rocbo menu
L'Épopée de Gilgamesh Tablette IV Le voyage
[Reste un tiers de la tablette. Parcours en six étapes (chacune de trois jours de marche et
de bivouac). A chaque arrivée, Gilgamesh a un songe qu'Enkidu interprète au réveil.]

[Première étape]

Après deux cents kilomètres (1),
Ils mangèrent un morceau ;
Puis, après trois cents autres,
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier,
Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi !
Après trois jours,
Ils atteignirent la Montagne de dunu.
Alors, devant Shamash,
Ils creusèrent un puits (2)
Et placèrent
Dans [...?]
Puis Gilgamesh,
Monté au faîte de la Montagne,
Versa de la farine-à-brûler
Pour Shamash, en disant :
« Montagne, apporte-moi un songe,
Promesse de bonheur ! » (3)
Enkidu exécuta alors le rituel-mantique
Pour Gilgamesh,
Tandis qu'une bourrasque
Passait et s'éloignait;
Puis il le fît se coucher
Et l'enferma dans un cercle-enchanté,
Si bien qu'il était
Comme [...]
Gilgamesh, ayant appuyé
Son menton sur ses genoux,
Le Sommeil, qui se déverse sur les hommes,
Tomba sur lui.
A la mi-nuit,
II se réveilla brusquement,
Se mit debout,
Et raconta a son ami :

[Manque une quinzaine de lignes.]

«Le songe que j'ai vu,
Mon ami, le voici :
Nous nous trouvions
En une gorge montagneuse,
Et la montagne
Nous tomba dessus;
Mais nous, pareils a des "mouches-de-cannaie",
Nous nous égaillions ! »
Alors, celui qui était né dans la steppe
[...]
S'adressa a son ami —
Enkidu lui interpréta son rêve (4) :
« Mon ami, ton rêve est bon,
Ce rêve est excellent !
La montagne que tu as vue, ami,
C'est […]
C'est que nous nous saisirons de Humbaba,
Et nous l'immolerons,
Et jetterons son cadavre
En quelque friche  [… ?].
Demain, de Shamash nous apprendrons
Une bonne nouvelle ! » (5)

(1) Le voyage se fait à pas de géant : il y a 1500 km entre Uruk et le Liban et six montagnes à franchir (simples hauteurs, collines, ou massifs montagneux).
(2) Eau fraîche mise en outres.
(3) Songe demandé aux dieux et reçu en haut de la montagne plus proche du ciel où demeure Shamash. La bourrasque est le signe que le ciel est d'accord.
(4) Les rêves que fait Gilgamesh sont effrayants mais interprétés de façon favorable.
(5) Enkidu compte sur des signes de bonne augure.


[Deuxième étape]

Après deux cents kilomètres
Ils mangèrent un morceau ;
Puis, après trois cents autres,
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier,
Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi !
Au bout de trois jours,
Ils atteignirent la Montagne de [...].
Alors, devant Shamash,
Ils creusèrent un puits
Et placèrent [...] dans [...].
Puis Gilgamesh,
Monté au faîte de la Montagne,
Versa de la fanne-à-brûler
Pour Shamash, en disant :
« Montagne, apporte-moi un songe,
Promesse de bonheur! »
Enkidu exécuta alors le rituel-mantique
Pour Gilgamesh,
Tandis qu'une bourrasque
Passait et s'éloignait.
Puis il le fît se coucher
Et l'en ferma dans un cercle-enchantée
Si bien qu'il était
Comme [...].
Gilgamesh, ayant appuyé
Son menton sur ses genoux,
Le Sommeil, qui se déverse sur les hommes,
Tomba sur lui.
A la mi-nuit
II se réveilla brusquement,
Se mit debout
Et raconta à son ami :


[Troisième étape]

Après deux cents kilomètres,
Ils mangèrent un morceau ;
Puis, après trois cents autres,
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier,
Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi!.
Après trois jours,
Ils atteignirent la Montagne de […]
Alors, devant Shamash,
Ils creusèrent un puits
Et placèrent […]
Dans [...].
Puis Gilgamesh,
Monté au faîte de la Montagne,
Versa de la farine-a-brûler
Pour Shamash, en disant :
« Montagne, apporte-moi un songe,
Promesse de bonheur !:
Enkidu exécuta alors le rituel-mantique
Pour Gilgamesh,

Tandis qu'une bourrasque
Passait et s'éloignait.
Puis il le fit se coucher
Et l'enferma dans un cercle-enchanté,
Si bien qu'il était
Comme [...].

