses IP sont toutes semblables.

      Lire le message précédent :
      -  Voir l'exemple

      oo
      webmestre et responsable du site.

    • > Le temps n'existe pas mais...
      16 octobre 2006, par Cobravif  

      Qui a parlé d'alchimie, ici ?

      Il s'agit simplement de chimie artisanale, voyons...

      Que l'artisanat soit propice à la méditation opérative, qui est en sorte un des volets de la franc-maçonnerie sous certaines de ses formes, fait qu'il me semblait ad hoc(1) de parler de cet autre travail d'une autre pierre, c'est tout.

      Quant à la mise au point de ROCBO, elle me semble sage et documentée.

      Je ne comprends pas que notre "parasite" ne comprenne pas. A moins que cela l'amuse de troubler la sérénité d'échanges entre gens de bonne compagnie...

      (1) Il ne s'agit ni d'un capitaine de la marine marchande ni d'un poisson. Par ailleurs, il existe un poisson tropical qu'on nomme aussi le Capitaine.

  • > Le temps n'existe pas mais...
    11 octobre 2006, par isis  

    question candide

    le cinabre, est-ce aussi ce qu'on appelle la pierre "vénérable" ?

    isis

    • > Le temps n'existe pas mais...
      11 octobre 2006, par fabermother  

      Heuuu, je ne suis pas informée de l'appellation.

      Mais peut-être les Vénérables ont des têtes de cinabre ? Leur côté sulfureux ferait monter le mercure dans le thermomètre ?

      Que d'interrogations !

       ;-p)

      Faber

Des nouvelles de Debbie
9 octobre 2006, par Eléonore  

Un petit post pour donner un peu de nouvelle de Debbie et de sa renaissance à la vie.

Elle se bat comme une lionne, et passe de longs moments en étant bien consciente d'elle-même, des autres, avec des ratés des fois mais bon. Elle recommence à parler et récupère ses souvenirs, un peu en vrac, sans chronologie, mais ça vient. Elle a retrouvé le rire (quand elle se rend compte qu'elle prend son compagnon actuel pour son ancien, oups !) et les pleurs quand sa situation de dépendance totale lui pèse trop.

Elle ne parle plus que l'anglais (sa langue maternelle) cela nous entraîne. Son humour, son accueil, sa détermination, tout est la, c'est bien elle, pas de doute.

Pour le moment elle est paralysée à droite mais elle commence à sentir un peu ses extrémités. Tout reviendra tranquillement, c'est sur. Comme elle s'est mise à manger comme quatre, on peut lui faire confiance pour se sortir de cet état de faiblesse actuel. Elle a été autorisé à sortir ce dernier week-end, cela lui a fait un bien fou de revoir tout son petit monde.

Merci a tout ceux qui soutiennent par la pensée sa dure épreuve.

Eléonore

  • > Des nouvelles de Debbie
    10 octobre 2006, par Angelina Caterina  
    Guérir Debbie

    Je sais que je vais en contrarier beaucoup ; mais peu importe, je pense surtout à Debbie. J'ai plusieurs de mes amis qui ont demandé de l'aide à un guérisseur franc-maçon pour des cas si graves qu'aucun médecin ne pouvaient dire quelles seraient les suites des accidents ou des maladies de leurs proches. Ce guérisseur est intervenu gratuitement, j'insiste gratuitement, soit en se déplaçant, soit à distance. Je sais, celà dépasse la pensée cartésienne, mais les résultats ont été à la hauteur des attentes, et en particulier pour une paralysie dite définitive par les chirurgiens ; et c'est bien celà qui m'intéresse, y croire ou ne pas y croire on s'en moque, le principal c'est la totale gratuité du résultat bénéfique pour les intéressés. Ce guérisseur s'appelle Henri Lemaçon, on peut le joindre sur son site mondial internet : marihiram En espérant la guérison totale de Debbie sans vous avoir contrariés. Angelina Caterina

    • ATTENTION
      10 octobre 2006, par fabermother  

      Nous avons eu maille à partir avec cet individu qui nous a assez inondé de pub de son site autoproclamé "mondial" que j'estime très douteux dans l'esprit et dans les propos.

      Je me tairai sur d'autres agissements parfaitement contraire à l'éthique, mais ceux qui suivent ce forum auront parfaitement compris. Pas besoin de faire un dessin !

      • > ATTENTION
        10 octobre 2006, par Angelina Caterina  
        Merci à Fabermother

        Ah !bon, à te lire je suis perdue et consternée. Peux-tu en dire davantage, car effectivement je viens de revisiter son site internet mondial :marihiram, cest diabolique maintenan ? Merci ma Soeur, Angelina caterina

        • > ATTENTION
          10 octobre 2006, par rocbo  

          Comme c'est bizarre...

          Facheuse coïncidence, vous utilisez la même adresse IP qu'Achelème, qu'èmachème...

          A savoir 82 253 18X XX

          oo

    • On avait dit pas de pub !
      10 octobre 2006, par Eléonore  

      Comme je ne vous ai rien demandé, je vous serais gré de ne pas profiter d'un de mes post pour placer votre propagande. Et ne mêlez pas ce qui n'a aucun rapport.

      Qui que vous soyez, homme ou femme ou plein d'autres encore bien mélangés et confus visiblement, commencez par vous occuper bien de vous-même avant de penser aux autres.

      Eléonore

  • > Des nouvelles de Debbie
    10 octobre 2006, par fabermother  

    Bonjour ma chère Eléonore et vous tou(te)s,

    Grâce à la formidable énergie que vous lui avez donnée, vous sa famille et ses amis, Debbie a pu sortir du coma.

    Bien sur qu'il faut du temps pour que toutes les fonctions se remettent en route. Mais la force psychique, la volonté, sont des facteurs essentiels.

    Et le plus grand magicien du monde porte un nom : l'AMOUR.

    Lumineuse journée,

    Faber

  • > Des nouvelles de Debbie
    16 octobre 2006, par calinette  
    des nouvelles de la charente

    tu m'as ouvert cette page afin de communiquer que sommes nous sur cette terre, je suis contente pour debbie que j'aurai plaisir à rencontrer j'espère prochainement, beaucoup de questions sur l'existentiel ? aimons nous les uns les autres et aidons nous c'est bien le message d'amour que l'on nous dictes non ? CALINETTE

    • > Des nouvelles de Debbie
      16 octobre 2006, par Eléonore  

      Hello ma Calinette (j'ose)

      Bienvenue, mais je te préviens ça sera plus difficile à réfléchir qu'à écrire. Loll.

      Suffit de suivre son cur, il sait faire si on l'écoute un peu, mais ça je crois que tu te débrouilles déjà pas mal...

      Bisous Eléonore

maçonnerie africaine
9 octobre 2006, par EMEREK  

Des nouvelles du Congo

Chez RocBo

http://rocbo.lautre.net/spip/article.php3 ?id_article=330#forum7960

> Encore et toujours ...
9 octobre 2006, par Antonio  

Il est extraordinaire de constater ce que le "passage sous le bandeau" génère comme écrits, impressions et commentaires en tous genres. Je suis soufflé. Mais je manque à tous mes devoirs : bonjour à toutes et à tous.

Vécu comme une épreuve difficile ou comme une parade de cirque, redouté (à tort très souvent) par les néophytes, masque utilisé pour une démonstration de puissance détournée en épreuve psychologique, ce moment qui permet à un profane de mettre les pieds dans une Loge n'a rien de magique et ne saurait en avoir en aucune façon. Position bien catégorique direz-vous. Exact, mais c'est la mienne. Personnellement, je me suis toujours élevé contre ce qui est présenté comme épreuve alors que cette scène ne fait pas partie de beaucoup de rites car elle n'est pas citée dans beaucoup de rituels alors que le bandeau, lui, fait partie de TOUS les rituels maçonniques (du moins de ceux que je connais ou dont on m'a parlé). Pour un certain nombre de Loges c'est devenu un must alors que ce n'est, tout au plus, qu'un usage qui, d'exceptionnel, est devenu de pratique courante L'origine probable serait le désir de prémunir la Loge contre une intrusion non désirée, but louable au demeurant. Mais en constatant ce qu'il en est vraiment, je me permets d'en douter. D'un autre côté, ce cinéma n'a jamais arrêté ceux qui veulent vraiment y pénétrer.

Si, comme cela a été précisé sur ces colonnes, l'entrée en Maçonnerie se fait via la cooptation, nul besoin d'un passage sous le bandeau aussi inutile qu'équivoque. Si le récipiendaire était suffisamment préparé même les enquêtes, tout aussi redoutées, n'auraient pas lieu d'être. Sans juges pour entamer une nouvelle route, un initiable n'aurait aucune crainte à la tailler, sa route. La cooptation n'est pas seulement la présentation d'un nouveau candidat à un groupe, mais la présentation d'un nouveau candidat qui réalise où il va mettre les pieds, dans quelles conditions et à quel prix. En d'autres mots, son préparateur (qui devient très souvent son parrain) l'a mis en position de se faire accepter. Ce n'est pas le candidat que la Loge doit interroger mais celui ou ceux qui ont fait sa préparation. C'est eux qui doivent répondre à un feu roulant de questions, sans bandeau, en assumant leur propre travail de préparateur. Est-il dès lors étonnant que ce travail ne soit confié qu'à des Maîtres ? Mais même comme cela il y a des ratés. Après tout nous restons des êtres humains avec toutes les imperfections que cet état suppose. Et parce que nous en prenons un jour conscience, lorsque notre route traversera peut-être un jour la voie maçonnique, nous bifurquerons mais tous ceux qui la croisent ne la prendront pas : c'est un choix.

Si je semble si véhément à propos de cette pratique, c'est parce que les résultats escomptés sont loin de valoir les attentes. Contrairement à ce que vous pourriez penser, je suis un partisan de la méthode douce. Quand il m'est donné d'examiner (mais pas de juger, cela je le refuse) un candidat potentiel, ce n'est pas tant ce qu'il est que ce qu'il peut devenir qui m'intéresse. Ce qu'il est je le vois bien. Ce qu'il peut devenir est bien plus intéressant à découvrir. Et si en bout de course le candidat n'arrive pas à se faire à la voie maçonnique ce n'est qu'en lui-même qu'il doit rechercher le pourquoi : pas de déception, pas de frustration, pas de colère. Au bout du compte, ce sera le préparateur qui va devoir défendre son pupille et non de laisser ce dernier se dépatouiller dans une pièce dont il ne connaît ni le scénario, ni les dialogues ni les protagonistes.

Antonio.

  • > Encore et toujours ...
    9 octobre 2006, par fabermother  

    Bonsoir mon TCF,

    Moi, je ne suis pas soufflée du tout. Peut-être que dans ton Rite (comme certains autres) le passage sous le bandeau est une formalité, ou n'existe pas.

