rocbo menu

INTERNATIONALE SITUATIONNISTE 12



INTERNATIONALE SITUATIONNISTE 12



AUX POUBELLES DE L'HISTOIRE !

« Le qualitatif est notre force de frappe. »
Raoul Vaneigem, « Internationale Situationniste » n° 8.

La disparition de la revue « Arguments » peut montrer, à qui sait lire le texte social de notre époque sous les gribouillages débiles et déments dont il est recouvert dans la société du spectacle, quelques-unes des nouvelles conditions d''existence, c'est-à-dire de lutte, de la pensée libre aujourd'hui. « Arguments » présente le cas, qui paraît jusqu'ici unique, d'une revue de recherche qui meurt malgré un net succès économique (un éditeur, assez d'abonnés ), par pur épuisement des idées, usure impossible à celer du minimum d'accord entre ses collaborateurs, en un mot : sous le poids de sa propre carence, devenant incontestable pour ses responsables eux-mêmes. « Arguments » représentait officiellement dans l'intelligentsia française, depuis 1957. la pensée qui met en cause l'existant, qui cherche des perspectives nouvelles, conteste les idées dominantes, y compris les idées dominantes de la pseudo-contestation incarnée par le stalinisme. En fait, « Arguments » a représenté très précisément l'absence de toute pensée de cette sorte dans le milieu intellectuel « reconnu » ; et l'organisation même d'une telle absence, cette revue se trouvant obligée de cacher complètement toute source de contestation véritable dont elle avait pu entendre parler. Ces jours-ci, nous voyons mourir « Arguments » dans une apothéose de reconnaissance de sa valeur novatrice et questionnante (voir « L'Express » du 14 février 1963). Après le spectacle de l'absence, on nous monte le spectacle de la disparition de l'absence. Il faut avouer que c'est assez fort. Le roi qui était nu déchire ses habits. Les mystifications font prime sur le marché jusque dans le moment de leur effondrement avoué.

Malgré la satisfaction stupéfiante affichée par les banqueroutiers : « Personne de nos jours n'a fait ou ne fait mieux... » (page 127 du dernier numéro d' « Arguments »), nombre de gens - beaucoup trop à leur gré, justement - savaient que l'Internationale situationniste avait déclaré, dès la fin de 1960, que la revue « Arguments » était condamnée à mort, du fait de son évidente collusion avec toutes les fausses avant-gardes et l'essentiel du spectacle culturel dominant ; et deux ans (?) ont suffi pour que le développement des contradictions du mensonge qu'était « Arguments » rende exécutoire notre jugement.

Les situationnistes ont montré à quelques occasions les étonnantes sottises des responsables d' « Arguments », et aussi comme cette revue trouvait parfois son inspiration dans les textes mêmes des fantômes situationnistes dont on niait l'existence (cf. la copie relevée dans « Internationale Situatiomiiste » 8, page 18). Il y a une cohérence et une fidélité jusque dans le confusionnisme et le truquage. Le léopard meurt avec ses taches. Et le gang d' « Arguments » avec une dernière astuce révélatrice.

Henri Lefebvre, écrivant un livre sur la Commune, avait demandé à des situationnistes quelques notes qui pourraient être utiles à son travail. Ces notes lui furent effectivement communiquées au début d'avril 1962. Nous avions estimé qu'il était bon de faire passer quelques-unes de ces thèses radicales, sur un tel sujet, dans une collection accessible an grand public. Le dialogue entre Henri Lefebvre et nous (saisissons l'occasion pour démentir la rumeur parfaitement fantaisiste qui a pu présenter Lefebvre comme un membre clandestin de l'I.S. ) était justifié par son importante approche de plusieurs problèmes qui nous occupent, dans « La Somme et le Reste » et même bien avant, quoique beaucoup plus fragmentairement, dans sa première « Critique de la vie quotidienne » et dans sa déclaration sur le romantisme-révolutionnaire. Nous ayant ensuite connus, Lefebvre avait évidemment cessé sa collaboration avec « Arguments » depuis que l'I.S. en avait proclamé, comme première contre-mesure, le boycott. Comme le montrent les documents reproduits à la suite, Lefebvre, évoluant depuis quelque temps vers tout le contraire d'une radicalisation nécessaire de son propre apport théorique, a cru bon de rallier le camp argumentiste au moment précis de sa déroute. Il y a publié, dans (et ultime numéro 27-28, les bonnes pages de son livre sur la Commune. On constatera donc que les thèses des situationnistes, à la référence et aux guillemets près, trouvent paradoxalement une assez grande place chez leurs ennemis, comme perles cachées dans le fumier du questionnement absolu.

