rocbo menu



logo ARTICLE 59


Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie

mardi 1er janvier 2002, par fabermother



Dans la mê me rubrique


Les Prud'hommes
Dilution d'Infonie
Le forum des forums
Message de Tiscali-Chez.com Pages perso
Forum Pierre Henri Bunel
Tiscali France
webmaster@respublica.fr
Les sites d'infoniens
Quand c'est fini enni nini ç a recommence
Pé tition
Fabien et Christelle : Le message
Que va devenir Infonie ?
L'Equipe Tiscali Infonie : Le message

Les Tenues Blanches...

La Franc-Maç onnerie est un ordre humaniste et é soté rique trè s ancien. Ses racines plongent dans plusieurs Traditions, au fil des ges, la plus ré cente é tant celle des Compagnons Btisseurs, la plus antique se perdant dans la nuit des temps.

Une Tenue Blanche est une soiré e où nous avons plaisir à accueillir les parents, les amis proches, les sceptiques honnê tes, pour dialoguer, pour informer de notre recherche et de notre implication dans la vie au quotidien.

Cette Tenue vous est ouverte : posez vos questions, apportez-nous vos contributions... nous nous enrichirons les uns les autres, et ainsi avancerons ensemble.

Liens
 Archives des forums
 Les Pages Maç onniques Europé ennes
 Weblog Hiram.be
 Le blog de Tao

 


Flux RSS



 

Vieillesse
29 juin 2006, par Tao
Vieillesse

Le sport, les liftings, l'hygiè ne de vie... ne pourront rien y faire, sauf accident, nous deviendrons tous cette petite chose fragile, à la mé moire dé faillante, parfois soufrant physiquement et / ou moralement à attendre la mort.

Dans la tradition extrê me orientale, on identifie quatre phases dans la vie, l'apprentissage, la vie sociale, la libé ration de la vie sociale, l'enseignement. C'est il me semble sagesse.

Notre socié té est faite de telle maniè re que cette chronologie n'est pas respecté e et l'on souhaite tout au mê me moment.

Les relations inter-gé né rations pour des raisons é conomiques de mode de vie, d'individualisme ont é té rompues. D'un coté il y a des parents qui ne peuvent pas s'occuper de leurs enfants et de l'autre des grands-parents dé soeuvré s.

L'ge, la vieillesse, l'expé rience qui va fatalement avec nous apportent-elles le droit ou le devoir d'aider les autres, c'est-à -dire d'enseigner ?

J'ai pas ré ellement de ré ponse mais je pense que cela peut faire un sujet de ré flexion inté ressant pour ceux qui fré quentent ces lieux.

Mettons à profit, l'ignorance et sans doute l'intolé rance pour essayer de progresser.

Fraternellement

  • > Vieillesse
    29 juin 2006


  • Bonsoir à tous,

    ne tirez pas sur notre é poque et sur les civilisations occidentales. Tous les pays occidentaux ne sont pas dé cadents, tant s'en faut.

    Notre é poque, elle a du bon en occident. La gé né ration de mes grand-parents a connu 2 guerres et les privations. Je n'idé alise pas le passé . Je suis ravie de vivre actuellement. Je n'aurais pas aimé vivre à une autre é poque et je pense que les personnes de sexe fé minin peuvent le comprendre.

    J'espè re voir les progrè s techniques et les é volutions de la socié té continuer pour permettre aux gé né rations futures de moins s'attacher aux normes et au conformisme que nous...

    J'aurais aimé le voir...

    Comme tout ê tre humain, j'ai peur de la mort, une peur panique. J'ai peur de la souffrance tant physique que morale et j'appré cierais qu'un mé decin m'aide dans cette situation en pratiquant une euthanasie active, que j'espè re voir lé galiser pour les gens qui le souhaitent et en font la demande !

    Je connais mal les civilisations d'extrê me orient ; je n'en ai un aperç u qu'au travers du ciné ma, au demeurant magnifique.

    Mais je suis et reste une occidentale lambda, ordinaire, bien dans son é poque...

    Je ne souhaite à personne de finir ses jours dans une maison de retraite (ce sont des mourroirs) ou dans un centre de soins palliatifs, à attendre la mort...

    Je suis brutale, mais je n'exprime ici que le droit de chacun à ne pas connaî tre dé ché ance et souffrance...

    amicalement, Anne

    • > Vieillesse
      1er juillet 2006, par Elé onore


    • Chers(ers) tous(ets) chè re Anne

      Ce que tu dis, pour la mort et la dé ché ance physique et morale, j'entends mais ne partage pas tout. La diffé rence est pour moi dans l'entourage et dans moi-mê me. Du moment ou je suis né e, je m'en vais inexorablement vers le moment ou je ne serais plus. Quand, nul ne le sait. J'ai plutô t l'impression que c'est quand on est jeune qu'on s'en fait une montagne car il me semble que plus le moment approche et que moins il y a de panique, une sorte de ré signation. Maintenant toutes les personnes que j'ai vu mourir é taient trè s entouré es, là est peut-ê tre la diffé rence.

      Une faç on de mourir que j'ai admiré é tait celle des vieux indiens(ennes) d'Amé rique du nord. Dans ce qu'ils vivaient à l'é poque, quand les anciens sentaient que leur temps é tait passé , un jour ils dé cidaient de partir pour une derniè re marche et s'installer quelque part, en jenant et mé ditant en attendant que la mort les prennent gentiment et sans violence. Une priè re indienne commenç ait ainsi : c'est un beau jour pour mourir, la suite appartient à l'inspiration de chacun. C'est un jeune, qui venait surveiller que tout c'est bien passé (eh oui) et ensuite annoncer aux autres l'é vè nement. J'ai é té touché e de tant de dignité , et je voudrais tant ê tre capable d'en faire ainsi lorsque cela sera mon heure et pour moi il ne serait pas question que l'on s'acharne à sauver ce qui ne l'est pas. Pour moi, a quoi sert de gagner 2 ou 3 ans au prix de la perte de ma dignité  ?

      Les animaux m'apprennent beaucoup à ce sujet, j'ai, comme tout é leveur des vieilles bê tes qui ont fait leur temps et toutes lorsqu'elles sentent le moment se mettent à l'é cart et jenent, le jene donne apparemment une mort rapide et douce. Et elles attendent patiemment debout au dé but puis couché es ensuite. Quoique qu'il en soit je les laisse tranquilles, une derniè re caresse et je leur dis au revoir.

      Tiens un extrait d'un texte amé rindien, pour faire chaud au coeur.

      N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,

      Je ne suis pas là , je ne dors pas, Je suis les mille vents qui soufflent,

      Je suis le scintillement des cristaux de neige,

      Je suis la lumiè re qui traverse les champs de blé ,

      Je suis la douce pluie d'automne, Je suis l'é veil des oiseaux dans le calme du matin,

      Je suis l'é toile qui brille dans la nuit.

      N'allez pas sur ma tombe pour pleurer,

      Je ne suis pas là . Je ne suis pas mort.

      .é lé onore

  • > Vieillesse
    30 juin 2006, par Sarah


  • L'un de mes enseignants pré cieux et chè r à mon coeur : Jean-Luc m'a dit un jour "le pire reste à venir... Tu vas veillir et... tu vas mourir". Moi, je trouve que ç a calme... Et, que ç a remet droit.

    Quant à attendre la mort... je ne suis pas certaine. Du moins, je ne peux pas gé né raliser. C'est quelque chose de trè s intime.

    De l'honneur que j'ai eu d'accompagner plusieurs personnes, jeunes et vieilles, j'ai traversé avec elles diffé rents possibles.

    Aujourd'hui, je ne suis pas encore du tout prê te à quitter mon enveloppe terrestre. J'aime tellement la vie.

    Il y a un peu plus de 8 ans, l'aboutissement d'un certain travail, d'un travail certain, m'a permis de vivre une renaissance.

    Depuis... Tout est diffé rent. Quoi que je vive, quoi que je traverse, dans la joie ou la douleur... l'ordinaire est devenu extraordinaire.

    En Inde, il y a le processus que tu dé cris. Avec des é tapes bien dé finies. (mais mê me en Inde, ç a bouge aussi).

    En occident, cela à existé jusque ré cemment (les anné es 50/60 je dirais).

    Je suis né e en 67 et j'ai é volué au coeur d'une socié té en mutation profonde.

    Trè s jeune, la souffrance, l'injustice, la misè re... m'ont ré volté e.

    J'ai longtemps cherché , je suis partie trè s tô t en quê te... en quê te de sens... Le sens que j'allais donné à ma vie dans ce monde qui me semblait absurde.

    Mon é poque m'a donné la possibilité de vivre une premiè re é tape de ma quê te...

    Oui, je partage avec Anne ce profond bonheur d'avoir pu en tant que femme tracer mon chemin sans que le poids de la socié té ne me le dicte.

    Aujourd'hui, je comprend le sens des é tapes que tu nommes.

    Mais je les comprends parce que j'ai eu la liberté (je me la suis donné e aussi) de faire le chemin, le mien.

    J'ai vé cu ce que j'ai vé cu et... si c'é tait à refaire, avec "la sagesse... et la connaissance..." oui, je peux dire ç a... et bien... je ne ferais pas exactement la mê me chose.

    Aujourd'hui, je continue d'apprendre... Je vis une vie sociale sans pour autant m'identifier totalement à celle-ci et parfois... Je partage le fruit de mon expé rience, donc j'enseigne.

    Je crois que quelqu'un a dit que la sagesse n'attend pas le nombre des anné es. Et, je ne parle pas pour moi.

    Je pense plutô t à des gamins que je rencontre dans mon boulot et je suis tout à fait é merveillé e par leur clairvoyance et leur sagesse parfois. Ils m'enseignent. Et, je m'incline.

    Je ne pense pas que la chaî ne inter-gé né rationnelle ait é té rompue totalement.

    A mon avis, elle est simplement en mutation.

    Les grand-parents d'aujourd'hui ne sont pas les grand-parents d'hier. Les parents s'occupent de leurs enfants... d'une faç on diffé rente d'avant, c'est tout.

    Mais ce que tu dis est vrai aussi.

    C'est la raison pour laquelle dans le social des projets, des ré seaux sont travaillé s avec les populations afin que chacun puisse exister dans une place où l'é change et le partage lui permet de se reconnaitre et d'ê tre reconnu.

    Je ne crois donc pas qu'avec l'ge et la vieillesse, la richesse de l'expé rience soit forcé ment pré sente.

    Pour que l'expé rience porte des fruits commestibles, il me semble qu'il faut une certaine capacité de recul... sinon, l'enseignement peut rapidement devenir des injonctions sous la forme du : il faut, il faut pas, c'est bien, c'est pas bien... Ha... tu verras quand tu auras mon ge... Si tu savais...

    Pour enseigner, il faut pouvoir accompagner. Voir, sentir où est l'autre... pas exactement dans quoi... mais à peu prè s où il est... Dans quoi il est... Aider l'autre à s'entendre, se voir, se sentir, se dé couvrir... Pour faire celà , il faut soi-mê me avoir pu faire ce chemin.

    Je ne crois pas qu'il y ait de devoir d'aider les autres.

    Mais, si le coeur est là ... Alors... tout va bien.

    Il y a aussi le regard porté sur l'autre...

    Dans certaines maisons de retraites j'ai dé couvert un trè s beau texte qui dit à peu prè s : Toi qui me regarde aujourd'hui vieille, fripé e et invalide... imagine moi à 5 ans avec ma mè re, à 20 ans avec mon premier amant... etc.

    Alors ce regard, notre regard à tous, les uns vers les autres permet certainement à l'autre de voir se reflé ter la beauté du monde, la lumiè re et l'amour.

    Les é tapes dont tu parles, sont é galement celles du parcours initiatique.

    Jacques Salomé , le formateur a dit : "aimer, c'est permettre à quelqu'un de s'aimer lui-mê me".

    Il y a une petite priè re que je fais souvent :

    "Aidez moi à accepter ce que je ne peux changer.

    Aidez moi à changer ce qui peut l'ê tre.

    Et, donnez moi la sagesse de discerner l'un de l'autre."

    Bonne fin de nuit à toutes et tous.

    Merci Tao pour cette possibilité d'é change et de ré flexion.

    Sarah.

  • jeunesse, vieillesse et tout les autres...
    30 juin 2006, par Elé onore


  • Bonjour tous(tes) et bonjour Tao,

    Je vis dans une campagne profonde, ou les grandes villes sont assez loin, et le milieu rural et paysan (dans le vrai sens du terme) est encore trè s fort. Bon là je parle de ceux qui sont dans le pays depuis des gé né rations car pour les né o ruraux c'est encore autre chose.

    On peut encore voir ce que j'appelle la transmission des mé tiers : papa est paysan, ou maç on ou bcheron, le fils a appris tout naturellement, car on l'a autorisé et encouragé trè s tô t à manipuler tout les outils, ce dont il est trè s fier. J'ai vu que cette faç on de faire stabilise et pé rinise la famille entiè re, voir le village, et toutes les gé né rations sont incluent dans le mouvement. Les enfants ont quelque sorte une ligne assez tracé e, je les vois toujours derriè re les adultes quand ils ne sont pas à l'é cole, ils apprennent comme papa ou tonton et ç a rassure tout le monde. Et les filles, si elles ne travaillent, pas trouve tout naturellement leur place auprè s d'un mari travailleur, quoique de plus en plus elles aspirent à autre chose (tant mieux) surtout les plus jeunes. Et les grands parents sont presque toujours dans les maisons des enfants, ou c'est plutô t le contraire les enfants vivent chez leur parents ou la maison juste à coté .

    Je crois que le malaise pour tous en ville, surtout, est que cette chaî ne est brisé e. Les enfants expé dié s en crè che puis que l'on occupe plus tard en centre puis encore aprè s la rue. On se donne bonne conscience en leur mettant à disposition, de quoi faire du sport, des ciné mas, etc. les occuper quoi, les vilains enfants ne sont toujours pas contents. C'est vrai on imagine pas un papa ouvrier à la chaî ne emmener son fiston, ou une maman cadre sup avoir sa fille dans les pieds, trop de presse et plus le temps pour aimer vraiment. Dur d'avoir envie de ressembler plus tard à ces adultes toujours pressé s, normal qu'ils fassent exploser la structure, mê me s'il ne savent pas pourquoi. Et les grands-parents dans tout ç a ou sont ils ?

    Maintenant entre les deux situations, je pense qu'il pourrait exister quelque chose que je me plais à imaginer ou il y aurait un peu des deux plus un plus, mais qui est totalement utopique. Ce n'est pas comme avant qu'il faut faire, si cela en est là c'est que cela ne convenait plus. Ce n'est pas davantage comme maintenant car visiblement cela ne fonctionne pas au top. Alors je rê ve, d'un monde ou la priorité serait l'enfance car repré sentant l'avenir, ou tout le monde serait concerné par l'é ducation et par la qualité des sentiments, ou l'on privilé gierait la maternité comme un tré sor, ou les crè ches ne serait plus des groupements d'enfants avec quelques adultes mais tenues par des parents et grand parents à tour de rô les, tous concerné s par leurs petits et ceux des autres. Et cela serait bien pour les familles d'ê tre ensemble pour un mê me but, les petits.

    On s'occuperait particuliè rement des plus petits, car tout sera jouable avec eux et que c'est par eux que tout pourrait é voluer. On ne tachera pas de seulement de leur donner une sé curité maté rielle et de santé , de leur remplir la tê te intellectuellement, on accorderait une grande priorité au fait qu'ils se sentiraient aimé et entouré s, et par tous. En fait le vocabulaire changerait, on ne dirait plus  comment tu vas, ç a va le boulot ?  mais  tu vas bien, es tu bien aimé aujourd'hui ? 

    A l'é cole, la matiè re amour serait aussi importante que les maths ou le franç ais. On verrait fleurir des tas de mé tiers, des profs d'amour, des personnes de qui la fonction serait l'harmonie, d'autre dont le travail serait de s'assurer qu'il n'y a pas de mal aimé s à la traî ne, et ils seraient tout autant reconnus qu'un boulanger ou un technicien.

    La crise d'adolescence, (terme barbare) communé ment accepté e comme une fatalité , ne serais plus à craindre, mais comprise comme un moment crucial de croissance et soutenue avec amour.

    Un de mes  vieux  pré fé ré me dit :  ah si jeunesse savait et si vieillesse pouvait . On a tout à gagner à mé langer soigneusement toutes les gé né rations et arrê ter la sé paration des ges qui se produit actuellement.

    Bon cela n'est que du rê ve, je sais, mais bon, je suis sure que c'est par les petits d'homme que cela é voluera, on ne peut donner que ce que l'on a reç u, et il ne faut pas oublier que plus l'oppression est grande, plus le non est violent.