    Mais dans la plupart des Obédiences et Rites en France, c'est incontournable. Et crois-moi que ça peut être une véritable épreuve ! Et loin d'être négative.

    On reparlera en privé de certaines choses, mais il nous faut constater que la Maçonnerie dite "régulière" n'a pas toutes les données actuelles (ou les ignore) de la Maçonnerie dite "irrégulière".

    Un "Préparateur" désigné par la Loge ne remplaçera jamais le parrain ou marraine d'origine, le cooptateur de coeur, sauf si c'est le même.

    Je manque aussi à tous mes devoirs : bien contente que tu sortes de ton silence.

    Fraternellement,

    Faber

    • > Encore et toujours ...
      9 octobre 2006, par Antonio  

      Bonsoir Faber.

      Toujours à l'affut et les sens bien aiguisés. Bon, on ne va pas en faire tout un plat, ce n'est après tout qu'une opinion personnelle, d'une part, et un état de fait pour des rites d'autre part. La seule chose qui m'intrigue c'est de ne pas trouver trace de cette pratique dans aucun rituel. C'est ce qui me fait dire que c'est une pratique devenue usuelle, sans plus.

      Au passage, je suis aussi irrégulier que toi, sous un certain regard.

      Bien fraternellement,

      Antonio.

      • Entre irréguliers des réguliers et vice versa
        9 octobre 2006, par fabermother  

        Je revendique d'être une des plus irrégulière de tous les réguliers et irréguliers. Pour la Règle Maçonnique intemporelle.

        Sous le seul regard de l'Architecte.

        Il vaut bien que nous lui portions une santé, ne serait-ce que pour réunir ce qui épars. Au nom de la FM universelle !

         :-)

        Faber

        • Entre irréguliers des réguliers et vice versa
          9 octobre 2006, par Cobravif  

          C'est çui qui le dit qui y est.

          Le contraire de "régulier", c'est pas "séculier" ?

          "Irrégulier" c'est qui est opposé à La Règle. Donc qui a la même règle qu'il prend à l'envers. (Un coup à se trouver avec de l'encre sur les doigts)

          "Séculier", c'est qui n'a pas de règle.

          Est-il anarchiste pour autant ?

          Et les "partisans des feuilles de carottes", alors ?

          Sont-ils des "séculiers" ou des "irréguliers" ?

          • > Entre irréguliers des réguliers et vice versa
            9 octobre 2006, par fabermother  

            Farpaitement ! Je dis donc je suis.

            Une Règle est toujours à l'envers de la Règle d'en face. Et c'est pourtant la même, si on veut bien creuser un peu.

            Je suis de tout coeur avec les "partisans des feuilles de carottes" (dont je fais partie et mon forum est là pour en témoigner), tout autant qu'ils ............ ne fanent pas les feuilles en question.

          • >Les Réguliers partisnas des feuilles de carotes
            10 octobre 2006, par Antonio  

            A partir du moment les fanes se sont trouvé des fans : banco, ils sont dans la régularité. Y a plus qu'à placer les rondelles et sortir le romarin.

            Antonio.

    • > Encore et toujours ...
      10 octobre 2006, par Antonio  

      Je mets le texte ici, mais c'est pour tous les commentateurs de mon post initial.

      Bonjour à toutes et à tous.

      Initialement je ne pensais pas déclencher les acclamations de la foule en délire, mais on se fait sans doute à tout, yaka accepter (oui, bon, ça va ; on peut rigoler non ?). Il y a plusieurs éléments épars, qui une fois rassemblés donnent un éclairage intéressant à l'échange. Faber (avec qui j'alignerais bien quelques canons) nous fait part de l'incontournabilité (tracassez-vous pas, néologisme forgé pour la circonstance) de la pratique alors qu'EMEREK nous donne un avis plus nuancé sur la même question. Cobra un peu plus loin l'inclut dans le rite et rapproche la pratique du passage sous le bandeau de celle du cabinet de réflexion. La réponse d'un filleul de Faber ne manque ni d'intelligence ni d'à propos. Néanmoins ...

      Si je ne me trompe, nous sommes tous accrochés sur le sujet de la Franche-maçonnerie. Et quand je dis accrochés j'entends que des crochets nous unissent : je n'en veux pour seule preuve que la courtoisie et amitié qui président à nos échanges depuis si longtemps. Or donc, si de maçonnerie il est question alors il nous faut bien aborder d'une manière ou d'une autre la barrière qui sépare les initiés des promeneurs au sens maçonnique du terme. Sans fausse pudeur ni honte en réalisant bien qu'il s'agit pour les non-initiés de la franchir cette barrière. Et dans cette optique, la Franc-maçonnerie se définit comme une société initiatique et traditionnelle, entre autres choses. A ce titre, ses travaux sont régis par un certain nombre de rites, eux-mêmes s'appuyant sur un certain nombre de rituels. Le tout définissant le cadre de fonctionnement d'une Loge et accessoirement des Obédiences. Cela, c'est la règle dont parlait Cobra. Dès lors, tous ceux qui l'observent sont réguliers vis-à-vis de cette règle. A côté de cela il y a ce qu'il est admis d'appeler les us et coutumes. Le passage sous le bandeau est à ranger dans cette catégorie. Il n'a rien d'un rituel et à fortiori d'un rite. Cet évènement est exécuté en dehors de tout rituel MEME si c'est dans la Loge, mais les travaux ont été suspendus au préalable et la Loge mise en récréation avant d'y introduire le postulant. Nous sommes définitivement hors travaux et si nous ne sommes plus dans un temps et un lieu sacrés, nous sommes retombés pour ce moment, dans le monde séculier.

      Il me semble avoir bien saisi la motivation première de l'introduction de pareille pratique. Mais pour avoir procédé autrement avec succès, il me semble qu'elle est surtout utilisée pour pallier au manque de temps accordé à la préparation de candidats. Il est un fait que si on n'a pas de temps à accorder à un candidat, toute autre méthode pour tenter de débusquer un personnage malveillant sera appliquée. Il est vrai, pour répondre à Faber, que dans le rite qui est le mien il n'y a pas de passage sous le bandeau. La loge fait confiance à celui qu'elle dépêche pour s'occuper du candidat sans se préoccuper du temps que cela prendra. Mais comme la cooptation fonctionne à la base, c'est un initié qui commencera à travailler un possible candidat parce qu'il le connaît déjà de longue date. Comme je ne conçois pas la pratique de la Maçonnerie dans le tumulte de la précipitation, vous comprendrez cette position qui est la mienne sur ce sujet très précis.

      Au plaisir de vous retrouver, bien fraternellement

      Antonio.

      • > Encore et toujours ...
        11 octobre 2006, par fabermother  

        Hello everybody (c'est mon heure "méthode assimil")

        Mon très cher Ami (et nez en moins, Frère ... lol), que ce soit dans le profane ou le sacré, quand les us et coutumes perdurent, elles finissent par s'intégrer d'abord aux règlements intérieurs puis à la Règle.

        Je comprends parfaitement ta position, je la respecte, et l'idée d'une critique, même légère et éphémère, ne m'a pas effleurée l'esprit.

        Cependant (ça y est, se dit-il en levant les yeux au ciel, m'aurait étonné qu'elle en reste là, la Frangine) ... cependant, disais-je, imaginons que ton filleul soit une filleule. Ca peut arriver, n'est-ce pas ?

        Il y a une probabilité de 99/100 (au moins) pour que, bien préparée par ton accompagnement ou pas, la Postulante devra passer sous le bandeau.

        A moins qu'elle déniche une Loge mixte ou féminine travaillant au Rectifié ou Emulation, ayant reçu la "régularité" des anglais. On peut toujours rêver !

        Je connais bien une Obédience mixte multi-rites ayant intégré le R.E.R. (faut savoir se déplacer en région parisienne ... lol), mais Rectifié ou pas, le passage sous le bandeau reste obligatoire.

        Fraternellement,

        Faber

        • > Encore et toujours ...
          11 octobre 2006, par isis  

          j avais cru comprendre que toute loge initiant des femmes était considérée comme irrégulière, au regard des anglais qui sont les grands chefs....mais je suis loin d'avoir tout compris

          pour avoir lu encore ce matin, que les FM se battaient pour l'égalité, je me demande bien pourquoi nous sommes , nous les femmes , un peu moins égales que d'autres....

          pourtant en Egypte, il y a longtemps, elles avaient accès au sacré, et dans la vie civile, elles étaient l'égale des hommes ?

          C'est ce qu'on appelle un pas en avant, deux en arrière ?

          sans rancune , messieurs, mais en attente de bons arguments.... :-)

          isis

          • > Encore et toujours ...
            11 octobre 2006, par fabermother  

            Je laisse ces messieurs argumenter ... sur le pas du tango. (hi hi hi)

            Faber

          • > Encore et toujours ...
            11 octobre 2006, par Antonio  

            Bon, alors je m'y colle. Bonsoir Isis, toutes et tous, recevez mes alutations vesperales.

            La régularité d'abord. Ce sont nos amis anglais qui sont à la source de ce conflit. Pour faire bref disons que la Grande Loge Unie d'Angleterre (qui a pris la suite de la Grande Loge de Londres en réunissant finalement les "Ancients" et les "Moderns") ne reconnaît que la pratique régulière de la Franc-Maçonnerie dont elle a elle-même édicté les contraintes. Ce sont les fameux landmarks dont on parle tant (lire en anglais http://www.leotaxil.com/Landmarks.htm, et le reste du site vaut son pesant de caramels mous). On peut en trouver de multiples variantes mais elles vont bien toutes dans le même sens ou à peu près. Dès lors, point de régularité implique le refus de reconnaissance. De plus, et c'est moins connu, le GLUd'A ne reconnaît qu'une seule Obédience par pays mais elle en reconnaît une par état aux States : deux poids deux mesures ? En gros, toute la maçonnerie continentale européenne n'est pas reconnue sauf l'une ou l'autre par pays (la GLNF en France). Cela est en train de changer, mais c'est une autre histoire. Beaucoup d'Obédiences et Loges dans le monde pratiquent bien une maçonnerie régulière sans être reconnue par la GLUd'A et de plus en plus de Loges et Obédiences américaines (tant du nord que du sud) reconnaissent individuellement la maçonnerie continentale européenne. Régularité et reconnaissance ne recouvrent pas les mêmes notions en maçonnerie. Une définition qui me semblerait plus juste serait de dire qu'une Loge est régulière dès qu'elle se fait reconnaître par une autre car cela implique, du fait de la reconnaissance, que son ou ses rituels pratiqués sont de bon aloi et ne sont pas des fantaisies quelconques.