Nous n'ignorions pas que ce que nous disions de la Commune serait certainement délayé et affaibli, comme il est facile d'en juger en comparant notre texte aux variations de Lefebvre, qui peut aussi écrire dans le même article que « l'Etat, jusqu'à nouvel ordre, triomphe dans le monde entier (sauf en Yougoslavie ? )» ; ce questionnement sur la Yougoslavie valant largement les questionnements d'Axelos sur « Dieu-problème » ou l'insurrection grecque de 1944. Un facteur imprévu et inacceptable d'obscurcissement et de vulgarisation de nos thèses surgit avec leur insolite publication dans « Arguments ». Une lecture encore plus restrictive y est naturellement imposée du seul fait d'un voisinage avec tout ce qu'il y a de notoirement soumis et inoffensif dans l'intelligentsia française. Tout lecteur averti pensera que ceux qui participent au truquage de l'histoire présente de la culture (et cacher l'I.S., sans chercher plus, relève de ce truquage ), sont évidemment mal placés pour comprendre l'histoire révolutionnaire du passé. Le fait de vouloir recourir au caché actuel pour comprendre le caché de l'histoire révolutionnaire témoigne d'un goût trop vif à notre gré pour l'occultisme. Ces Versaillais de la culture ne seront pas si vite délivrés de nous.

On pourra nous objecter que nous nous occupons trop souvent de gens terriblement médiocres (qui saurait dans cinquante ans qu'Edgar Morin a jamais existé si l'on ne lisait pas cette information dans « Internationale Situationniste » ? ). Des gens qui ne représentaient rien sur le plan de la pensée - et il faut dire qu'il est regrettable que Lefebvre, lui, n'ait pas mieux senti sa différence par rapport à eux -, des gens qui n'étaient à peu près rien comme derniers épigones de penseurs classiques, et encore moins comme porteurs d'un dépassement. Justement. En tant que travail préalable à la réalisation d'autres possibilités d'agir, nous avons entrepris de démontrer méthodiquement qu'ils n'étaient rien, non sans tenir cependant en permanence, dans une zone précise de cette société du spectacle que constitue partout le capitalisme moderne, le rôle (payé ) de la pensée chercheuse et questionnante. Egarant ainsi vers leur nullité de pensée et d'action une part considérable de ceux qui cherchent quelque temps, avant la résignation qu'organisent toutes les forces du vieux monde, la contestation du présent et les prodromes de la vie nouvelle.

Presque tous les gens d' « Arguments » ont d'abord participé au stalinisme, en ont laissé passer sans réagir beaucoup de lourdes conséquences politiques et intellectuelles. Ils ont vu envoyer facilement « aux poubelles de l'histoire » des penseurs anciens dont on n'a même pas fini d'apprendre l'importance et de s'approprier les méthodes. Ensuite, ils se sont trouvés « libres », et ont donné leur propre mesure, dont la collection d' « Arguments » témoigne assez exactement (si l'on en excepte plusieurs bonnes traductions d'articles allemands ou anglais, destinées à dorer leur misère ). Il est donc clair qu'ils ont mérité deux fois d'être à présent plus réellement jetés, avec leurs à-peu-près historiques en surplus, dans ces fameuses poubelles de l'histoire. Il est permis à l'I.S. de dire cela parce qu'elle représente, en ce moment, non abstraitement la vérité, mais l'avant-garde de la vérité.

Il faut relever une parole que Marx a su affirmer contre son temps ; les propriétaires actuels de la pensée marxiste plus ou moins dégradée (révisée en régression) ressemblent aux Hébreux errant dans le désert ; il leur faudra disparaître pour faire place à une autre génération digne d'entrer dans la terre promise de la nouvelle praxis révolutionnaire.

Sur la Commune

ARGUMENTS

1

6e année, N" 27-28
3e et 4e trimestres 1982

LA SIGNIFICATION
DE LA COMMUNE

"Il faut reprendre l’étude du mouvement ouvrier classique d’une manière désabusée, et d’abord désabusée quant à ses diverses sortes d’héritiers politiques ou pseudo-théoriques, car ils ne possèdent que l’héritage de son échec. Les succès apparents de ce mouvement sont ses échecs fondamentaux (le réformisme ou l’installation au pouvoir d’une bureaucratie étatique) et ses échecs (la Commune ou la révolte des Asturies) sont jusqu’ici ses succès ouverts, pour nous et pour l’avenir."

Notes éditoriales d’I.S. 7

2

La Commune a été la plus grande fête du XIXème siècle. On y trouve, à la base, l’impression des insurgés d’être devenus les maîtres de leur propre histoire, non tant au niveau de la déclaration politique "gouvernementale" qu’au niveau de la vie quotidienne dans ce printemps de 1871 (voir le jeu de tous avec les armes ; ce qui veut dire : jouer avec le pouvoir). C’est aussi en ce sens qu’il faut comprendre Marx :"la plus grande mesure sociale de la Commune était sa propre existence en actes".

