rocbo menu

PUBLICITE

TIQQUN n° 1
118, rue Mouffetard, 75005, Paris
Comité de rédaction  Julien Boudart, Fulvia Carnevale, Julien Coupat,
Junuis Frey, Joël Gayraud, Stephan Hottner, Remy Ricordeau

 Extraits de l’article  De l’économie considérée comme magie noire

Une remarque, en passant, sur le bouffon-dialecticien Voyer. Nous lui prenons son concept de Publicité, il ne méritait pas de le garder, d’autant qu’il n’a rien su en faire depuis l’Introduction à la science de la publicité, qui était encore un assez bon livre. Mais on y devinait déjà ce vice insupportable  Voyer nourrit une haine instinctive pour le SILENCE. Aussi a-t-il voulu croire que la Publicité, définitivement, absolument, était fondée en elle-même, ce qui est évidemment faux (de même, les concepts d’individu et de genre ont ce défaut inexcusable de cacher par une immanence satisfaite l’incomplétude de l’homme ; là encore il y a un reste, et ce reste, c’est le Bloom). On comprend alors que ce concept, censé flotter sur les plus hautes cimes de l’Esprit, ait pu accoucher de cette souris anorexique et positive qu’est la « communication » ou d’une utopie aussi crétine et repoussante que le bavardage. Toutes les contorsions et toutes les grimaces de Voyer ne suffisent pas à cacher ce fait qu’il a lui aussi « oublié » de considérer le négatif là où on l’avait enterré… Comment ce pseudo-trobriandais de la contestation pourrait-il comprendre que l’opposition de la Publicité et du Spectacle est dépassée et, en dernière analyse, médiée activement, par le Silence (certes le Spectacle est une aliénation de la Publicité, et donc la Publicité qui se nie elle-même, mais le Silence ou l’Invisible est la négation de cette négation) ; que la négation du spectacle est non seulement négation de la dictature dans la visibilité, mais aussi de la dictature de la visibilité ; que les destructeurs silencieux de Turin [allusion au « défilé silencieux et hostile de plusieurs centaines d’anarchistes » en mars 1998 à la suite de la mort en prison d’un des leurs (Cf. Le silence et son au-delà, p. 72)] ont épousé la forme redoutable d’une telle négation, et que c’est en cela même qu’ils sont destructeurs ! Aussi par passion de la visibilité la pauvre girouette Voyer a rendu invisible la contestation ; et elle peut bien tourner, bondir, hurler qu’on la regarde faire ses lamentables pitreries épistolaires ou autres, nous la laissons là, à l’indifférence et aux scorpions.

(p. 83, 84)

Le phénomène comme phénomène est le supra-sensible, l’apparaître lui-même n’apparaît pas. La Métaphysique Critique peut révéler que l’apparaître est et que cela constitue un mystère. Elle peut aussi montrer comment ce mystère se manifeste à l’époque du Spectacle  il se manifeste comme ne se manifestant pas en tant que mystère. Mais la Métaphysique Critique ne peut ni ne veut détruire ce mystère. Nous laissons au Spectacle ce sisyphien entêtement à une tâche absurde. Plus précisément  l’existence de ce mystère peut être rendue publique, contrairement au mystère lui-même, qui est commun, mais qui ne saurait évidemment être lui-même publique. Ici intervient la différence entre Publicité et Commun (que Voyer a lubriquement confondus, pour la gloire de Publicis et de Euro-RSCG). Le Commun est ce qui nous est donné en partage, la Publicité est la pratique consciente de ce partage, qui sait donc ce qu’elle doit au Commun  qu’elle en est l’aliénation nécessaire.

(p. 90, 91)

TIQQUN n° 1 118, rue Mouffetard, 75005, Paris
Comité de rédaction  Julien Boudart, Fulvia Carnevale, Julien Coupat, Junuis Frey, Joël Gayraud, Stephan Hottner, Remy Ricordeau
Extraits de l’article  De l’économie considérée comme magie noire

 

D'après http://www.teleologie.org/OT/deboard/4514.html