            Dans tout ce truc et après avoir lu les landmarks, les femmes c'est pas reconnu, les mixtes itou. Mais je parle d'eux (les anglais), pas pour moi. Je ne sais pas comment ils dansent la gigue mais il devrait y avoir quelque chose qui ressemblerait aux pas dont tu causes.

            Allez, bonne nuit et à +

            Antonio.

            • > Encore et toujours ...
              12 octobre 2006, par isis  

              bonjour toutes et tous,

              merci antonio

              il était tard, je comprends fort bien que tu aies eu besoin de récupérer avant de me donner ta réponse à ma seconde question....au moins aussi importante que la 1ère parce que mon coté rebelle s'agace de la suprématie de la GLUd'A , tout mon être s'offusque de l'attitude vis à vis des femmes....

              isis

              • > Masculin, féminin
                13 octobre 2006, par Antonio  

                Bon jour Isis et vous tous chers Frères, Surs et délicats promeneurs.

                Ton post comportait deux parties il est vrai. Pour compléter la première partie il faut bien reconnaître que ce sont nos amis anglais qui les premiers ont structuré la maçonnerie moderne : il faut leur laisser ce mérite. Ils ont édicté les premières règles (les Constitutions) et il était normal qu'ils aient été appelés la Mère Loge. Que d'autre part, pour pallier au développement sauvage, anarchique et inconsidéré de Loges de type fantaisiste ils aient mis au point le principe de reconnaissance ne me gêne pas des masses même si les landmarks fixés semblent par trop contraignants aujourd'hui. Là où cela me gêne et où la maçonnerie continentale s'est sentie enfermée, c'est l'intransigeance et immobilisme dont la GLUdA semble faire preuve. Faut-il y voire une différence entre une maçonnerie qualifiée de progressiste et une autre conservatrice ? C'est une opinion mais qui est trop tranchée, même pour moi. L'évolution de la notion de religion y est probablement pour quelque chose mais pas pour tout.

                Pour ce qui est de la masculinité de la maçonnerie, je pense déjà l'avoir écrit quelque part, c'est une situation reflétant les idées du siècle et nous sommes, pour le départ, au début du XVIIIème. Sacrée période sil en fut. La maçonnerie féminine date, et c'est étonnant, du milieu du même siècle mais les loges féminines, dites d'adoption, ne "jouaient" que sous la supervision d'une loge masculine. Début XXème siècle avec Maria Desraimes, les choses changèrent, mais les mentalités aussi. Je pense cependant qu'il y a toujours eu et à toutes les périodes, des personnes qui, quand le mot homme est lancé, pensent "machos" et d'autres pour penser "être humain". C'est le contexte qui donne la clé d'interprétation. Cela étant, il y a des différences fondamentales entre hommes et femmes qui se retrouvent dans la maçonnerie et c'est très bien ainsi. Et je pense, opinion toute personnelle, que c'est se couper de la moitié de l'humanité ou l'ignorer que de négliger le côté féminin de l'être humain. C'est à placer au même niveau symbolique que la médaille : il y a un avers et un revers, différents, interchangeables dans leur position mais surtout indissociables.

                Espérant t'avoir donné matière à réflexion, a +

                Antonio.

                • > Masculin, féminin
                  13 octobre 2006, par fabermother  

                  Merci mon BAF,

                  Nous sommes en empathie.

                  Faber

                • > Masculin, féminin
                  13 octobre 2006, par isis  

                  bon j 'ai pas tout compris, mais demain à tête reposée, la lumière jaillira... merci en tout cas antonio :-)

                  isis

  • > Encore et toujours ...
    9 octobre 2006, par Anne  

    Bonsoir Antonio, et bonsoir à tous,

    merci de ta longue contribution et de ta chaleur humaine.

    Je te rejoins sur tout (ou tout au moins sur tout ce que je peux comprendre), sauf sur une seule chose : je ne remets pas en cause les personnes qui m'ont fait un peu mieux connaitre la FM.

    Vous connaissez ma position d'ouverture en grand de vos loges et je suis sincère. J'irai spontanément vers les candidatures spontanées des gens qui viennent vers vous ne connaissant absolument personne...

    Néanmoins Antonio, je comprends aussi vraiment ta position personnelle. Aussi bizarre que cela puisse paraître, elles se rejoignent au final.

    Encore merci à toi.

    Bonne voirée à vous tous, Anne

  • Précaution nécessaire aujourd'hui
    9 octobre 2006, par EMEREK  

    Bien d'accord avec Antonio, cette coutume du passage sous le bandeau n'existait pas à l'origine. Je l'ai vérifié dans le rituel imprimé de 1770(« corps complet de maçonnerie) adopté par la (première) Grande loge de France .La procédure était très simple : UN présentateur qui propose la candidature, UN vote de l'atelier est organisé puis l'initiation éventuellement décidée.

    Mais ce passage sous le bandeau est devenu aujourd'hui incontournable comme les 3 enquêtes, avec casier judiciaire et tout le toutim...

    De plus en plus dans ma loge les postulants arrivent aujourd'hui par internet et sans présentateurs. Je pense donc qu'il faut des précautions d'usage .Il faut maintenir ce barrage....malgré tout...

    Ceci dit pénétrer droit comme un "I" et sans préparation vestimentaire (en tant que postulant) pour la première fois dans la Loge, même avec un bandeau, me semble être une entorse au rituel et contredit... la suite et l'initiation. On peut se demander si un entretien sur les parvis ne serait pas meilleur du point de vue symbolique. Cette technique permettrait de conserver à l'initiation son rôle de naissance et de première entrée dans le monde maçonnique...

    • > Précaution nécessaire aujourd'hui
      10 octobre 2006, par fabermother  

      Au point de vue symbolique et rituélique, bien d'accord avec toi. Il faudrait garder une juste logique.

      Deux alternatives à la réflexion de mes Frères (et Sisters si y en a qui lisent) :

      -  Recevoir le Postulant avant d'ouvrir les travaux (l'espace sacré n'étant pas encore créé) - de plus le Postulant poireauterait moins de temps dans un réduit.

      ou

      -  Ouvrir les portes, et laisser le Postulant sur les parvis.

      Une autre alternative a été trouvée par une Obédience, et je ne la trouve pas mal du tout. Si on y tient, je peux la dire (en privé), elle est un peu révolutionnaire, mais pas mal du tout.

      Fraternellement,

      Faber

  • Bandeau ?
    9 octobre 2006, par Cobravif  

    Pourquoi s'inquiéter avant de passer sous le bandeau ?

    Il suffit de comprendre le sens de ce rite.

    Quand un rite prend valeur en soi, qu'on l'extrait de son contexte, alors on entre dans la fausse magie.

    Et on fantasme, et on a peur.

    Il ne faut accorder aux choses - et aux rites, donc - que l'importance qu'elles ont.

    Avant toute "épreuve", il suffit de se demander ce qui se passera si les choses ne tournent pas comme on le souhaite. Et il est très rare que les conséquences soient vraiment graves.

    A part les activités qui engendrent un risque physique, je ne vois pas bien ce qui peut empêcher le terre de tourner.

    Un passage sous le bandeau n'a rien à voir avec le passage devant un tribunal. Là, innocent ou coupable, on peut bien se retrouver à l'ombre pendant un bon morceau d'éternité.

    Je vous raconte pas la gueule du cabinet de réflexion, alors !

    Ne pas être pris dans telle ou telle loge n'a pas de grandes conséquences. Cela ne peut en fait que pousser à une réflexion constructive sur soi, mais aussi sur d'autres. Je n'ai pas dit sur "les autres".

    Il me semble qu'y être pris et ne pas s'y trouver bien est pire. Je connais une loge où en fait de "planches", on récite par coeur des passages entiers du rituel. J'ai beau y avoir des copains, jamais je ne postulerai pour celle-là...

    Si j'avais ignoré ce détail, j'aurais peut-être postulé. Un passage sous le bandeau de cette loge m'aurait sans doute évincé... Je ne dis pas "ajourné".

    Et ç'aurait été un bien pour la loge et pour moi.

    • > Bandeau ?
      9 octobre 2006, par fabermother  

      Un de mes filleuls sous le bandeau, à la question de savoir comment il réagirait si il n'était pas accepté, a donné cette réponse :

      "Je rentrerai chez moi et je me dirais que le temps n'est pas venu".

      Simple, non ?

      Pour certains "cabinets de réflexion" dont parle Cobra, là réside vraiment la réflexion.

      Je ne critique pas les "par coeur" du rituel, en matière de planche (je fais un gros effort). Mais j'attends la réciproque, quand je dis que le rituel se sent de l'intérieur et ne se récite pas comme un perroquet.

      Vive les planches libres sur le vécu et le symbolisme qui a parlé librement.

      Zut, depuis que je suis attaquée sur ce forum, j'ai un pêche d'enfer.

      Heptazous.

      Ps : sans que tu m'ais donné de précision, je devine bien où tu aurais été "pas ajourné". loll

  • > Encore et toujours ...
    9 octobre 2006, par Eléonore  

    Bonjour le revenant !

    C'est drôle aucun des deux points de vue ne me pose problème en fait. Je comprends bien ce que tu veux dire Antonio, effectivement si la préparation avec un maître a été suffisamment approfondie et soignée, que le futur apprenti s'est livré en toute sincérité, il ne devrait, en principe, pas y avoir besoin de l'épreuve du bandeau.

    Mais qu'en est-il de ceux qui ne se dénichent pas de parrain, ou trop brièvement, ou qui s'en dispensent, il faut bien une façon de faire pour tâcher de connaître la personne. Je reconnais que cela n'évite pas forcément une erreur d'évaluation, c'est si bref pour connaître quelqu'un.

    Ce feu roulant de question peut être révélateur de certains traits, c'est rare que soumis à une certaine pression que cela ne finisse pas par sortir, avec l'éventualité de ne pas être la pure réalité. Maintenant quelqu'un aux nerfs d'acier et assez malin...peut peut-être faire prendre des vessies pour des lanternes.

    C'est vrai que je pense que la méthode de préparation durant des mois et des mois à l'avantage d'être douce et de découvrir tranquillement la personne, et elle peut mieux savoir à quoi s'attendre et aussi si cela est bien pour elle, cela parait sur, mais l'erreur peut y être aussi, cela dépend aussi du maître.

    Et si c'est surtout une question de feeling, alors, faut pas dramatiser, s'il y est tant mieux, s'il n'y est pas, il y sera certainement ailleurs.

    Pour moi les deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients, il en reste peut-être une nouvelle à inventer, mais je pense que le cent pour cent juste sera dur à atteindre.

    Amitiés à tous et toutes.