    Merci Tao pour ce sujet de ré flexion, j'ai peut-ê tre un peu dé vié mais c'est ce que tu m'as inspiré et cela me tiens à coeur.

    Elé onore

  • > Vieillesse
    2 juillet 2006, par Maurice


  • L'Age, La vieillesse et l'expé rience nous apportent incontestablement le devoir impé rieux d'aider les autres. Nous devons faire profiter nos semblables, et notamment les plus jeunes, des Vé rité s que nous avons acquises tout au long de notre vie.

    En effet, nous cherchons inlassablement, tout au long de notre vie, à tendre vers une Humanité meilleure et plus é clairé e, et c'est par des é changes continuels aves des Etres diffé rents de nous que nous arrivons à nous é lever et à tendre vers la Sagesse. A quoi cela pourrait-il bien servir d'acqué rir des Vé rité s si c'é tait pour les garder é goï stement pour nous jusqu'au tombeau.

    Non, jeunes ou vieux, peu importe l'ge, tout au long de notre vie nous devons aimer nos semblables, et quel plus grand exemple d'Amour pouvons nous leur donner que celui de leur faire profiter de tout ce que nous savons et de les é clairer chaque fois que cela s'avè rera né cessaire.

    Fraternellement à tous et à toutes.

    Maurice

    • > Vieillesse
      2 juillet 2006, par Fabermother
      >


      Bienvenue mon Bien Aimé Frè re Maurice !

      Comme d'autres, heureusement, Franc-Maç ons ou pas, nous partageons le mê me idé al de rendre, avec nos petits moyens, le monde un peu meilleur.

      Aimer est le Maî tre Mot de notre dé marche. J'en parlais avec un autre de nos Frè res en privé  : l'Amour est vé ritablement la clé de l'Initiation. Mais ç a tu le sais d'encore plus longtemps que moi ou presque.

      Notre Sagesse (bien humble) acquise à force de travail et de savoir mouiller la chemise et maç onner sur le chantier, n'est destiné e qu'à ê tre transmise.

      J'aime que tu mettes "Vé rité s" au pluriel. Car il n'y a que des "Vé rité s", la VERITE inté grale n'é tant pas de notre entendement, sauf à ê tre un hyper-é lu.

      Et l'on sait que se proclamer "é lu" est assez facile. Mais la Vé rité n'est plus là .

      On nous a dit un jour qu'il fallait affronter la lumiè re et en rapporter un peu à l'exté rieur.

      La guerre du feu n'est pas terminé e !

      Et nous, les anciens pas trop idiots, on s'aperç oit que le chantier ne fait que commenç er.

      Et nous sommes et resterons libres et francs, n'en dé plaise aux facheux qui n'aiment pas partager le banquet de la Fraternité .

      Fabermother

      Ps : ils ne savent pas ce qu'ils perdent, on se ré gale aux agapes de nos villages.

  • >Parole d'orateur
    3 juillet 2006, par Tao

  • Parole d'orateur


    L'orateur clô t les dé bats

    Merci à vous, je me suis permis de dé marrer cet é change sur la vieillesse car il m'a semble que cela é tait un bon thè me de ré flexion pour une tenue blanche, un é change entre des maç ons et des profanes.

    Pour ceux qui ne sont pas encore maç ons, j'ai encore le droit de vous fé liciter de vos contributions... on a une expression pour dé signer une personne qui a l'esprit de la franc maç onnerie et qui n'est pas maç on, un / une  maç on sans tablier . Vous l'ê tes.

    Pour ceux qui sont maç ons je ne dirais rien, ils font leur travail.

    J'ai malgré tout, une remarque en votre direction mes dames, vous ê tes indé niablement sur un tel sujet, les plus sensibles, humaines et constructives.

    Ce que vous venez de m'apporter, c'est la conviction que la maç onnerie, celle que je recherche depuis bientô t 30 ans, est mixte.

    Un maç on sans soeur.

    • > Parole d'orateur
      3 juillet 2006, par Fabermother


    • On ne reprend pas la parole aprè s la conclusion de l'orateur. Nous mé diterons tous sur les é changes, aprè s avoir partagé le pain ensemble, promeneurs et promenants.

      Toutefois, en qualité de hhmmm, bon, voilà , disons animatrice de ce forum, je me permet de te signaler que :

       tu n'es pas un Maç on censeur
       tu n'es pas non plus un Maç on sans Soeur, ou alors je suis un droï de, un lapin bleu à pois roses avec un chapeau dans la garrigue, une cigale à queue de poisson sur un pin, un ectoplasme.

      Ben quoi, j'existe, non ???

      Bof, faut tout leur dire !!!

      Douce nuit à tou(te)s.

      Faber

      • Grande soeur
        4 juillet 2006, par Tao


      • C'est promis, je me soigne, mais le lapin bleu à poils roses avec un chapeau dans la garrigue me va bien.

        Fraternellement

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
27 juin 2006

Bien le bonsoir chers tous, Alors la je suis sidé ré e... j'etais venue "prendre de vos nouvelles " et vous donner des miennnes et vous vous doutez qu'apres vous avoir lu, je suis allé e faire un petit tour sur le blog de ce jeune frere... impressionnant... tellement... je n'en trouve pas mes mots... je m'abstiens donc de commentaires car ils seraient... du meme niveau que son blog... cesses de plaisanterie et de perte de temps inutile... j'espere que vous allez toutes et tous bien. J'ai recemment fait l'aquisition de quelques livres dont un qui a eclairé certaines de mes lanternes ignorantes " le crepuscule des freres d'A. Bauer ". A lire je pense... a part cela, demain est un jour J pour moi, je reç ois la premiere enquetrice... je m'efforce a rester sereine mais... bref... on verra bien. en vous souhaitant une agreable et douce soiré e

caro

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    27 juin 2006, par Anne


  • Bonsoir Caro et bonsoir à tous,

    je m'associe à toi pour ce qui est de certains commentaires sur le blog susvisé .

    Bonne journé e demain...

    amicalement à tous, Anne

    P.S. : excusez mon silence actuel ; mais en cette fin d'anné e, je croule sous le travail...

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      28 juin 2006, par Fabermother


    • Coucou Anne, bonjour tou(te)s.

      Je suppose bien que le mois de juin est un peu hard pour les enseignants. Mon fils est prof et il commence à ê tre sur les rotules.Il y a un autre aussi qui aspire aux vacances : c'est notre webmaster en chef Rocbo (je salue le camarade "dé formateur" au passage). ;-)

      Moi aussi, je suis un peu dé bordé e, mais cela ne m'empê che pas de penser à toi et à vous tous. N'hé site pas à venir nous titiller, on adore ç a !

      Faber

  • Premiè re rencontre
    28 juin 2006, par Fabermother


  • Chè re Caro,

    Alors donc, c'est aujourd'hui que tu rencontres la premiè re personne mandaté e par la Loge. (Tu remarqueras que j'ai é carté de mon vocabulaite le mot enquê teur comme le mot enquê te :-))

    Et bien dis-toi que c'est un jour comme un autre. La personne avec qui tu va papoter est un ê tre humain comme toi et moi, et a suivi le mê me parcours.

    Sois tout simplement naturelle, ne cherche pas à faire "bonne impression", sois confiante.

    En ce petit matin, je t'envoie une chaleureuse pensé e amicale. Et tous les participants de ce forum aussi.

    Faber

    Ps : Pour le livre que tu cites, pas lu, mais par principe j'é vite les é crits des Grands Maî tres dé missionné s ou en poste. Cela m'é vite de me taper leurs é tats d'me, leurs constats personnels qui ne nous apportent rien (à nous qui sommes à l'inté rieur). Et je ne participe pas ainsi à gonfler leur compte en banque et celui de l'é diteur.

Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
24 juin 2006, par Fabermother

Boonjour tou(te)s

Je viens de faire un saut sur le Blog d'Hiram.be (vous avez le lien en haut de notre forum), et j'en reviens toute tourneboulé e aprè s la lecture des commentaires de l'article du 22 juin.

L'initiative d'un jeune Franc-Maç on (trè s proche de celle que j'ai prise il y a quelques anné es et dont le ré sultat est ce forum) fait l'objet de certains commentaires indignes de la FM.

Ici, nous nous attelons à dire ce que doit ê tre la Maç onnerie, mais c'est utile d'aller voir ce qu'elle ne doit pas ê tre, pour é viter ces é cueils mortels !

J'ai laissé un commentaire, mais en attendant qu'il soit é dité (c'est le cré ateur du blog jiripragman qui dé cide), je vous en fais part :


Je suis effaré e et triste que l'on puisse juger durement ce jeune Maç on sur sa seule volonté de dialoguer avec des profanes.

Moi-mê me (avec d'autres frè res qui sont venus me rejoindre depuis) je pratique cet exercice depuis plusieurs anné es sur la toile, mais j'ai eu la "chance" de ne pas susciter de telles ré actions peu fraternelles de la part de mes pairs.

Tout ce qu'on peut reprocher à notre jeune Frè re c'est é ventuellement... sa jeunesse. Et alors ? Nous avons é té un jour un jeune Maç on enthousiaste, et je connais certains vieux Maç ons (vous en connaissez tous) qui ne sont pas des cadeaux et qui devraient retrouver un peu de fraî cheur.

Soutenons-le et aidons-le.


Dé cidé ment, le chantier n'est pas terminé  !

Fabermother

  • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
    24 juin 2006, par Sarah

  • besoin du mode d'emploi


    Salut Faber,

    J'aurai aimé pouvoir faire un  commentaire aux commentaires  autant sur le blog qu'à l'inté rieur.

    Parce que je suis sidé ré e par ce que je ressens comme une violence dans les propos de FM à priori initié s.

    Je ne vois pas de tolé rance... de compassion... Je vois de la peur... Je vois des patriarches trô nant en bout de table et ç a m'effraie moi-mê me je l'avoue.

    J'aurai donc aimé de ma place de profane, de non initié e partager certaines choses, mais, je suis bloqué e pour les envois. Et, je me sens donc un peu frustré e.

    Est il obligé de mettre son email ? Que ré pondre à conserver les informations ? C'est quoi le numé ro d'autorisation ?

    Peux tu prendre deux minutes pour m'expliquer ?

    Mille excuse Faber, si je n'avais laissé l'é motion me parasiter, j'aurai lu jusqu'au bout ton post, et j'aurai donc su que mon message devait ê tre validé avant qu'il puisse ê tre lu.

    Bon rappel et enseignement pour moi.

    Merci Faber. Excellente journé e à toi et à toutes et tous.

    Sarah

    • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
      24 juin 2006, par Fabermother


    • Bonjour chè re Sarah, re-bonjour tou(te)s.

      Heureuse de te lire et de constater que tu remontes aussi vite au filet que moi. LOLLL

      Tu sais, comme pour tout, si l'initiation a une face lumineuse, elle a forcé ment une face obscure. Ne pas voir, occulter, la face obscure ne sert à rien (a contrario) : sans ombre pas de lumiè re !

      Pour la route du vicande, de mé moire quelques paroles de Juan de Yepes (je les ai dé jà peut-ê tre ( ?) cité es dans un post pré cé dent, mais j'aime bien radoter).



       Dans cette bienheureuse nuit
       Personne ne me voyait et je ne voyais personne
       Si ce n'est la petite lumiè re
       Qui brillait au fond de mon coeur.

      Juan de Yepes dit "Jean de la Croix", mystique contemporain de Thé rè se d'Avila.


      Belle journé e.

      Faber

    • > Si tu tiens à t'y exprimer, voilà comment :
      24 juin 2006, par Antonio


    • Bonjour chè re Sarah.

      Si tu tiens à dé poser ta contribution sur ce site, voilà la marche à suivre, un peu comme chez nous :

      1. tu vas en fin de page des commentaires

      2.Tu mets dans 'Nom' le nom qui figurera comme expé diteur

      3. Si tu veux rester anonyme, ne mets rien dans l'addresse e-mail

      4. Dans 'URL' indique l'adresse d'un site que tu veux faire connaî tre (il sera transformé en lien direct sur la page du site et on pourra cliquer directement dessus)

      5. Tape le contenu de ton message.

      6. Dans les options (un peu plus bas) laisse la case 'Auto-BR' coché e mais dé coche la case 'Se rappeler de moi' (cré ation d'un coockie de mé morisation de ton passage)

      7. Dans la case 'é crivez ce code d'autorisation' indique un nombre à 6 chiffres que tu vois au-dessus. (de travers, é crit en pointillé s). Ils'agit d'une sé curité pour empê cher les programmes d'utiliser ce formulaire de maniè re entiè rement automatique. Beaucoup de banques utilisent ce procé dé pour s'assurer que c'est une personne (pouvant lire le texte souvent transformé , comme ici) qui envoie le message et non le programme d'un farfelu quelconque incapable, lui, en dé codant la page, de ré gir correctement comme le ferait une personne. Donc, aveugles s'abstenir.

      Bonne bourre pour le reste. J'y suis allé , l'ai lu, je suis reparti.

      Bien à toi, Antonio.

      PS : si je lis bien, tu est encore sur les strapontins des promeneurs à c'te heure ? Et tu comptes y rester lontemps, comme ç a ?

      • > Si tu tiens à t'y exprimer, voilà comment :
        24 juin 2006, par Fabermother


      • Mon BAF Antonio,

        Pour rejoindre ta pensé e, j'ai dé jà dit à Sarah que si le strapontin est un peu inconfortable, on peut envisager un siè ge plus "assis".

        Fraternellement.

        Fab

        • Palant de siè ge
          24 juin 2006, par Antonio


        • C'ui avec le haut dossier et où il faut s'é tendre dessus pour le toucher le dossier, avec les manchons, un acoudoir, trois pattes (dont une cassé e) et tout et tout ?

          Hé bin ! J'en suis tout paf.

          • > Palant de siè ge
            24 juin 2006, par Sarah


          • Bon Jour à vous deux,

            Je ne me reconnais pas dans ces termes de profane et de non initié e. Ils ne sont que ré actifs à certains commentaires que j'ai pu lire (sur l'autre blog).

            Si je choisie pour l'instant de continuer de me promener, je le fais de maniè re sacré e. Soyez en assuré s.

            Je me souviens avoir lu quelque chose ici, sur le profane et le parvis...

            Lorsque je vivais à Paris, je prenais souvent le temps de m'asseoir sur le point zé ro du parvis de Notre Dame et d'y mé diter calmement au milieu de la foule.

            Pour l'instant je suis plutô t bien ici de cette faç on. Chez vous, les strapentins sont beaucoup plus confortables que dans le mé tro ou le train.

            Et puis, mê me si l'existence d'un hypothé tique fauteuil peut me sé duire, m'attirer...

            ... j'ai envie cette fois de prendre le temps, de me donner ce temps.

            Dé jà , pour moi, ce temps partagé avec vous ici, me permet de me connecter à une dimension diffé rente autrement que par la mé ditation.

            Et, j'en ressens les effets dans ma vie quotidienne.

            J'ai besoin de celà pour l'instant.

            Mais je retiens sé rieusement la proposition.

            Merci à vous deux.

            Bonne aprè s midi à toutes et tous.

            Sarah.

            • > Palant de siè ge
              25 juin 2006, par Fabermother


            • Chè re Sarah, cher(e)s tout(e)s,

              Parfaitement d'accord. Le temps est un ami et trop de pré cipitation peut nuire (surtout par temps d'orage).

              Donne-toi tout le temps né cessaire, entre mé ditation et dialogues. Cet é change é quilibré entre silence et parole est trè s important.

              Il vaut toujours mieux un strapontin choisi qu'un fauteuil é jectable. D'ailleurs, j'ai toujours mon strapontin à cô té , c'est une valeur sure.

              Bonne aprè s-midi d'é té .

              Faber

  • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
    24 juin 2006, par EMEREK


  • Je suis de l'avis de JiriPragman sur le site du "jeune franc-maç on"... Ce site ressemble à un "cheval de Troie" (avec é ventuellement jeu de mots !!!) destiné s à faire valoir certains bavards ennuyeux et fumeux... Il n'y a eu aucun commentaire ou ré ponse de ce jeune FM ??? Mé fiance Fraternellement à toutes et tous

    • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
      24 juin 2006, par Fabermother


    • Et c'est bien pour ç a, mon Trè s Cher Frè re, que je me sens mal à l'aise.

      Ce n'est quand mê me pas clair comme de l'eau de roche. Et que mê me on m'a piqué mon pseudo (va voir).

      Il y en a un que j'ai dans le collimateur, avec ses é crits "fumeux" et totalement indigestes, plus sa pub personnelle. Passe-moi un peu le bicarbonate de soude.