La Commune ? Ce fut une fête, la plus grande du siècle et des temps modernes. L'analyse la plus froide y découvre l'impression et la volonté des insurgés de devenir les maîtres de leur vie et de leur histoire, non seulement en ce qui concerne les décisions politiques mais au niveau de la quotidienneté. C'est en ce sens que nous comprenons Marx : " La plus grande mesure sociale de la Commune était sa propre existence en acte... Paris toute vérité, Versailles, tout mensonge. »

3

Le mot de Engels :"Regardez la Commune de Paris. C’était la dictature du prolétariat" doit être pris au sérieux, comme base pour faire voir ce que n’est pas la dictature du prolétariat en tant que régime politique (les diverses modalités de dictatures sur le prolétariat, en son nom).

3) La formule de Marx et d'Engels : « Regardez la Commune de Paris. C'était la dictature du prolétariat, cette formule doit se prendre comme un point de départ pour montrer ce qu'est la dictature du prolétariat », mais aussi ce qu'elle n'est pas. En particulier cette expérience de la Commune et ces formules de Marx et d'Engels apportent des pièces essentielles au procès du stalinisme, en tant que déviation de la dictature du prolétariat dont la théorie a été construite par Marx, Engels et Lénine, a partir précisément de la Commune. Les historiens staliniens en arrivent à déformer l'histoire de la commune parce qu'ils continuent à mettre sous le boisseau la véritable théorie de la dictature du prolétariat, identique à celle du dépérissement de l'Etat.

4

Tout le monde a su faire de justes critiques des incohérences de la Commune, du défaut manifeste d’un appareil. Mais comme nous pensons aujourd’hui que le problème des appareils politiques est beaucoup plus complexe que ne le prétendent les héritiers abusifs de l’appareil de type bolchevik, il est temps de considérer la Commune non seulement comme un primitivisme révolutionnaire dépassé dont on surmonte toutes les erreurs, mais comme une expérience positive dont on n’a pas encore retrouvé et accompli toutes les vérités.

Beaucoup d'historlens, principalement parmi les marxistes, ont su critiquer les incohérences de la Commune et le défaut manifeste d'un "appareil " politique (parti, personnel gouvernemental). Nous avons lieu aujourd'hui da penser que le problème des appareils est autrement complexe que ne le prétendent les staliniens, avérés ou honteux.

Il est donc temps de ne plus considérer la Commune comme l'exemple typique d'un primitivisme révolutionnaire dont on surmonte les erreurs, mais comme une immense expérience négative et positive dont on n'a pas encore retrouvé et accompli toute la vérité.

5

La Commune n’a pas eu de chefs. Ceci dans une période historique où l’idée qu’il fallait en avoir dominait absolument le mouvement ouvrier. Ainsi s’expliquent d’abord ses échecs et succès paradoxaux. Les guides officiels de la Commune sont incompétents (si on prend comme référence le niveau de Marx ou Lénine, et même Blanqui). Mais en revanche les actes "irresponsables" de ce moment sont précisément à revendiquer pour la suite du mouvement révolutionnaire de notre temps (même si les circonstances les ont presque tous bornés au destructif - l’exemple le plus connu est l’insurgé disant au bourgeois suspect qui affirme qu’il n’a jamais fait de politique : "c’est justement pour cela que je te tue").

4) Dans l'insurrection du 13 mars et de la Commune jusqu'à sa fin dramatique, les héros et les génies furent collectifs. La Commune n'a pas eu de grands chefs. Les guides officiels du mouvement de 1871 - aussi bien les théoriciens que les hommes d'action, aussi bien les membres du Comité central que ceux du conseil communal - manquent d'ampleur, de génie et même de compétence. Ainsi s'explique jusqu'à un certain point l'enchevetrement paradoxal de succès et d'échecs du mouvement. Toutefois, nous devons nous aviser que les actes les plus spontanés et les plus "irresponsables" sont aussi et surtout a revendiquer pour la suite du mouvement révolutionnaire de notre temps.

6

L’importance vitale de l’armement général du peuple est manifestée, dans la pratique et dans les signes, d’un bout à l’autre du mouvement. Dans l’ensemble on n’a pas abdiqué en faveur de détachements spécialisés

L'importance de l'armement du peuple s'est manifestée du début du mouvement à son terme. Dans l'ensemble, le peuple parisien et ses mandataires n'ont pas abdiqué en faveur da détachements spécialisés - volontaires, troupes d'élite

108 I< < Sommaire > >I 109