    Eléonore

    • > Encore et toujours ...
      13 octobre 2006, par Antonio  

      Bonsoir léonore et vous toutes et tous, lecteurs attentifs.

      Ta remarque sur l'absence de parrain est très judicieuse et je te donne mon opinion pour ce qu'elle vaut. Tu sembles bien avoir saisi que, en ce qui me concerne, la notion de parrain en Maçonnerie est très importante. Au delà de l'importance qu'elle revêt dans le rite que je pratique (Rite cossais Rectifié, d'essence chrétienne) cette notion de parrain m'est devenue très chère. C'est un des rares moments où les désirs d'un profane (osons le mot) peuvent se voir satisfaits en partie, pour peu que celui qui tient le rôle de parrain n'oublie pas ce qu'il est et de mettre sa casquette de préparateur. Quid de celui qui alléché par l'odeur aimerait goter au fromage et ne sait à qui demander où se trouve la porte ? Sans le savoir peut-être, mais j'en doute, tes mots "ceux qui ne se dénichent pas de parrain, ou trop brièvement, ou qui s'en dispensent" situent bien la solitude des éventuels candidats en quête de quelque chose. Parmi ceux-là, nous pouvons distinguer ceux qui réalisent qu'il leur faut un accompagnateur et ceux qui estiment pouvoir s'en passer. Les premiers méritent toute mon attention, les seconds aussi. Mon regret est que les Obédiences en général (même la mienne) et les Loges en particulier négligent les appels venus de l'extérieur. Une partie de solution existe aujourd'hui avec les sites comme celui-ci (merci Faber, je ne m'en lasse pas) où les profanes peuvent poser les questions qui les tarabustent sans se faire éjecter. Une seule condition double est requise pour que le couple parrain (ou préparateur) / candidat fonctionne : que le candidat soit vraiment curieux et patient, et que le parrain soit patient et bienveillant. Dans ces conditions cela fonctionne à merveille. Est-ce beaucoup demander ? Apparemment pour beaucoup, oui. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme. Cela fait pas mal d'années que je pratique de la sorte et je puis assurer aux Frères et Surs que c'est un réel plaisir partagé. Pour une fois, croyez-moi sur parole.

      Je m'arrête là pour l'instant, je voudrais pas que Rocbo me tombe sur le paletot parce que je lui remplis le disque dur à la vitesse grand V.

      Mes salutations fraternelles vespérales à tous.

      Antonio.

      • > Encore et toujours ...
        13 octobre 2006, par fabermother  

         :-)

        Je savoure les propos.

        Je préfère les termes Marraine - Parrain à ceux de préparatrice et préparateur, mais ce n'est que de la sémantique après tout.

        La confiance que nous font certains Promeneurs est touchante, et me conforte que ce forum n'est pas qu'une fantaisie maçonnique et nombriliste, mais une porte ouverte aux cherchants sincères.

        Dont nous avons bien besoin, nous les déjà "anciens" !

        Faber

        Ps : T'inquiète pour Rocbo, on se cotise pour lui acheter de la place DD.

        • > Encore et toujours ...
          14 octobre 2006, par Eléonore  

          En effet, et pour moi la notion de parrain, marraine prend une signification d'une grande beauté en dehors de seulement une préparation.

          Déjà dans la vie profane un parrain et une marraine sont désignés à la naissance d'un enfant pour soit palier à un manque soit pour compléter et l'accompagner dans sa vie, enfin théoriquement.

          La dans ce contexte, sa signification devient quelque chose d'encore plus beau à mes yeux, ils sont la pour une renaissance d'un tout autre genre et ils assistent le jeune enfant qu'est le promeneur avant son initiation et le jeune qui grandit après. Leur protection bienveillante est du même acabit que celle de l'adulte patient qui tient la main du petit dans ses premiers pas. Quelle belle opportunité de vivre de l'amour en ce cas !

          M'étonne pas que cela fasse bien grandir, rien de mieux que l'amour pour pousser.

          Eléonore

        • > quand tu repasseras par là...
          4 novembre 2006, par Sarah  

          Je confirme que cet espace ouvert et offert m'a donné la possibilité d'exprimer certaines choses que je n'avais p exprimer totalement (c'est à dire jusqu'au bout de moi-même) ailleurs.

          Même si je prend en considération mon "évolution" en terme d'attitude, je sais que le temps, l'écoute, la disponibilité que j'ai trouvés ici ne sont pas encore dans toutes les pratiques. Et, d'une certaine manière, je le comprends.

          "Sois tu es prêt, sois tu ne l'es pas."

          Mais, le fait d'avoir vu beaucoup de personnes, moi inclue d'ailleurs, accepter "à demi" pour finalement par la suite être tenté de... ou "jeter le bébé et l'eau du bain", m'incite à penser qu'une autre possibilité doit être offerte.

          Donc Merci.

          Sarah

Réponse à Céline
9 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour Céline,

8 octobre 2006, par celine

Bonsoir Faber, Nouvelle venue, profane, je m'interroge beaucoup sur la FM et ton site m'aide à réfléchir. Merci à toi et à tous les intervenants dotés d'un cerveau en état de fonctionnement. Je plains les autres (dont tu nous a montré quelques "perles")et je ne m'abaisserai pas à leur attribuer un qualificatif. Ma seule réponse tient en une touche : DELETE Question : comment se préparer seule (sans parrain)au passage sous le bandeau ?

Merci de ton gentil message, bien encourageant pour moi et tous les fidèles Participants.

Si tu es cooptée, tu auras forcément un parrain ou marraine. Je rappelle que la cooptation est la manière la plus courante et tradionnelle d'être contacté.

Si tu fais une demande spontanée (qui peut rester sans suite ...), c'est bien sur différent.

Je ne crois pas qu'il y ait un mode d'emploi pour la préparation du passage sous le bandeau.

Mais lors des enquêtes, tu peux profiter de ces rencontres pour poser des questions, non sur le fonctionnement interne de la FM ni de la Loge (dont on n'a pas à te révéler le nom) mais sur ta vision du monde et de l'être humain par rapport à ce qu'on appelle "idéal maçonnique".

Tu peux profiter du temps d'attente pour faire le point sur ta vie, tes idées, tes attirances, tes rejets.

Tu peux te demander ce qu'il faudrait améliorer en toi, et comment y parvenir.

Personnellement, je déconseille de se jeter, sans discernement, sur les bouquins maçonniques qui ornent les étagères des librairies spécialisées. C'est trop tôt et ça peut être indigeste, voire même contre-productif.

Toutefois, je recommande la lecture d'un roman de Christian JACQ : "Le Moine et le Vénérable".

Les enquêteurs, selon le Rite de leur Loge, peuvent aussi te recommander les lectures appropriées.

A ta disposition pour d'autres questions.

 :-)

Faber

  • > Réponse à Céline
    9 octobre 2006  

    au point où j 'en suis de mon cheminement, il me semble impensable de me préparer à cet engagement si fondamental, sans la main, le coeur, la connaissance d'un parrain...

    ce n'est pas tant l'aspect cooptation que le nécessaire accompagnement qui me semble , pour moi, indispensable.

    mon exemple va peut être vous faire sourire, vous les F et S , mais je n'aurais pas l idée de prendre la mer sur un voilier, seule , sans moniteur de voile, en me disant que je me debrouillerai bien une fois en situation, alors que je ne connais strictement rien à la navigation, à la mer et aux bateaux (et que j'ai le mal de mer !!!)

    et ce problème du parrain me tracasse vraiment, puisque je ne vois pas comment en trouver (enfin, parrain ou marraine je ne suis pas sexiste)

    de toute façon , je ne suis pas prête, donc j'ai le temps et j 'en profite pour faire ce point dont tu parles, faber.

    mais réfléchir à quelque chose , dont tu ne connais pas grand chose ,qu'on a bien de la peine a définir,qu'on dit eminamment personnelle et individuelle, fondamentalement basée sur des symboles qu'on ne connait pas, et qu'il ne faut surtout pas apprendre à connaitre par les livres qui en parlent....pas simple, je vous assure.

    améliorer des choses en moi, oui, mais dans quelle direction ? quelles choses ? mon caractère ? mes ressentis ?mes connaissances ? lesquelles ? dans quelles domaines ?

    à propos de livre j ai lu il y a fort longtemps le livre de CH Jacq " Maitre Hiram et le roi Salomon" passionnée d'egypte et de mythologie, je lai lu comme un roman je l'ai relu cet été, avec un regard et une compréhension bien différente...

    merci à Antonio, pour ce qu'il explique et me rassure

    merci de votre patience à me lire.

    isis

    • > Réponse à Céline
      9 octobre 2006, par celine  

      Bonsoir et merci Isis (et merci aussi à Faber et Antonio pour leurs réponses)

      Contente de converser un peu avec toi, car cela fait quelques temps que je te lis. Tu as compris mon problème : je ne suis pas non plus cooptée. Et dans ce cas, la réponse Faber reste très évasive " bien sur, c'est différent " :- ?

      Les questions sur lesquelles Faber m'invitent à réfléchir, m'occupent les neurones depuis quelques années déjà, mais j'ai l'impression d'être au bout du chemin que je peux faire seule. C'est bien pourquoi, je m'intéresse à la FM. 

      L'épreuve du bandeau telle qu'Anne l'a vécue me fait penser à la problématique de la poule et de l'oeuf : on demanderait à la personne de savoir ce qu'elle est venue apprendre et d'être ce qu'elle souhaite devenir ???

      Dans ce sens j'apprécie beaucoup la réponse d'Antonio, pleine de bon sens.

      Enfin, je pars du principe que ce qui doit se faire, se fait ou se fera, tôt ou tard. Et comme je ne suis pas pressée ... tout est possible

      D'ailleurs, ce forum m'aide beaucoup, merci à Eleonore de me l'avoir fait découvrir.

      • > Réponse à Céline
        10 octobre 2006, par fabermother  

        Bonjour Céline,

        Et merci à toi de nous enrichir de tes réflexions.

        La réponse que je viens de faire à Isis t'est aussi destinée. Comme à tous les Promeneurs silencieux.

        Amicalement,

        Faber

    • > Réponse à Céline
      10 octobre 2006, par fabermother  

      Ma chère Isis,

      Le symbole étant universel et vieux comme le monde, il se trouve de partout. Dans la nature, dans les contes et légendes, dans les us et coutumes de toutes les civilisations ...

      Il n'y a pas de symbole "maçonnique" (oups, vais encore me faire houspiller par les frangins loll). Il y a le Symbole. Ce qui me gêne toujours c'est que l'on puisse penser que tel symbole doit être interprété de telle ou telle façon. C'est réducteur.