      Est-ce que ce "jeune" existe vraiment ? Où a-t-il é té é crasé dè s le dé part ?

      Lamentable !

      Bon, c'est pas pour ç a qu'on va se prendre la tê te. On en a vu d'autres. Continuons notre chemin sereinement.

      Fraternellement et toujours heureuse de te lire, et de lire les Maç ons sans tablier sur ce forum.

      Faber

      Ps : nous sommes quand mê me nombreux à ê tre des Maç ons avec un tablier qui sert à tailler la pierre.

      • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
        25 juin 2006, par EMEREK


      • J'avais vu...trè s suspect...mé thode de dé stabilisation connue...

        Le silence me parait ê tre de rigueur.

        Bonne nuit,il est minuit plein !!!

        TF

        • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
          25 juin 2006, par >Fabermother


        • Tout à fait.

          J'ai pris mes renseignements, et cela ne vaut mê me pas la peine d'aller plus avant, sauf de compatir à la maladie mentale de certains.

          Dé cidé ment, le roman Da Vinci Code a bien fê lé des cerveaux fragiles ! Mais l'auteur qui a piqué tout ce qu'il pouvait piquer (c'est-à -dire pas grand chose) a, pré sentement, un banquier heureux. Ré jouissons-nous !

          Faber

  • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
    25 juin 2006, par Tao


  • Bonjour,

    Tout cela rend effectivement bien triste. Pré fé rons de loin de travail sur le rituel et le symbolisme. Un travail personnel qui ne peut ê tre qu'offert sans retour. L'hospitalier lors du dé part du compagnon, lui remet du pain en lui disant  Si malgré tes mé rites, tu es dans le besoin, n'oublies pas que nous sommes frè re  Il n'y a pas de mesure possible à la progression maç onnique car nous avons quitté le monde spé culatif, les grades bas ou hauts ne veulent rien dire car tout le symbolisme est dé jà dans le premier. L'histoire des hauts grades nous enseigne qu'ils n'existent que par ce que les bourgeois de l'é poque voulaient ê tre l'é gale des nobles... les mé taux sont-ils ré ellement resté s à la porte du temple ? Qu'il soit jeune ou vieux comment et de quel droit pouvons nous porter un jugement ? nous qui faisons dé jà tant d'erreurs lors des enquê tes et des passages sous le bandeau. Retournons-nous vers la sagesse, la force et la beauté et laissons parler les donneurs de leç ons.

    Fraternellement

    • > Exemple de ce que la Franc-Maç onnerie ne doit pas ê tre...
      25 juin 2006, par Fabermother


    • Bonsoir Tao, Bonsoir Ami(e)s,

      Je ne connaissais pas le don du pain par l'hospitalier (cela ne fait pas parti de mon Rite actuel ni de ceux que je connais), mais ce geste symbolique est magnifique.

      Des erreurs, nous en ferons toujours, mais avec le temps, espé rons que nous en ferons de moins en moins.

      Le but n'est pas de remplir les loges, mais de se remplir le coeur.

      Aucun Frè re ou Soeur ne pourra nous contredire si nous affirmons que "TOUT" est donné au nouvel initié dè s le dé part. A lui-elle, à nous, d'en faire profit et de comprendre.

      Les Loges bleues sont, pour moi, la vraie construction du Temple de l'Homme.

       Que la Sagesse nous guide.
       Que la Force nous soutienne.
       Que la Beauté illumine notre chemin du coeur.

      Douce nuit.

      Faber

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
22 juin 2006, par REGONNE
INCRIPTION

MOI REGONNE JACQUES CONVAINCU QUELA SECTE ILLUMINATI DOMINERA LE MONDE EN SOUMETTANT TOUS LES MISERABLES HUMAINS QUI NE PARTAGENT PAS LA MEME CONVICTION QUE NOUS.JE VEUT FAIRE PARTI DES ILLUMINATIS A PARTIR DE CE JEUDI 22 JUIN 2006.

REGONNE

Les dé buts
21 juin 2006

Bonsoir à tous et toutes.

Pour le plaisir, et pour que jcc revienne nous mettre son grain de sel (si tu me lis, Camarade, salut !)... un copié -collé du dé but de ce forum ressucité , hé bergé par Rocbo.


> LES TENUES BLANCHES DE LA FRANC-MAç ONNERIE... 2 janvier 2002, par jcc

moi je croyais que le maç on etait celui qui contruit des maisons en beton ; bin la je suis surpris :-)) bonne chance a ce forum maç onnique jcc

> Francs-maç ons et maç ons... 2 janvier 2002, par fabermother

Les francs-maç ons sont dits "spé culatifs", alors que les maç ons du btiment sont "opé ratifs". Nous sommes, entre autre, aussi hé ritiers de l'esprit des corporations des tailleurs de pierre et btisseurs de Cathé drale. Ces compagnons é taient "francs", car ils é taient affranchis de payer la dî me. Les francs-maç ons sont aussi des btisseurs (sauf certains dont on se demande ce qu'ils font là ) : ils doivent participer à la construction d'un monde meilleur et plus juste. Ils doivent aussi se construire inté rieurement en essayant de renoncer à l'é goï sme, l'injustice, l'indiffé rence, le gô ut du pouvoir et de l'argent... Tu vois, mon cher Camarade que l'idé al maç onnique n'est pas bien loin de ton idé al :-)) Merci, JCC, de tes voeux. Viens quand tu veux, tu es invité e en permanence, et tu peux parler de tout ce touche l'ê tre humain.

> > Francs-maç ons et maç ons... 2 janvier 2002, par jcc

Pour moi la tenue blanche reste toujours un mysté re, voir un tabou mon pé re ma intié ,a ne pas ê tre franc maç on, le probleme et que je ne saurais jamais pourquoi mais il me parlait de franc maç on comme un univers de mysté re que lui je crois a du rencontré dans le sud,sa terre jcc

> Pas difficile à comprendre... 3 janvier 2002, par fabermother

... notre discré tion à toujours intrigué et fait peur. Faut pas oublier que, dans les camps de concentration nazis et dans les chambres à gaz, Juifs, Tziganes, Communistes, Ré sistants, Moines, Alchimistes, Francs-Maç ons... et j'en passe... se sont retrouvé s cô te-à -cô te, unis dans la douleur et la mort ! Le mystè re maç onnique : il est incommunicable, car c'est dans le secret du coeur de l'homme qu'il prend naissance. Je n'ai pas totalement ré pondu à ta contrib, mais nos é changes sont faits pour nous donner à tous matiè re à ré flexion.


De la vie a la mort, de l'acceptation de l'impuissance
19 juin 2006

Bien chers tous,

La mort, la vie... deux sujets bien vastes qui nous touchent tous sans exception de pré s comme de loin. De par ma profession, j'y suis confronté e au quotidien, accompagner l'autre dans le passage vers l'autre monde est un des moments les plus forts d'une vie de soignant et d'humain. Le plus dur est d'accepter, tant pour celui qui s'en va que pour celui qui reste... tot ou tard nous nous retrouverons tous mais qu'il est douloureux de dire au revoir a un ê tre aimé ... au revoir et non adieu ; la mort est pour moi le passage le plus egoï ste d'une vie, un pé age qui coute cher qui blesse, meurtrit, change le cours d'une vie, les pensé es et les espoirs... J'ai perdue à 19 ans mon amie d'enfance trè s brutalement, un accident de voiture... j'ai haï e Dieu, je lui en ai voulu, je ne comprenais pas pourquoi, lui ê tre d'amour pouvait permettre cela... mes questions sont resté es sans reponse, je n'accepte toujours pas la mort de mon amie, mais grace a Dieu, je fais avec... elle m'accompagne dans chacun des moments importants de ma vie, nous nous etions promis d'etre les temoins de nos mariages, les marraines de nos enfants, je me suis marié e, j'ai eu un enfant, et elle a ete presente dans mon coeur et dans mes pensé es bien plus fort que si elle avait ete vraiment la physiquement... Chaque jour, mes patients me renvoient cette image de solitude face à la mort, soustendue par la culpabilité de faire du mal à ceux qui restent... les AVC, les cancers et tous autres maladies sont en eux mê mes des leç ons de vie, ils frappent sans prevenir, et laissent tout le monde dans la difficille problematique de l'acceptation du depart precipité ... de voir "reduit" a l'etat vegetatif un homme ou une femme qui encore la veille etait actif et plein de vie... c'est innaceptable et pourtant la vie et Dieu ou Dame nature nous forcent bien heureusement à faire avec et à en tirer force et sé ré nité pour continuer sur le chemin avec dans nos coeurs et nos pensé es le sourire et l'amour de ceux qui nous ont dit au revoir bien trop tô t...

Caro

  • > C'est bien de pouvoir vous lire
    20 juin 2006, par
    Tao


  • C'est bien de pouvoir vous lire

    Partager, ré flé chir

    Sentir les courants comme des caresses

    Une é vocation, un retour de mé moire

    Solitude incomplè te

    Des milliers de morts

    Un parmi ceux-là

    Montagnes de souffrances, de larmes, de douleurs

    L'eau ne s'arrê te pas

    Les arbres nous regardent

    Une autre dimension du temps

    Une autre dimension de la vie

    • > C'est bien de pouvoir vous lire
      20 juin 2006, par Fabermother


    • Partageons et ré flé chissons.

      Reflé tons-nous les uns les autres.

      Seuls mais ensemble.

      Faber

  • > De la vie a la mort, de l'acceptation de l'impuissance
    20 juin 2006, par Fabermother


  • Vous tous et toutes, Caro,

    Comme tu l'as bien compris, la ré volte devant la mort peut devenir la ré volte contre la vie qui ne demande qu'à croî tre en nous.

    Nous n'avons pas à accepter ou pas, car notre avis n'est pas demandé par la Grande Faucheuse. Nous avons à continuer à aimer pour qu'aucune mort ne soit inutile.

    Douce nuit.

    Faber

    • > De la vie a la mort, aller vers l'espoir...
      21 juin 2006, par Elé onore


    • Mes chers toutes et tous.

      Il est vrai que nous sommes semblable à des fé tus de paille face à certaines puissances.

      Tout ce joue au quart de seconde, juste avant la monté e des crues.

      Le pouvoir merveilleux de la main tendue qui permet de prendre la goulé e d'air pur que l'on ne se croyait plus capable d'aspirer.

      Quand la nuit est le plus profonde, c'est que l'aube s'apprê te à venir.

      Et entre les deux, un moment d'intense silence ou les sons de la nuit se taisent pour laisser la place aux sons du jour.

      Et le soleil se lè ve pour tout le monde tous les matins.

      Elé onore

      • > De la vie a la mort, aller vers l'espoir...
        21 juin 2006, par Fabermother


      • L'espoir est le dé but de la lumiè re.

        L'ê tre humain devient un dieu quand il espè re et construit.

        La nuit est bé né fique aussi, car sans ombre ne peut exister la lumiè re.

        Mé ditation dans l'ombre bienfaisante. Action dans la lumiè re bienfaisante.

        Yin et Yang.

        Et le coeur qui est l'athanor de l'alchimiste.

        Faber

        • > De la vie a la mort, aller vers l'espoir...
          23 juin 2006, par talou

        • Tenues Blanches


          J'aimerais assister à une tenue blanche de Franc-Maç ons. J'ai un ami qui est pratiquant et qui m'en a parlé assez souvent. Il m'a proposé d'assister à une tenue blanche mais nos agendas ne concordent pas toujours (il est disponible quand je suis occupé e). J'aimerais donc savoir s'il m'est possible d'y venir seule, sans avoir é té 'introduite' par qui que ce soit. Merci zentalou@yahoo.fr

          • > De la vie a la mort, aller vers l'espoir...
            23 juin 2006, par Fabermother


          • Bonjour Talou,

            Il n'est pas possible d'aller seule à une tenue blanche non accompagné e par un Franc Maç on. De toutes faç ons, comme il n'y a pas de publicité , il faut forcé ment que ce soit un Franc-Maç on qui vous y convie.

            Si cette tenue blanche se passe dans la Loge de celui qui vous y convie et qu'il ne soit pas disponible ce soir là , il peut en ré fé rer au Pré sident pour que vous puissiez entrer quand mê me.

            Une tenue blanche n'est pas une journé e portes ouvertes.

            En espé rant que votre ami puisse un jour vous y accompagner, Amicalement.

            Fabermother

Mort d'un ami
15 juin 2006, par Tao

La mort fait partie de la vie

Combien de morts avons-nous consommé pour vivre ?

La souffrance fait partie de la vie

Elle en est une protection

La maladie qui ronge la vie

Trop de souffrance pour mourir à 30 ans

Avec gentillesse et acceptation

L'Orient é ternel devra se faire pardonner

  • > Mort d'un ami
    16 juin 2006, par Fabermother


  • Mon TCF

    Si tu ne ressentais pas de douleur, tu ne serais pas vivant.

    Philosopher sur la mort peut n'ê tre qu'un jeu de l'esprit.

    Vivre la mort de celui qui part, avec ré volte, est un é lan du coeur.

    Mais l'esprit et le coeur sont lié s. Laisser le coeur pleurer. Laisser l'esprit transcender.

    L'ami a accepté la mort. Peut-ê tre pour te laisser un cadeau...

    Prendre ce cadeau comme un viatique. Ne pas ê tre é goiste avec sa peine, savoir la partager.

    Merci mon Frè re de ton partage. Tu nous fais cadeau d'un peu de ton coeur, de ton humanité .

    Gé missons et espé rons.

  • > demi-mort d'un parent
    16 juin 2006, par Cobravif


  • La mort est notre sort à tous.

    C'est vrai qu'elle peut nous ulcé rer, trente ans, c'est bien jeune.

    Un parent à moi est depuis un mois demi-mort.

    AVC. L'hé misphè re droit ne fonctionne pratiquement plus. Pour la  faculté  , pas d'espoir de ré é ducation possible. Et les dé gts sont tels que cet homme n'a plus le ressort pour entreprendre les efforts qui lui permettraient de reprendre un peu de mobilité de son cô té gauche paralysé ...

    Nous le voyons ré gresser mentalement et mourir peu à peu. Certes, pour nous c'est atroce, mais pour lui, c'est encore pire. Au fur et à mesure qu'il est de moins en moins conscient de son sort, il souffre de plus en plus, comme un enfant qui agonise sans comprendre savoir pourquoi il n'est plus comme les autres... pourquoi il n'est plus ce qu'il é tait il y a encore quelques semaines...

    Il a quatre-vingt un ans..

    ô mort, quand viendras-tu le dé livrer ?

    • > demi-mort d'un parent
      16 juin 2006, par Fabermother


    • Où est l'injustice ? Où est la justice ?

      Eros et Thanatos, où ê tes-vous, et qui vous comprend encore ?

  • > Mort d'un ami
    16 juin 2006, par Antonio
    Mort et solitude


    Je ne sais trop pourquoi, les deux é vocations de la mort de Tao et Cobravif m'ont fait penser à ce poè me de Musset : "LA NUIT DE Dé CEMBRE".

    Le tableau qui figure sur la page ne doit pas y ê tre é tranger je pré sume.

    http://poetes.com/musset/nuit_decembre.htm

    Voici les deux derniè res strophes :

    Je ne suis ni dieu ni dé mon, Et tu m'as as nommé par mon nom Quant tu m'as appelé ton frè re ; Où tu vas, j'y serai toujours, Jusques au dernier de tes jours, Où j'irai m'asseoir sur ta pierre.

    Le ciel m'a confié ton coeur. Quand tu seras dans la douleur, Viens à moi sans inquié tude. Je te suivrai sur le chemin ; Mais je ne puis toucher ta main, Ami, je suis la Solitude.

    Ayant moi aussi connu et cô toyé la mort et l'ayant tutoyé e, il m'est facile de dé crire le seul sentiment qui l'accompagne toujours : la solitude.

    Antonio.

  • > Vie d'un ami
    16 juin 2006, par Fabermother


  • Mon Bien Aimé Frè re,

    La Solitude, oui. Le chemin est toujours solitaire.

    Mais pas tout à fait quand mê me quand un coeur et une main t'aide à poursuivre..., là il n'y a pas de maî tres mais que des Soeurs et Frè res..

    Et tu sais bien de quoi nous parlons.

    Je vous embrasse bien fort tout(es), et n'oubliez que la vie et la mort sont é troitement lié s.

    Aimons-nous ici et maintenant pour continuer à nous aimer ailleurs.