Gilgamesh ayant appuyé
Son menton sur ses genoux,

Le Sommeil, qui se déverse sur les hommes,
Tomba sur lui.

À la mi-nuit,
Il se réveilla brusquement,
Se mit debout
Et raconta à son ami :
« Mon ami, tu ne m'as pas appelé :
Pourquoi suis-je éveillé ?
Tu ne m'as pas secoué :
Pourquoi suis-je ainsi perturbé ?
Aucun fantôme ne m'a frôlé:
Pourquoi suis-je pris de panique ?
C'est, mon ami, que j'ai vu
Un troisième songe,
Et le songe que j'ai vu
Était bouleversant :
Les cieux tonnaient,
Le sol grondait.
La tempête a fait place à un silence-de-mort :
Les ténèbres se sont levées,
Un éclair a fulguré,
Un incendie s'est allumé,
Aux flammes flamboyantes ;
Et il s'est mis a pleuvoir de la mort ! (1)
Puis ce brasier s'est effondré,
Et réduit en cendres !
Descendons : (2)
Nous en discuterons en bas ! »
Lorsque Enkidu l'eut entendu,
Lui faisant regarder en face son rêve,
II s'adressa à Gilgamesh :
[...]
[…] nous ne périrons pas ! »

[Interprétation perdue]

Demain, de Shamash nous apprendront
Une bonne nouvelle.

(1) Expression imagée.
(2) Sans doute valait-il mieux discuter le rêve ailleurs.


[Quatrième étape]

Après deux cents kilomètres
Ils mangèrent un morceau ;
Puis, après trois cents autres,
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier,

Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi !
Après trois jours,
Ils atteignirent la Montagne de […]
Alors, devant Shamash,
Ils creusèrent un puits,
Et placèrent
Dans
[...]
Puis Gilgamesh,
Monté au faîte de la Montagne,
Versa de la farine-a-brûler
Pour Marnas, en disant :
« Montagne, apporte-moi un songe,
Promesse de bonheur ! »
Enkidu exécuta alors le rituel-mantique
Pour Gilgamesh,
Tandis qu'une bourrasque
Passait et s'éloignait.
Puis il le fit se coucher
Et l'enferma dans un cercle-enchanté,
Si bien qu'il était
Comme [...].
Et Gilgamesh, ayant appuyé
Son menton sur ses genoux,
Le Sommeil, qui se déverse sur les hommes,
Tomba sur lui.
À la mi-nuit,
II se réveilla brusquement,
Se mit debout
Et raconta à son ami :

[Lambeaux inintelligibles ; Gilgamesh a-t-il vu un géant ? Enkidu donne son interprétation:]

« Le rêve que tu as vu,
[…]
Mon ami, ce [...],
[...]
[…] Humbaba,
Comme [...].
Avant que ne s'allume
Le point du jour,
Sur lui, nous poserons
[…]
En extrême-fureur
Contre Humbaba […]
[…]
[…] nous nous tiendrons ;
Contre lui, nous [...].
Demain, de Shamash nous apprendrons
Une bonne nouvelle ! »


[Cinquième étape]

Après deux cents kilomètres
Ils mangèrent un morceau ;
Puis, après trois cents autres,
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier
Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi,
Après trois jours,
Ils atteignirent la Montagne de [...].
Alors, devant Shamash,
Ils creusèrent un puits,
Et placèrent […]
Dans  [...].
Puis Gilgamesh,
Monté au faîte de la Montagne,
Versa de la farine-a-brûler
Pour Shamash en disant :
« Montagne, apporte-moi un songe,
Promesse de bonheur ! »
Enkidu exécuta alors le rituel-magique
Pour Gilgamesh,
Tandis qu'une bourrasque
Passait et s'éloignait.
Il le fit se coucher
Et l'enferma dans un cercle-enchanté,
Si bien qu'il était […]
Comme [...].

Et Gilgamesh, ayant appuyé,
Son menton sur ses genoux,


Le Sommeil, qui se déverse sur les hommes,
Tomba sur lui.

A la mi-nuit
II se réveilla brusquement,
Se mit debout
Et raconta a son ami :

[Manque le contenu du rêve]

[Encouragement d'Enkidu:]

Demain, de Shamash nous apprendrons
Une bonne nouvelle !