      Le symbole a de multiples facettes. N'en prendre qu'une, c'est le faire mourir.

      Comment approcher le symbole ? Ouvrir son esprit, aiguiser sa vision, imaginer, méditer. En plus, ça fait un bien fou !

      améliorer des choses en moi, oui, mais dans quelle direction ? quelles choses ? mon caractère ? mes ressentis ?mes connaissances ? lesquelles ? dans quelles domaines ?

      C'est toi qui vois. Tu es le maître d'oeuvre de ton chantier.

      Quant au parrain ou marraine, il-elle viendra. Un Maçon qui croise la route d'un cherchant tendra la main. Et puis tu en as un pas loin, non ? :-)

      Amicalement,

      Faber

      • > Réponse à Céline
        10 octobre 2006, par isis  

        oh non !!! je suis loin d'être maitre d'oeuvre,seulement une très très haute pyramide de questions cherchant réponses et je suis seulement en train de réfléchir à ce que pourrait être mon chantier...

        quand au parrain , ce sujet mérite ample réflexion , et du temps pour faire une réponse appropriée, si tant est que je puisse la faire ici....je trouve que ce n'est pas si facile à vivre.

        isis

Réponse à Little Man
9 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour Little Man et vous tou(te)s,

> question d'un non FM 8 octobre 2006

salut à tous et toutes, un membre de ma famille proche est FM, je voulais juste savoir si la franc maconnerie a une vision arrêté sur le suicide. little man

En principe, un Franc-Maçon qui a su tirer les enseignements de l'initiation n'a pas de "vision arrêtée" sur quoique ce soit. C'est plutôt une réflexion permanente.

Si j'ai bien compris, la FM c'est un peu se construire sur le questionnement, etc etc, et que c' est pas vraiment tourné vers les questions de société au sens strict mais sur une reflection plus métaphysique alors il est possible que ma question soit hors sujet.

Effectivement, c'est à peu près ça. On est pas obligé d'aller sur qu'à la métaphysique, mais de toute façon une éthique et une forme de spiritualité. Les questions de société interessent forcément les Maçons, mais plus en qualité de citoyen concerné.

Pour en venir à la question sur le suicide, la plupart d'entre nous, même si nous le déplorons, car un suicide est le résultat d'une grande douleur, nous n'avons pas de jugement de valeur sur cet acte. Comme nous n'avons pas de dogme religieux (même pour les croyants)nous n'émettons aucune hypothèse hasardeuse sur le devenir de l'âme de la personne suicidée. Notre réaction est celle de tout être humain normalement constitué : une grande compassion pour le défunt et pour ses proches, dont le deuil est forcément très douloureux.

Si par hazard ma question n'est pas hors sujet vos réponses m'interessent. bonne continuation

Quant à vous, cher Participant, quel est votre sentiment sur la question ?

Je laisse la parole à tous ceux qui désirent s'exprimer sur ce sujet. L'avis de votre proche FM nous intéresserait aussi.

Très bonne journée,

Fabermother

> De l'anonymat bien tempéré
8 octobre 2006, par rocbo  

Depuis quelques temps, l'impression d'impunité que donne, sur le web, la facilité de ne pas signer ses oeuvres, me conduit à souligner par l'exemple la fausseté de cette impression.

De l'anonyme dont l'adresse IP est 82.253.XXX.XX
(j'ai masqué la fin de son IP par des X)
on peut retenir d'après une recherche rapide qui donne :

inetnum :    82.248.0.0 - 82.255.255.255
netname :    FR-PROXAD-ADSL
descr :      Proxad / Free SAS
descr :      Dynamic pool (IP/ADSL)
country :    FR
role :       Technical Contact for ProXad
address :    Free SAS / ProXad
address :    8, rue de la Ville L'Eveque 75008 Paris
phone :      01 73 50 20 00
Spam/Abuse : requests : mailto:abuse@proxad.net

Les quelques informations suivantes :
C'est un abonné Adsl de chez Fre qui lui a fournit l'adresse IP dynamique ci-dessus. Or, cette adresse est semblable à l'une des adresses IP d'un des participants non anonyme de ce forum.
Je peux donc à tout moment déposer une plainte auprès de son F.A.I.

A bon entendeur Salut.
Rocanin-Borraz Jean-Max
Responsable du site.

  • > De l'anonymat bien tempéré
    8 octobre 2006, par rocbo  

    Si Fabermother, l'animatrice et responsable de ce forum, a un devoir de réserve quant à l'identité d'un(e) franc-maçon, il n'en est pas de même pour moi. Comptez donc sur ma pugnacité pour faire oeuvre de publicité envers cet anonyme.

    oo

Passage sous le bandeau
7 octobre 2006, par fabermother  

Bonjour tou(te)s,

Ce n'est pas dévoiler des "secrets d'état" que de parler de passage sous le bandeau.

Cette étape, avant d'être accepté dans une Loge, est souvent très mal comprise, mal perçue, mal appliquée aussi.

On reproche tout à la Franc-Maçonnerie : d'être une passoire ou d'être trop fermée.

Je me propose (c'est bien de se proposer à soi-même, personne ne peut contrarier comme çà) de vous livrer pendant quelques jours mes réflexions à ce sujet.

La porte est ouverte aux questions, bien entendu !

Bon début de vicande,

Fabermother

  • > Passage sous le bandeau
    7 octobre 2006, par Anne  

    Bonjour à tous,

    mon expérience perssonelle : je suis passée sous le bandeau cette semaine et j'ai été ajournée à un an.

    Cela n'a rien d'impressionnant pour quelqu'un comme moi qui fonctionne à l'auditif presque uniquement. Ne pas voir les gens pour leur parler ne me gêne pas et à priori je fais confiance aux autres tout de suite, donc j'ai parlé d'une manière que j'estime courtoise assurée et en étant moi-même.

    Les sensations auditives et de perceptions sont encore plus développées que dans d'autres circonstances et il est donc possible de ressentir si une réponse est appréciée ou si après on ressent un silence hostile.

    Je suis quelqu'un de simple, de concis allant droit au but, attachant un prix inestimable à la loyauté. Ces personnes ne m'ont pas comprises ; je vais me réorienter vers un autre groupe.

    Bonne chance aux autres.

    Sachez simplement qu'être vous même et sincère n'est pas ce qui est souhaité chez tout le monde ; certains attendent une forme de pré formatage, je l'ai senti. A vrai dire je l'avais déjà senti avant même ce passage sous le bandeau qui n'a rien n'impressionnant en lui même.

    Très bonne journée à tous,

    Anne

    • > Passage sous le bandeau
      7 octobre 2006, par fabermother  

      Merci de ton témoignage.

      Vu le jugement que tu portes sur ces personnes, elles t'ont rendu un fier service de t'ajourner. Vous n'étiez pas fait pour vous entendre et tu aurais perdu ton temps.

      Tu parles de te reorienter vers un autre groupe. Une autre Loge ou un groupe extérieur à la FM ?

      Amicalement,

      Faber

    • > Passage sous le bandeau
      7 octobre 2006, par isis  

      ton temoignage me remue, Anne non pas l ajournement en soi mais ce que tu dis de la loyaute et de son importance pour le ''groupe'' qui te recevait me pose questions

      est ce un examen ou il faut repondre dans un certain esprit, ou les mots exacts d un rituel ?

      est ce un test de personnalite ?

      ce fameux parrain, cense preparer au passage, ne sait il pas qd son filleul est pret ?

      connaissant mon caractere rebelle ....

      isis

      • > Passage sous le bandeau
        7 octobre 2006, par fabermother  

        Bonjour Isis,

        est ce un examen ou il faut repondre dans un certain esprit, ou les mots exacts d un rituel ?

        Dans la plupart des Obédiences et des Rites, ce n'est pas un examen du tout. Il n'y a pas de batterie de questions toutes prêtes, ni de bonne ou mauvaise réponse. Si les trois enquêtes prélables concordent bien sur la perception du Postulant, ce ne sont souvent que des questions presque de politesse. Surtout pas de mots exacts d'un rituel, le Postulant n'ayant pas (en principe) à connaître de près ou de loin le moindre rituel maçonnique.

        est ce un test de personnalite ?

        Non plus. On pourrait plutôt appeler cela un test de "perception", de "feeling". Chaque Loge a sa propre personnalité. Le Postulant pourrait être un Prix Nobel de la paix ou d'astro-physique, le courant peut ne pas passer.

        ce fameux parrain, cense preparer au passage, ne sait il pas qd son filleul est pret ?

        Pas tous les Postulants ont un parrain ou marraine qui a commencé une réflexion avec lui (elle). C'est bien dommage. On risque ainsi de passer parfois à côté de quelqu'un de grande valeur.

        Je rappelle aussi qu'il y a un vote "démocratique" qui est au 3/4 des voix favorables. Certaines Loges peuvent même décider de la majorité absolue (1 seul vote négatif ajourne le Postulant).

        Imaginez que l'on applique cela à nos élections républicaines : on n'aurait pas fini d'aller aux urnes ! lol

        D'autre part, ajournement n'est pas refus. Un ajournement peut permettre la maturation nécessaire, ou éviter une erreur d'aiguillage.

        Entrer en FM n'est pas un bail précaire ni renouvelable. En principe, c'est à vie (même si il est beaucoup plus facile d'en partir que d'y entrer).

        Bonne journée à tou(te)s.

        Faber

        • > Passage sous le bandeau
          7 octobre 2006, par isis  

          ce qui m a un peu choquee dans ce que raconte Anne est le fait qu elle ait ressenti que ceux qui l 'interrogeaient et semblaient faire peu de cas de la loyaute , alors qu il me semblait que c etait une vertu essentielle ...

          j ai deja rencontre aussi ''faut que je revise un peu, que je sache repondre ''....ce qui m a beaucoup etonnee...

          je comprend bien tout ce que tu explique, faber

          j appartiens a un club service, qui pratique la cooptation, bien sur que le feeling joue mais la valeur de l entrant aussi

          bon je sais ca n est pas du tout la meme chose....

          excusez la mauvaise frappe, ici j ai un clavier ''etranger'' il me faut deux jours pour m habituer et dans deux jours , je devrais me rehabituer a l azerti...

          isis

        • > Passage sous le bandeau
          8 novembre 2006, par Marco  
          BANDAU

          bjr

          je viens de passer ce soir sous le ba,deau et pour la 2ème fois qaund aurai je la réponse ?

          • > Passage sous le bandeau
            9 novembre 2006, par fabermother  

            Bonjour Marco,

            En principe tu devrais avoir la réponse aujourd'hui ou demain au plus tard.

            Si tu veux poser une question, écris en haut du forum. J'ai failli ne pas voir ton post.

            Bonne chance.