    Faber

    • > Vie d'un ami
      17 juin 2006, par EMEREK


    • Mes Trè s Chers Soeurs et Frè res, et vous tous que notre communauté inté resse... Lisez et RE-lisez les propos de Marc Aurè le...Vous savez l'Empereur philosophe que l'on voit dans le film "GLADIATOR"... Lisez et relisez ses é crits(A SOI MEME,PENSEES) Vous y trouverez apaisement et consolation... Son principe de base é tait de vivre sa journé e comme si c'é tait la dernié re et de faire le bilan de celle-ci "lorsque l'astre du jour est au bout de sa course" Un monument stoï cien... à toutes et tous une fraternelle accolade....

      • Dame Mort
        17 juin 2006, par Sarah


      • Cher Tao,

        Oui, face à Dame Maladie, Face à Dame Souffrance, Face à Dame Mort, je me sens si impuissante.

        Comme le dit Faber, la douleur et son cortè ge d'é motions en est l'expression saine pour accompagner l'agonie ou le dé part de l'ê tre aimé .

        Eros en moi, veut prendre Tanatos dans ses bras pour le dissoudre...

        Alors, comme je suis paï enne et que Dame Nature est ma religion, je laisse les é motions vivres et me guider vers l'acceptation.

        Dans mon dé sespoir et ma sidé ration, je cherche dans cet espace vide... La main, le visage, les yeux, l'odeur, le son de la voix de l'ê tre aimé ...

        Et, dans ma profonde solitude, je rencontre mes frè res et mes soeurs qui pleurent avec moi ce dé part.

        Nous sommes là .

        Merci Tao de nous le permettre.

Attention, changement de lien !
15 juin 2006, par Cobravif

Le lien vers Delta-FM a changé . Je pré viens tout le monde et en particulier la oubmasteuse et notre Grand Gourou.

Pour le moment on tombe sur une page qui indique que le site est en cours de fermeteure et renvoie vers la nouvelle adresse.

A Bientô t

Cobravif

  • > Attention, changement de lien !
    20 juin 2006, par Fabermother


  • Merci Camarade !  ;-)

    Ca c'est de la veille ! je vais te nommer Sentinelle de la Porte en chef. Farpaitement ! Dans ma grandeur de "oubmasteuse" auto-proclamé e par moi-mê me (c'est le plus rapide).

    Bon, j'arrê te la cervoise ! Demain, du Buzet.

    Fablaoubmastaseuse (Falbala pour les initié s)

    • > Attention, changement de fumé e
      21 juin 2006, par Antonio


    • T'es sre que c'est pas de la moquette qu'on a mis dans le biberon ?

      L'autre, machin, bref tu vois quoi.

      • > Attention, changement de fumé e
        22 juin 2006, par Fabermother


      • De la moquette dans mon hydromel ??? C'est donc pour cela qu'il avait un got bizarre !

        Des lyres, homme, trè s minces...

        Bon, je redeviens sé rieuse, car sinon je ne serai plus cré dible et serai obligé e de te cé der mon fauteuil.

        Remarque qu'on peut re-instaurer le cabri au lait avec les deux chevaux attelé s en flè che, ou le vé locipè de à deux places. Je crois qu'on appelle cela un tandem.

        Toi du pé dales pendant que je cause ! loll

        Honorable assemblé e, n'ayez crainte ! Etre Franc Maç on n'empê che pas de rire, et quand on s'y met on est pire que des gamins dans la cour de ré cré ...

        • > Attention, changement de fumé e
          24 juin 2006, par Antonio


        • Pas de problè me.

          Pour ce genre de truc, y a pas à dire, on fait bien la paire. Si je regrette é normé ment que Raymond, le mec à deux fosses, nous ait quitté s pré cipitamment, tu offres assez de qualité s que pour le remplacer au pied levé , l'accent en plus. Pour l'homme, d'accord. Trè s mince, hum, on s'y fait mais la lyre, vaut mieux demander à Wolfie.

          C'est n'importe quoi. Voilà que le dé lire me prend itou. Bon, tu me le passes ce bout de moquette ?

          Le reste du monde est chaleureusement convié .

          • > Attention, changement de fumé e
            25 juin 2006, par Fabermother


          • Tu m'as dé jà piqué le bout de moquette, et mê me que tu fais la chasse aux acariens, comme Raymond savait si bien le faire !

            Il reste vivant, le bougre qui me faisait hurler de rire et pleurer de partage en mê me temps. Deux mots pour le dé crire : dé rision et tendresse.

            J'allais oublier : bonjour à tous.

            Faber

Vous qui lisez ce blog...
13 juin 2006, par EMEREK

Vous qui lisez ce Blog(merci à toi Faber Mother).....

....vous qui lisez ce blog sachez que la maç onnerie est une é cole de SAGESSE dans ce monde "moderne" pour progresser INTERIEUREMENT. Elle propose un chemin "pour gravir la montagne".Elle ne pré tend pas ê tre la seule à proposer ce voyage et cette ascension, mais elle est tolé rante et accepte tous les hommes et toutes les femmes à la seule condition : qu'ils soient honnê tes. Nous sommes enthousiastes par ce que nous avons dé couvert sur les autres et sur nous mê mes.... Nous sommes,nous aussi, de la religion du COEUR...

fraternellement

  • > Vous qui lisez ce blog...
    20 juin 2006, par Fabermother


  • Certes, il n'y a pas qu'un chemin pour "gravir la montagne". Heureusement !

    L'important est de poursuivre honnê tement le chemin que nous avons accepté un jour, car se disperser n'est pas aller plus vite.

    Et nous voyons, au fur et à mesure, les autres sentiers où des cherchants sincè res font la mê me chose, par une voie diffé rente.

    En haut, tous se retrouveront. La voie cardiaque n'a pas besoin d'é cole spé ciale, elle est spontané e et universelle.

    Douce nuit à tou(te)s.

    Fabermother

    Fraternellement

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
13 juin 2006, par Caro

Bien le bonjour chez tous, Apré s quelques jours d'absence lié s à mon demenagement, me revoila a nouveau a vous lire... et a vous ecrire. Je tenais tout dabord a remercier Antonio pour son allusion a Jules BOUCHER lorsque nous parlions du symbole... je me suis procuré la symbolique maconnique de cet auteur et je dois avouer que j'ai un plaisir certain a chaque page..je touche presque a la fin d'ailleurs... du livre pas du plaisir... En vous souhaitant une excellente journé e je vous embrasse. Caro

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    13 juin 2006, par Anne


  • Bonsoir,

    juste quelques lignes pour vous faire signe à tous. Je n'ai rien de bien nouveau rajouter, si ce n'est de dire que je pense à vous et à ce forum qui nous permet de communiquer et qui peut-ê tre à terme nous donnera la possibilité de nous rencontrer...

    Bonne nuit, Anne

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
11 juin 2006, par Fabermother

Pour le chemin de la nuit. Texte hyper-connu, mais pas toujours bien interpré té .

Il é tait quand mê me un peu seul à l'arrivé e, celui-là  !


Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux :

 un temps pour naî tre, et un temps pour mourir ;
 un temps pour planter, et un temps pour arracher ce qui a é té planté  ;
 un temps pour tuer, et un temps pour gué rir ;
 un temps pour abattre, et un temps pour btir ;
 un temps pour pleurer, et un temps pour rire ;
 un temps pour se lamenter, et un temps pour danser ;
 un temps pour lancer des pierres, et un temps pour ramasser des pierres ;
 un temps pour embrasser, et un temps pour s'é loigner des embrassements ;
 un temps pour chercher, et un temps pour perdre ;
 un temps pour garder, et un temps pour jeter ;
 un temps pour dé chirer, et un temps pour coudre ;
 un temps pour se taire, et un temps pour parler ;
 un temps pour aimer, et un temps pour haï r ;
 un temps pour la guerre, et un temps pour la paix.


Et le soleil se lé vera à l'est ! Comme d'habitude.

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    12 juin 2006, par Elé onore

  • bonheur, bonheur...


    Petite inspiration matinale.

    Je rajouterais mê me [...il n'y a qu'une seule chose bonne pour l'homme, c'est de se ré jouir et de goter le bonheur pendant qu'il vit. Oui, quand un homme mange, boit, jouit du bien ê tre acquis par son travail, cela est un don de Dieu...]

    Et puis mê me encore : une citation Amé rindienne dit que  pour chaque action de ta vie, pense à sept gé né rations plus tard . J'y vois, une faç on de comprendre le un que je peux é tendre au tout que l'humanité et tout ce qui vit, sont, et dans le temps.

    Avant d'ê tre, nous n'é tions pas, et aprè s ê tre nous ne serons plus, et pourtant, si nous sommes aujourd'hui, c'est que nous é tions hier et serons demain. Mes cellules transportent le mê me message de vie depuis la nuit des temps, elles me relient à tout ce qui a é té , tout ce qui est, et tout ce qu'il sera. A moi de leur donner les nourritures qu'elles exigent pour continuer leur quê te d'é volution.

    Gros bisous

    Elé onore

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      12 juin 2006, par Fabermother


    • Pensé e é gyptienne :

       Je suis la source des existences et des ê tres,
       Je suis l'hier et l'aujourd'hui,
       Je connais le lendemain.

      Bonne soiré e, dame Elé onore, ainsi qu'à tou(te)s.

      Faber

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    12 juin 2006, par Cobravif


  • Il y a un temps pour tout...

    ... mê me pour que les temps se rejoignent.

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      12 juin 2006, par Fabermother


    • Ré unir ce qui est é pars ?

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    15 juin 2006, par Sarah

  • Beauté


    Salut Faber,

    La premiè re fois que j'ai dé couvert ce texte (Ecclé siaste 3), c'é tait en chanson, en anglais par une interprè te qui se nomme Rita. C'est assez ré cent, il y a 3 ou 4 ans peut ê tre. Je l'ai trouvé ré ellement magnifique.

    Il est certainement possible de l'interpré ter de maniè re liné aire : naissance, vie, mort. C'est une possibilité parmi d'autres...

    La faç on dont je le ressens... ce que j'en comprend est diffé rent. J'y vois le processus de l'ascention, le processus de l'é volution de l'ê tre humain. En lui, existe les multiples, et parce que ces multiples existent, il est un. Il y a le mouvement, le pré sent, et au travers du pré sent é ternel, l'instant.

    Vue autrement encore, plus de 6 milliards d'humains sur Terre (sans oublier les autres rè gnes) et à chaque seconde, toutes ces choses se produisent. Je le ressens comme une musique.

    Ce texte me rappelle aussi à celui de Keepling : Tu seras un homme mon fils.

    Merci Faber de me permettre au travers cet espace et de la nourriture offerte de recommencer à travailler autrement et de timidement m'autoriser à partager.

    La lune est belle ce soir. Elle n'est pas totalement visible, mais je la vois nous sourire.

    Sarah

> Loges mixtes
11 juin 2006, par Tao
Loges mixtes ?

Bonjour,

Je suis un peu novice en la matiè re, é tant membre d'une loge masculine. Je sais qu'il existait au dé but de la FM sur le continent des loges dites d'adoption... avec retrouvailles des FF et des soeurs aux agapes. J'ai entendu dire que le travail à la GLFF é tait un travail sé rieux et rituellique. Je ne connais pas les loges mixtes si ce n'est ce que j'ai pu lire dans ce forum. Ma question va à ceux qui ont une expé rience des loges mixtes : Quelle est l'origine des loges mixtes ? Comment s'est passé la transmission ? La mixité a-t-elle amené e à des amé nagements du rituel ? Quelle est la reconnaissance des loges mixtes dans les autres pays ?

En un mot pouvez-vous m'ouvrir les yeux sur quelque chose que je ne connait pas

  • > Loges mixtes
    11 juin 2006, par Fabermother

  • La Franc-Maç onnerie des Dames


    Bonsoir mon Frè re, bonsoir tou(te)s.

    Pour les Loges d'adoption et les premiers pas de la Maç onnerie fé minine, j'ai mis un lien au dessus de mon post.

    La mixité a dé buté avec l'initiation de Maria Deraisme par Goerges Martin, dans une Loge masculine "Les Libres Penseurs" du Pecq.

    Aux derniè res nouvelles la transmission s'est bien passé e, et le DH se porte bien, ainsi que la GLMF et la GLMU et aussi la GLMMM et autres (je fais partie des "autres", mon petit cô té franc tireur... bien qu'initié e dans une des obé diences mixtes classiques).

    Dans les Obé diences fé minines comme dans les Obé diences mixtes, le travail est "sé rieux et ritué lique", mais oui (sauf si la Loge dé rape, mais ca c'est universel) !

    Est-ce que la mixité a apporté des amé nagements du rituel ?

    On parle bien de rituel et non de Rite, n'est-ce pas ? Pour é vacuer l'ambiguï té possible pour le lecteur, les Rites pratiqué s en mixité (pratiquement tous) sont suivis fidè lement (enfin tout aussi fidè lement que le font les Loges masculines...).

    Pour la forme ritué lique, bien sur qu'il y a quelques amé nagements pour pré server la pudeur fé minine (notamment lors de la cé ré monie de ré ception) et surtout ne pas troubler inutilement nos Frè res (plus fragiles que nous les Soeurs).

    Et de faç on gé né rale, il est recommandé le port de jupes longues ou de pantalons (le pantacourt, ç a va aussi).

    Pour la reconnaissance des Loges mixtes dans les autres pays, il y a de moins en moins de problè me. Mais pour plus amples infos statistiques, se rapprocher des sites officiels.

    Il n'y a que les "anglais" qui continuent à bouder, mais comme ils boudent aussi les autres obé diences masculines, les Soeurs et les Mixtes sont dans le mê me bateau.

    Ceci dit, je respecte tout à fait, et ç a ne m'empê che de dé jeuner avec des frangins "anglais" (hors tenue, of course) et d'é changer de faç on fructueuse.

    D'autres questions, mon TCF ? (une à la fois quand mê me, sinon je ne pourrai ré pondre par un aï ku).

    Douce nuit à toi et à tou(te)s.

    Faber

    • > Loges mixtes
      15 juin 2006


    • Merci, de toutes ces informations... je vais approfondir.

      Tao

Ora et labora
11 juin 2006, par Fabermother

Pour les non latinistes (faut pas ê tre latiniste pour ê tre intelligent), cela signifie "Prie et travaille".

Priè re n'é tant pas dans le sens religieux commun, et Travail n'é tant pas dans le sens du mot commun profane.

Je suis en veine de citations d'é crits de Frè res et Soeurs.

Voici encore un petit diamant pour qui sait lire avec son coeur et ses cinq sens.


[...]

 La fin c'est la dé livrance, la ré inté gration. L'idé e de renaissance domine.

[...]

 Je peux cependant dire que le troisiè me stade vise le fond sans fond, l'origine sans lieu ni temps.

 L'image par excellence serait une non-image, le vide, la vacuité , le repos.

 "Le vide n'a que faire de l'estime. Si l'on veut ê tre sans nom, rien ne vaut le silence, rien ne vaut le vide. Par le silence et le vide on atteint ses demeures" disait Lao-Tseu.

 A ce stade, le maî tre ayant acquis la connaissance de l'art royal il est à mê me de pouvoir dispenser la lumiè re.

[...]


Bonne soiré e.

Fabermother

  • > Ora et labora
    12 juin 2006, par Cobravif


  • Allez, tans pis ! Je le remets ici, puisque tu es en manque de citations :

     Il y a un temps pour tout...

    ... mê me pour que les temps se rejoignent. 

    • > Ora et labora
      12 juin 2006, par Fabermother


    • Mais qui te dit que je suis en manque de citations, impudent Serpent ? Ah mais... !  ;-D)

      Je suis en veine de citations, pas pareil. J'en ai trois navettes spaciales pleines.

      Mais je suis preneuse de toutes vos citations et vos questions.

      A bientô t, ici ou là ...

      Faber

      • > Ora et labora
        12 juin 2006, par Elé onore


        Attends, j'arrive !!!

        Dis c'est ou qu'on s'inscrit pour monter dans une de tes trois navettes spatiales ?

        Pré viens moi quand tu dé marres les ré acteurs pour aller faire le plein de citations, que je m'attache et que je ne retombe pas par terre !

        Si tu crois que je vais te laisser t'amuser toute seule sur la Lune, alors la, non...

        Autant de bisous que d'Etoiles (ç a va me faire du boulot ç a)

        Elle est au Sud, trè s bientô t...

  • > Ora et labora
    14 juin 2006, par cobravif


  • Voir mon "post" sur Hazaar.

    Par hasard...

Grande loge Fé minine de France
10 juin 2006, par EMEREK

Savez-vous que la G L F F propose sur internet une version en Arabe de son site...

http://www.glff.org/ar/profitorg.htm

Ce sont ces initiatives qui font progresser l'esprit maç onnique et rayonner son universalité .

