LA LÉGENDE DE VICTOR HUGO (1)


I

Le premier juin 1885 Paris célébrait les plus magnifiques funérailles du siècle: il enterrait Victor Hugo il poeta sovrano. Pendant dix jours, la presse tout entière prépara l'opinion publique de France et d'Europe. Paris, un instant ému, par la promenade du drapeau rouge et les charges policières du Père-Lachaise, qui revivifiaient les souvenirs de la Semaine sanglante, se remit à ne s'occuper que de celui qui fut « le plus illustre représentant de la conscience humaine ». Les journaux n'avaient pas assez de leurs trois pages - la quatrième étant prise par les annonces -, pour exalter « le génie en qui vivait l'idée humaine ». La langue que Victor Hugo avait cependant enrichie de si nombreuses expressions laudatives, semblait pauvre aux journalistes, du moment qu'elle était appelée à traduire leur ad-

(1) La célébration du centenaire de Victor Hugo, qui donne de l'actualité à cette étude, nous a suggéré l'idée de la republier : écrite le lendemain de sa mort, elle n'a pas encore perdue son originalité, le coté de la vie publique de Hugo qu'elle expose n'ayant été ni discuté, ni analysé.

L'Éditeur.

<    <<

>