      • > Passage sous le bandeau
        8 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour Isis,

        je suis rebelle comme toi, je le revendique et je le resterai contre vents et marées...

        L'image d'un oral de concours administratif où l'on doit rentrer dans le moule donne une bonne idée de ce que j'ai vécu. Je le dis d'autant plus que j'avais vécu la même chose au cours d'un oral, les yeux non bandés à part. Mais là, comme il y avait 2 épreuves, j'avais été reçue, sur la liste complémentaire, il est vrai.

        Je plaisante un peu, mais maintenant je rejoins tout à fait Faber, c'est mieux ainsi et je vais chercher un autre groupe...

        Très bon dimanche à tous, Anne

    • Black boulée ???
      7 octobre 2006  

      Bizarre,bizarre Anne. Tu es motivée pourtant. Personnellement je ne mets une boule noire que dans les cas suivants :absence de recherche spirituelle ou individu suspect ou cherchant des "appuis"... Ce n'est manifestement pas le cas pour toi. As tu eu des questions politiques ou religieuses difficiles ???

      • > Black boulée ???
        8 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour à tous et à qui ? Qui a posté le message.

        Je fonctionne à l'auditif et le ton acerbe d'une voix prend encore plus de portée les yeux bandés.

        Une des personnes chargées des enquêtes a manqué envers moi du respect le plus élémentaire du à un autre être humain. Elle a srement établi à mon encontre un rapport déplorable.

        J'ai passé alors 2 heures épouvantables ; il y a 6 mois et je m'en rappelle encore comme si cela était hier...

        Par hasard, arrivée en avance de quelques minutes à l'heure fixée, j'ai observé une attitude incorrecte (pas envers moi, je le précise), de 2 personnes qui entraient dans le bâtiment.

        Faber a raison, c'est mieux ainsi.

        amicalement, Anne

        • > Black boulée ???
          8 octobre 2006, par fabermother  

          Bonsoir Anne,

          "Ne juge pas de peur d'être jugé." Ce précepte est à double sens.

          Amicalement,

          Faber

          • > Black boulée ???
            8 octobre 2006, par Anne  

            Bonsoir Faber,

            oui, tu as raison, merci de ton intervention ; je m'avance peut-être un peu vite pour le dernier paragraphe ; pour le début, je ne le pense pas.

            amicalement, Anne

      • > Black boulée ???
        8 octobre 2006, par fabermother  

        Bonjour,

        Anne m'a devancée de peu. J'allais aussi demander qui a posté le message ? Un petit prénom ou pseudo nous fait plaisir.

        Mais j'apprécie ton post.

        Mettre un boule noire est une véritable douleur. Je ne l'ai fait qu'une fois dans ma déjà longue vie maçonnique (la suite m'a - hélas ! - donné raison).

        Si nous n'étions pas en Tenue Blanche, j'aborderais volontiers certains autres aspects ...

        Fabermother

        • > Black boulée ???
          8 octobre 2006, par EMEREK  

          C'est moi ....EMEREK,juste un oubli de mettre mon pseudo,ce n'est pas mon habitude d'avancer totalement anonyme sur un forum. Les tenants des forum que je pratique en maçonnerie connaissent mon nom c'est la moindre des choses car ce que j'écris n'est pas toujours apprécié ,...ou irrite parfois....

          Mais toujours je signe

          • Coucou Emerek
            8 octobre 2006, par fabermother  

            Sais pas pourquoi, mais moi je t'apprécie et tu ne m'irrites pas. Peut-être par la franche parole. S'envoyer bouler entre frangins (et frangines) est un plaisir pas forcément compris, mais un sport très sain.

            Tu es et sera toujours le bienvenu ici.

            Faber

            Ps : tu m'avertis avant de m'envoyer bouler, que je prépare mon tir Looolll

    • > Passage sous le bandeau
      8 octobre 2006, par Sarah  

      Bon Jour à toutes et tous en ce joli début d'après-midi d'automne, Et particulièrement Bon Jour Anne,

      Il y a parfois des obstacles sur mes chemins de promenade.

      Dois je les voir comme des épreuves qui m'offrent la possibilité de découvrir des choses de moi que je n'ai pas forcément envie de voir ?

      Ou bien comme des barrières que l'on tente de me mettre pour m'empêcher d'accéder à certaines choses ?

      Ou encore pour me permettre d'aller plus profondément explorer ma motivation, ma détermination et mon objectif ?

      Un peu des trois peut être ? Ou plus ?

      Je comprends le terme formatage que tu emploies, mais en même temps peut être y a t-il parfois la nécessité de ce que tu nommes ainsi pour pouvoir appréhender une certaine forme d'apprentissage.

      N'est il pas demandé la même chose aux élèves à l'éducation nationale ?

      Forme et Fond...

      Certainement te ne t'es pas sentie comprise par ces personnes puisque tu n'as pas obtenu ce que tu souhaitais. Tu peux t'orienter vers un autre groupe si tu le souhaites, ça n'est pas moi qui te dirais le contraire.

      Pour moi, l'important c'est de suivre son coeur.

      Mais au delà, peut être y a t-il des enseignements sous-jacents qui sont importants pour toi, dans cette expérience que tu traverses.

      Je crois qu'il ne faut pas jeter le bébé et l'eau du bain.

      Et puis, ajournée... n'est pas rejetée pour moi.

      Je ne sais pas si quelqu'un ou quelqu'une t'accompagne dans ta démarche spirituelle ou ta préparation à t'engager dans cette grande fraternité qu'est la Franc-Maçonnerie, mais je me dis que d'une manière plus intime, il serait certainement interressant pour toi, qu'elle qu'en soit l'issue, de pouvoir explorer les différentes facettes.

      Excellente après-midi et bonne route d'ici notre prochaine rencontre sur le chemin.

      Sarah.

      • > Passage sous le bandeau
        8 octobre 2006, par Anne  

        Bonjour Sarah,

        là, c'était une barrière, où ma fois, j'ai fait tout mon possible pour la franchir en toute simplicité.

        J'ai horreur de tout pré formatage Sarah.

        Je suis enseignante et à mon modeste niveau, j'essaye autant que je le peux de ne pas demander aux élèves de pré formatage.

        Ce métier demande une remise en cause quotidienne, surtout avec les jeunes, épris voire éperdus de respect et de justice...

        cordialement,

        Anne

      • > Passage sous le bandeau
        8 octobre 2006, par fabermother  

        Bonsoir Sarah,

        Un bonheur du soir de te lire à nouveau.

        Faber

    • > Passage sous le bandeau
      9 octobre 2006, par Didier  

      Bonsoir à tous,

      Je vais régulièrement sur ce forum en prenant plaisir à vous lire même si je ne comprends pas toujours la totalité des posts ;-)

      Je me permet de poster ce message ce soir car je suis dans la même situation que celle décrite par Anne mais ma perception de cet ajournement est différent...c'est pour cela que je prends la parole. J'ai été ajourné en Juin dernier après une démarche qui avait débuté 4 mois auparavant. Le passage sous le bandeau a été pour moi la conclusion que je n'étais pas encore bien préparé. Cette situation ne m'inquiète pas, l'ajournement me semble dans ma situation plutôt comme un moment pour mieux réfléchir. J'en profite pour aller au tenues blanches et mieux apprèhender ce qui m'entoure.

      Donc Anne pourquoi penses-tu que les personnes ne t'ont pas comprises ? Pourquoi ne serais-ce pas toi qui ne t'aurais pas encore totalement compris ?

      Bonne soirée

      Didier

      • > Passage sous le bandeau
        10 octobre 2006, par fabermother  

        Bonsoir Didier,

        Et bienvenu : te voilà passé de lecteur à participant.

        T'inquiéte pas, je ne comprends pas toujours la totalité des posts non plus, mais je fais semblant. Faut que j'assume mon statut, hein ! ;-D))

        Au plaisir de lire.

        Amicalement,

        Faber

      • > Passage sous le bandeau
        10 octobre 2006, par Anne  

        Bonsoir Didier et bienvenue,

        4 mois, c'est très court. Pour moi, tu multiplies le délai par 4,50.

        Je ne retire rien de ce que j'ai dit. Ces personnes ne m'ont pas comprises. Faber a raison, c'est mieux ainsi.

        Je ne pourais pas assumer un formatage.

        amicalement,

        Anne

    • > Passage sous le bandeau
      9 novembre 2006, par Marco  
      bandeau

      et voila c est bon je suis passé sous le bandeau et j ai réussi super !!!!!!

  • Formalité formaliste
    7 octobre 2006, par fabermother  

    Certains pensent que "passer sous le bandeau" devrait être une simple formalité exotique. Une sorte de bizutage archaïque.

    Ben quoi, c'est déjà énorme que d'avoir écrit une lettre de demande, de procurer un extrait de casier judiciaire plus des photos, d'avoir accepté 3 enquêtes, de perdre la soirée à poireauter un certain temps avant la mascarade.

    Ils veulent vexer ou quoi ? Je vais leur faire voir qui je suis moi. Même pas peur de leurs simagrés !

  • Cooptation copinage
    7 octobre 2006, par fabermother  

    Certains pensent que c'est gagné d'avance, quand on a un parrain maçonnique bien "placé".

    Surtout quand le parrain bien intentionné dit qu'il n'y a pas de souci, son filleul ne pouvant qu'être accepté.

    Ouille ! En cas de refus, une amité risque de prendre un coup dans l'aile.

  • Epreuve redoutable
    7 octobre 2006, par fabermother  

    Certains se rongent les sangs pendant les jours qui précèdent.

    Ils se posent mille questions, préparent des réponses pour passer l'examen.

    Ils s'habillent avec soin, prennent un calmant léger, font trois fois le tour de l'immeuble avant de se présenter.

  • Organisation pragmatique
    7 octobre 2006, par fabermother  

    Certains ne perdent pas le nord et s'organisent.

    Ils repèrent les possibilités de parking, les moyens de transport, les itinéraires.

    Ils emportent un bouquin ou une revue et des chocolats pour patienter. Sans oublier le portable pour passer quelques coups de fil.

  • Rencontre mystique
    7 octobre 2006, par fabermother  

    Certains font une préparation mentale quasi religieuse.

    Ils arrivent dans un état second,un peu en extase.

    Chaque question posée devient source de réflexion profonde.

  • > Passage sous le bandeau
    7 octobre 2006, par Eléonore  

    Et puis peut-être que certains arrivent aussi en se disant, chouette un moment pour moi sans rien faire d'autre que méditer seule et tranquille, sans le tumulte de la vie.