Chapeau...et bravo

  • > Grande loge Fé minine de France
    11 juin 2006, par Fabermother

  • Le site de la GLFF en arabe


    Quand on parle d'universalité de la Maç onnerie, je suis sur les barricades.

    Pour ma part j'ai choisi la mixité , mais les Frangines de la GLFF n'ont pas les deux pieds dans le mê me sabot quand il faut agir et ré agir ! Salut mes Frangines.

    Tiens, ç a me fait penser qu'il faut que j'aille les titiller pour leur demander "à quand, la version en hé breu ?".

    J'ai remis le lien d'EMEREK en haut de mon post, ya qu'à cliquer.

    • > Grande loge Fé minine de France
      11 juin 2006, par EMEREK


    • Au REAA... (rite que nos soeurs pratiquent en majorité ) :on n'est pas en manque de mots Hé breux....

      Trè s fraternellement

      • > Grande loge Fé minine de France
        11 juin 2006, par Fabermother


      • ... ne serait-ce que le noms des colonnes ! et plus... aprè s un p'tit whisky, mais Mystè re et Boule de gomme.

        Ah, ces é cossais alors !!!

    • > Grande loge Fé minine de France
      12 juin 2006, par Cobravif


    • J'y suis allé voir, grce au lien sur ton "post".

      C'est bien, et ç a fait plaisir de lire de l'arabe dans une configuration calme qui n'est ni propagandiste, ni obscurantiste, ni exalté e...

      Shukrn, y 'Ourty_leazî za. (= Merci, ma TCS).

      Non, je te rassure, il "pluviote" toujours.

      • > Grande loge Fé minine de France
        12 juin 2006, par Fabermother


      • Il vaut mieux une fine bruine à l'exté rieur qu'un pé tage de canalisations à l'inté rieur !

        (Dicton d'origine totalement inconnue)

        Va en paix, petit Frè re, et ne pê che plus sans permis, sinon gare à la prune !

        LOLLL

      • > Langue des oiseaux
        13 juin 2006, par >Fabermother


      • Je viens de relire phoné tiquement.

        Il n'y a pas longtemps je disais ê tre sous la yourte, et maintenant me voilà gratifié e de y'Ourty !

        Et avec l'humour que je te connais, j'aimerais bien savoir pourquoi tu as mis "post" entre guillemets ? Non-non-non-non, je connais assez ta plume (de quetzalcoatl), avec toi rien n'est au hazaar... :-)

        Bonne journé e à toi et à tou(te)s.

        Faber

        Ps pour les lecteurs :
         quetzalcoatl est une divinité aztè que oiseau-serpent dite aussi serpent à plumes
         pour hazaar, demandez à Cobravif, c'est lui l'arabisant (et non pas Lara bisant)

        • > Langue des oiseaux
          13 juin 2006, par Elé onore


        • Hello Amis(es) et pour Cobravif

          S'il te plait, c'est quoi hazaar ?

          Elé onore

          • > Langue des oiseaux
            14 juin 2006, par cobravif


          • Notre mot hasard vient de l'arabe. De  az zahr  qui signifie le plus souvent "le jeu de dé s".

            Et quand Cé sar franchit le Rubicond, en contravention avec toutes les rè gles de la vie politique romaine, il dit - paraî t-il -  ALEA JACTA EST  c'est-à -dire  le dé est jeté  . Que l'on dirait de nos jours, pour ceux qui ont une autre capacité d'expression que trois cents mots (cent-cinquante en franç ais mal orthographié - ou SMS-graphié - et les mê mes en verlan approximatif)  le sort en est jeté  .

            C'est dire que notre chè re Mé diterranné e associe volontiers les dé s à ce qu'on ne maî trise pas.

            Hazaar, c'est une faç on de tirer sur le A qui rappelle le "az zahr" de la langue arabe.

            C'est ludique - les dé s,

            C'est pudique - on ne peut pas tout,

            C'est unique - puisque commun aux pensé es d'Occident, d'Orient et d'Extrê me Orient.

            C'est aussi savoir prendre des risques et les assumer.

            En fait, c'est plus riche que notre simple mot de "hasard" qui pue un peu sa "franç aise des jeux".

            Et comme Az zahr recouvre beaucoup plus qu'un simple idé e, il y a fort à parier (encore le jeu) que, si on s'y inté resse, on lui dé couvre des quantité s de significations qui ne sont en fait que le complé ment par couche de ce que l'on en a perç u au dé part.

            Là encore, au fur et à mesure qu'on taille la pierre, elle se magnifie au lieu de se ré duire.

            C'est ré duite à sa plus simple expression qu'elle est la plus vaste en sens. La pierre, donc l'idé e, bien sr...

            Car le sens est à la signification ce que la grandeur est à la taille, ce que l'espé rance est à l'espoir, ce que l'essence est à l'ê tre.

            C'est en dispersant tout qu'on ré unit ce qui est é pars...

            ... pour que les temps se rejoignent.

            L'Ouroboros, le zé ro et l'infini...

            Encore un serpent.

        • > Langue des oiseaux
          13 juin 2006, par
          Cobravif


        • Si j'é tais Lara Bisant - un jour, Lara, quand le vent tombera, ce qui est loin d'ê tre le cas cheu nous en ce moment avec le vent d'Autan... Et quand je pense à cette auteuse anglophone qui a é crit un pavé où elle dit qu'Autan emporte le vent... - Si j'é tais Lara bisant, donc, continué -je aprè s cette digression fort trop trè s excessivement longue, ce serait le baiser du Cobra...

          Pour les guillemets à "post", il n'y a pour une fois pas de double sens. J'ai juste repris ton mot de post, qui me plaî t d'autant plus, qu'il remplace, semble-t-il, "contrib". Et je viens de faire ma dé claration par l'Internet, et tout ce qui est "contributions" me sort un peu par les yeux.

          Et comme j'ai cité un mot d'auteur, j'ai mis des guillemets.

          Pas par Hazaar pour autant. En emporte le v...

          Miarderogntudju ! Voilà que je redigresse.

          Allez, j'arrê te mon é clatage. En ce moment j'ai besoin d'é vacuer du Karma en bonne compagnie.

          On m'a parlé de la compagnie de Jé sus, mais j'ai dé couvert la personnalité du Pè re Tout à Tous. Pas un pote de Voltaire.

          Je pré fè re de beaucoup Jé sus sans sa "Compagnie".

          Allons, j'ai é vacué du Karma, renouvelé mon "Ki" et redynamisé ma Kundalini...

          Tu vois bien que je trouve mon compte, moi aussi, dans le travail en tenue... blanche !

          • > Langue des oiseaux
            13 juin 2006, par Elé onore


          • Evacue, é vacue je t'en prie, rien de mieux que l'é clatage pour ce faire, et la compagnie s'é clate aussi de ton é vacuage é claté .

            Et bien d'accord avec toi, rien de tel que certaines compagnies pour que Kundalini serpente à nouveau comme il faut !

            Bon si j'ai bien compris, quand tu fais un bisou, tu fais un hazzar ? Alors bon hazzar à tous et toutes, si je puis dire.

            Elé onore

Tao est là  !
10 juin 2006, par Fabermother

Vous ne savez pas le bonheur que cela me procure !

Ayez un peu d'imagination, comme j'en ai quand je vais lire avec bonheur sur son blog !

Bonheur paisible, dans notre recherche paisible mais forte (pour le coup de gueule, vous pouvez compter sur moi, j'assume.)

Merci mon TCF de venir nous assister.

Nos colonnes ne sont pas vides !

Elles sont pleine d'amour, pour qui veut les voir.

> Pour la route du week-end
9 juin 2006, par Fabermother
Le blog de Tao

Bonjour tous et toutes, promeneurs ou cheminants.

Voici deux petits extraits d'un texte, dont vous pouvez voir l'inté gralité sur le blog de l'auteur. C'est pour la mise en bouche, à vous d'aller voir par vous-mê mes.


Soyez libre, c'est à dire pensez, dé couvrez, cherchez par vous-mê me à comprendre les symboles et ne vous laissez pas influencer par les lectures que vous pouvez faire, par les conversations, les confé rences que vous pouvez entendre.


En effet, la franc-maç onnerie n'est pas une religion, elle n'a pas en elle les é lé ments d'une ré vé lation. Elle ne fait pas appel à la croyance ou à la foi. Elle appartient au courant de la connaissance, c'est à dire qu'il faut, par soi-mê me dé couvrir notre propre vé rité . La mé thode est le symbolisme et la pratique du rituel. Elle met en oeuvre les diffé rents moyens physiques de perception dont la nature nous a pourvus : l'ouie, le toucher, la vue, l'odorat, le got.


J'allais oublier le lien :

http://intuition.blog.lemonde.fr/intuition/francmaonnerie/index.html

Je le mets aussi en haut du message, il n'y aura qu'à cliquer dessus.

Bonne soiré e et nous nous retrouvons ce week-end.

Fabermother

  • > Pour la route du week-end
    9 juin 2006, par Anne


  • Bonsoir à tous,

    j'ai lu (un peu rapidement il est vrai, je le reconnais) les 2 textes en entier.

    Voici l'essentiel à mes yeux : extrait du site ré fé rencé par Faber :


    Nous avons à en attendre (de la FM ) une é volution progressive et lente de nos maniè res de penser, de faire, de se comporter... une amé lioration de nos relations avec les autres par l'inté gration progressive des valeurs maç onniques comme la tolé rance, le respect des autres, l'é coute, la patience, la concentration dans un travail loyalement accompli : rien d'extraordinaire en soi, mais tous les ingré dients pour que nous puissions laisser à nos enfants une socié té plus harmonieuse et plus supportable.


    Tout le monde ne peut qu'ê tre d'accord avec cela ; mais cette dé marche peut se faire dans beaucoup d'autres structures que la FM : associations diverses, entre amis, en famille....

    Que faire pour le monde professionnel ?

    Qu'en pensez-vous ?

    Bonne nuit ou peut-ê tre à tout à l'heure...

    Le diable du forum...

    • > Pour la route du week-end
      10 juin 2006, par Tao


    • Certe, à chacun de trouver sa propre voie, celle de la FM a cependant fait ses preuves quelque soit l'obé dience, (ce que je dé couvre en lisant les contributions à ce forum). Le grand avantage de la FM est qu'elle apporte une mé thode par son rituel et ses symboles... mais tout le monde n'y ait pas permé able. Nous avons donc certains é checs sur nos colonnes.

      Pour une contribution sur Que faire pour le monde professionnel... c'est en pré paration mais cela prendra encore un peu de temps de ré flexion. Merci de vous inté resser à ce que je peux é crire.

    • > Pour la route du week-end
      11 juin 2006, par Fabermother


    • Bonjour diablotine et tous et toutes.

      Cette dé marche peut se faire dans d'autres structures, c'est é vident. La question serait : mais se fait-elle de faç on durable ?

      Pour le monde professionnel, ce n'est pas toi ni moi ni la FM qui allons trouver les solutions miraculeuses : il vaudrait mieux s'adresser au MEDEF, aux syndicats, aux partis politiques, au gouvernement, au parlement europé en (ou les supprimer tous, ce qui nous é viterait d'é couter des bla-blas).

      Avant de penser pouvoir ré viser quoique ce soit dans notre socié té , il vaut mieux s'atteler à s'amé liorer soi-mê me, à apporter un peu de lumiè re dans notre entourage, à se prendre en charge pour ne pas ê tre assisté .

      L'Etat providence est un leurre. L'Amour et le concernement humain sont une ré alité .

      Ce n'est pas le tracto-pelle ni le bulldozer qui va arranger les choses, mais peut-ê tre le battement d'ailes d'un papillon.

      C'é tait ma petite ré flexion du dimanche matin pour ré pondre à notre diablotine.

      Faber aussi mother

      • > Pour la route du week-end
        12 juin 2006, par Anne


      • Bonsoir à tous,

        pour ce qui est du monde professionnel, j'entends bien celui de notre entourage immé diat et des choses simples : dire bonjour à tous dans l'entreprise, ê tre loyal dans les relations entre collè gues, té moigner et soutenir une personne victime de harcè lement moral...

        C'est l'affaire de tous, au quotidien...

        J'ai passé l'ge de croire au "bulldozer" et à l'é tat dit "providence" qui en France est tout sauf cela... et qui fait effectivement de beaucoup d'habitants de ce pays des assisté s, donc des personnes que l'on ne respecte pas en tant qu'individu et /ou que citoyen...

        Le diable vous souhaite une bonne nuit !

  • > Pour la route du week-end
    15 juin 2006, par Sarah


  • Salut toutes et tous, chacun et chacune,

    Je suis allé e me promener sur le blog cité en ré fé rence. Tradition et modernité ... Vaste programme.

    Peut ê tre simplement, un temps pour chaque chose.

    C'est difficile quand on a "la tê te dans le guidon" (cette expression me fais rire) de voir plus loin.

    Si par tradition, on entend transmission... mais j'ajouterai : ré elle, la trasmission qui é lè ve... Transmission sé lective en fonction de l'é volution (de toute faç on, je crois que nous ne pouvons ê tre qu'à la hauteur de nous-mê me et de la compré hension qui va avec)... Celle qui permet la liberté d'ê tre et de devenir.

    J'observe au niveau de l'histoire et aussi au niveau personnel, que l'é volution se fait par palier (avec des aller-retours entre les paliers, et oui, il faut travailer... bref).

    Si nous partons du clan en allant jusqu'aux nations.., nous nous apercevons qu'il y a exactement comme dans nos processus internes à certains moments, des blocages... comme un refus de lcher quelque chose.

    Et comme une né cessité de passage à l'acte dans la rupture. J'entends par rupture, besoin de mettre à distance, le temps de faire l'expé rience d'autre chose. Comme dans le processus intiatique où pour commencer à apprendre à apprendre, il faut apprendre à se taire et à é couter, observer, ressentir...

    Le soucis, c'est lorque les choses se font sans ré elle conscience... Quoi que... Qu'est ce que j'en sais... Des plans du grand tout ?

    L'article parlait de la maç onnerie du temps des btisseurs de cathé drales, puis de l'é volution de l'enseignement par l'é loignement du mé tier manuel et donc de la possibilité de pré senter l'oeuvre au maî tre.

    Je me dis que l'important devait ê tre que chacun fasse exactement ce qu'il devait faire et celà le plus parfaitement possible, afin que l'ensemble puisse s'é lever, sans s'é crouler à la premiè re bourasque.

    La maté rialisation d'une oeuvre, facilite les choses.

    Le sentiment d'appartenance quel qu'il soit et donc aussi à un corps profesionnel est quelque chose de trè s fort (le besoin d'appartenance vient en 3 sur l'é chelle maslow d'ailleurs). Quand il est sous tendu par un certain nombre de valeurs choisies il peut devenir une matrice fé conde ou un glaive destructeur. Tout dé pend de où nous regardons. Tiens, ç a me fait penser à la Dé esse des Dé esses pour moi : Kali-Durga.

    Il faut du sens à l'ê tre humain. Pas des vé rité s, du sens. je crois que c'est l'essentiel.

    Si le cercle amical, familial ou professionnel permet l'é volution personnelle, il ne suffit pas à mon avis pour permettre une ré elle é volution spirituelle. L'é volution spirituelle demande un travail, un effort et... la né cessité de confronter le fruit du travail.

    La Franc-maç onnerie aujourd'hui me semble ê tre dans cette mouvance.

    J'y vois donc un processus initiatique traditionnel où chacun à son niveau taille et pose sa pierre. Mais pas n'importe comment.

    Si le besoin de se diffé rencier (mais nous partirions alors sur le verbe) permet ensuite de se rejoindre, celà doit ê tre juste.

    Je vois celà cette nuit avec mes yeux.

    Sarah

  • > Pour la route du week-end
    15 juin 2006, par Cobravif


  • J'ai pris le temps - pour une fois ce n'est pas le contraire - pour aller sur le site de Tao.

    Remarquable. Il y aurait trop à dire, donc je ne dis que ceci :

    "Le temps n'aime pas ce qui s'est fait sans lui".


    J'ai pris le temps, donc je ne l'ai pas perdu...

Sassou Nguesso s'met l'compas dans l'oeil
4 juin 2006, par rocbo
QUAND SASSOU FAUSSE L'é QUERRE

Suite au : Message à toutes Les Obé diences Maç onniques Franç aises, posté ce 7 mai 2006 sur ce forum concernant les agissements de Sassou Nguesso, pré sident du Congo, j'me suis fendu d'un articulet intitulé Sassou Nguesso s'met l'compas dans l'oeil auquel j'ai associé quelques liens inté ressants dont un vers une thè se sur l'Histoire des Fang, Peuple Gabonais.