[Sixième étape]

[Le récit de l'étape manque. On peut le suppléer:]

Après deux cents kilomètres,
Ils mangèrent un morceau,
Puis, après trois cents autres
Ils bivouaquèrent :
Ainsi, en un jour entier,
Firent-ils cinq cents kilomètres,
Parcours habituel
D'un mois et demi.
Et, après trois jours,
Ils atteignirent la Montagne des Cèdres.

[Les deux premiers tiers sont perdus, on a seulement :]

Devant Shamash
Coulaient ses larmes :
Ce qu'à uruk,
Tu as dit à Ninsuna, (1)
Rappelle-t'en :
Assiste-moi ! Exauce-moi ! »
De Gilgamesh,
Progéniture d'Uruk,
Shamash
Entendit les paroles,
Et aussitôt, depuis le ciel,
II lui jeta un cri-d'alarme (2) :
« Talonne-le, rapidement,
Pour l'empêcher de regagner son repaire,
De pénétrer dans le hallier
Et de s'y dissimuler !
II n 'a pas encore revêtu
Ses Sept Manteaux-enchantés :
II n'en porte qu'un,
En ayant quitté six ! »
Alors, la main dans la main,
Comme un buffle qui fonce,
Ils se jetèrent en avant.
Une première fois, Humbaba
Poussa un cri épouvantable (3) :
Le Gardien de la Forêt vociféra
[…]
Humbaba[...]

[Reste perdu. Le texte reprend:]

Descendons !
C'est un terrain glissant (4) :
Un seul n'y peut marcher,
Mais bien deux […] !
Deux ?[...] affrontent aisément
Un [...] triplé !
Nul ne peut rompre a lui seul
Une cordelette à trois torons,
Et deux de ses lionceaux
Sont bien plus forts qu'un lion ! »

[Manque dix-huit lignes]

Ayant ouvert la bouche, Enkidu prit la parole
Et s'adressa a Gilgamesh :
« Même si je réussis
À m'introduire en la Forêt,
À en ouvrir le chemin,
Mes membres seront paralysés ! »
Mais Gilgamesh, ouvrit la bouche, prit la parole,
Et s'adressa à son ami :
« Pourquoi donc, mon ami,
Nous y rendrions-nous tête-basse ?
Nous avons déjà franchi
Toutes les étapes du chemin
[…]
Et voici la Forêt devant nous !
Nous ne repartirons pas
Avant d'avoir coupé les Cèdres !
Toi, donc, ami, expert au combat,
Familier des batailles,
Le corps frotté des Plantes-magiques,
Tu ne crains donc plus la mort !

[Suite incomplete : on y pourrait lire une allusion à un «Rayonnement-surnaturel-» de Gilgamesh, gage de protection.]

Fais retentir ta voix,
Comme un tambour !
Loin de toi, la paralysie des bras,
La faiblesse des genoux !
Prends-moi la main, ami :
Marchons ensemble !
Que ton cœur brûle
A l'idée du combat !
Méprise la mort,
Ne pense qu'à la vie !
Qui veille sur quelqu'un,
Doit être a toute épreuve !
Qui marche devant l'autre,
Le préserve
Et garde sain et sauf son compagnon (5) !
Jusqu'à leurs plus lointains descendants
Ils se seront acquis la gloire ! »
Ainsi arrivèrent-ils tous deux
À la lisière […]
Demeurant là,
Muets et immobiles (6) !

[Fin de la tablette.]

(1) Rien de la réponse de Shamash, qui s'est
engagé à exaucer la mère de Gilgamesh.
(2) Shamash, apercevant Humbaba qui n'a pas revêtu au complet son armure, crie à Gilgamesh de se jeter sur le monstre vulnérable.
(4) Enkidu, envahi par ses anciennes crainte, renonce à poursuivre Humbaba. Gilgamesh lui cite quelques proverbes pour l'encourager.
(5) Mission assignée à Enkidu par les Anciens.
(6) A l'orée de la Forêt merveilleuse, ils sont saisis d'admiration et de la crainte de la bataille qui les attend.


LOGO SPIP Réalisé sous Spip
[ Prec ] [ Retour ] [ Suiv ]
Hébergé par L'Autre.Net LOGO L'Autre.Net
Déclaré à la CNIL sous le n°1153442