    En se disant aussi, bon puisque ses personnes seront peut-être des compagnons de chemin pour longtemps, autant ne pas y aller par quatre chemins. Comme dans toute alliance, on perd moins de temps pour l'avenir en montrant ce qui est. Et ça c'est clair que c'est autant important pour moi que pour ceux qui seront en face de moi.

    Envoyez les questions, que répondre excepté ce que je suis, à chaque question que l'on me pose il existe 3 possibilités, oui, non, je ne sais pas.

    Et puis qu'est-ce qu'on risque à part s'entendre dire non ? Nada !

    Je trouve ce moment (pour le peu que j'en sais) une opportunité très importante pour faire bouger nos petites habitudes diverses utiles peut-être dans la vie, mais en trop dans ce moment. Clic, clac un monde et puis un autre...

    Juste moi, celle que je suis, sans fioriture et sans détour, et ça sera déjà pas mal, ça passera ou ça cassera, vu que c'est un peu comme un mariage, mieux vaut ne pas le faire qu'avoir à divorcer...

    Eléonore

    • > Passage sous le bandeau
      8 octobre 2006, par Anne  

      Bonjour Eléonore,

      merci pour cette approche. Je te rejoins sur presque tout sauf, qu'à mes yeux, il vaut mieux une "mauvaise" expérience que de ne rien faire ou rien vivre. Cela fait souvent plus avancer que le vide ou la facilité.

      Une pensée pour Debby et les siens.

      Je t'embrasse, Anne

Voyage au Népal des Bidochon
5 octobre 2006, par fabermother  

"Raymonde, tu savais que Bouddha était contemporain d'Hitler ?"

Siddharta Gautama l'éveillé n'a pas fini d'en sourire ... et le symbole d'en souffrir !

  • > Voyage au Népal des Bidochon
    5 octobre 2006, par phalam  

    45°les séparent, une seule peut se retourner, 2600 années de bonne fortune contre des millions de morts,

    mais celui qui observe, ne peut confondre la croix gammée et le svastika

    • > Voyage au Népal des Bidochon
      7 octobre 2006, par fabermother  

      Bonjour.

      Merci de votre post.

      Le svastika (du sanscrit svasti=prospérité) se retrouve, à travers les âges de l'histoire des civilisations et des mythologies et autres cosmogonies, principalement en Inde mais aussi au Mexique précolombien, Afrique noire, pays celtiques, Irlande, Kurdistan, Crête, Japon, Chine...

      Le nazisme a réussi le tour de force de transformer, dans l'idée populaire, un symbole millénaire de PROSPERITE et de VIE, en un symbole de SOUFFRANCE et de MORT !

      Pour les 2600 ans, je présume que cela fait allusion à l'anniversaire de la naissance de Mahâvira contemporain de Bouddha ?

      On pourrait parler aussi des 4 âges (Yuga) cycliques de l'humanité (l'âge d'or, d'argent, de bronze et de fer). Nous serions à la fin du 4ième âge (Kali Yuga).

      Mais l'intention n'était pas d'embrayer sur la spiritualité Indienne, mais d'imager combien un symbole EST par lui-même et combien il peut être avili par l'obscurantisme.

      Fabermother

Café du Commerce
4 octobre 2006, par fabermother  

En ce jour vient de s'ouvrir les portes d'un nouveau forum Rocboien.

Les perles et brèves de comptoir y sont accueillies.

Voir le lien en haut.

Et le Charbonnier est Auvergnat !
3 octobre 2006, par fabermother  

Bonsoir tou(te)s,

Dans la continuité logique qui me caractérise, voici un texte hautement instructif !

Des certitudes de l'Auvergnat Un certain regard sur les autres...

Le soir, dans les rues de nos petites villes de province, on peut voir, ici et là, quelques individus insolites qui pressent le pas. Chacun d'eux est composé, pour l'essentiel, d'un costume sombre, d'un attaché-case et d'une convocation. Parfois, un nud papillon ajoute une note primesautière à l'austérité silencieuse de ces personnages furtifs et sibyllins. Où se hâtent-ils donc ainsi ?

Le pharmacien et la mercière s'accordent pour dire que, dans cet appareil, ils ne se rendent pas à des obsèques car il est trop tard. Ni à une nuit de galipettes et de turpitudes, car il est trop tôt. On voit bien par là combien les énigmes provinciales sont déconcertantes.

Nos ténébreux quidams arrivent d'ailleurs avant l'heure à leur mystérieuse destination, et attendront dans le café restaurant voisin. Là se trouvent déjà d'autres quidams vêtus de sombre, d'autres attachés-cases, et quelques nuds papillons primesautiers. Dès l'entrée des nouveaux arrivants, ce ne sont qu'embrassements, longues étreintes, contentements ostentatoires, chuchotements complices. Et les regards en disent long...

Derrière son comptoir, l'Auvergnat, désabusé, les paupières en berne, essuie ses verres : voilà des mois qu'il a un doute... A présent, ils parlent de la pluie et du beau temps. Surtout de la pluie. Pour ces gens-là, il pleut toujours. Et la salle est humide, même quand il fait sec. A tel point qu'ils parlent à mots couverts, comme pour ne pas se mouiller. Ils tentent de se faire passer pour une famille nombreuse avec des « mon frère » par ci, des « mon bien-aimé frère » par là !

D'accord, ils ne sont pas tellement plus parfumés que certains autres, mais ils s'embrassent tout de même davantage. C'est la bande à bisous.

Autre indice : ils parlent souvent de frangines, également d'une dame, veuve de son état, et dotée de nombreux enfants, mais en attendant, on n'a jamais vu, jamais un seul d'entre eux, en compagnie d'une femme ! Les soupçons de l'Auvergnat se précisent : il en est à se demander si par hasard... ces gens-là ne seraient pas. ... C'est qu'il y a des détails qui ne trompent guère.

Dans l'équipe se trouve un grand barbu avec des poils noirs dans les oreilles et qui doit travailler dans une tuilerie. Le mois dernier, le barbu farfouillait dans sa mallette à la recherche de son sautoir et de ses bijoux. Est-ce que les Auvergnats barbus avec des poils dans les oreilles portent des sautoirs et des bijoux, on vous le demande ?

Les vieux s'intéressent surtout à de jeunes apprentis. A voix basse, ils leur parlent de lacs d'amour et de houppes. Et même d'attouchements de leurs attributs. Si, si, parole d'Auvergnat ! Mis à part celui qui est dans les tuiles, allez savoir leur profession ? Certains, c'est sr, sont des menuisiers. Mais pas des meilleurs, car il est souvent question de planches, et elles sont souvent trop longues. Ou trop courtes, mais c'est rare.

Et, pour les bois, il est toujours question d'acacia. Et d'érable, De vieil érable au mètre. Il y a aussi un couvreur qui doit poser les tuiles de l'autre, un chauve qui dirige des cérémonies, un joueur d'orgue et un secrétaire.

Ils ne sont pas racistes. Ils ont leurs travailleurs émigrés. Surtout des vieux Ecossais, des anciens qui sont bien acceptés. Ils ne portent pas de kilt mais, en bons écossais, ils sont surtout préoccupés par les augmentations de salaire.

Vers dix-neuf heures, ils s'en vont tous à la queue leu leu. Ils reviennent vers vingt-trois heures pour souper dans la salle du premier étage, où ils s'enferment comme des conspirateurs.

Ils amènent avec eux des sortes de commissaires-priseurs. Ceux-là ordonnent à tout bout de champ de charger les colonnes de poudre blanche. Ensuite, ils frappent comme des sourds à coups de maillet sur la table. Et de recommencer sur une autre adjudication de poudre blanche dix minutes plus tard. Etc.

Ils ne se séparent jamais de leur attaché-case. Ils doivent négocier de grosses quantités. C'est stupéfiant. Et ils se méfient, les bougres. Au point qu'ils ne laissent jamais la femme de l'Auvergnat faire le service : "Posez donc tout ça ici, laissez faire les jeunes, les apprentis sont là pour ça", qu'ils disent.

D'accord, mais certains de leurs "jeunes" ont la cinquantaine. Il y a même un apprenti qui trottine vers les soixante-dix. Et auquel les autres répètent que, quand on a trois ans, on doit servir ceux qui en ont sept.

Là, l'Auvergnat gratte le sommet de son crâne : il a vraiment du mal à suivre. Drôles de jeunes qui, en plus, à ce qu'il semble, feraient des réflexions dans les cabinets. Des réflexions au vitriol. C'est sr, ils essaient de brouiller les pistes.

C'est comme pour les cinq bols qu'ils cherchent tout le temps alors qu'ils prennent leur café dans des tasses. Ah ! Les voilà qui recommencent à démolir la table à coups de maillet ! Mais à présent, l'Auvergnat n'a plus de doutes : ils en sont.

Et, en plus, c'est certain, ça trafique la drogue. D'ailleurs, ça cause toujours de l'Orient. Et on oire des civilisations et des mythologies et autres cosmogonies, principalement en Inde mais aussi au Mexique précolombien, Afrique noire, pays celtiques, Irlande, Kurdistan, Crête, Japon, Chine...

Le nazisme a réussi le tour de force de transformer, dans l'idée populaire, un symbole millénaire de PROSPERITE et de VIE, en un symbole de SOUFFRANCE et de MORT !

Pour les 2600 ans, je présume que cela fait allusion à l'anniversaire de la naissance de Mahâvira contemporain de Bouddha ?

On pourrait parler aussi des 4 âges (Yuga) cycliques de l'humanité (l'âge d'or, d'argent, de bronze et de fer). Nous serions à la fin du 4ième âge (Kali Yuga).

Mais l'intention n'était pas d'embrayer sur la spiritualité Indienne, mais d'imager combien un symbole EST par lui-même et combien il peut être avili par l'obscurantisme.

Fabermother

Café du Commerce
4 octobre 2006, par fabermother  

En ce jour vient de s'ouvrir les portes d'un nouveau forum Rocboien.

Les perles et brèves de comptoir y sont accueillies.

Voir le lien en haut.

Et le Charbonnier est Auvergnat !
3 octobre 2006, par fabermother  

Bonsoir tou(te)s,

Dans la continuité logique qui me caractérise, voici un texte hautement instructif !

Des certitudes de l'Auvergnat Un certain regard sur les autres...

Le soir, dans les rues de nos petites villes de province, on peut voir, ici et là, quelques individus insolites qui pressent le pas. Chacun d'eux est composé, pour l'essentiel, d'un costume sombre, d'un attaché-case et d'une convocation. Parfois, un nud papillon ajoute une note primesautière à l'austérité silencieuse de ces personnages furtifs et sibyllins. Où se hâtent-ils donc ainsi ?

Le pharmacien et la mercière s'accordent pour dire que, dans cet appareil, ils ne se rendent pas à des obsèques car il est trop tard. Ni à une nuit de galipettes et de turpitudes, car il est trop tôt. On voit bien par là combien les énigmes provinciales sont déconcertantes.