Bonne lecture
oo

  • > Sassou Nguesso s'met l'compas dans l'oeil
    5 juin 2006, par Fabermother


  • Bonsoir ô Druide de ce site (bon, si le titre te dé range on peut t'appeler comme tu veux), de notre village de Gaulois frondeurs, site qui a accueilli certains forums aprè s la mort d'Infonie, pour que l'Agora survive.

    J'en profite pour dire (et redire) que ce site est entiè rement libre.

    Ce forum (entre d'autres forums du site) est tout aussi libre. Sinon, il n'existerait pas !

    Ce forum est libre de toute pression obé dientielle. Na !!!

    Merci pour le lien. On va en faire d'autres aussi.

    La webmistress de la page,

    Fabermother (Faber pour les intimes, donc pour tous les participants)

    Ps : celui qui me fera fermer ma gueule et é touffer mon coeur n'est pas né , mê me si je m'attache à le dire en termes choisis, quoique parfois...

  • > Sassou Nguesso s'met l'compas dans l'oeil
    15 juin 2006, par Cobravif


  • Mon cher Rocbo,

    J'ai lu ton  articulet . Et j'en ai é té trè s é mu. Dans mes entrailles de descendant de coloniaux pas forcé ment colonialistes.

    C'est vrai que la colonisation n'a pas eu que du bon, et mes ancê tres dont certains encore vivants, en é taient conscients alors qu'ils vivaient encore dans l'Empire Franç ais.

    Mais il me semble que c'est encore à l'heure actuelle que ses retombé es sont les pires...

    J'ai le plus profond respect pour des gens comme Savorgnan de Brazza, Feydherbe (mon arriè re-grand-oncle) ou Lyautey. Mais je bous de voir le gaspillage que gé nè rent des constructions comme celles de la cathé drale de Cô te d'Ivoire, ou maintenant celle du mausolé e à Savorgna de Brazza.

    Comme quoi, la vote é toilé e n'empê che pas de prendre des coups de soleil sur la caboche...

    Et notre bon  Tiago Chiraco , Fré dé ric Dard dixit, a encore perdu une occasion de tenter de raisonner comme quelqu'un d'intelligent.

    Remarque que s'il y arrivait, ç a se saurait.

    Mais que les F :. avec ou sans tablier ne se dé solent pas, si Denis la malice (Sassoun Guesso) ne fait pas bien beau dans la vitrine, le F :. qu'il pré tend honorer, lui, reste dans la Lumiè re. Et au-dessus de cette mê lé e.

    @+

> Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
3 juin 2006, par EMEREK
dé ç u et attristé (GO su FR 5 le 1 06 06)

Je n'ai pas trouvé ce film bon. Il correspond à une entreprise de marketing "de la premié re obé dience Franç aise"...qui peine à le rester talonné e qu'elle est par la maç onnerie Anglo-Amé ricaine qui progresse de faç on exponentielle... La totalité du film soutient que la maç onnerie (et donc le Grand-orient !)a contribué
 à la loi sur l'avortement
 à la loi de bioé thique
 aux accords de Nouvelle Calé donie
 aux accords de cô te d'Ivoire... et je dois en oublier... Certainement il y a eu des interractions mais pas plus que les anciens é lè ves de l'ENA avec le pouvoir. Croquignolesque : A.Bauer qui nous raconte son histoire de Fax entre le ministé re Mattei et la rue Cadet pour mettre au point la loi de bioé thique... Risible et triste...

La maç onnerie ce n'est pas celà . A aucun moment le sujet n'a dé collé vers la spiritualité ...c'est poutant LA pré occupation des vrais maç ons. Cette é mission ne fera qu'attirer au Grand Orient des profanes cherchant la promotion politique et vivant dans le rê ve du bon temps de la III é me et de la IV é me ré publique... Scandaleux par ailleur l'intrusion de la camé ra dans la Loge..ce genre d'intrusion s'est d'ailleurs faite alors sans l'unanimité des frè res !!! Tout celà me peine

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    4 juin 2006, par Fabermother


  • Bonjour mon Frè re,

    Je n'ai pas vu ce reportage, car j'ignorais qu'il passait. Et mê me ce n'est pas certain que je l'aurais regardé . Car entre anti-maç onnisme primaire, contre-vé rité s, gargarismes et auto-satisfaction, je n'y ai jamais trouvé mon compte.

    Je ne critique aucune Obé dience, car chacun voit midi à sa porte (c'est le cas de le dire...), mais je peux critiquer l'attitude de certains FM qui, par des propos inconsidé ré s ou par des attitudes plus temporelles que spirituelles, ne contribuent pas à donner une juste image de l'engagement maç onnique.

    Certes le Maç on est concerné par tout ce qui peut atteindre l'ê tre humain dans sa dignité , dans ce qui peut faire progresser notre Humanité .

    Je ne me lasserai jamais de ré peter que ceux qui pensent que venir en Loge est une bonne occasion de se faire des relations, remplir son carnet d'adresses, prendre des rendez-vous et obtenir des appuis professionnels et/ou politiques, feraient mieux d'aller voir ailleurs, et de laisser les autres maç onner en sé ré nité .

    La construction du Temple n'est pas un programme de construction de ré sidences balné aires.

    Et, mon TCF, tu me donnes aussi l'occasion de pré ciser que le recrutement tout crin, à coup de pub, pour agrandir les rangs et faire rentrer plus de cotisations, n'est pas une politique que je choisirai.

    La cooptation, ce n'est ç à  ! Quand je vois le temps, l'é nergie, le concernement qu'il faut pour s'occuper d'un apprenti, j'hallucine quand je vois, ici ou là , de vé ritables charters d'initiation. Franchement, se retrouver avec une quinzaine d'apprentis nouveaux en l'espace de quelques mois, ç a me scierait les pattes. Et pourtant ç a existe.

    Quant à l'intrusion de la camé ra en Loge, là on atteint des sommets !

    Tu me diras qu'il y a quelques anné es, on avait bien filmé un dé but de ré ception d'un impé trant ainsi qu'un que quelques bribes de la tenue : les visages é taient à peine flouté s.

    Ce qui m'a rassuré , c'est que les spectateurs profanes que je connaissais, malgré qu'on ait montré le pas de l'apprenti, ont é té incapables de le reproduire correctement. Ce qui signifie bien qu'on ne comprend vraiment que quand on le vit à l'inté rieur et qu'on a é té instruit du sens symbolique !

    Fabermother

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      4 juin 2006, par EMEREK


    • Je suis bien d'accord avec toi et te fé licite encore pour ce site qui devrait permettre aux profanes de connaî tre la maç onnerie et ses principes.

      Il faut,pour cela,bien pré ciser les choses et ne pas attirer ceux qui ne cherchent que des avantages maté riels. De toute faç on ils perdent leur temps et nous font perdre le nô tre,iné luctablement ils seront dé ç us et partiront.

      Le vrai secret du maç on est dans le coeur,il faut rechercher la moelle qui se trouve dans l'os.....

      La cooptation reste,tu as raison,un principe de base... La publicité est contraire à l'esprit maç onnique.

      Trè s fraternellement à toi

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
        5 juin 2006, par Fabermother


      • Bonjour mon TCF et vous tou(te)s,

        Dans le courant de la ré flexion suscité e par ton post, pour ce qui est du postulant qui recherche des avantages maté riels personnels, je crois que c'est clair dans nos esprits. La ré ponse est "circulez, il n'y a rien à voir".

        Tout autant que nous n'ayons pas é té berné s au dé part ! Mê me l'enquê teur (je sais Antonio, tu n'aimes pas ce mot et moi non plus, mais c'est le mot utilisé ), l'enquê teur, disais-je, le plus aguerri, ne sont pas surs totalement de ne pas se laisser rouler dans la farine.

        Je pré cise que plus on se pré cipite, plus la marge d'erreur est large, et comme je n'en suis pas à une lapalissade prè s, plus on prend son temps, plus on diminue la marge d'erreur. Les ambitieux douteux ne sont pas patients.

        Mais ce qui me trouble, ce sont les postulants honnê tes avec leur propre dé marche personnelle altruiste, qui pensent pouvoir trouver rapidement des soutiens é couté s dans leur lutte contre les injustices sociales. Nous nous traî nons toujours, en France, la FM de la IIIè me et IVè me Ré publique. Comment leur faire comprendre que nous n'avons aucun pouvoir temporel et que ce n'est pas le but ?

        Les Loges construisent (en principe) des hommes et des femmes meilleur(e)s, plus libres, plus forts, plus lucides, plus aimants, pour pouvoir é clairer à l'exté rieur dans leurs engagements de tous les jours, familiaux, amicaux, sociaux, professionnels, politiques.

        Il faut peut-ê tre leur dire à ceux-là , que nous ne devons pas é carter d'un geste, que nous ne promettons rien, que nous ne ré glons rien, que nous n'avons pas de solutions miraculeuses ni de vé rité ré vé lé e.

        Mais que si ils entrent sans espoir particulier, ils peuvent trouver l'espoir, mieux : le cré er.

        Dans un lieu trè s secret reste la substantifique moelle.

        Pour ceux qui sont dé jà sur le chemin de recherche et qui nous font fondre d'admiration par leur compré hension parfois plus aigue que la notre, là je suis prê te sur le bord du chemin, les bras pleins de cadeaux donné s par mes Anciens et qui leur sont destiné s.

        Nous ne sommes que des relais.

        Trè s fraternellement,

        Faber

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    4 juin 2006, par Antonio


  • Bonjour vous tous, bonjour Emerek mon Frè re.

    J'ignorais aussi que ce film fut à l'affiche d'un é metteur TV. A vous lire je n'ai rien raté et cela ne m'empê chera pas de dormir. Je ne vais donc pas mé dire sur ce que je n'ai pas vu, je me contenterai d'une petite ré flexion personnelle.

    A ma connaissance la Franc-Maç onnerie n'a jamais é té une entreprise industrielle et, si un jour elle le devient c'est le jour que je choisirai pour la quitter. Jusqu'à maintenant je n'ai jamais é té dé ç u par la Maç onnerie mais, par des Frè res, bien trop souvent à mon got. J'imagine mal comment faire passer en un tour de main un ê tre humain de l'é tat de "promeneur" (le profane de Faber et je n'aime toujours pas ce mot) à celui d'initié . Quelle peut ê tre la valeur d'une Tradition transmise à la va vite, entre deux portes ou encore é talé e dans les colonnes des magazines ou mê me dans la petite lucarne, avec vue de l'inté rieur, tous voiles dehors ?

    Mon sentiment est qu'il nous faut compter avec une é pidé mie que j'irais mê me jusqu'à qualifier de pandé mie tant le mal semble s'é taler, de cordonite aigu. Si les maç ons travaillent la lumiè re, leurs travaux ne sont pas de nature à ê tre exposé s à la lumiè re. Et cependant, pour les vrais initié s, il est indé niable que la lumiè re luit dans les Loges et rayonne dans le monde. Oh combien vraie est la phrase tiré e de Jean, 1, 4-5 : "(4) En lui est la vie ; la vie est la lumiè re des hommes. (5) La lumiè re brille dans la té nè bre, mais la té nè bre ne l'a pas saisie" (extrait de "Un pacte neuf" traduction et pré sentation du Nouveau Testament, André Chouraqui, Brepols 1984). Permettez-moi encore de vous citer la premiè re phrase du livre, dans le liminaire : "Titre : une musique retrouvé e. Devant le Nouveau Testament, l'interprè te se trouve en face d'une musique dont la partition originale aurait é té perdue." (fin de citation).

    Faire prendre conscience que la lumiè re existe bien. C'est ce que je tente de faire dans ce forum, à la mesure de ma modeste personne. N'allez surtout pas croire que je m'identifie à l'autre Jean, le Baptiste, l'annonciateur de la lumiè re. Aprè s tout je ne suis qu'un homme parmi d'autres, un peu perdu devant ce qui tend à devenir une forê t impé né trable et obscure caché e par un seul arbre. Il ne doit pas paraî tre dè s lors é tonnant que pour lutter à ma maniè re contre cette avalanche d'informations hé té roclites dont on laisse le soin au profane de faire le tri, je prenne la peine de ré pondre à qui veut bien poser une question. Et tant mieux si c'est sur ce forum, où le premier passant peut en prendre connaissance, n'en dé plaise à ceux qui confondent lumiè re de vie avec les feux du strass et des paillettes.

    Bien fraternellement,

    Antonio.

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      4 juin 2006


    • Bon Jour à toutes et tous,

      Je reviendrais me  promener  chez vous ré guliè rement car je ressens dans votre coeur au travers de vos é crits la mê me flamme, le mê me brasier que dans le mien. J'ai encore du mal aujourd'hui avec tous les je suis ceci, je suis celà . Pourtant, je peux dire : je suis paï enne. J'ai mis du temps pour trouver le centre, trouver le coeur et, faire confiance à ce mystè re. Ce dont Emerek parle, ce que Faber et toi vous partagez un peu plus haut ré chauffe mon coeur. Cobravif m'a é galement profondé ment touché e par son humanité avec un grand H. Je vois bien que les mots sont chargé s du sens de l'expé rience et de l'engagement dans une voie qui ne se laisse pas corrompre. Beaucoup de personnes cherchent sincè rement je le sais  je l'ai dé jà dit  et en mê me temps j'ai tellement vu d'hommes et de femmes utiliser leur appartenance à une chose ou une autre, ou encore d'autres utiliser les parcelles de connaissances grapillé es à gauche ou à droite sans ordre, sans progression, sans discipline, sans rè gle... ou encore utiliser leurs frè res et leurs soeurs pour assouvir leur soif de pouvoir personnel... Utiliser tout celà pour ê tre reconnu narcissiquement et maté riellement. Je suis d'accord Antonio, c'est une pandé mie qui a dé butté à mon avis dans les anné es 60 aux é tats unis. Quand tu disais : pas de troisiè me objectif. J'entend par troisiè me objectif : é tendre un champ de pouvoir. Et, les champs de pouvoir qui cherchent à se bouffer les uns, les autres, il y en a. Au moins tu vois, la scientologie qui annonce son truc finalement et bien au moins je trouve ç a clair. Je ne connais pas du tout sauf ce que tu en as dit et aussi parce que les mé dias en parle beaucoup. Mais, celà n'est certainement pas un hasard. Il y a peut ê tre une raison, enfin moi je crois qu'il y en a une, qui fait que beaucoup d'informations sont donné es afin d'obscurcir le regard de ceux qui cherchent la lumiè re. Pas besoin  d'ê tre dans une secte  ré pertorié e comme telle, pour ê tre prisonnié à mon avis. Depuis enfant, il y a quelque chose de connecter en moi qui me relient à des gens proches. Je me suis aperç ue é galement que cette connexion existait avec les personnes que j'accompagne dans mon boulot (je suis travailleuse sociale et travaille plus spé cifiquement en protection de l'enfance), mais bon c'est un autre sujet. Et puis il y a ceux qui se sont connecté s à moi  à mon insus  et c'est encore autre chose.

      Quand ma grand-mè re gé e de 98 ans est entré e dans la phase d'agonie, je l'ai su et j'ai pu venir trè s vite auprè s d'elle. Depuis longtemps dé jà les circuits entre son cerveau et sa paroles é taient passablement alté ré s et les mots qu'elles disaient n'avaient pas le sens qu'elle y mettait. Une autre forme de communication s'est alors é tablie. Les quatres derniè res anné es de sa vie, quand j'entrais dans sa chambre, une multitude d'informations contradictoires me parvenaient d'une faç on ni é motionnelle, ni intellectuelle. Le dernier jour, la peur é tait partie de cette chambre. Il y avait quelque chose comme une aspiration. Je me suis vue, sans la toucher (elle n'é tait pas croyante) physiquement, au dessus de son front faire un signe de croix. Puis, revenant à moi-mê me lui dire que je l'aime. Elle est partie trè s vite. trè s loin. Je n'ai pas ressentis ç a avec tous les gens proches que j'ai accompagné . D'autres ont mis plus de temps il me semble. Mais, je ne sais rien ré ellement de celà . Simplement, je sais que si la souffrance ne peut ê tre é vité e, elle peut ê tre vé cu autrement. Et, que la vie est ré ellement une magnifique opportunité d'aimer. Je me sens la soeur de tous ceux et toutes celles qui savent que la lumiè re existe et qu'elle n'appartient à personne.

      Bisous à vous.

      Sarah.

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
        4 juin 2006, par Cobravif


      • Non, Sarah. Ta grand-mè re n'est pas partie  si loin . Elle est en toi, puisque tu nous en parles. Et celle qui est en toi est une partie de toi. C'est elle, telle que tu l'as perç ue et telle que tu t'en es approché e au cours des derniè res anné es. Celles de votre communication à toutes les deux.