Nos ténébreux quidams arrivent d'ailleurs avant l'heure à leur mystérieuse destination, et attendront dans le café restaurant voisin. Là se trouvent déjà d'autres quidams vêtus de sombre, d'autres attachés-cases, et quelques nuds papillons primesautiers. Dès l'entrée des nouveaux arrivants, ce ne sont qu'embrassements, longues étreintes, contentements ostentatoires, chuchotements complices. Et les regards en disent long...

Derrière son comptoir, l'Auvergnat, désabusé, les paupières en berne, essuie ses verres : voilà des mois qu'il a un doute... A présent, ils parlent de la pluie et du beau temps. Surtout de la pluie. Pour ces gens-là, il pleut toujours. Et la salle est humide, même quand il fait sec. A tel point qu'ils parlent à mots couverts, comme pour ne pas se mouiller. Ils tentent de se faire passer pour une famille nombreuse avec des « mon frère » par ci, des « mon bien-aimé frère » par là !

D'accord, ils ne sont pas tellement plus parfumés que certains autres, mais ils s'embrassent tout de même davantage. C'est la bande à bisous.

Autre indice : ils parlent souvent de frangines, également d'une dame, veuve de son état, et dotée de nombreux enfants, mais en attendant, on n'a jamais vu, jamais un seul d'entre eux, en compagnie d'une femme ! Les soupçons de l'Auvergnat se précisent : il en est à se demander si par hasard... ces gens-là ne seraient pas. ... C'est qu'il y a des détails qui ne trompent guère.

Dans l'équipe se trouve un grand barbu avec des poils noirs dans les oreilles et qui doit travailler dans une tuilerie. Le mois dernier, le barbu farfouillait dans sa mallette à la recherche de son sautoir et de ses bijoux. Est-ce que les Auvergnats barbus avec des poils dans les oreilles portent des sautoirs et des bijoux, on vous le demande ?

Les vieux s'intéressent surtout à de jeunes apprentis. A voix basse, ils leur parlent de lacs d'amour et de houppes. Et même d'attouchements de leurs attributs. Si, si, parole d'Auvergnat ! Mis à part celui qui est dans les tuiles, allez savoir leur profession ? Certains, c'est sr, sont des menuisiers. Mais pas des meilleurs, car il est souvent question de planches, et elles sont souvent trop longues. Ou trop courtes, mais c'est rare.

Et, pour les bois, il est toujours question d'acacia. Et d'érable, De vieil érable au mètre. Il y a aussi un couvreur qui doit poser les tuiles de l'autre, un chauve qui dirige des cérémonies, un joueur d'orgue et un secrétaire.

Ils ne sont pas racistes. Ils ont leurs travailleurs émigrés. Surtout des vieux Ecossais, des anciens qui sont bien acceptés. Ils ne portent pas de kilt mais, en bons écossais, ils sont surtout préoccupés par les augmentations de salaire.

Vers dix-neuf heures, ils s'en vont tous à la queue leu leu. Ils reviennent vers vingt-trois heures pour souper dans la salle du premier étage, où ils s'enferment comme des conspirateurs.

Ils amènent avec eux des sortes de commissaires-priseurs. Ceux-là ordonnent à tout bout de champ de charger les colonnes de poudre blanche. Ensuite, ils frappent comme des sourds à coups de maillet sur la table. Et de recommencer sur une autre adjudication de poudre blanche dix minutes plus tard. Etc.

Ils ne se séparent jamais de leur attaché-case. Ils doivent négocier de grosses quantités. C'est stupéfiant. Et ils se méfient, les bougres. Au point qu'ils ne laissent jamais la femme de l'Auvergnat faire le service : "Posez donc tout ça ici, laissez faire les jeunes, les apprentis sont là pour ça", qu'ils disent.

D'accord, mais certains de leurs "jeunes" ont la cinquantaine. Il y a même un apprenti qui trottine vers les soixante-dix. Et auquel les autres répètent que, quand on a trois ans, on doit servir ceux qui en ont sept.

Là, l'Auvergnat gratte le sommet de son crâne : il a vraiment du mal à suivre. Drôles de jeunes qui, en plus, à ce qu'il semble, feraient des réflexions dans les cabinets. Des réflexions au vitriol. C'est sr, ils essaient de brouiller les pistes.

C'est comme pour les cinq bols qu'ils cherchent tout le temps alors qu'ils prennent leur café dans des tasses. Ah ! Les voilà qui recommencent à démolir la table à coups de maillet ! Mais à présent, l'Auvergnat n'a plus de doutes : ils en sont.

Et, en plus, c'est certain, ça trafique la drogue. D'ailleurs, ça cause toujours de l'Orient. Et on voit bien que la plupart n'ont qu'une envie, c'est de s'y installer. Et, comme dans la mafia, tous ont leur parrain. Ils ont aussi leurs règlements de compte, et il est souvent question de la préparation de cercueils : ils obligent même leurs victimes à rédiger un testament. Ils font parfois allusion à un Ecossais qui aurait été bel et bien "rectifié" dans une rame de R.E.R.

Allons, il ne faudrait pas prendre les Auvergnats pour des Mongoliens, ni le Cantal pour la Belgique. Leur poudre blanche, ça n'est pas de la farine. Et leurs "voyages" ne sont certainement pas organisés par le Club Med.

La femme de l'Auvergnat se ronge les sangs : l'homo-sexua1ité, ça s'attrape, ou c'est héréditaire ? Et ils se reproduisent comment ? Et leurs drogues... Mais que fait donc la police ? . .. Quoique... Quoique... Ce sont tout de même de bons clients. Dans le commerce, finalement, il faut savoir comprendre les choses.

Moralité, mes frères, nous avons sur l'Auvergnat et ses certitudes, fondées sur le bon sens, un net avantage : nous savons qu'il se trompe. Et, comme l'a dit le philosophe, « Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin ».

Hélas ! Nous sommes toujours l'Auvergnat de quelqu'un ou de quelque chose. Et la seule certitude que nous puissions avoir, c'est qu'hélas ! nous sommes tous encore plus Auvergnats que nous n'en avons l'air.

Il a dit. Anonyme.

  • > Et le Charbonnier est Auvergnat !
    4 octobre 2006, par Eléonore  

    Bien dit !

    Tout dépens d'où se place l'observateur.

    J'avais déjà lu ce texte mais ne savais pas le retrouver, c'est chose faite !

    En fait, et s'il suffisait de comprendre la multitude des façons de percevoir ?

    Toutes bonnes et toutes erronés, justes accepter qu'elles soient toutes valables.

    Voila qui va encore (et toujours) embrouiller ma petite tête !

    Eléonore

    • > Et le Charbonnier est Auvergnat !
      4 octobre 2006, par fabermother  

      En fait, oui !

      Mais qu'importe l'angle de vision, si il est honnête (l4 octobre 2006, par fabermother  


      Au quotidien, tu as moins de cheveux blancs. Et pas de billets de 500 Euros dans la poche. Mais tout est relatif.

      Pour l'iMac 24", je m'en tamponne le coquillard avec un queue de baleine bleue.

      Par contre, l'aune de nos modèles me parle beaucoup.

      • > De la compréhension
        4 octobre 2006, par Cobravif  

        Eh ! Oh ! Pas touche les baleines.

        Sauf celles du parapluie, bien sr. Ne ft-ce que pour éviter de mouiller ce qui se trouve dans le Temple...

        • > De la compréhension
          4 octobre 2006, par fabermother  

          Surtout que depuis le temps le couvreur n'a toujours pas réussi à poser les tuiles du toit. On est carrément sous la vote étoilée !

    Réponse silencieuse
    1er octobre 2006, par fabermother  

    C'est moi quand je me tais.

    Merci à Tao.

    • > Réponse silencieuse
      1er octobre 2006, par isis  

      c'est bien ainsi que je t'imagine...

      isis

      • > Réponse silencieuse
        2 octobre 2006, par fabermother  

        C'est une des magnifiques photos que Tao a rapporté de son dernier voyage au Vietnam.

        Le site de Tao est enchanteur.

    • > Réponse silencieuse
      2 octobre 2006, par Bill  

      Bonjour à tou(te)s,

      Cette photo a du etre prise il y a longtemps. En fait, au minimun avant la démocratisation de l'ordinateur individuel !!

      Parce que aujourd'hui, même quand tu te tais, tu tapes sur un clavier.

      Bien à vous.

      Bill

      • > Réponse silencieuse
        2 octobre 2006, par fabermother  

        Parler, c'est communiquer avec la voix à destination de l'oreille.

        Ecrire, c'est communiquer avec les doigts à destination de l'oeil.

        Se taire, c'est communiquer avec les yeux à destination du coeur, avec le coeur à destination de l'âme.

        Bonne journée à tou(te)s.

        Faber

    • > Réponse silencieuse
      2 octobre 2006, par TAO  
      Photo

      Image volée

      Indiscrétion du regard

      Comment saisir l'instant

      Comme une éternité

      Monde furtif, fixé

      Regarder en silence

      Magie de la photo

    • C'est moi quand je me tais
      3 octobre 2006, par Cobravif  

      Donc on nage en plein virtuel !

      • > C'est moi quand je me tais
        3 octobre 2006, par fabermother  

        Oui.

        Il y a un autre virtuel qui ne va pas tarder à recevoir ... mes salutations distinguées.

        Heptazous, Cobra



 

LOGO SPIP Réalisé sous Spip

Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Déclaré à la CNIL sous le n°1153442
rverses.

Bien, reprenons notre cheminement tout simple, ma chère Isis. Merci pour ce que tu es.

Faber

  • > Charbonnier est maître chez soi
    4 octobre 2006, par Eléonore  

    Je comprends ta frustration d'être obligée de censurer, mais il n'y a pas d'autre solution.

    Ce forum est pour moi une petite oasis de l'âme dans ce far-west que représente le web.

    Ne laissons personne essayer de mettre à mal quiconque ici, car ici chacun à sa façon essaie d'apporter de quoi se pousser mutuellement, vers quelque chose de grandissant, de beau assurément.

    Allez on continue, et qui aime, avance.

    Eléonore

    De la compréhension
    2 octobre 2006, par rocbo  

    L'ineffable rocbo tentant de comprendre le XXIeme siècle.

    Une simple traduction à l'aune de nos modèles ne suffit pas à comprendre le monde.

    Réponse silencieuse
    1er octobre 2006, par fabermother  

    C'est moi quand je me tais.

    Merci à Tao.



  •  

    LOGO SPIP Réalisé sous Spip

    Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

    Déclaré à la CNIL sous le n°1153442