        Salut et fraternité . Cobravif

        • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
          4 juin 2006


        • Salut Cobravif,

          Longtemps j'ai cherché à lutter contre la souffrance. Contre la mienne surtout en fait. je voulais imposer ma vision pour que l'autre souffre moins et ainsi, moi, je souffrais moins. Accepter que l'autre a son chemin, et que ce chemin est un mystè re pour moi a é té une clé qui m'a ouverte à l'amour, au don et à la pré sence. L'autre jour alors que je demandais son soutien à ma grand-mè re pour un exam que je devais passer, j'ai entendu celà  : Je ne suis plus là maintenant ma petite Sarah, mais je suis encore là . Tout ce que j'avais, tout ce que j'ai pu, je te l'ai donné de mon vivant et maintenant tu le portes. Souvent, quand j'é peluche des lé gumes, que je fais des crê pes ou autre chose... Je vois ses vieilles mains se superposer aux miennes. Et, d'une certaine maniè re, se sont un peu les miennes où peut ê tre ce qu'elles deviendront. Quand vous parlez de transmission ici, pour moi c'est tout simple. Je vois cette lumiè re qui continue de se frayer un chemin parmi les té nè bres.

          Bonne soiré e à toutes et tous.

          Sarah

          • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
            5 juin 2006, par Elé onore


          • Trè s cher(res) tous(tes) et bonjour belle Sarah

            Plus je me promè ne en votre compagnie, plus j'appré cie cette promenade qui est de nature à combler mes plus grandes faims inté rieures. Tout cela me fait penser que si certains choisissent la mé diocrité , par facilité ou ignorance, entraî né s par d'autres qui ont peut-ê tre confondu la lumiè re de vie et celle de la scè ne, il est important qu'ils y en ait qui soient fermement disposé s à continuer contre vent et maré es. Ceux la font avancer l'histoire et ils peuvent par leur pré sence rappeler à ceux qui ont oublié ou qui n'ont pas su.

            J'ai absolument confiance, tant je sais la puissance de la lumiè re, la petite flamme d'une bougie suffit à illuminer une piè ce obscure, par contre on n'a jamais vu un petit recoin d'ombre noyer d'obscurité un endroit envahi de lumiè re. Alors que dire, si c'est plein de soleils qui brillent !

            Je vous embrasse mes Soleils ché ris.

            é lé onore

            • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
              6 juin 2006, par Fabermother


            • D'ailleurs, j'ai acheté une paire de lunettes de soleil pour te regarder. lolll

              Je suis plus lunaire que solaire, j'aime le reflet doux de cet astre de la nuit qui apaise le coeur et qui se la joue intermittente du spectacle, selon ses phases.

              Si tu viens par là , nous la contemplerons ensemble, ainsi que la vote é toilé e.

              Ce qui n'empê che pas de voir avec bonheur le soleil se lever dans son renouveau et se coucher dans sa splendeur.

            • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
              15 juin 2006, par Sarah


            • Bon soir belle Dame Elé onore,

              Que la danse des planè tes continuent de nourrir notre me et puissions nous devenir meilleur pour les accompagner à la hauteur de la beauté du monde.

              Je te serre dans mes bras belle Dé esse sauvage.

              Sarah

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
        7 juin 2006, par Antonio


      • Bonsoir à toutes et à tous, mais particuliè rement à Sarah ce soir.

        J'ai lu et relu ton post, et finalement je ne m'arrê terai que sur les derniè res phrases. Briè vement, je pense comme Cobravif que si ta grand-mè re a passé une porte, de la maniè re où tu en parles, elle a fait sa place dans ton coeur. Je ne sais pas d'où je venais quand je suis né , je ne sais pas plus où j'irai à ma mort. En attendant je fais miennes tes phrases : "Et, que la vie est ré ellement une magnifique opportunité d'aimer. Je me sens la soeur de tous ceux et toutes celles qui savent que la lumiè re existe et qu'elle n'appartient à personne ". J'eusse aimé les avoir dites. Puisque ce site est tout de mê me dé dié à la Franc-Maç onnerie, restons dans le sujet.

        J'avoue ê tre inspiré par tes mots parce que, sans savoir où tu te situes, tu n'es pas trè s loin d'une vé rité . En tout cas de celle que j'ai appris à connaî tre il y dé jà pas mal de temps. Il est facile avec tes mots de composer une dé finition de la Franc-Maç onnerie : Le chemin vers la lumiè re qui dé voile une opportunité d'aimer. Il m'arrive quelques fois d'ê tre surpris de ce que les profanes (dé cidé ment, je ne l'aime toujours pas ce mot), donc les promeneurs, arrivent à saisir de maniè re intuitive, ce qui cote une vie pour comprendre. Je ne me lasserai jamais d'apprendre ce que ces "promeneurs" arrivent à m'enseigner sur les sujets que je considé rais sinon comme é puisé s, en tout cas bien avancé s. Je ne risque pas d'ê tre blasé de si tô t.

        Pour la voie, tu sembles en plein dessus. Persé vè re et accomplis.

        Bien à toi, Antonio.

        • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
          15 juin 2006, par Sarah


        • Cher Antonio,

          J'ai dé couvert que "mettre en lumiè re", c'est à dire é clairer, donc regarder, voir... permet de dé couvrir une multitude de faç ettes en nous et autour de nous. Ecouter, toucher, sentir, ressentir, goter... fait dé couvrir des mondes inconnus jusqu'à lors... où en chacun d'eux existe au moins un enseignement.

          Quand je regard mes frè res et mes soeurs, je vois le joyau au delà de l'image projeté e bien souvent.

          ç a me fait penser à un livre d'Eric-Emmanuel Schmitt : la part de l'autre. Il s'interroge sur le destin d'Hitler si il avait é té reç u à l'é cole des beaux arts ?

          Un trè s beau film aussi me vient que j'ai ré cemment vu : va, vis et deviens.

          Et un petit dernier : tout sur ma mè re d'Almodovar. En attendant d'aller voir volver.

          Voilà , parce que la spiritualité se nourrit de l'humanité et vice-veç a.

          Merci mon frè re. Merci aussi pour cette formidable douceur que tu é manes.

          Sarah

          • > Lumiè re, vous avez dit Lumiè re ?
            17 juin 2006, par Antonio


          • Bonsoir chè re Sarah.

            Il est trè s surprenant de lire ou d'é couter ce que la lumiè re peut ê tre inspiratrice. Rien d'é tonnant qu'elle soit un des principaux thè mes de la Franc-Maç onnerie et pas seulement d'elle d'ailleurs. Sa faculté de pouvoir ê tre ré flé chie par une surface polie, sa possibilité de pouvoir ê tre absorbé e et ré é mise mais aussi de pouvoir ê tre ré fracté e ou bien modifié e. Ainsi il va de la connaissance. Non pas la vulgaire (sans connotation pé jorative) mais la supé rieure, celle qui ne se laisse appré hender qu'au travers de l'initiation et qui a besoin de la Tradition pour se transmettre. Cela me rappelle, puisque quelques é crivains sur ce site ont lu le blog de Tao cité quelque part plus haut, que je me fendrai, par petits morceaux, au gré de l'inspiration et des commentaires, de quelques mots en dé saccord amical et malgré tout fraternel sur ses idé es de la Tradition.

            Ainsi nous avons l'Apprenti, l'é chine courbé e et la "tê te dans le guidon", dont le seul travail est de la polir, sa pierre. Puis, devenu Compagnon, il utilisera sa pierre pour aiguiser les outils des Apprentis, pour terminer, Maî tre, en luisant, lui aussi, dans la té nè bre. Le problè me c'est que la lumiè re dont nous aimons parler n'est pas quantifiable et la raison pure ne saurait l'approcher. Sans le coeur, impossible de la trouver ni mê me de la discerner. Connaissance voilé e, jamais dé voilé e, elle offre de multiples visages et ne se laisse approcher que par la voie d'amour.

            Merci ma Soeur pour tes mots gentils. Je pense que nous voyageons sur la mê me voie et en bonne, trè s bonne compagnie. Plaise au Ciel que beaucoup nous rejoignent et que ceux qui nous accompagnent persé vè rent.

            Bonne nuit à toutes et tous, Antonio

      • > Votre Tenue Blanche
        8 juin 2006, par Fabermother


      • Bonjour Sarah, bonjour tout(e)s.

        Ce qu'il y a de bien dans ce forum et par la qualité des interventions, c'est que je pourrais me mettre au repos sur un transat, et me contenter de lire.

        Vous me faites tous un immense cadeau en donnant de vous mê mes pour que continue à vivre cette tenue blanche, pour que les é changes s'enrichissent les uns les autres, pour que ce cré ent de vé ritables liens humains de coeur et non de convenance.

        C'est la direction de dé part que j'avais donné e. Grce à vous, le cap est maintenu. Avec le soutien silencieux mais permanent de Rocbo.

        Il faut dire que depuis cette anné e, je suis é paulé e de faç on magistrale par mon Frè re bien aimé , Antonio. Sans lui, je ne suis pas sure d'avoir eu seule la force de continuer.

        Mon vieux complice Cobravif vient aussi apporter son coeur et son é rudition (grande mais discrè te). Je gambade de joie.

        Et le bonheur de voir de plus en plus de participants (promeneurs ou initié s, peu importe) qui deviennent des amis !

        Sarah, tu sais maintenant que tu es ici chez toi.

        Bonne journé e pleine de lumiè re.

        Faber

        • > Votre Tenue Blanche
          15 juin 2006, par Sarah


        • Bon soir, ou plutô t bon milieu de nuit Faber, et chacun et chacune ici, maintenant,

          Oui je viens parfois simplement en visite et prend le temps de recevoir et dé guster avec dé lectation les fruits offerts ici.

          Merci de me dire que je suis chez moi. Je veillerai à apporter chaque fois le meilleur de moi-mê me de l'instant et de me laisser le temps (parce que je suis un peu lente) de ne pas offrir de la caillasse.

          Excellente fin de nuit.

          Sarah.

  • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
    10 juin 2006, par Tao


  • Le problè me avec les mé dia, c'est que quand ils n'ont plus de sujet pour faire de l'audience, ils sortent un reportage sur la FM en mettant en avant une pré tendu force occulte qui manipule le monde.

    A la GLNF, nous avons eu droit aux honneurs de la presse, il y a quelque temps. Dans une organisation de plusieurs dizaines de milliers de personnes, c'est sans doute inné vitable. L'important est de savoir faire le mé nage en suite.

    Par ailleurs, on ne peut pas reprocher à des personnes qui se connaissent dans le monde maç onnique de se connaî tre aussi dans le monde profane.

    C'est aussi le phé nomè ne des associations d'anciens é lè ves... influances occultes, aussi ?

    • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
      11 juin 2006, par Fabermother


    • Et le mé nage a é té fait (chut, je le sais par des Frè res de la ré gion).

      Pour les associations d'anciens é lè ves de ç i et de ç a, c'est nettement pire : ils sont les poissons-pilotes du gouvernement. Sachant quand mê me que certains (beaucoup) restent purs et sont halluciné s.

      C'est le mê me problè me que les Loges Bleues avec les pandé mies de cordonnite des hauts gradé s.

      Ca fatigue !

      • > Les Tenues Blanches de la Franc-Maç onnerie
        15 juin 2006, par Cobravif


      • Poissons-pilotes du gouvernement ??!!

        C'est quoi ce truc. Il me semble plus qu'é vident que le gouvernement n'a plus de pilote depuis longtemps et que le seul rapport qu'il semble avoir avec le poisson est une odeur pestilentielle qui montre que c'est par la tê te que pourrit le poisson.

        Bon, cette prise en main à l'amé ricaine é tant faite, je continue.

        Or, donc, soit dit en passant, je n'ai rien contre les associations d'anciens de ce qu'on veut, pourvu qu'il s'agisse plutô t de... franc-maç onneries (le pluriel et les minuscules sont mises à dessein) que de mafias.

        Mais la Franc-Maç onnerie ne me semble pas avoir grand-chose à faire avec tout cela.

        Encore que.

        Si les ré flexions qu'on conduit dans cette dé marche initiatique conduisent chacun à amé liorer ses relations quotidiennes avec son entourage, je n'y vois pas d'inconvé nient. Je connais des catholiques pratiquants, ou des protestants ou des juifs, qui ne font pas d'autre prosé lytisme que de se conduire en gens trè s agré ables par leur amour du prochain.

        Et j'ai constaté la mê me chose de la part de Francs-Maç ons dans des pé riodes difficiles de ma vie.

        Un jour, si cela ne doit pas trop prendre de place, je vous parlerai d'un F :. qui m'a aidé à trouver une place d'avion pour venir aux obsè ques de mon pè re. C'é tait bien sr dans un pays en quasi guerre, puisque j'é tais encore en activité militaire.

        Comme quoi, s'il est bon de laisser ses mé taux au vestiaire, il peut ê tre bon pour tous de mettre à profit hors du Temple les progrè s qu'on a ré alisé s sur soi à l'inté rieur.

        Qu'on ne fasse pas commerce de l'or alchimique n'empê che pas qu'on en utilise pour aider son prochain.

        Il s'agit d'une image. Pas la peine de passer commande.

        Surtout les bijoutiers, parce que cet or est vraiment trop pur pour ê tre travaillé . Il faudrait le couper d'autres mé taux et ce serait vraiment dommage.

        • > Le bijoutier du nord
          17 juin 2006, par Antonio


        • Bonsoir Cobravif.

          Dans le cours de ma vie maç onnique, je n'ai connu qu'une visite à une fraternelle (pour les promeneurs, une fraternelle est une ré union en dehors de tout cadre maç onnique (Obé diences ou Loges) où se rencontrent des Maç on(ne)s et souvent par affinité s professionnelles). Ce fut la seule et elle le restera probablement. Je n'ai pas aimé , mais alors pas du tout, le ton des conversations. J'ose espé rer qu'il en va autrement ailleurs sinon c'est à dé sespé rer de tout. Une chose est aider son Frè re quand la chose nous est possible. C'est un des buts de la manoeuvre, c'est appliquer ce que l'on a appris en Loge. C'est rendre à l'exté rieur ce que nous avons appris à l'inté rieur.

          Je crois qu'il doit exister des bijoutiers de qualité .

          Antonio.

          • > Le bijoutier du nord
            19 juin 2006, par Cobravif


          • Je n'ai rien contre les bijoutiers.

            Il y en a un qui a eu du mal à prendre une petite pé pite que je lui soumettais pour qu'il me dise s'il s'agissait bien d'or.

            Aprè s avoir fini par effleurer sa pierre de touche, il m'a dit que cette minuscule pé pite ou cette grosse paillette é tait de l'or le plus fin qu'il eut jamais vu.

            Trop pur pour pouvoir s'en servir, et il y en avait trop peu pour pouvoir le durcir en l'alliant avec un autre mé tal comme c'est l'usage pour faire passer l'or de 24 à 18 carats, par exemple. Je lui ai dit que je ne cherchais pas à "utiliser" cette minuscule é tincelle de mé tal noble.

            Il m'a souri et m'a dit :  Je crois que je vous comprends... 

            Tu as raison, il existe des bijoutiers de qualité .

> Les Nomades aux yeux bridé s
2 juin 2006, par Fabermother

Un inté ressant é change s'est dé roulé un peu plus bas.

Nous parlions des gens du voyage, connus en Europe.

On a un peu oublié l'Asie au passage, les steppes de l'Asie centrale.

Le peuple Mongol est aussi fascinant (en dehors des pré dations sur la Chine, mais ce n'est pas une seule è re qui doit souiller la culture ancestrale).

Ce peuple a aussi souffert (pour la large part), mais reste aussi vivant.

Ces é leveurs nomades de bé tail (y compris un cheval pour deux personnes et demi, ce qui est é norme), se battent encore pour leur tradition.

Malgré les diffé rentes avatars, bien que certains soient devenus bouddhistes (c'est pas mal non plus), le chamanisme reste leur grande tradition primordiale.

Si certains veulent dé battre sur le chamanisme, je suis consultable sous ma yourte.

Et si il y a un chanteur diatonique à cô té , ce sera encore mieux.

Trè s bonne journé e à tous et toutes.

Fabermother

PS : je vous vois venir, on va me dire "hors sujet" du forum - vous ne saviez pas que les Francs-Maç ons sont aussi des nomades et des gens du voyage ???

  • > Les Nomades aux yeux bridé s
    2 juin 2006, par Anne

  • l'histoire du chameau qui pleure


    Bonsoir à tous,

    je laisse à Faber le soin de dé velopper sur la Mongolie et le chamanisme. Je n'y connais rien, mais cela m'inté resse, si tu peux nous en dire plus.

    Elé onore parlera beaucoup mieux que moi des chevaux.

    Pour la Mongolie, je me contente de vous signaler un film simple, visible par petits et grands : l'histoire du chameau qui pleure (voir le lien). Le mê me ciné aste a fait é galement le chien jaune de Mongolie.

    Faber, pas de diato sur le continent asiatique, sauf peut-ê tre un petit peu au Sri-Lanka. Cet instrument rustique ne comporte pas les demi tons (diè ses et bé mols) et n'est donc pas adapté aux musiques orientales.

    D'origine autrichienne, l'accordé on é tait au dé part toujours diatonique. Le chromatique n'est arrivé que plus tard.

    On trouve le diato sur les continents europé ens, africains, amé ricains et mê me si je ne me trompe pas en Océ anie. Mais il s'est adapté à chaque ré pertoire et il n'est pas possible de jouer en Irlande avec un diato de tonalité franç aise par exemple. C'est un instrument de bal, essentiellement de tradition orale...

    Et attention à vous : un autre nom pour cet instrument est "la boî te du diable" ! Mé fiez-vous, le diable est installé sur votre forum !

    Bonne soiré e, tant que vous n'ê tes pas victimes du diable et de sa boî te...

    Anne

    • > Les Nomades aux yeux bridé s
      2 juin 2006, par Elé onore


    • Coucou !!!

      J'suis d'humeur à badiner ce soir ! C'est qui le diable ?

      Tu ne confondrais pas avec le dieu Pan des fois ? Tu sais, celui qui à des pattes de bouc, des cornes, un corps tout nu et tout poilu, et qui fait de la flte à faire pmer les Nymphes, si c'est lui alors c'est mon pote lui et tous les Faunes qui se traî nent dans son sillage...

      C'est vrai qu'il n'a pas toujours plu à tout le monde ce libertin là , bien fait pour lui il n'avait qu'à pas draguer les femmes des autres !!!

      Et pour simplifier, pour la musique, les chants harmoniques iront trè s bien dans la yourte.

      Gros bisous Anne et à tous, et mon pote Pan me charge de vous en faire car avec ses sabots, il me bousille le clavier !!

      Elé onore

      • > Les Nomades aux yeux bridé s
        2 juin 2006, par Fabermother


      • Et mes respectueux hommages au Dieu Pan qui n'est pas mort (dixit Georges Brassens).

        Et on croî t qu'il se marrait tous les jours, ce pauvre Pan !

        Comme je suis aussi d'humeur badine, mon yaourt est ton yaourt (variante de mi casa es tu casa).

        Je ne sais pas si tu saisis (mais si mais si), je suis en train de me repré senter quelqu'un en Pan (é croulé e de rire).

        Morale du dé lire de ce soir :
         Il vaut mieux ê tre Pan que paon.

        Bon, je vais me coucher, il est temps que j'arrê te de fumer le peyotl.

        Gros poutous.

        (j'ose pas signer)

        • > Les Nomades aux yeux bridé s
          4 juin 2006, par Antonio


        • Tu es sre que c'est du peyotl et pas de la moquette ?

          Bisous, Antonio.

          • > Les Nomades aux yeux bridé s
            4 juin 2006, par Fabermother


          • Un peu de respect pour une ancienne, quand mê me !

            Comment pourrais-je fumer de la moquette pleine d'acariens. C'est franchement dé gueulasse. J'ai des gots un peu plus raffiné s.

            Mais comme on en fume tous, au quotidien, des acariens qui ont des petits tabliers rigolos, pas é tonnant qu'on ait envie de dormir aprè s (et ceci ne te concerne pas).

            Bonne nuit, mon Trè s Cher Frè re Anatonio.

            Faber

      • > Les Nomades aux yeux bridé s
        5 juin 2006

      • Bonsoir à tous,

        c'est moi le diable Elé onore bien sr !

        Et ce soir il vous propose de vous enivrer !

        Il faut ê tre toujours ivre. Tout est là  : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos é paules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trê ve.

        Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé , dans la solitude morne de votre chambre, vous vous ré veillez, l'ivresse dé jà diminué e, ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'é toile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gé mit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ;

        et le vent, la vague, l'é toile, l'oiseau, l'horloge vous ré pondront : "il est l'heure de s'enivrer ! Pour ne pas ê tre des esclaves martyrisé s du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poé sie ou de vertu, à votre guise." Charles Baudelaire.

        Je vous embrasse. Pour m'enivrer, pour moi, c'est le vin ! Anne

        • > Les Nomades aux yeux bridé s
          7 juin 2006, par Fabermother


        • Bonjour Anne,

          Dans ta poé sie, je ressens une douleur.

          Sais-tu que nous sommes là aussi ? Avec toi.

          Non, tu n'es pas le diable (sauf si tu veux). Je te vois plutô t comme un ange un peu perdu dans la dureté de la vie.

          A bientô t, ici ou là .

          Faber

          • > Les Nomades aux yeux bridé s
            7 juin 2006, par Anne


          • Bonsoir à tous,

            à la relecture de ce texte, il peut paraî tre triste, il est vrai.

            Et pourtant la premiè re fois que je l'ai lu, au hasard dans un petit carton trouvé dans une librairie, j'y ai ressenti au contraire un hymne à la vie au travers de cette ivresse, de cette mê me vie, et des choses qui nous entourent...

            Je l'ai toujours ce petit carton et pourtant je suis si peu et mê me pas du tout litté raire...

            Je vous embrasse, Anne

    • > Les Nomades aux yeux bridé s
      2 juin 2006, par Fabermother


    • Bonsoir chè re Anne, bonsoir tou(te)s.

      Je ne parlais pas d'instrument de musique diatonique, mais de chant diatonique. C'est impressionnant d'entendre les mê mes cordes vocales é mettre simultané ment deux sons sé paré s par sept degré s de la gamme. Faut les triturer, les cordes vocales.

      Les Mongols seraient originaires de Sibé rie, mê me si depuis trè s trè s longtemps vivant dans les steppes de l'Asie Centrale, avec une invasion de la Chine au passage et une dynastie chinoise mongole.

      Pour le chamanisme, bien que ce ne soit pas tout à fait le thè me de ce forum (mais rien de ce qui est humain ne nous est é tranger), dè s que je suis en forme, je vous fais un petit article bientô t.

      On dé veloppera, mais à mon petit avis, il est beaucoup plus difficile d'ê tre chaman (ou shaman) que FM. Sans vé ritable et longue initiation on peut devenir fou, alors qu'en Franc-Maç onnerie on ne devient que trè s sot (je vois dé jà les gros yeux des Frè res, mais je maintiens). LOLL

      En attendant, on peut lire le livre de Castaneda "La petite fumé e du diable". Tiens, tiens !

      Douce nuit,

      Faber

      • > Les Nomades aux yeux bridé s
        3 juin 2006, par Anne


      • Bonjour à tous,

        dé solé e pour l'erreur sur les chants et instruments diatoniques... J'ai eu l'occasion d'entendre ces chants effectivement. C'est trè s impressionnant en effet comme technique.

        Par contre, je dois avouer que mon oreille occidentale n'en saisit pas toute la porté e et n'est donc pas trè s ré ceptrice. Au cours de ce mê me festival, j'avais dé couvert aussi la musique de la Iakoutie et ses instruments chamaniques. Par contre, impossible d'en trouver un enregistrement depuis. Est-ce que quelqu'un a une idé e ?

        Trè s bonne journé e à tous, Anne

      • > Les Nomades aux yeux bridé s
        3 juin 2006, par Elé onore


      • Si j'y suis !!!!!! Mais quand mê me tu exagè res !!!!

        Je dirais mê me que les chamans cherchaient leurs é lè ves chez les plus fê lé s de la calebasse, chez ceux qui pourraient repousser encore plus les limites du possible.

        Un de mes chaman pré fé ré est celui que les Amé rindiens appelle le fou sacré , le contraire, le Heyoka. Il a la particularité de faire tout à l'envers et d'avoir pris la foudre en guise d'initiation. Le pauvre quand ç a lui arrive il est obligé d'aller jusqu'au bout, car les Esprits Tonnerre (ces vé ritables maî tres en fait) le poursuivent jusqu'à ce qu'il accepte cet accomplissement difficile, sinon il devient dingue et peut mê me en mourir.

        Un exercice trè s simple et dé capant, si vous voulez vous mettre dans la peau d'un Heyoka pour 5 minutes : pensez et faites le parfait contraire de ce que vous auriez voulu faire ou penser. Pure mé decine de choc, pas douce du tout ! Et si vous osez le faire en pré sence de personne, je vous en garanti de belles ! A savourer en riant mais faites gaffe quand mê me de ne pas sortir un jour d'orage, on sait jamais, parce qu'aprè s c'est trop tards...

        Pour les chants harmoniques, (une amie chanteuse m'a un peu appris, c'est son cheval de bataille) l'exercice de base consiste à trouver sa voix la plus grave et sur le souffle le plus long, faire un voyage d'une voyelle à l'autre.

        AAAAAEEEEEIIIIIIIOOOOUUUUU...... Et les harmoniques se perç oivent dans le changement. Ecoutez vos congé lateurs et vos frigos ils savent le faire eux, et comme on n'est pas plus bê te qu'eux on peut bien y arriver aussi.

        Bon j'arrê te de faire l'andouille, plein de bisous.

        Elé onore

  • > Les Nomades aux yeux bridé s
    10 juin 2006, par Tao


  • Le monde est composé de courants de force dans lesquels nous sommes une toute petite chose ballotté e. Par quel é gocentrisme pouvons-nous imaginer jouer un rô le spé cifique dans ce monde ? Nous sommes plus mortels que les arbres, plus nocifs que les loups, nous dé truisons et salissons tout sur notre passage. Apprenti, nous avons expé rimenté le silence au passage de compagnon, on nous a pré senté les deux sphè res... cela nous lie au chamanisme. Laissons-nous aller la perception de la beauté du monde, de l'infiniment grand à l'infiniment petit, laissons le vent entrer dans notre esprit, l'ivresse nous donner cette autre perception du monde... peut-ê tre avec la FM, peut-ê tre sans. Mais il me semble que nous avons dans notre symbolisme tous les ingré dients nous permettant d'appré hender ces courants de force, cette é nergie jaillissante. Il y a quelques milliards d'anné es le monde bacté rien existait dé jà ... et dans quelques siè cles, il est fort probable que l'homme sera dé finitivement disparu noyer dans ces dé jections. Il reste encore quelques peuples qui allient sagesse, force et beauté ... alors !

    • > Les Nomades aux yeux bridé s
      11 juin 2006, par Fabermother



    •  Qu'importe le nom du chemin.
       C'est le chemin qui importe.
       Suis-le sans crainte de mourir.

      Douce nuit.

      • > Les Nomades aux yeux bridé s
        12 juin 2006, par Elé onore


      • Oh Tao, ce que tu é cris est beau, mais moi j'ai bon espoir.

        L'humanité est toute petite, elle agit comme un petit enfant qui casse pour comprendre. Je ne crois pas qu'elle se noiera dans ces dé jections, tout au plus elle pré pare son terreau pour pouvoir grandir. Les plus belles fleurs poussent sur les tas de fumier. De plus elle n'en est pas à sa premiè re crise, et j'ai confiance en la Terre Mè re pour emmener ses enfants vers ce qu'il faut. Elle a toujours su dompter ses enfants et ils se sont finalement toujours plié s et adapté s à ses volonté s. L'homme, à mon idé e, est en train s'offrir le luxe d'une é preuve qui va l'obliger à faire un nouveau bon.

        Dans ma vision du chamanisme, je crois ressentir :

        Laissons le vent entrer dans notre esprit, devenons l'Air,

        Laissons la riviè re entrer dans nos veines, devenons l'Eau,

        Laissons le volcan entrer dans notre coeur, devenons le Feu,

        Laissons la vie entrer dans nos os, devenons la Terre,

        Laissons l'Esprit orchestrer tout cela, devenons Esprit.

        Et le mythe de la Mort est vaincu.

        A bientô t

        Elé onore

> La Rè gle
2 juin 2006, par Fabermother

La rè gle n'est pas forcé ment un instrument de mesure qu'on aime, mê me si elle peut-ê tre utile à mesurer. Dans l'ancien proche-temps elle servait aussi à taper sur les doigts des é lè ves.

A mesurer quoi en fait ? Et suivant quel é talonnage et quelles proportions ?

La question est là  !

Pour ma part, autant je n'aime pas les rè glements, autant j'ai appris à respecter et à aimer la Rè gle (remarquez le "R" majuscule).

Les rè glements sont é crits, la Rè gle est orale et transmise d'initiateur à inititié .

Les rè glements sont temporels, la Rè gle est spirituelle.

Pour ma part, on ne peut plus m'imposer aucuns rè glements, si la Rè gle n'est pas respecté e.

 La Rè gle libè re.
 Les rè glements enchaî nent.

Bonne reflexion à toutes et tous (y compris les lecteurs qui ne s'expriment pas).

Et sourtout douce nuit.

Fabermother

  • > La Rè gle
    2 juin 2006, par
  • Anne


    Tout à fait d'accord sur la rè gle et les absurdes rè glements.

    Vive l'autogestion au niveau local : entreprise, administration...

    Bonne soiré e à tous, Anne

    P.S. : les loges sont bien autogé ré es...

    • > La Rè gle
      5 juin 2006, par Fabermother


    • Bonjour Anne,

      tu dis :
       P.S. : les loges sont bien autogé ré es...

      Oui et non, pas tout à fait quand mê me. Sauf les Loges dites "sauvages" ou "libres". Dans une Obé dience, le systè me fé dé ral existe, et faut rendre des comptes. Il n'y a aucune subvention de l'Obé dience, mais juste une remonté e d'une part des cotisations pour le systè me fé dé ral (qui est aussi né cessaire). Sans critiquer à priori faut constater.

      Que ç a plaise ou non, le problè me n'est peut-ê tre pas là .

      Dé solé e de te dé cevoir, petite Anne, mais la vé rité vaut mieux que la langue de bois.

      A plus,

      Faber

  • > La Rè gle
    11 juin 2006, par
  • Tao


    La rè gle maç onnique a 24 divisions... pour indiquer que toutes les heures sont utiles dans la vie d'un maç on. Une petite indication comme quoi il n'y a pas de distinction entre la vie maç onnique et la vie profane, entre le temps maç onnique et le temps profane.

    • > La Rè gle et le temps
      12 juin 2006, par
      Antonio


    • Trè s Cher Frè re Tao.

      Il y a aussi une autre vision du temps qui me permet de faire la transition entre le temps courant et le temps maç onnique. Pourquoi sinon, aurions-nous des rituels d'ouverture et de fermeture des travaux ? Pour ceux que j'ai eu l'occasion de vivre et d'autres que j'ai pu é tudier dans le texte, ils offrent tous une certaine similitude : un dé collement du temps normal pour atteindre une temps sacré dans un espace sacré lors de l'ouverture, et le cheminement inverse à la clô ture des travaux. Je regrette un peu parfois la simplification des rituels allant parfois jusqu'à devenir sommaires. Cette é tape, qui me paraî t indispensable, semble alors complè tement escamoté e.

      Avec un avis apparemment à l'opposé du tien, je m'accorde avec toi et ces 24 divisions. Peut-ê tre pas pour la Rè gle, mais c'est sans importance à ce stade. Mais indé niablement, toutes les heures sont propices aux travaux des Maç ons. Je me contenterai de re-citer une phrase de mon rituel, au moment de la clô ture des travaux, indiquant suffisamment la continuité des travaux en tout temps et en tout lieu : "... et porter parmi les autres hommes les vertus dont vous avez promis de donné e l'exemple...". Je pense simplement que ce sont des travaux de nature diffé rente.

      Bien fraternellement,

      Antonio.

      • > La Rè gle et le temps
        23 juillet 2006, par Bill


      • TCF Antonio, Si j'agré e completement avec la premiere partie de ton message, pour la seconde partie et si ma mé moire est bonne, je citerai cette phrase, que j'avais appris par coeur, puisque nous n'ecrivons rien. extraite du rituel du 1er grade : " La R. de 24 p.repré sente les 24 heures de la journé e, dont nous passons une partie à prier Dieu tout puissant, une autre a travailler et nous reposer, et une autre enfin à secourir un ami ou un F. dans le besoin sans pré judice pour nous ou notre famille." Le fait est que nous devrions etre " à l'exterieur" ce que nous sommes à "l'interieur" Bien Fraternellement, Bill



 

LOGO SPIP Ré alisé sous Spip

Hé bergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net

Dé claré à la CNIL sous le n1153442